pour mieux connaître Nicolas Hulot

J’ai lu avec attention l’autobiographie de Gandhi et la biographie de René Dumont. L’exemplarité de certains constitue ma référence et notre patrimoine commun. J’ai suivi avec assiduité depuis de nombreuses années les faits et les gestes de Nicolas Hulot. Je sais (presque) tout de lui, c’est un personnage public, c’est devenu une référence. Il mérite d’être connu, c’est l’objectif de ce livre*. Pour donner une validité spécifique à cette biographie non autorisée de Nicolas, je me suis appuyé directement sur une masse d’informations. Ce livre est pour ainsi dire une (auto)biographie recomposée, un recueil de citations mis en forme, un répertoire d’actions accomplies publiquement, un puzzle passionnément assemblé. L’ensemble relève cependant de ma seule responsabilité puisque c’est sous ma propre initiative que j’ai retracé ce qu’a dit ou fait Nicolas. Le résultat global me paraît digne d’être médité.

Nous les humains nous aimons les histoires, nous aimons suivre l’idole du moment ou le héros d’une série policière. Dans le domaine de l’engagement militant au service de la cause écologique, nous avons malheureusement peu d’histoires à raconter. Nicolas Hulot pourrait devenir un modèle à suivre et soutenir, peut-être même une personnalité à laquelle s’identifier. Tel est l’enjeu de ce livre, raconter une histoire vraie qui ne se termine pas toujours très bien. Mais au moins Nicolas aura essayé de « sauver la planète » à son échelle, y compris en tant que ministre de la transition écologique et solidaire.

Nicolas Hulot lit beaucoup et il fait partager ses lectures. Dans ses voyages au long cours, il emportait les livres de Boris Cyrulnik, Théodore Monod, Hubert Reeves, Pierre Rabhi, Francis Hallé et bien d’autres. Pour une émission d’Ushuaïa, il avait annoté pas moins de huit ouvrages sur l’évolution, de Darwin à Mendel. Pourtant Nicolas a été beaucoup attaqué par une certaine frange de personnes qui se contentent d’une approche superficielle de « l’hélicologiste vendeur de shampoing ». Nous sommes une époque où le bashing fait rage. Le bashing (mot qui désigne le fait d’infliger une raclée) est un anglicisme utilisé pour décrire la forme de défoulement qui consiste à dénigrer collectivement un individu ou une thématique. Cette confrontation virtuelle est favorisée par l’informatisation de la communication et l’exacerbation des individualités. Chercher toujours la faille d’une personne est contre-productif, chacun de nous a ses défauts et ses qualités. C’est trop facile aujourd’hui de critiquer une personne en étant assis confortablement devant son clavier d’ordinateur. Ce qui est difficile, c’est de la regarder avec bienveillance, sans la condamner a priori sous tel ou tel prétexte. Ce qui est difficile, c’est de faire l’effort de comprendre autrui au plus profond de ses actes. Ce livre veut mettre en lumière ce qui élève l’homme. Nicolas a été confronté à la brûlure du pouvoir, la tension permanente qui existe entre des idées généreuses au niveau écologique et des actes englués dans les rapports de force socio-politiques. Mais il a quand même essayé de faire passer ses idées en actes. (à suivre)

* Extraits du livre de Michel Sourrouille, « Nicolas Hulot, la brûlure du pouvoir »

A commander de préférence chez votre libraire de proximité ou par défaut Amazon, Cultura, La Procure, etc.

Partagez ...

13 réflexions sur “pour mieux connaître Nicolas Hulot”

  1. a). « Et vous, ne le seriez-vous pas également, par hasard ? Oh pas par George Soros, évidemment, d’ailleurs je ne vois pas ce qu’il vient faire là-dedans. »

    On se calme , mon pépère !
    Question lobotomisation , vous devez sûrement en connaître un rayon ===> vos positions bisounoursiennes sur la question immigratoire
    Soros a tout à voir ici en ce sens qu’ il consacre une partie de sa fortune colossale pour promouvoir des idées mondialistes (Open society) et on sait que les mondialistes se nourrissent de la misère humaine : ils aiment la natalité galopante qui leur permet de disposer en masse innombrable d’ esclaves dociles .

    b). « Maintenant vous dites « il semble qu’aujourd’ hui …. » , ben oui il vous semble. Mais ça ce n’est qu’une impression »

    Ce n’ est pas qu’ une impression mais une simple nuance que j’ exprime car je l’ ai bien entendu parler de la mauvaise redistribution des richesses dans le monde entier lorsque qqn le questionna dans les années 2000 (Pacte écologique) au sujet de la question démographique

    Rejeter du revers de la main ce problème ne plaide pas en faveur de l’ intelligence de NH , que du contraire : un tel changement d’ opinion est grave et peut s’ expliquer par de mauvaises fréquentations idéologiques de l’ acabit des Philippulus climatiques .

  2. @biosphere :
    « Chaque individu est une force de désintégration et nous sommes cinq milliards. Tant qu’on ne maîtrisera pas la «pollution  »

    De quand date son discours (il parle de 5 milliards d’ habitants)?
    Il semble qu’ aujourd’ hui NH ait rangé ses convictions malthusiennes au vestiaire et ait proclamé que la question démographique était moins importante que la mauvaise redistribution des richesses .
    A – t – il été lobotomisé par les neurochirurgiens de Georges Soros, le supermondialiste et le mal absolu en personne ?

    1. De quand date ce discours ? Ben je pense que c’était au milieu des années 80, lorsque Nicolas s’est découvert une vocation pour l’écologie. Maintenant vous dites « il semble qu’aujourd’ hui …. » , ben oui il vous semble. Mais ça ce n’est qu’une impression, peut-être juste une illusion. Quoi qu’il en soit, et même s’il a « rangé ses convictions malthusiennes au vestiaire », on peut toujours dire qu’il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis.
      Nicolas lobotomisé … ? Et vous, ne le seriez-vous pas également, par hasard ? Oh pas par George Soros, évidemment, d’ailleurs je ne vois pas ce qu’il vient faire là-dedans.

  3. D’après enquête Le Point alors Hulot / Titre = Le riche patrimoine automobile de Nicolas Hulot

    3 maisons (patrimoine 7,3 millions d’euros déclarés), 1 Corse (propriétaire) 2 Savoie et Bretagne (copropriétaire)
    1 bateau
    1 moto
    1 scooter
    9 voitures

    Et il vient faire la morale aux sans-dents qui n’ont même pas 10 % de ce qu’il a !
    Alors en terme de dégraissage pour sauver la planète qu’il commence par montrer l’exemple (et surtout parmi les premiers).

    Pour ma part, je n’ai même âs 1 % de ce qu’il a ! Alors sa morale, je dis refusé !

    1. Et encore, ils ont oublié le kite-surf. Mais, tu disais pas qu’il avait des yachts, des hydravions, des hélicoptères et des bateaux de plaisance ?
      Quant aux « leçons » de morale , décidément elles passent mal de nos jours. Les sans-dents n’aiment pas se faire mordiller, et les mordants non plus.

      1. Lors de ses émissions il a utilisé de nombreux engins hydravion hélicoptère bateaux de plaisance navire hors bord et plein d’autres trucs encore… Il n’y a pas besoin d’être propriétaire des engins pour polluer au même des gens qu’il critique parce qu’ils prennent l’avion à l’aéroport… Quant au yacht il s’est déjà fait prendre en photo dessus, alors même si ce n’est pas le sien dans ce cas qu’il fasse la morale à ses amis plutôt qu’aux sans dents… Puis ça n’empêche pas moins à ce qu’il soit propriétaire d’un bateau de plaisance donc il pollue les océans… En outre avec 3 maisons qu attend il pour loger des migrants au lieu de les mettre au frais du contribuable afin d’allouer des logements sociaux qui sont déjà en manque pour nos pauvres

  4. @Bga80 :

    j’ ignore si NH est vraiment aussi riche que tu le décris mais je ne le jugerai pas sur ce fait .
    Par contre , son hystérie antinucléaire et sa négation de la problématique démographique me l’ ont fait ranger dans les écolos de Prisunic

    J’ avoue toutefois apprécier les documentaires Ushuaia !

    1. Autrement dit, pas bon le Prisunic ! Par contre y’abon le nucléaire et y’abon aussi le shampoing Ushuaia !

    2. Marcel, il est vrai que Nicolas a dit très peu de choses sur la démographie, mais c’est quand même dit :
      « Le dangereux bipède se croit tous les droits, et se reproduit tellement plus vite que les cygnes et les éléphants. Chaque individu est une force de désintégration et nous sommes cinq milliards. Tant qu’on ne maîtrisera pas la «pollution démographique», il faudra réparer les dégâts de chacun et essayer de les limiter puis de les réduire… A titre personnel, je pense que la croissance démographique est un sujet central qui passe par l’éducation et la sensibilisation des populations. »
      Mais il se veut aussi anti-étatique sur la question : »La sortie de la misère d’un pays réside dans la baisse de sa démographie. Le droit intouchable de la reproduction peut s’accompagner d’une sensibilisation des consciences, en Occident comme ailleurs. Mais si par malheur nous devions nous résoudre à des interventions étatiques pour limiter la liberté fondamentale de l’humanité de se reproduire, nous pourrons dire que nous aurons échoué. »

  5. LE VRAI HULOT
    Hulot l’éternel vacancier qui finance ses vacances avec ses émissions Ushuaïa.
    Hulot et ses yachts, ses hydravions, ses hélicoptères, ses navires, ses bateaux de plaisance, ses motos, ses bolides, ses collections de voiture vient raconter aux sans-dents qu’ils devront utiliser des pédalos pour traverser les étendues d’eau, des deltaplanes pour surfer dans les airs et le vélo pour se rendre quotidiennement au boulot. Et tout pour sauver la planète ! Oui, oui, on va le croire…

    1. L’urgence écologique est là, et nous en sommes encore à critiquer même ceux qui se dévouent pour faire avancer la cause écologique.
      Contrairement à ce que vous affirmez, BGA80, Hulot n’est pas milliardaire, il n’a ni yacht ni voiture de course. Et ses émissions Ushuaïa ont fait bien plus pour la conscientisation de millions de nos concitoyens que vos propos sur ce blog.
      Seriez-vous jaloux ?

    2. Je trouve quand même rigolo que lorsqu’un type comme Nicolas Hulot tient des discours écolos, voire culpabilisants, de suite on l’accuse de posséder X voitures, de faire de l’hélico et de l’ULM, de vendre des shampoings etc. Comme si c’est ça qui enlevait toute crédibilité à son discours. Certes ça n’aide pas, mais quand même ! Et quand il se trouve que ce même discours est tenu par quelqu’un à qui on ne peut a priori rien reprocher, soit on invente un truc à la con, soit on en rigole.
      Ce qui est également rigolo, c’est de mesurer combien « les braves gens » ont horreur de nos jours de se sentir coupables. Et même responsables (libres).

  6. C’est vrai que notre cher Nicolas a eu sa dose, toutefois je le soupçonne parfois d’aimer ça. Tout étant une question de juste mesure, nous dirons donc « stop au bashing ! »
    C’est vrai que c’est difficile de regarder les gens avec bienveillance, surtout quand on n’aime pas les gens. Ou qu’on est méchant de naissance, et/ou qu’on rumine son ulcère à l’estomac à longueur de journée.
    On sait que les efforts nous coûtent, qu’ils demandent de l’énergie, partant de là il n’est pas difficile de comprendre pourquoi les paresseux rechignent à faire le moindre effort. Ne serait ce que pour réfléchir et essayer de comprendre les choses, le monde, on sait que tout ça fait mal à la tête, et on sait qu’on n’aime pas avoir mal. Quoi que… c’est peut-être un peu plus compliqué que ça.

    Quoi qu’il en soit… qu’on m’explique comment un fainéant, particulièrement limité et trouillard par dessus le marché, pourrait avoir envie de comprendre l’Autre ? Cet autre si différent, si inquiétant, si menaçant. Je crois que là c’est comme pour « sauver la planète », c’est mission impossible.

Les commentaires sont fermés.