Peine de mort abolie, une avancée majeure ?

Emmanuel Macron a célébré le 9 octobre 2021 les 40 ans de l’abolition de la peine de mort, à son avis « une avancée civilisationnelle majeure ». Que veut dire une telle présomption ? Un chef d’État est-il doté de l’infaillibilité pontificale ? Notons d’un point de vue démocratique qu’en 2020 encore, 55 % des personnes interrogées dans un sondage Ipsos se disaient favorables au retour de la peine de mort. Macron et Badinter sont-ils plus pertinents que le point de vue du peuple ? Voici les argumentations d’un côté et de l’autre.

Robert Badinter : « Je veux vous dire ma conviction absolue, la peine de mort est vouée à disparaître de ce monde, parce qu’elle est une honte pour l’humanité. Jamais, nulle part, elle n’a fait reculer la criminalité sanglante … En vérité, la peine de mort ne défend pas la société des femmes et des hommes libres, elle la déshonore…  L’abolition est devenue un pilier de la civilisation européenne… Vive l’abolition universelle ! » 

Déplaisant, alors que le sujet méritait plus de raison que de passion. Notons la faiblesse de l’argumentation de Badinter qui repose sur un acte de foi personnel au nom d’un sentiment de « honte » que 55 % des Français n’éprouvent pas. Nous nous souvenons parfaitement du discours de Robert Badinter en 1981, surchargé de pathos à l’excès, dégoulinant de grandeur d’âme envers les criminels et oubliant complètement le sort funeste des victimes d’assassinats. En termes d’universalisme, on en est loin, très loin. Pour notre part, nous proposons comme avancée de l’intelligence collective l’avènement du système démocratique en lieu et place des arguments d’autorité, au peuple de décider le registre légal des sanctions punitives, sachant que ce qui se décide aujourd’hui peut être modifié demain. De toute façon, priver quelqu’un de liberté pour le reste de sa vie est tout aussi cruel, si ce n’est plus cruel encore qu’une mort douce.

Emmanuel Macron, le Jupiter français : « En 1981, la France a été le 35e État à abolir la peine de mort. A ce jour,  106 États ont emprunté la voie abolitionniste quand 50 autres respectent un moratoire de droit ou de fait sur les exécutions… 483 exécutions , un nombre certainement sous-évalué, ont été perpétrées dans le monde en 2020 par des régimes politiques qui ont pour la plupart en commun un goût partagé pour le despotisme, le rejet de l’universalité des droits de l’homme… partout où la peine de mort est prodiguée, la barbarie domine, partout où la peine de mort est rare la civilisation règne. »

Notons que ce que font d’autres pays n’est jamais un argument en soi pour faire de même. Notons aussi que la démocratique France d’avant 1981 assumait la peine de mort, et que des pays jugés démocratiques comme certains États américains, le Japon ou l’Inde l’appliquent toujours. Décernons un point Godwin à Macron qui voit de la barbarie dans ce qui est seulement discussion sur le système pénal. Soyons véritablement démocratique, demandons l’avis du peuple sur ce type de question : souhaitez vous le rétablissement de la peine de mort pour les assassins récidivistes et les terroristes ? Nous sommes sûr du résultat. L’État prend en charge le traitement judiciaire d’un meurtre pour éviter l’usage de la vengeance privées. Encore faudrait-il éviter ses ingérences dans le registre des sanctions à la libre disposition des décisions du jury d’Assises. La légitime défense existe, on pourrait arguer que la peine de mort n’est jamais qu’une légitime défense de la victime par l’intermédiaire de la société. Soulignons enfin qu’envoyer à la guerre (au Mali ou ailleurs), c’est décider d’envoyer à la mort des soldats dans des guerres inutiles. Etait-il vraiment justifié d’accompagner les USA dans leur expédition punitive en Afghanistan. 150 000 morts pour rien dont 50 000 civils parfaitement innocents. Remarquons d’ailleurs que le chef d’État se permet de décider des assassinats dans le cadre des opérations Homo, une élimination de personnes menée par le service Action de la DGSE.

Emmanuel Macron, leader des pays civilisés : « La France va relancer le combat pour l’abolition universelle de la peine de mort…  Je vais saisir l’occasion de la présidence française de l’Union européenne, qui débute en janvier 2022, pour organiser à Paris une rencontre « au plus haut niveau » avec les sociétés civiles des États appliquant encore la peine de mort. La France, avec ses partenaires de l’Union européenne, présentera à la prochaine session des Nations unies un projet de résolution pour que chaque année, les États n’ayant pas aboli la peine de mort communiquent à l’ONU le nombre de condamnations prononcées et le nombre d’exécutions… »

Donc la France veut expliquer au monde entier ce qui est la bonne norme. A quel titre ?  Les ingérences ne sont jamais bonnes en soi, aller bombarder l’Afghanistan au nom de « la lutte pour la démocratie », aller frapper le Rwanda au nom « des droits de l’homme », faire la guerre au Tchad au nom « des valeurs de la France »… et maintenant vouloir l’abolition universelle de la peine de mort ! Macron avait dit que la colonisation était un crime contre l’humanité, la volonté d’imposer ses propres critères gouvernementaux à un autre peuple fait aussi partie de cette catégorie. Nous sommes très très loin dans les propos de Macron d’un changement civilisationnel majeur !

Partagez ...

11 réflexions sur “Peine de mort abolie, une avancée majeure ?”

  1. L’abolition de la peine de mort a été le rétablissement de la peine de mort des honnêtes gens ! Quand on voit le nombre de criminels qui ressortent de prison pour récidiver, mieux vaut rétablir la guillotine. D’autant que la prison est très coûteuse, c’est la double sanction pour les honnêtes gens qui doivent payer des impôts pour entretenir tous ces criminels !

  2. Criblant de balles neuf fidèles noirs qui venaient de l’accueillir à bras ouverts pour une séance d’étude de la Bible, Dylan Roof avait ouvert le feu 77 fois dans une église méthodiste de Charleston. Il était convaincu d’une suprématie des hommes blancs sur les autres races qu’il considère comme inférieures.
    Une cour d’appel fédérale a confirmé le 25 août 2021 sa condamnation à mort. « Aucun résumé clinique ni analyse juridique fouillée ne peut totalement rendre compte de l’atrocité de l’acte de Roof. Ses crimes le placent sous le coup de la sentence la plus sévère qu’une société juste puisse rendre », ont conclu les juges du tribunal de Richmond, dans leur arrêt rendu à l’unanimité.

    1. Dis Papa, c'est quand qu'on va où ?

      – « Fjotolf Hansen, connu sous son ancien nom Anders Behring Breivik, né le 13 février 1979 à Oslo, est un terroriste norvégien d’extrême droite qui a perpétré et revendiqué les attentats d’Oslo et d’Utøya qui ont fait un total de 77 morts et 151 blessés le 22 juillet 2011.
      […] Lors d’une première expertise, Breivik est diagnostiqué schizophrène par deux psychiatres mandatés par la justice norvégienne. D’après leur rapport, il a agi de manière pulsionnelle, sous l’emprise de pensées délirantes […] À l’issue d’un procès où il multiplie les provocations, il est jugé responsable de ses actes et condamné à la peine indéterminée, soit 21 ans de prison prolongeables, la peine maximale en Norvège, le 24 août 2012. (Wikipedia)

      Moralité : Deux endroits, deux points de vue, deux mesures. L’Avant est à géométrie variable.

  3. Je serais curieux de connaître la réaction de personnes dont la famille a été décimée par des crapules : gageons qu’ ils ne tiendraient pas le discours laxiste teinté de fausse indignation mais voueraient une haine féroce à l’ endroit des criminels les vouant aux gémonies.
    Comment une peine de mort appliquée au compte – gouttes peut – elle être dissuasive ? Il en serait autrement si elle était pratiquée à intervalles très réguliers :

    1. Esprit critique

      – « Déplaisant, alors que le sujet méritait plus de raison que de passion. »
      C’est pas moi qui l’a dit le premier, c’est Biosphère. Toutefois je suis d’accord.
      Comment les opinions de personnes sous l’emprise d’émotions douloureuses (peine, haine…) pourraient-elle nous aider à avancer ?

    2. N'importe quoi

      – « Jamais, nulle part, elle n’a fait reculer la criminalité sanglante » (Badinter)
      Autrement dit, la peine de mort n’est nullement dissuasive. C’est un fait.
      Un fait auquel les partisans opposants un «argument» :
      – « Il en serait autrement si elle était pratiquée à intervalles très réguliers».
      Autrement dit, tous les ans, tous les mois. Et pourquoi pas tous les jours ?
      Et quand il n’y aura plus de «terroristes muzz (pléonasme)» (sic 12 OCTOBRE 2021 À 19:16) ni de «monstres humains façon Fourniret / Dutroux» etc. plus aucun grand criminel à exécuter pour dissuader, nous y passerons les voleurs de mobylettes. Et quand il n’y en aura plus, de ceux-là non plus, pour continuer à dissuader et pour ne pas perdre la main, et en même temps, il suffira de prendre n’importe qui au hasard. Pas dans n’importe quel lot bien sûr. Misère misère !

      1. Alors, il fut un temps où voler une poule pouvait vous conduire au gibet. Et, effectivement, on pendait a tour de bras, régulièrement, dans la France d’autrefois… Est-ce que ça arrêtait les voleurs ? Nullement. Donc, pour le côté dissuasif, on en reparlera.

        Maintenant, concernant la peine de mort, ce qui a été fait peut être défait. Dans une situation d’effondrement – ce qui apparemment nous attend si l’on en croit Biosphère – les vieilles méthodes peuvent revenir très vite. Je ne le souhaite pas mais je suis plutôt pessimiste à ce sujet.

  4. esprit critique

    – « Notons la faiblesse de l’argumentation de Badinter qui repose sur un acte de foi personnel au nom d’un sentiment de « honte » que 55 % des Français n’éprouvent pas. […] Soyons véritablement démocratique, demandons l’avis du peuple » (Biosphère)

    Arrêtons plutôt l’hypocrisie, déjà dans l’argumentation. La démocratie (ce qu’il en reste) a bon dos, elle aussi ! On va demander l’avis du Pôple et il dira qu’il est POUR…
    Et alors… ces 55% seraient-ils plus intelligents que les 45% ? D’une manière plus générale, depuis quand une majorité aurait-elle forcément raison ? Et depuis quand le Pôple serait-il intelligent, depuis quand il saurait mieux que quiconque ce qui est bien, ce qui est bon etc. ? Bref, le Gros Animal est-il doté de l’infaillibilité pontificale ?
    Et quand le peuple (en jaune, ou pas) dit NON aux augmentations… quand il dit OUI au tout dernier Smartphone, aux jeux du Cirque etc. etc…. qu’est ce qu’on dit là ?

    1. esprit critique

      Quant à la honte (pourquoi des guillemets ?), force est de constater qu’elle est devenue une émotion totalement étrangère à de plus en plus de monde.
      On appelle ça des citoyens … Dire et faire n’importe quoi, débiter des conneries de plus en plus grosses, dégueuler sa haine, se montrer, s’étaler, dans toutes les situations et positions… c’est sûr, faut vraiment ne pas avoir honte.
      Ou alors le mot HONTE a lui aussi du plomb dans l’aile. Misère misère !

  5. Je suis bien entendu en faveur de la peine de mort pour les cas les plus graves (terroristes muzz (pléonasme) / monstres humains façon Fourniret / Dutroux) , agressions violentes à main armée , agressions violentezs de personnes âgées ou faibles … 😎
    Bien entendu , cette peine ne peut être prononcée qu’ après une enquête très minutieuse pour éviter d’ envoyer de malheureux innocents au casse pipe
    Nous pouvons à juste titre remercier Robert l’ avocat le plus Bas d’ Inter pour son laxisme typiquement socialope induisant une criminalité croissante !
    Confions ce sujet à un referendum populaire dont le résultat aurait force de loi et l’ on pourrait se bidonner en voyant la tronche défaite des gaucholaxistes (repléonasme) 😂😂

  6. Pour moi ce sujet ne devrait même plus être discuté, du moins en France.
    Même si je mets Mitterrand dans le panier des crapules (les grosses, les petites etc.) je lui reconnais au moins le mérite d’avoir aboli cette ignominie en France. Et sur ce point on ne peut même pas lui reprocher d’avoir triché. Alors que l’Opinion (la sacro-sainte) était largement du côté de Sardou (je suis POUR), Tonton avait clairement annoncé qu’il l’abolirait. Et il l’a fait, chapeau !
    Bien que je ne puisse pas dire que c’est ma conviction absolue, je partage le point de vue de Badinter.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *