Poutine parle à Macron, l’avenir s’éclaircit !

5 mars dans l’après-midi, Poutine parle à Macron : « J’accuse les autorités ukrainiennes de mettre en échec les opérations d’évacuation humanitaires, il est inadmissible que les autorités ukrainiennes utilisent la pause dans les hostilités pour renforcer leurs capacités. Je nie absolument  que mon armée prenne des civils pour cible et j’atteindrais mes objectifs soit par la négociation, soit par la guerre . J’atteindrai mes objectifs de toute façon ,que ce soit par la négociation ou par la guerre . Je lutte pour la “dénazification” de l’Ukraine et la “neutralisation”, et je veux aussi la reconnaissance de l’indépendance de la Crimée et du Donbass. Mais je n’ai nulle intention d’attaquer les centrales nucléaires ukrainiennes, je suis même prêt à respecter les normes de l’AIEA pour la protection des centrales . Ce sont des Ukrainiens radicalisés et des saboteurs qui sont à l’origine des incidents dans la centrale de Zaporijia. Je dénonce fermement une campagne de propagande cynique contre la Russie. »

Le 4 mars, le chef d’état-major des armées, le général Burkhard, a pu échanger au téléphone avec son homologue russe, le général Valéri Guérassimov. La discussion a porté en particulier sur la guerre en Ukraine. Une démarche dans les pas du Pentagone, qui a aussi annoncé, le 3 mars, avoir ouvert une « ligne de communication directe » avec l’armée russe, « dans le but de prévenir les malentendus, les incidents à caractère militaire et l’escalade ».

Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI), le Britannique Karim Khan, a annoncé le 2 mars « l’ouverture immédiate » d’une enquête sur la situation en Ukraine, où seraient perpétrés des crimes de guerre. L’enquête concernera tous les actes commis en Ukraine « depuis le 21 novembre 2013 », a-t-il ajouté. Cela comprendrait « toutes les allégations passées et présentes de crimes de guerre, de crimes contre l’humanité ou de génocide commis sur toute partie du territoire de l’Ukraine par toute personne », a précisé le procureur.

Du point de vue des écologistes, si on commence à se parler et à réfléchir ensemble, l’avenir ne peut que s’éclaircir. Il en est de la lutte contre le réchauffement climatique comme de l’invasion de l’Ukraine. Du pire résulte souvent la résilience. Les conséquences de la crise entre la Russie et nombre de pays condamnant tout atteinte à l’intégrité des territoires nationaux révèlent à Macron comme à l’Union Européenne le rôle central de l’énergie et la difficile sécurisation des approvisionnements de toutes sortes. On parle maintenant de souveraineté alimentaire, d’indépendance énergétique et de retour aux négociations sur le fond. Le discours des écologistes, répété depuis les années 1970, commence à émerger dans l’enceinte internationale. La crise climatique n’avait rien déclenché de sérieux, la paranoïa de Poutine a accéléré les prises de conscience ! Si tu veux la paix, prépare la paix…

Partagez ...

2 réflexions sur “Poutine parle à Macron, l’avenir s’éclaircit !”

  1. Trois fois par semaine, le Président Macron téléphone au changement climatique pour lui demander de renoncer à nous faire la guerre. Têtu, le changement climatique refuse de renoncer à détruire notre planète. Le Président Macron est bien ennuyé, il ne sait pas quoi faire de plus. Il téléphonera au changement climatique encore la semaine prochaine pour essayer de le convaincre. Peut être est il temps de changer de Président et d’en trouver un qui agisse au lieu de passer son temps au téléphone…

  2. D’abord ne soyons pas dupes, Poutine n’a pas le monopole de la propagande et de la désinformation. Et puis ce n’est pas tout noir d’un côté et tout blanc de l’autre. Maintenant c’est vrai, si on arrive à discuter, on peut, peut-être, encore espérer. Toutefois, même si un fou peut comprendre qu’il vaut mieux qu’il se calme, pour qu’il change sa façon de faire et de penser c’est autre chose. Or, fous, nous le sommes tous plus ou moins.

Les commentaires sont fermés.