agrocarburants ou culture vivrière ?

Quelle vérité ? Tout dépend de la manière de présenter des informations. Par exemple, un article finit normalement selon le point de vue du journaliste. Ainsi Laurence Caramel (LeMonde du 11.09.2008) présente d’abord une étude de Friends of th Earth sur l’impact des agrocarburants en Amérique latine, par exemple : « En Argentine, l’expansion du soja a fait reculer les surfaces consacrées à l’agriculture vivrière et à l’élevage de 25 %. Celles destinées au fourrage ont été réduites de 50 % ». Mais le dernier paragraphe de la journaliste commence par «  Cette vision est évidemment contestée par les accusés » (évidemment !) pour se terminer par cette question mi-figue, mi-raisin : « Une forme de réponse aux Amis de la Terre ? ».

 

Laurence Caramel ne prend pas ses responsabilités Il paraît évident que la Banque interaméricaine, la seule interrogée et partie prenante dans l’expansion des agrocarburants, botte en touche et ne répond pas sur le fond. Donc son article aurait du  présenter d’abord le point de vue partial de la BID, et ensuite montrer que l’association Friends of the Earth a fait une étude argumentée qui invalide le discours officiel. J’attendais mieux d’une journaliste du Monde.

 

rêve de boson

LeMonde du 10.09.2008 nous explique objectivement les buts et limites de l’accélérateur de particules inauguré à la frontière franco-suisse. On veut s’approcher des conditions qui existaient aux tout premiers instants de l’Univers, juste après le Big Bang il y a 13,7 milliards d’années. Très bien, nos connaissances progressent, nous pouvons confirmer de source sûre que l’homo sapiens n’est rien à l’échelle de l’univers. Mais l’éditorial de ce numéro transforme la chasse au boson, cette grande aventure scientifique pour harmoniser nos théories sur l’univers, en rêve inutile s’il n’y a pas de retombées directes. L’éditorial ne veut voir dans la recherche fondamentale que son application possible, on valorise la technoscience et les débouchés sonnants et trébuchants. Il faut justifier les efforts budgétaires devant les décideurs, il faut être utile, il faut alimenter la croissance économique. Moi, je préfère rêver à l’antimatière, à l’énergie sombre et aux particules primordiales.

NB : Comme d’habitude, LeMonde donne carte-blanche aux théologiens de la croissance. Dans son numéro du 10.09.2008, Jean Pisany-Ferry disserte doctement sur les « trois leviers de la croissance ». Je ne m’attarde pas à montrer l’inanité des solutions proposées : le crédit aux PME ne peut pas relancer par lui-même la demande et la concurrence, y’en a déjà beaucoup trop pour qu’on en rajoute. Mon attention se porte sur sa « définition usuelle » d’une récession, soit deux trimestres de suite en croissance négative. Les théologiens de la croissance auront tout inventé, la croissance durable, la croissance verte, et maintenant la croissance au taux inférieur à zéro ! Toutes ces simagrées pour ne pas dire que la décroissance est possible. Le système capitaliste rencontre forcément la décroissance puisque l’activité est cyclique et qu’il y a même de grandes crises comme en 1929. Jean Pisany-Ferry devrait relire ses classiques, en particulier Joseph Schumpeter : il y a l’expansion, le retournement de tendance, la décroissance, et peut-être la reprise, mais ce n’est pas sûr..

Sylvie Kauffmann récidive

Sylvie Kauffmann récidive. Dans sa lettre d’Asie (LeMonde, 15.01.2008), elle mettait sur un piédestal Ford pour avoir été le premier à avoir la vision d’une voiture populaire. Dans son post-scriptum à Lettre d’Asie (LeMonde, 22.01.2008), Sylvie disait avoir reçu des courriers alarmistes de lecteurs sur les effets environnementaux de la Tata Nano. Mais elle consacrait beaucoup plus de lignes à tous ceux qui pensent au confort de la voiture individuelle mis à la portée des habitants des pays émergents. Aujourd’hui dans sa lettre d’Asie (LeMonde, 9.09.2008), Sylvie valorise le « génie » de Ratan Tata, fondateur du groupe Tata qui veut construire la voiture la moins chère du monde dans un Bengale qui a « pris le virage de la modernisation, construit un réseau routier… ». Elle pleure sur le retard pris dans l’implantation de l’usine de fabrication à cause de certains paysans en colère, « attachés à un mode de vie misérable ». Elle prend parti de la reconversion industrielle des paysans embauchés par la future usine dont la « fermeture signifiait zéro revenu pour la famille ». Sylvie Kauffmann en vient même à regretter la voie démocratique suivie en Inde, « tortueuse », alors que la Chine peut s’industrialiser « sans manifestations, ni recours en justice, ni négociations » !!!

 Commentons sa phrase-clé : « C’est d’une certaine manière l’avenir de l’Inde qui se joue ici ». Mais quel avenir ?  Celui d’une imitation du modèle fordiste (production de masse pour une consommation de masse) qui est en train de faire faillite ! Dans le même numéro le groupe Renault, pris à contre-pied par la crise, supprime 4000 emplois. Ou celui d’une Inde paysanne qui voudrait conserver des terres fertiles pour ses enfants et les arrière-petits-enfants de ses enfants ? Le choix est vite fait dans un système démocratique…

nous et les générations futures

Nous, nous nous intéressons au présent. LeMonde du 7-8.09.2008 consacre ainsi une page couleur de pub à Guerlain, ce parfum homme « pour l’animal qui dort en vous ». Je ne m’interroge pas davantage sur le fait que je ne vois aucune différence animale entre un parfum homme ou femme. Car ces vaines tromperies de notre odorat animal ne sont absolument rien comparées à l’article de fond « Se souvenir des déchets nucléaires ». 

   

Les déchets hautement radioactifs et à vie longue continueront d’émettre des radionucléides pendant des centaines de milliers d’années, voire un million d’années. Les mettre en sous-sol est une chose, garder la mémoire de ce lieu maudit en est une autre. L’Andra (agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs)  parie sur un cadastre qui indiquerait pour l’éternité la dangerosité du site. Encore faudrait-il écrire ce cadastre sur un papier qui tiendrait indéfiniment ; pour l’instant le papier « permanent » durerait peut-être 600 à 1000 ans seulement. Les Américains envisagent d’installer au-dessus du site d’enfouissement des figurines taillées dans le marbre, mais la pérennité n’est sans doute assurée que pour 25 000 à 50 000 ans. Encore faudra-t-il que les générations futures sachent déchiffrer nos documents ou nos objets ! La conclusion de l’Andra est dans la même lignée, absolument irréaliste : « Notre mission est de faire en sorte que les générations futures puissent faire leurs choix en toute connaissance des nôtres. » 

   Je conseille à l’Andra de dire dans plusieurs centaines de milliers d’années toute la vérité aux générations futures : en l’an 2008 après Jésus-Christ, on s’intéressait d’abord aux parfums pour hommes, pendant un mois aux Jeux Olympiques, pour quelques dizaines d’années à l’énergie « propre » du nucléaire… En résumé nous nous centrions surtout sur la vanité de notre présent. Peu importait les générations futures, demain s’occupera de lui-même !

marxisme et écologisme

visible sur le site du pôle écologique du PS :

« L’idéologie socialiste et ses traditions nous ont empêchés pendant longtemps de prendre conscience de la gravité de la situation écologique. C’est pourquoi j’ai voulu interroger les présupposés du marxisme pour montrer que certaines hypothèses de K.Marx pouvaient être transformées pour justifier un choix clair entre social-libéralisme et social-écologie. En résumé, ce n’est pas l’infrastructure économique qui explique l’évolution idéologique et politique d’une société (la superstructure). L’infrastructure construite de main d’homme est elle-même superstructure relativement à la véritable infrastructure, celle des ressources et circuits de la nature.

« Il faut d’abord rappeler que le libéralisme et le socialisme ne sont que deux variantes du même modèle, le productivisme. Le libéralisme a insisté sur l’accumulation de capital et l’initiative individuelle des entrepreneurs, le socialisme a mis l’accent sur le facteur travail et le fait que tout acte de production découle d’une œuvre collective. Il s’agit pour la gauche de revendiquer une part plus importante de la valeur ajoutée en faveur des salariés, et pour la droite d’assurer aux actionnaires un taux de rentabilité plus important en ponctionnant les bénéfices de l’entreprise. L’objectif d’accroître l’abondance matérielle n’est remis en question ni par les uns, ni par les autres.

« Mais ces deux tendances idéologiques naviguent de concert à partir de fausses cartes de navigation. Ces deux variantes du productivisme reposent en effet sur une hypothèse de soutenabilité (durabilité) faible. En ignorant les contraintes environnementales, libéralisme et marxisme se trompent pour la longue période. Le Congrès de Reims pourrait constituer un tournant dans la doctrine socialiste, l’inauguration d’un socialisme écologique qui démarquerait plus nettement la droite et la gauche.

pour lire la suite :

 http://poleecologiquedups.typepad.fr/ple_cologique_du_ps/2008/08/marxisme-et-col.html#more

Tata doit disparaître

Les paysans indiens poussent Tata à retarder la fabrication de la Nano (LeMonde du 6.09.2008). Bonne nouvelle, mais ce serait encore mieux si les autochtones avaient le pouvoir d’arrêter complètement cette course au tout-automobile. Malheureusement le groupe Tata à la possiblité de monter ses usines dans un autre Etat indien, ou même dans un autre pays plus accommodant. Pourtant, on ne peut que constater que Tata voulait bâtir sur des terres fertiles, accroître ainsi la stérilisation des sols comme savent déjà le pratiquer à outrance les pays riches et les mégalopoles. Comme dit un paysan exproprié, « Une terre se transmet pour l’éternité, l’argent se dilapide. Que va-t-il rester à mes enfants ? ». Comme dit un autre paysan, « La terre est comme une mère. Et je ne vendrai jamais ma mère. »

 

            Tata ne doit construire ni sur des terres fertiles, ni sur des terres incultes. Tata doit disparaître comme Ford, Fiat, Renault, Volkswagen et tutti quanti. Nous savons déjà que la voiture individuelle est un dinosaure promis à une prochaine extinction. L’avenir du climat et des ressources naturelles est en jeu, ne continuons pas à gaspiller les possibilités de la Biosphère…

 

PS : la phrase du jour : « Au Sénégal, il n’y a que la pauvreté qui galope. La lecture reste un sport d’élite » (in portrait d’Abasse Ndione)

médicaments sans pub

            Seuls deux pays développés (Etats-Unis et Nouvelle Zélande) autorisent la publicité sur les médicaments soumis à prescription.. La pub fait-elle vendre les médicaments ? C’est la question que se pose LeMonde du 5.09.2008. Fausse question puisqu’il faudrait supprimer toutes les publicités pour avoir un mode de vie plus serein. Quant au secteur pharmaceutique proprement dit, à quoi sert-il ? A faire prescrire des médicaments ! L’acte médical devrait rester une relation interindividuelle aidée par la technique et non l’inverse.

 

Ainsi, 80 % des Français interrogés considèrent qu’une consultation ne doit pas forcément se terminer par la délivrance de médicaments : on attend du praticien qu’il explique ce dont on souffre, qu’il fasse preuve d’une bonne écoute et donne des conseils utiles. Si beaucoup de médecins croient que le patient attend des médicaments, c’est parce qu’ils ont été formés au curatif au détriment du préventif, parce qu’il ont été formatés par l’industrie pharmaceutique à prescrire le remède miracle. Il y a maintenant près de 7000 marques qui se font concurrence alors que la dénomination commune internationale (DPI), l’espéranto du médicament,  ne compte que 1700 substances thérapeutiques. Une commission de la transparence en France a évalué 1100 médicaments ordinaires en 2005 : un quart n’avait pas fait la preuve de son efficacité. Bien plus, les médicaments sont sommés aujourd’hui d’améliorer le bien-être de gens qui ne sont pas malades, que ce soit pour maigrir ou pour faire l’amour. Dans le même temps les pays pauvres sont ignorés des laboratoires pharmaceutiques. En fait les humains peuvent faire de la bonne médecine avec trente médicaments seulement, la volonté de décroissance humaine passe aussi par l’acceptation de la maladie et de la mort.

 Du point de vue de la Biosphère, si tu es raisonnable, tu ne désires que des médicaments génériques ; si tu deviens un sage tu limites l’usage de médicaments ; quand tu es proche de la perfection tu laisses ton corps se soigner par ses propres moyens.

le pape chauffé au photovoltaïque

Le Vatican veut capter l’énergie solaire, « un don inextinguible qui vient d’en haut » (LeMonde du 4.09.2008). Avec ça, la face de la Biosphère va en être changée ! D’autant plus que le responsable du développement des énergies renouvelables rattaché au Vatican fait preuve d’un optimisme forcené : « L’énergie solaire pourrait satisfaire tous les besoins énergétiques de la Terre. » Il a oublié que la voracité de l’homo sapiens est inextinguible, surtout quand il vit dans une civilisation thermo-industrielle.

 Sincèrement, est-ce que vous avez besoin de voir des cellules photovoltaïques sur la coupole de la Basilique Saint-Pierre de Rome pour vous engager dans la lutte écologique ? Sincèrement, est-ce que vous avez besoin de croire en Dieu pour penser que la sincérité vaut mieux que le mensonge, que la générosité vaut mieux que l’égoïsme, que l’amour pour la Biosphère vaut mieux que la destruction de la planète ?

survivre aux survivalistes

Le mensuel La Décroissance (septembre 2008) nous présente un dossier «  survivre aux survivalistes ». Résumé : « Aux Etats-Unis, les survivalistes se donnent comme père fondateur Kurt Saxon, qui édite depuis 1974 une revue «le survivant ». Il s’agit de présenter des techniques de survie, mais aussi de combat dans la perspective de l’après-pétrole. Il ne s’agit pas tant de se préparer à survivre dans un monde devenu hostile que face à des humains devenus hostiles. Le survivaliste s’inquiète plus des futures pulsions de ses congénères que des possibilités de garder la terre fertile. Ce mouvement compte des milliers de membres, surtout aux Etats-Unis, qui réapprennent les techniques de la terre, la ferronnerie, l’artisanat d’antan. Selon eux, l’entrée dans l’ère du pétrole rare et cher va se concrétiser par une grande famine, par une relocalisation très brutale et par le retour à un âge de fer où seuls les plus organisés survivront. »

 

La question de fond, c’est donc la question de l’homme : humain ou inhumain ? Cette question n’a jamais été historiquement tranchée, sauf qu’on peut dénombrer des individualités particulièrement non-violentes, mais en petit nombre, et des clans agressifs en grand nombre. Dans nos sociétés de masse, la violence est déléguée à l’Etat, ce qui permet de minimiser le nombre de morts sauf quand l’Etat adopte lui-même un comportement clanique. Avec la pétrole-apocalypse, les Etats sortiront renforcés, gérant la pénurie et organisant le rationnement. Mais l’Etat est dépendant de ressources financières prélevées sur la population. Des pays africains aujourd’hui n’ont plus d’Etat central, mais des bandes armées ; la crise entraîne en effet l’impossibilité de recouvrir l’impôt. Avant d’en arriver au stade ultime de la décomposition clanique d’une société, l’Etat doit donc dès maintenant organiser la relocalisation des activités, cultiver l’esprit démocratique et entraîner les citoyens à penser à la fois local et global. Puisque l’Etat reste le soutien du capitalisme libéral individualiste et aliénant, un avenir tout rose n’est pas certain.

 

Nicolas Baverez semble confirmer mon analyse (LeMonde du 3.08.2008) : « L’été 2008 marque un tournant majeur, les pays développés basculent dans la récession, le chaos s’installe et la violence prolifère (…) La guerre n’est plus le monopole de l’Etat, mais se privatise sous la pression des communautés, croupes terroristes et organisations criminelles, qui prennent le contrôle de vastes espaces (…) Chacun est invité à méditer l’avertissement lancé par Soljenitsyne, L’homme qui n’est pas intérieurement préparé à la violence est toujours plus faible que celui qui lui fait violence. »

 Mais contre la brutalité de l’homme, mon choix restera celui de la non-violence et de la coopération : peut-être ainsi qu’un jour les humains deviendront plus humains.

libéralisme ou socialisme ?

Ce n’est pas dans les gros articles qu’il faut chercher les prémisses de l’avenir, mais dans les brèves de mon quotidien préféré. Ainsi dans LeMonde du 2.08.2008, Borloo voudrait attirer les déçus de la gauche et les orphelins de l’UDF pour constituer un nouveau « pôle social et écologique au sein de la majorité » (de droite !). Dans le même temps il existe une contribution générale en vue de la préparation du congrès socialiste menée par le pôle écologique du Parti socialiste. N’y aurait-il plus aucune différence entre la droite et la gauche en matière social-écologique ?

 

Historiquement libéralisme et marxisme ont été tous deux au service d’une croissance économique destructrice de l’environnement. La prise de conscience de l’urgence environnementale est très récente : en 1972 nous avons mesuré les limites de la croissance (rapport du Club de Rome) et l’ONU a organisé le premier sommet mondial de la Terre. Mais comme d’habitude les politiques, englués dans leurs traditions et les querelles de personne, ne suivent qu’avec retard. Devant la réalité objective des limites de la planète, les discours changent : le président de droite Sarkozy a mis en place en juillet-août dernier un Grenelle de l’environnement, faisant pour la première fois participer au débat les associations environnementalistes. Borloo, inclassable il est vrai, en rajoute aujourd’hui. L’écologie n’aurait-elle donc plus de frontières idéologiques !

 

Il n’en est rien, le libéralisme économique reste l’antithèse du socialisme et de l’écologie. Le libéralisme économique est une doctrine qui repose sur le désengagement de l’Etat, la responsabilité des chefs d’entreprise, la loi du marché et les inégalités. L’enjeu écologique nécessite une vision du long terme qui est complètement absente des mécanismes de marché. L’enjeu écologique nécessite une forte intervention de l’Etat et sans doute une planification écologique. L’enjeu écologique nécessite la participation de tous aux efforts nécessaires après débat démocratique. L’enjeu écologique nécessite de casser la spirale néfaste imitation/ostentation qui découle de la différence des normes de consommation entre riches et pauvres.

 Le fondement idéologique des socialistes, basé sur le rôle de l’Etat, la solidarité collective et un projet de société sans classes, nous prépare mieux que la droite à affronter les différentes crises écologiques et sociales qui émergent aujourd’hui. Contre le social-libéralisme, le social-écologisme pourrait nous ouvrir un avenir durable, plus égalitaire, plus sobre, plus convivial. Jean-Louis Borloo devrait quitter le giron de l’UMP et s’inscrire chez les Verts ou au Parti socialiste.

pour un socialisme écolo

Je ne suis pas d’accord avec la présentation de l’université d’été du PS par Libé (1.09.2008) : « Le PS grenouille à La Rochelle », « L’autodestruction », « Le bal des ego ». Je ne suis pas d’accord que Libé résume cet événement par de petites phrases : «  Personne dans notre génération ne s’est imposé et nous ne sommes pas crédibles collectivement (Martine Aubry) », « Aimez-vous les uns les autres ou disparaissez ! (Ségolène Royal) », « Le meilleur discours de La Rochelle, ce sera celui d’Obama (Pascal Terrasse) », « Le PS confirme à La Rochelle qu’il est gravement malade (Benoît Hamon) »…

Le PS vaut bien mieux que ces propos à l’emporte-pièce. Alors que l’université d’été du PCF réunissait 300 à 350 participants, le PS a rassemblé plusieurs milliers de militants. Ce n’est pas rien. Le PS se cherche, il est vrai. Le Monde du 1.09.2008 analyse : « Plus fondamentale que cette guerre des chefs, ou plutôt contribuant à l’expliquer, c’est la difficulté qu’éprouve le PS à fixer une nouvelle doctrine, sa lenteur à émettre des propositions innovantes qui expliquent sa si longue maladie ». Mais comment définir une bonne politique aujourd’hui ? Sarkozy va dans tous les sens à la fois, où se trouve la bonne direction ?

Il faudrait reconnaître que le Parti socialiste possède déjà une boussole. Des pistes de réflexion se trouvent dans la nouvelle Déclaration de principes du Parti socialiste qui, au-delà d’un réformisme assumé, oriente le socialisme vers un écologisme affirmé. Il s’agit de « sauvegarde de la planète » (article 1), d’une humanité « respectueuse de la nature » (article 2), de finalités du socialisme qui « portent pleinement la volonté de préserver notre planète aujourd’hui menacée » (art.3), d’impératif écologique (art.7). Alain Bergounioux, secrétaire national aux études, était clair (l’hebdo des socialistes, 26 avril 2008) : «  Il apparaît qu’il ne peut y avoir de libération possible qu’au prix d’une véritable sauvegarde de la planète. Cette déclaration fait donc du développement durable une finalité en soi, ce qui nous conduit à redéfinir la notion même de progrès ».

 Or parmi les 21 contributions générales, la contribution « pour un socialisme écologique » revendique haut et fort une filiation avec cette nouvelle Déclaration de principes : « Il faut prendre toute la mesure des bouleversements du monde (…) Jamais le capitalisme n’a connu dans son histoire la conjugaison simultanée de quatre crises structurelles ayant pour origine commune l’empreinte excessive des activités humaines sur les ressources non renouvelables de la planète… » C’est donc le socialisme écologique qui devrait faire l’unité idéologique du socialisme pour un avenir durable. Il semble utile de rappeler que les militants votent lors d’un Congrès d’abord pour des motions (donc, en principe, pour des idées), et ensuite seulement pour élire un premier secrétaire. Pour l’instant, il faut soutenir la contribution « Pour un socialisme écologique », le combat des idées est préférable aux combats des chefs.

buvons l’eau de proximité

Dans LeMonde du 29.08.2008, rien à signaler ; je désespérais de trouver motif à ma critique quotidienne. En désespoir de cause, j’ai feuilleté  le Monde des livres, ce panégyrique romanesque des livres qui ne montre aucune capacité analytique. Et là, j’ai trouvé mention de Bertrand de Jouvenel (1903-1987), un de mes auteurs de référence. J’ai appris qu’il avait été rédacteur en cher d’un brûlot d’extrême-droite et qu’il a même pu être qualifié de fasciste et de pronazi. Mais je ne m’intéresse pas aux erreurs des uns ou des autres, je ne considère que le débat d’idées. Je garderai donc de Jouvenel la mémoire de son livre de 1968, Arcadie ou essai sur le mieux vivre. Ainsi quelques morceaux mémorables :

 

« Les progrès matériels que nous avons faits tiennent à la mise en œuvre de forces naturelles : car il est bien vrai que nos moyens physiques sont très faibles et, relativement à notre taille, bien plus faibles que ceux des fourmis. Aussi J.B. Say avait-il raison de noter qu’Adam Smith s’égare « lorsqu’il attribue une influence gigantesque à la division du travail, ou plutôt à la séparation des occupations ; non que cette influence soit nulle, ni même médiocre, mais les plus grandes merveilles en ce genre ne sont pas dues à la nature du travail : on les doit à l’usage qu’on fait des forces de la nature ».

 

            « Nous faisons preuve de myopie lorsque  nous négligeons de nous intéresser à l’entretien et à l’amélioration de notre infrastructure fondamentale : la Nature. Voilà un héritage que nous laisserons en piètre état à nos successeurs. Pourquoi avons-nous été si peu soigneux ? Parce que la Nature fournit gratuitement ses services productifs, et par conséquent, la nature ne fait pas partie de nos actifs. (…) Je me suis souvent demandé si, pour redresser les erreurs dans lesquelles nous jette notre manière de penser, nous ne devrions pas rendre aux rivières ce statut de personnes qui était le leur aux époques païennes. L’homme de notre civilisation ne se regarde point comme gardien de notre demeure terrestre ; il est fier d’en être le pillard habile et irresponsable. A cet égard, il est en recul moral relativement au « manant » qu’il méprise. Le manant avait soin de son coin de terre, et les générations successives ont imprimé au paysage rural une beauté plus touchante que les joyaux de nos musées.

 

« Une autre manière de penser, c’est de transformer l’économie politique en écologie politique ; je veux dire que les flux retracés et mesurés par l’économiste doivent être reconnus comme dérivations entées sur les circuits de la Nature. Ceci est nécessaire puisque nous ne pouvons plus considérer l’activité humaine comme une chétive agitation à la surface de la terre incapable d’affecter notre demeure. Comme notre pouvoir sur les facteurs naturels s’accroît, il devient prudent de les considérer comme un capital. Parce que la Comptabilité Nationale est fondée sur les transactions financières, elle compte pour rien la Nature à laquelle nous ne devons rien en fait de payement financier, mais à laquelle nous devons tout en fait de moyens d’existence. Le terme d’infrastructure est à présent populaire, il est bon d’avoir donné conscience que nos opérations dépendent d’une infrastructure de moyens de communication, transport, et distribution d’énergie. Mais cette infrastructure construite de main d’homme est elle-même superstructure relativement à l’infrastructure par nous trouvée, celle des ressources et circuits de la Nature. »

essai sur le mieux vivre

Dans LeMonde du 29.08.2008, rien à signaler ; je désespérais de trouver motif à ma critique quotidienne. En désespoir de cause, j’ai feuilleté  le Monde des livres, ce panégyrique romanesque des livres qui ne montre aucune capacité analytique. Et là, j’ai trouvé mention de Bertrand de Jouvenel (1903-1987), un de mes auteurs de référence. J’ai appris qu’il avait été rédacteur en cher d’un brûlot d’extrême-droite et qu’il a même pu être qualifié de fasciste et de pronazi. Mais je ne m’intéresse pas aux erreurs des uns ou des autres, je ne considère que le débat d’idées. Je garderai donc de Jouvenel la mémoire de son livre de 1968, Arcadie ou essai sur le mieux vivre. Ainsi quelques morceaux mémorables :

 

« Les progrès matériels que nous avons faits tiennent à la mise en œuvre de forces naturelles : car il est bien vrai que nos moyens physiques sont très faibles et, relativement à notre taille, bien plus faibles que ceux des fourmis. Aussi J.B. Say avait-il raison de noter qu’Adam Smith s’égare « lorsqu’il attribue une influence gigantesque à la division du travail, ou plutôt à la séparation des occupations ; non que cette influence soit nulle, ni même médiocre, mais les plus grandes merveilles en ce genre ne sont pas dues à la nature du travail : on les doit à l’usage qu’on fait des forces de la nature ».

 

            « Nous faisons preuve de myopie lorsque  nous négligeons de nous intéresser à l’entretien et à l’amélioration de notre infrastructure fondamentale : la Nature. Voilà un héritage que nous laisserons en piètre état à nos successeurs. Pourquoi avons-nous été si peu soigneux ? Parce que la Nature fournit gratuitement ses services productifs, et par conséquent, la nature ne fait pas partie de nos actifs. (…) Je me suis souvent demandé si, pour redresser les erreurs dans lesquelles nous jette notre manière de penser, nous ne devrions pas rendre aux rivières ce statut de personnes qui était le leur aux époques païennes. L’homme de notre civilisation ne se regarde point comme gardien de notre demeure terrestre ; il est fier d’en être le pillard habile et irresponsable. A cet égard, il est en recul moral relativement au « manant » qu’il méprise. Le manant avait soin de son coin de terre, et les générations successives ont imprimé au paysage rural une beauté plus touchante que les joyaux de nos musées.

 « Une autre manière de penser, c’est de transformer l’économie politique en écologie politique ; je veux dire que les flux retracés et mesurés par l’économiste doivent être reconnus comme dérivations entées sur les circuits de la Nature. Ceci est nécessaire puisque nous ne pouvons plus considérer l’activité humaine comme une chétive agitation à la surface de la terre incapable d’affecter notre demeure. Comme notre pouvoir sur les facteurs naturels s’accroît, il devient prudent de les considérer comme un capital. Parce que la Comptabilité Nationale est fondée sur les transactions financières, elle compte pour rien la Nature à laquelle nous ne devons rien en fait de payement financier, mais à laquelle nous devons tout en fait de moyens d’existence. Le terme d’infrastructure est à présent populaire, il est bon d’avoir donné conscience que nos opérations dépendent d’une infrastructure de moyens de communication, transport, et distribution d’énergie. Mais cette infrastructure construite de main d’homme est elle-même superstructure relativement à l’infrastructure par nous trouvée, celle des ressources et circuits de la Nature. »

plastic formatage

Mon quotidien préféré présente souvent des portraits de personnalités qui ne disent pas que des vérités. Ainsi Ivo Pitanguy, médecin brésilien  et référence mondiale de la chirurgie plastique et esthétique (LeMonde du 28.08.2008) a des convictions. Sur quoi reposent-t-elles ? Une conception un peut trop tendancieuse de la beauté : « Se sentir beau, c’est être en paix avec l’image qu’on se fait de soi-même. Par instinct, chaque homme veut ressembler aux autres. La moindre disgrâce peut être source de malheur. Il serait cruel de ne pas y remédier. »

 

            Ce raisonnement biaisé repose sur un a-priori, l’existence d’un instinct, c’est-à-dire d’un comportement génétiquement programmé. Or en l’état actuel de nos connaissances, l’homo sapiens est un être de culture, il n’a pas de pulsion génétique déterminante. Comme disait par exemple Simone de Beauvoir, « On ne naît pas femme, on le devient ». La culture transforme notre nature. Plus particulièrement dans le domaine du comportement social, un homme peut vouloir ressembler aux autres, ou s’en différencier ; il apprend le OUI et l’imitation, il apprend en même temps le NON et la différenciation. Les femmes brésiliennes, championne du monde de la chirurgie des seins, ne vont pas affronter le bistouri par instinct, mais parce qu’une insidieuse propagande leur fait dénigrer leur propre poitrine.

 Restons respectueux de notre physique tel qu’il nous a été donné, et nous trouverons plus facilement l’harmonie avec la nature. Le scandale ne réside pas dans un nez  dit disgracieux ou des fesses tombantes, il réside dans l’artificialisation totale de notre façon de vivre qui va jusqu’à la remise en cause de notre intégrité corporelle. Nous nous éloignons de la nature, la nature se rappellera à nous : dans la tombe, les vers reconnaîtront le silicone. 

le PS, écolo ?

L’éditorial du Monde (27.08.2008) est absolument cinglant pour les socialistes : « Le PS est miné par la dépression, la dispersion, la confusion (…) Les socialistes sont plus que jamais englués dans des batailles d’ego, de personnalités, de courants et de jeux tactiques (…) Ce spectacle est  désolant. ». Ce n’est pas un très bon commentaire de la déclaration de candidature de Delanoë à la direction du PS qui fait la Une de ce numéro ! On apprend quand même que Bertrand cherche à constituer une coalition qui rassemblerait aussi le Pôle écologique. Tiens, le PS fait de l’écologie, première nouvelle !! En page 9, Bertrand appâte le client : « J’ai lu pendant l’été la contribution du pôle écologique, dont les propositions, très utiles, révèlent de vraies convergences. Nous sommes donc ouvert… ». Un nouvel éléphant du PS va-t-il aller encore plus vite que les vélibs ? Le suspense est insoutenable.

 

Quand on voit que Pierre Moscovici, dont le papa est écolo, peut écrire une tribune (page 18) qui décrit un PS miné par la dépression, la dispersion, la confusion et parle seulement au détour d’une phrase d’une « économie de marché écologique et sociale », nous subodorons déjà que le PS ne deviendra jamais avec de tels leaders véritablement social-écologiste. Mais les réalités objectives, l’épuisement des ressources naturelles et la destruction de l’environnement, forceront forcément le PS à évoluer vers la prise en compte des contraintes naturelles et à remiser la querelle des chefs dans les vestiaires.

 Quand on apprend en p.11 que l’Iran, en proie à la sécheresse, va acheter son blé aux Etats-Unis, on se rend bien compte que l’urgence écologique traverse déjà les frontières et les idéologies. Les éléphanteaux du PS n’ont donc qu’une possibilité pour donner au Parti une nouvelle impulsion, doctrinale et non fratricide : il faut qu’ils soutiennent la contribution du pôle écologique…

permafrost, bombe à retardement

Le permafrost arctique pourrait relâcher d’importantes quantités de gaz à effet de serre car il contient beaucoup plus de carbone que ce que l’on croyait. Dommage que cette brève tienne encore moins de place dans LeMonde du 26.08.2008 que les revers judiciaires pour deux ex-membres du groupe rock The Doors, évènement dont on se fout complètement. Mais il est encore plus dommageable que LeMonde consacre dans ce même numéro une page entière à l’automobile (une Porsche à 230 g/CO2et un 4×4 Audi soumis au malus écologique).

 

Nous savons (nous devrions savoir) que les gaz à effet de serre que nous émettons en brûlant du pétrole fragilisent la température de notre globe, ce qui en retour fait fondre le permafrost qui à son tour va dégager encore plus de CO2. Certains spécialistes du climat craignent donc un emballement du réchauffement climatique avec des tas de rétroactions dites « positives ». Si LeMonde était logique avec nos connaissances scientifiques, il s’abstiendrait complètement de toute publicité déguisée ou non sur les grosses automobiles. Mais un média qui dépend de la publicité pour survivre peut-il ne plus parler des automobiles qui tuent, qui polluent et qui nous rendent cons ?

 

Quelques précisions : Le permafrost, ce sol perpétuellement gelé des régions arctiques, recouvre une surface de plus de 10 millions de km: ce territoire grand comme l’Europe est aujourd’hui menacé par le réchauffement climatique. Constitué en Alaska de terres, de déchets végétaux et de glace, il a fondu en vingt ans sur une épaisseur de 2 mètres. Dans le pire des cas, le permafrost pourrait ne plus occuper que 1 million de km2 en 2100, une division par 10. Comme le permafrost contiendrait, selon les estimations, au moins 30 % de tout le carbone stocké dans le sol de la planète, la fonte pourrait à son tour accélérer le réchauffement climatique. Si le permafrost se décompose moins vite qu’on ne le pense, il y aurait quand même émission de méthane qui est un gaz à effet de serre encore plus puissant que le CO2.

le PS, parti de masse

René Dumont disait déjà il y a fort longtemps qu’il fallait écologiser les politiques et politiser les écologistes. Nous sommes toujours loin du compte. La Ligue communiste révolutionnaire (LCR) ne connaît pas l’urgence écologique, elle ne veut connaître que le Smic avec 300 euros de plus et l’arrêt des licenciements.  Même si ce futur « Nouveau Parti anticapitaliste » connaît actuellement un regain d’intérêt, il aura beaucoup de mal à répondre durablement aux demandes des couches populaires précarisées parce que nous vivons déjà dans les pays riches bien au-dessus des ressources de la planète et que le patronat n’écoutera ni la complainte des pauvres gens, ni les gémissements de la Biosphère. Un exemple ? Dans LeMonde du 25.08.2008, le Medef refuse d’ouvrir la négociation sur un nouveau chèque transport. Malgré la demande du Premier ministre qui demande « une meilleure prise en charge des frais de déplacements domicile-travail » (dans un contexte de hausse du prix du baril), la présidente de l’organisation patronale Laurence Parisot oppose une fin de non-recevoir.

 Nous savons déjà que la crise écologique frappe en premier les couches les plus défavorisées. Nous n’avons pas besoin d’une multitude de partis politiques qui se veulent toujours plus à gauche ou les plus écolo de tous, nous avons besoin d’une gauche qui dise que les temps à venir vont être très difficiles à cause de l’épuisement des ressources naturelles et de la détérioration de notre environnement (par exemple le réchauffement climatique) et que la solidarité collective est la seule réponse. Que les militants de la LCR et les militants des Verts rejoignent en masse le Parti socialiste pour en faire enfin un parti éclairé des contraintes de notre temps, et la face du monde franco-français en sera peut-être changé !

Pékin out, OUF !

Lunettes théoriques : que penser des JO ?

J’ai survolé les différents suppléments Pékin2008 joint chaque jour au quotidien par LeMonde. A part le fait que le doute plane toujours sur le dopage et que la Chine est mal partie, avec ou sans les Jeux, rien à signaler. Mais je suis tombé en arrêt sur cette déclaration de Boris Johnson, maire de Londres, ville hôte des jeux olympiques  de 2012 : « Les Jeux de Londres ne seront pas les jeux de l’austérité. »

 

On ne être peut plus clair, les JO sont d’abord et surtout une histoire de fric. Les JO favorisent le sentiment d’appartenance à une communauté particulière et ce sentiment est dorénavant valorisé pour des considérations financières. Les jeux olympiques ont été privés de ressources financières jusqu’en 1972 parce que le Président du CIO de l’époque était un farouche défenseur de l’amateurisme et pensait que les jeux pouvaient se passer de la télévision. Maintenant, le CIO est devenu richissime grâce à la vente des droits de retransmission et au sponsoring d’épreuves désormais ouvertement professionnelles. Sous le prétexte du sport comme expression des peuples, les jeux Olympiques sont aujourd’hui le cache-sexe du système marchand : sur le stade comme ailleurs, la lutte entre Etats se transforme en lutte entre firmes. La compétition devient alors moins importante que le regard que les téléspectateurs portent sur elle : l’Audimat prime de plus en plus sur les chronomètres. Les jeux de stade sont devenus une vitrine planétaire où les fabricants valorisent leur image et les Jeux semblent condamnés à ne plus être qu’un long show fluo entre les cérémonies d’ouverture et de clôture. Notre Biosphère a besoin d’austérité, les JO nous grisent de paillettes.

 Comment est-il possible que nous accordions tant d’importance à des épiphénomènes tels que celui de savoir qui est l’homme le plus rapide de la planète sur 100 mètres, quelle est la femme qui nage le plus vite la brasse papillon ou quel est le pays qui aura le plus grand nombre de médailles ? Par contre, nous ne savons pas, et nul ne s’en soucie, quel est l’homme le plus courageux pour lutter contre l’iniquité et quelle est la femme la plus acharnée à dénoncer la pollution. Pourquoi ? Parce que le sport-spectacle a été un des moyens d’anesthésier le peuple en occultant la hiérarchie des vraies valeurs. Peu importe dorénavant de célébrer les JO dans une des villes les plus polluées au monde, cela n’a plus d’importance.

décroissance démographique

Selon LeMonde du 23.08.2008, il paraît que la France est en bonne santé puisque « le seuil de deux enfants par femme est de nouveau atteint ». L’éditorial titré « un atout pour l’avenir » est dithyrambique : « Taux de fécondité le plus élevé l’UE, signe d’une belle confiance dans les temps futurs » ou Performance qui nous donne la médaille d’or en Europe ». Le cœur du raisonnement postule qu’ « Il n’est de puissance que démographique. Ce qu’Alfred Sauvy enseignait, les géants chinois, indien ou brésilien nous le démontrent tous les jours. Ils doivent leur développement à leur population ».

 

Je n’ai pas peur de dire que les éditorialistes du monde déraillent. Ce n’est pas parce que depuis Jean Bodin (1530-1596) on répète bêtement en France qu’il n’est de richesse que d’hommes que cela devient une vérité. La puissance n’est jamais quantitative, elle est qualitative. Les pays émergents ne profitent pas de leur grand nombre de travailleurs, mais des transferts de technologie, du libre-échange, de l’exode rural, de l’exploitation de la main d’œuvre. Il faut voir aussi le prix négatif de ce « développement », entassement urbain, bidonvilles, explosion des inégalités, surconsommation et gaspillage, détérioration des ressources de la Biosphère et j’en passe.

 Il ne faut certainement pas comme le prône LeMonde renforcer les dispositifs natalistes, mais au contraire appliquer la politique chinoise de planification familiale. Il ne faut pas avoir  peur de dire que l’explosion démographique est le cancer de la Terre et que notre avenir est compromis : nous détruisons les écosystèmes qui nous font vivre. Des pays trop riches comme la France doivent montrer le bon exemple, la décroissance démographique. Les exemples à suivre sont l’Allemagne  (1,37 enfant par femme) ou les anciens pays du bloc soviétique dont les taux de fécondité ne dépassent par 1,35.

les tiers-absents

Nicolas Sarkozy, sempiternel Président du minuscule royaume de France, est tenté par la « croissance verte » (LeMonde du 22.08.2008). L’Elysée voit dans la mise en œuvre des propositions du Grenelle de l’environnement un nouveau moteur économique, la promotion d’un mode de développement durable.

 

Je préfère les dessins de Serguei dans le même numéro du Monde qui nous présente un homo sapiens seul à une table de discussion, assis devant une mappemonde. S’ajoute sur les chaises différents animaux (pingouin, éléphant, lion…) et quand la salle est pleine, l’homme ouvre la séance : « Et si on essayait de résoudre le problème (de la planète) ensemble ? »

 La France n’est qu’un petit territoire qui ne peut ignorer que toute croissance détériore les écosystèmes et met en péril non seulement la biodiversité, mais aussi par là même l’avenir de l’espèce humaine. Nous devons tenir compte dans nos processus de décision des tiers-absents, à savoir les non-humains et nos générations futures. C’est seulement en agissant ainsi que nous donnerons tout son poids à l’exercice de la délibération démocratique.