Nicolas Hulot, c’est l’antithèse d’Emmanuel Macron

On a reproché à Nicolas Hulot, beaucoup de choses, d’avoir conseillé à Jacques Chirac de constitutionnaliser la Charte de l’environnement, d’avoir poussé Nicolas Sarkozy à engager le Grenelle de l’environnent, d’avoir été pendant trois ans l’envoyé spécial de François Hollande pour la planète, d’avoir piloté des émissions grand public tournées vers l’amour de la nature et de ses sociétés premières, d’avoir tenté de sensibiliser de grandes entreprises à agir pour l’écologie, d’avoir affirmé que l’écologie n’était ni à droite ni à gauche, mais bien au-delà, d’avoir rencontré Bayrou, le pape François… ou Macron. Qui veut tuer son chien l’accuse de la rage !

Les propos de Nicolas Hulot à propos de Macron : « Bien sûr qu’on a commencé à dialoguer. On a même commencé avant qu’Emmanuel Macron déclare son mouvement. Je n’étais pas au courant à ce moment-là »… « Il ne m’a pas échappé qu’il y a des convergences. Nous sentons qu’il faut écouter la société civile, que le clivage gauche-droite ne doit pas être une condition au dialogue mais il faut aller au-delà » … mais « J’ai besoin de connaître sa conception du libéralisme. Qu’y a-t-il derrière ce mot ? Au moment où nous avons besoin de régulation et de réglementation pour éviter les excès du capitalisme, qui creusent les inégalités, qui détruisent les ressources naturelles. » A propos d’un éventuel « ticket avec Emmanuel Macron », le démenti est sur Twitter,«Pas de ticket avec @EmmanuelMacron envisagé».

Tous les écologistes qui participent à des rumeurs non fondées sur Nicolas Hulot se tirent un balle dans le pied. Pour en terminer avec Emmanuel Macron, son projet politique est l’exact antithèse de celui de l’écologie : il est fondé sur le primat de la croissance sur toute autre considération et Hulot ne sera jamais en phase avec un tel programme :
– soutien aux déplacements en car plutôt qu’en train ;
– assouplissement des règles concernant l’implantation des grands panneaux publicitaires ;
– soutien à l’écoulement des boues rouges en Méditerranée ;
– soutien aux hypermarchés et aux projets du genre EuropaCity ;
– soutien à l’assouplissement des normes d’émission du diesel à Bruxelles.

Nicolas Hulot a une perception de l’avenir bien plus pertinente qu’un parti «en marche» bâti sur du sable (libéral). Interrogé* sur les ambitions politiques qu’on lui prête, il précise : « La seule chose que je peux dire c’est que tout seul, je serai incapable de faire grand-chose mais si lui (le chanteur Renaud), moi, et des tas d’autres, on arrive à se rassembler sur une vision (…) et bien regardons, parlons-nous. » Et de conclure : « Il n’y aura pas un homme, une femme, un ticket providentiel. Il peut y avoir une agrégation de mouvements, d’initiatives pour peu que sur des valeurs et sur des outils indispensables, on se mette d’accord. »
* http://lci.tf1.fr/politique/exclu-lci-homme-providentiel-hulot-repond-a-renaud-8732079.html#t=4

Partagez ...

2 réflexions sur “Nicolas Hulot, c’est l’antithèse d’Emmanuel Macron”

  1. Retranché chez lui à Saint-Lunaire, Nicolas Hulot évite de se montrer et de parler, mais « on » agit pour lui. C’est le cas de Jean-Paul Besset et Gérard Feldzer, par exemple qui travaillent sur un programme très étoffé puisqu’ils le voient au second tour. De retour avec un nouvel album, Renaud fait un voeu pieux : que Nicolas Hulot se lance pour 2017. « Je ne soutiendrai personne » assure le chanteur. Sauf Nicolas Hulot, « l’homme providentiel ». « J’irai les yeux fermés lui chanter la ballade nord-irlandaise ou le déserteur, un hymne anti-militariste. Mais il ne se présente pas, malheureusement » (Europe 1, vendredi 8 avril 2016).
    En 2012, dans le classement des personnalités politiques, Nicolas Hulot occupait la première place avec 71% de « bonne opinion » (IFOP, Paris Match, 26 janvier 2012).
    http://www.breizh-info.com/2016/04/14/42016/presidentielle-election-2017-nicolas-hulot-gauche

  2. Retranché chez lui à Saint-Lunaire, Nicolas Hulot évite de se montrer et de parler, mais « on » agit pour lui. C’est le cas de Jean-Paul Besset et Gérard Feldzer, par exemple qui travaillent sur un programme très étoffé puisqu’ils le voient au second tour. De retour avec un nouvel album, Renaud fait un voeu pieux : que Nicolas Hulot se lance pour 2017. « Je ne soutiendrai personne » assure le chanteur. Sauf Nicolas Hulot, « l’homme providentiel ». « J’irai les yeux fermés lui chanter la ballade nord-irlandaise ou le déserteur, un hymne anti-militariste. Mais il ne se présente pas, malheureusement » (Europe 1, vendredi 8 avril 2016).
    En 2012, dans le classement des personnalités politiques, Nicolas Hulot occupait la première place avec 71% de « bonne opinion » (IFOP, Paris Match, 26 janvier 2012).
    http://www.breizh-info.com/2016/04/14/42016/presidentielle-election-2017-nicolas-hulot-gauche

Les commentaires sont fermés.