Pression démographique, démocratie en berne

Le 15 novembre 2022, nous dépassons selon l’Onu le nombre de 8 milliards d’êtres humains. En conséquence tous les jours de ce mois nous consacrerons notre article principal à la démographie. Si tu n’es pas inquiet du poids de ces 8 milliards, prière d’en faire un commentaire, il sera lu avec attention.

La démocratie est la principale victime de l’explosion démographique. Plus la densité de population augmente, plus fréquentes sont ses interactions, et ainsi se développe nécessairement des lois plus restrictives pour réguler ces interactions. La lutte contre la pandémie liée au SARS-Cov-2 dans une société urbaine et densément peuplée est passée par des mesures très autoritaires, confinement, suivi des personnes, contrôle par caméra, peines très sévères… un monde digne de la science-fiction.

Plus généralement, face à la pression du nombre, les États sont tentés de réagir par la force et, plus l’habitude se prend de restreindre les libertés face à un problème, plus la démocratie est mise à mal avec l’acceptation plus ou moins passive des populations. Il y a bien longtemps que cette incompatibilité entre pression du nombre et possibilité de démocratie a été mise en évidence. C’est ce que démontrait déjà Malthus en 1798, au moment de la révolution française :

« Ni avant ni après l’institution des lois sociales, un nombre d’individus illimité n’a joui de la faculté de vivre. Il est donc de la plus haute importance d’avoir une idée distincte de ce que le gouvernement peut faire et de ce qui est hors de sa puissance. Le peuple doit s’envisager comme étant lui-même la cause principale de ses souffrances. Peut-être, au premier coup d’œil, cette doctrine paraîtra peu favorable à la liberté. Mais il ne faut pas juger sur l’impression reçue au premier coup d’œil. Tant qu’il sera au pouvoir d’un homme mécontent et doué de quelque pouvoir d’agiter le peuple, de lui persuader que c’est au gouvernement qu’il doit imputer les maux qu’il s’est lui-même attiré, il est manifeste qu’on aura toujours de nouveaux moyens de fomenter le mécontentement et de semer des germes de révolution. Après avoir détruit le gouvernement établi, le peuple, toujours en proie à la misère, tourne son ressentiment sur ceux qui ont succédé à ses premiers maîtres. La multitude qui fait les émeutes est le produit d’une population excédante. Cette multitude égarée est un ennemi redoutable de la liberté, qui fomente la tyrannie ou la fait naître. Si les mécontentements politiques se trouvaient mêlés aux cris de la faim, et qu’une révolution s’opéra par la populace, en proie aux besoins d’être nourrie, il faudrait s’attendre à de perpétuels changements, à des scènes de sang sans cesse renouvelées, à des excès de tout genre qui ne pourraient être contenus que par le despotisme absolu.Le gouvernement est un quartier où la liberté n’est pas, ne peut pas être fidèlement gardée. Si nous nous manquons à nous-mêmes, si nous négligeons de donner attention à nos premiers intérêts, c’est le comble de la folie et de la déraison de s’attendre que le gouvernement en prendra soin. » *

Bernard Charbonneau (1910-1996) soulignait l’ambiguïté de la démocratie de masse qui est en fait orientée par un leader :

« Le virage écologique ne sera pas le fait d’une opposition dépourvue de moyens, mais de la bourgeoisie dirigeante, le jour où elle ne pourra plus faire autrement. Ce seront les divers responsables de la ruine de la terre qui organiseront le sauvetage du peu qui en restera, et qui après l’abondance géreront la pénurie et la survie. Car ceux-là n’ont aucun préjugé, ils ne croient pas plus au développement qu’à l’écologie : ils ne croient qu’au pouvoir. L’écofascisme a l’avenir pour lui, et il pourrait être aussi bien le fait d’un régime totalitaire de gauche que de droite sous la pression de la nécessité. En effet, les gouvernements seront de plus en plus contraints. Déjà commence à se tisser ce filet de règlements assortis d’amendes et de prison qui protégera la nature contre son exploitation incontrôlée. »

Que faire d’autre ?

Un livre vient de sortir, qui fait le point sur la question démographique

Alerte surpopulation

Le combat de Démographie Responsable

https://www.edilivre.com/alerte-surpopulation-michel-sourrouille.html/

NB : Comme les libraires ne peuvent retourner leurs invendus, faites une commande ferme auprès de votre libraire de proximité, à défaut commandez à la FNAC.

* Quel effet a sur la liberté civile la connaissance de la principale cause de la pauvreté / Malthus, Essai sur le principe de population (Flammarion 1992, tome 2 p. 237 à 249)

Partagez ...

32 réflexions sur “Pression démographique, démocratie en berne”

  1. Le menu du jour : Pression démographique, démocratie en berne.
    Avec en supplément une «démonstration» de Malthus et une citation de Charbonneau.
    À 09:33 je passe à table en m’attaquant (d’une façon ironique) à cette idée selon laquelle le Surnombre nuit gravement à la Démocratie et à notre liberté.
    À 16:01 je fais l’éloge de Charbonneau. À 16:07 je fais part de mon point de vue personnel.

    À 16:16 et 16:19, en réponse … le BGA se croit obligé de me parler des smartphones… de la production alimentaire, des socialo-communistes et de leurs billets, et puis du béton et du sable pour les logements et patati et patata.
    À 16:24 je lui parle de la spéculation immobilière au Sénégal, puis À 16:48 des logements vides, en France. etc. etc. etc.
    Bref, autant pisser dans un violon, il suffit de voir ce que ça donne, comme toujours et encore du grand méga n’importe quoi ! Misère misère !!!

    1. Ah ah ah ! Tous tes raccourcies médiocres en occultant tous mes principaux arguments et démonstrations chiffrées ! Lire les commentaires ci-dessous ! Alors je te repose les questions fondamentales, questions que tu évites à chaque fois, alors sur quelles ressources naturelles (eau, pétrole, gaz, charbon, uranium dont tu ne veux plus, viande, légumes fruits fromages, sable pour béton, métaux) comptes tu faire vivre 2 à 4 milliards d’habitants supplémentaires sur Terre ? Ou en est ton bilan des ressources naturelles pour affirmer que tu puisses faire vivre autant de monde supplémentaire ? J’attends toujours ! Où comptes tu t’approvisionner pour satisfaire tout ce beau monde supplémentaire ? D’ailleurs pourquoi fuis tu toujours ces questions ? Tu n’as pas encore trouvé les sources d’approvisionnements de toutes ces ressources ?

      1. Misère misère et ta gueule BGA !

        Moi j’attends seulement que Biosphère (Michel Sourrouille) et Didier Barthès me disent clairement ce qu’ils pensent d’un tel déballage de conneries !
        S’ils jugent que ce grand méga n’importe quoi ça sert bien leur Cause, ou pas.
        S’ils TE trouvent productif … ou au contraire improductif.
        Un peu, beaucoup, passionnément etc.

      2. Comme toujours tu n’as aucun argument aucune preuve alors tu te contentes d’accuser tes interlocuteurs de raconter des conneries sans démontrer que ce soit des conneries… Bref tu veux juste avoir raison par procuration avoir raison sans argumenter et sans prouver ! Alors quels seraient mes arguments de faux ? (Pourtant mes arguments sont vérifiables par tout le monde !)

      3. Parti d'en rire et misère misère !

        En attendant qu’on me réponde (je sais que je peux attendre…) va donc lire ce que t’ai balancé (parce que tu le veau bien) À 19:44.
        Allez va, il commence à se faire tard et j’ai mieux à faire que de déconner avec Toi. Bon nuit et fais de beaux rêves. Et ne tire pas trop sur l’élastique !

  2. – « … concernant l’alimentaire, si la population augmente d’1 milliards de personne tous les 13 ans, il est clair qu’il n’y a pas le choix que d’augmenter la production !
    Si l’Afrique passe de 1 à 4 milliards d’habitants d’ici 2100, alors il est logique que la production alimentaire soit quadruplé d’ici ce temps là ! » (BGA À 16:16)

    Concernant la 1ère phrase, à première vue (lecture) on se dit que Lapalisse n’aurait pas dit mieux. Seulement cette affirmation n’est pas nécessairement vraie. Surtout si on tient compte de celle qui suit, et qui ne résiste pas longtemps à la logique.
    Si POP passe de 1 à 4 milliards … par combien va-t-il falloir multiplier PROD ?
    Eh ben ça dépendra déjà des grosseurs des ventres, des caddies ET des … poubelles.
    Si chaque con-sot-mateur a un ventre toujours plus gros… si son caddy ne l’est jamais assez, gros, et sa poubelle non plus… alors va peut-être falloir multiplier par bien plus que 4.

    1. Ben ce n’est certainement pas en important des migrants en France que la situation va s’améliorer, puisque tu éduques ces migrants à consommer au même rythme que les européens ! D’autant que je t’ai démontré qu’au nord on sera toujours plus énergivore que le sud puisqu’il faut chauffer les logements ! (en rappelant qu’on chauffe 2 à 3 espaces par habitant !! Et beaucoup de déplacements motorisés à cause du froid vent pluie)) Alors qu’il faudrait dans les faits, renvoyer ces migrants chez eux, baisser la consommation par habitant en Europe, et transférer des ressources en Afrique pour faciliter la transition démographique. Par exemple, arrêter de bâtir en France des logements, pour que le béton disponible sur les marchés puisse être capté par l’Afrique afin que africains puissent loger leurs habitants.

    2. Ne pas oublier que plus on est nombreux à demander des matières premières et plus les prix augmentent, dont ceux des logements. Or si en Europe on arrêtait de bâtir, il y aurait moins de demande de béton et métaux sur les marchés internationaux, et plus ces matériaux deviendraient accessibles et moins chers pour les africains.

      1. Ce qui me sidère , c’est le temps mis par dame nature pour nous règler notre compte et à enclencher la solution définitive .

      2. Méfie toi de l’eau qui dort… Quand Dame Nature va se manifester, il y aura une déplétion brutale de la population ! Cette déplétion sera rapide et conséquente ! Y compris en France d’ailleurs ! Au plus tard en 2040, il ne restera qu’au mieux 6 millions d’habitants en Ile de France et 500.000 à Paris ! D’ailleurs, un écologiste travaillant dans l’urbanisme, est encore plus pessimiste que moi, à comparaison j’affirme que la plupart des villes en France ne pourront pas excéder 100.000 /150.000 habitants mais pour lui ce sera 40.000 hbts, par rapport à ce que la ville peut capter comme nourriture sur son territoire de proximité ! (périmètre d’une région quand même ! il ne parle pas de chercher la nourriture à 3 km mais un périmètre de 100 km). Il est évident que la moitié de l’humanité finira à l’abattoir rapidement, surtout avec toutes les ressources naturelles en voie de déplétion !)

    3. Même en adoptant un comportement alimentaire digne du paysan bengalais (ultrasobre par excellence) , PROD devra être multipliée d’ un certain facteur car POP ne cesse d’ augmenter .
      Que dire alors d’ une ressource aussi indispensable que l’ eau potable ?
      La messe est dite, folks , la branlée administrée par dame nature aux sobres de la planète et aux dispendieux obèses frappera tout le monde avec sa douceur légendaire 💀💀💀

      1. Parti d'en rire

        – « PROD devra être multipliée d’ un certain facteur car POP ne cesse d’ augmenter .»
        Exactement ! Un CERTAIN facteur !!! Comme pour le temps que met le fût du canon pour refroidir, comme pour le temps que met Dame Nature pour régler ce petit problème… un CERTAIN temps ! Devinette : PROD et POP sont dans un bateau, PROD tombe à l’eau … que reste-t-il ? Blagues à part, quoique, c’est pas con cette histoire de grosse poubelle dont cause Logique !? Et c’est drôle que le BGA n’ait pas mordu à l’hameçon. Misère misère !!

  3. Pour moi Bernard Charbonneau est l’un des meilleurs visionnaires. Comme dans celle de son grand ami Jacques Ellul, la question du Surnombre n’est certainement pas quelque chose de central dans son œuvre. Je ne me souviens même pas s’il a abordé cette question.
    Son œuvre repose essentiellement sur ce qu’il appelait «la Grande Mue». C’est à dire ce changement radical provoqué par la montée en puissance des sciences et des techniques. Charbonneau voyait dans le progrès technique «la source de toujours plus d’organisation, donc de plus de conformisme, donc de moins de liberté.» C’est cette révolution dans la société et les mentalités qui a engendré cette véritable dictature de l’économie, du Développement, du Progrès, et donc du Toujours Plus dont nous voyons aujourd’hui le revers de la médaille.
    Selon lui tout ça prendrait fin par «la force des choses».

    1. Esprit critique

      Dans une société obsédée par le PIB le Nombre est secondaire.
      Une Croissance (économique) de 2% implique un doublement de la production (consommation, pollutions etc.) tous les 37 ans.
      Même en stabilisant P… le culte de la Croissance (PIB, développement, progrès technique, innovations, vitesse…) nous con damne à être toujours trop nombreux.
      Jusqu’au Dernier Homme trônant fièrement sur une montagne de cadavres et de déchets.

      1. Certes augmenter la production de smartphone c’est vrai que ce n’est pas indispensable d’en doubler la production tous les 37 ans.

        Mais concernant l’alimentaire, si la population augmente d’1 milliards de personne tous les 13 ans, il est clair qu’il n’y a pas le choix que d’augmenter la production ! Si l’Afrique passe de 1 à 4 milliards d’habitants d’ici 2100, alors il est logique que la production alimentaire soit quadruplé d’ici ce temps là ! Du moins, si les africains peuvent l’augmenter, car s’ils ne peuvent pas augmenter la production alimentaire alors que la population continue d’augmenter, ça veut dire qu’il y aura des famines !

      2. Et les recettes socialo-communistes qui consistent à imprimer toujours plus de billets par des QE resteront inefficaces car les billets ne se mangent pas ! Et on ne peut pas imprimer des fruits et légumes ainsi que du fromage et de la viande !
        Tu as beau geindre contre la sur-production mais si tu veux baisser la production alors tu n’as pas le choix que de baisser la natalité ! Les deux sont liés ! Notamment par la production de logements en bétons qui est très gourmande en sable, en eau, en béton, en métal, en pétrole (pour les véhicules et électricité (pour les grues)
        S’il y a surproduction qui dégrade l’environnement ça veut dire qu’il y a surpopulation pour alimenter cette surconsommation qui engendre la surproduction qui dégrade l’environnement !

      3. Esprit critique

        – « Il est évident que la population se multiplie plus vite que le nombre de logements. (À 14:45) […] la production de logements en bétons qui est très gourmande en sable, en eau, en béton, en métal, en pétrole [etc.] »

        On manquerait donc de logements … Mais où ça d’abord ? À Dakar je n’en sais rien, mais Toi tu le sais bien sûr. Tu vas d’ailleurs nous en apporter les preuves, les chiffres etc. En Ukraine je veux bien le croire, les Russes n’arrêtent pas d’en péter. Mais en France, pays que je connais un peu… qu’on vienne pas me dire qu’on manque de logements ! Ou alors qu’on me le dise autrement.
        Que des millions de gens soient mal logés en France, qu’il y en ait même qui dorment dehors, ça je le sais. Mais ça ne veut pas dire pour autant qu’on manque de logements. Tous ces logements en bord de mer, vides 9 mois par an, et tous ceux que des salauds ont muré, juste pour spéculer… qu’est-ce que t’en dis de tout ça ?

      4. Tu entends les âneries que tu m’annonces ? Je te cite « On manquerait donc de logements … Mais où ça d’abord ? À Dakar je n’en sais rien, mais Toi tu le sais bien sûr. Tu vas d’ailleurs nous en apporter les preuves, les chiffres etc. »
        Parce que toi tu es capable d’augmenter la population d’un pays sans avoir besoin de logements pour les accueillir ? Ta réflexion à 2 balles c’est bien ce que ça veut dire ! Ben oui je le sais qu’au Sénégal ça va se passer comme ça ! Déjà je t’ai mis les chiffres en bas, évolution de la démographie du Sénégal accompagné du rythme, de la durée ainsi que du taux de natalité ! Et surtout je t’ai donné l’exemple de l’Égypte où l’on voit que ça se passe exactement comme je le décris ! Pourtant l’Égypte a un taux de natalité inférieure au Sénégal et c’est déjà la catastrophe !

      5. Quant à la France, quel rapport avec le Sénégal ? Les sénégalais sont censés vivre sur leur territoire, et de bâtir des logement pour leur propre population ! Quel rapport avec les résidences secondaires en France ? Une fois de plus tu cherches un phénomène marginal pour nier la surpopulation en Afrique ! Parce que selon toi, si les sénégalais ne parviennent pas à se loger c’est parce qu’il y aurait des résidences secondaire en France ? C’est bien ce que ta réflexion à 2 balles veut dire ! Et ben pour ta gouverne sache qu’il n’y a que 3 millions de résidences secondaires en France et que même si on les donnait toutes gratuitement à des africains, ça ne suffirait même pas à loger tous les sénégalais ! Et certainement pas les 3 milliards de naissances africaines à venir ! Une fois de plus, on voit que tes excuses bidons comme ces résidences n’ont qu’un impact marginal sur la situation !

      6. Misère misère et ras-le bol ! s

        Eh ben pour ta gouverne, Bougre de Grand Andouille, sache que s’il y a 3 millions de résidences secondaires en France… et en même temps il y a 3 millions de logements vacants. Faudrait peut-être pas mélanger les torchons et les serviettes, ni confondre les vessies avec les lanternes !
        Si on rajoute les gîtes et les meublés de tourisme, et en plus les mobil-homes et les camping-cars de tous ces salauds de vieux (ne rigole pas, c’est Toi qui l’a dit !) eh ben tu devrais pouvoir comprendre ce que je raconte À 16:48.
        Mais bon, je sais que c’est trop te demander. D’autre part, où ai-je dit que je comptais (ou souhaitais) loger TOUS les Sénégalais et TOUS les Africains en France ? Et GRATOS par-dessus le Marché.
        C’est bien ce que je dis, t’es INCURABLE !!!

      7. C’est bien toi qui a fait le lien entre les résidences secondaires en France et le manque de logements au Sénégal. Bon à tes questions connes réponses connes destinées à un …

  4. Aujourd’hui sur 20 Minutes, un article traite de l’inflation au Sénégal, notamment à Dakar, une inflation chronique liée à la pression démographique. Un autre article de France 24 montrait la hausse des loyers à Dakar, pareil inflation chronique liée à la pression démographique. Il est évident que la population se multiplie plus vite que le nombre de logements. D’autant que la pression sur les matières premières va aussi renforcée cette inflation. Ce qui est se passe au Sénégal est tout autant vrai dans les autres pays d’Afrique, autrement dit il est à prévoir de graves conflits sociaux ainsi que des guerres et fort probablement des épidémies sont à venir. Puis avec la déplétion des énergies fossiles dans les décennies à venir, autant dire que l’Afrique n’est pas prête de sortir de la misère ! Il est déjà écrit que la convergence des catastrophes (guerres, épidémies, famines) est à venir sur ce continent.

    1. Tant que la transition démographique ne sera pas effectuée pour ramener le taux de natalité autour de 1,4 pendants quelques décennies, il n’y a aucune amélioration à espérer sur ce continent. Bien au contraire, les pontes continuent à vitesse grand V alors que les pays d’Afrique ne parviennent même pas à prendre en charge correctement leurs populations actuelles.

      Les instances internationales comme l’ONU peuvent préconiser toutes les mesures qu’elles veulent, ce sera inutile, la situation est déjà hors de contrôle, et deviendra de plus en plus incontrôlable, conflictuelle et chaotique. Seuls les moyens de contraception et le droit à l’avortement peuvent permettre d’atténuer le désastre.

    2. Puis qu’on ne me fasse pas croire que c’est le conflit en Ukraine qui explique la situation, explique cette inflation grandissante en Afrique. Ce n’est pas l’Ukraine qui nourrissait les 8 milliards d’habitants de notre terre, à elle toute seule en portant tous les pays du monde à bout de bras ! Çà a probablement compliqué la situation, mais la guerre ne justifie pas tout, ne justifie pas le plus gros du problème. Non parce que cette inflation grandissante était déjà là bien avant le conflit en Ukraine. Ensuite, même les fruits et légumes produits en interne au Sénégal voient leurs prix enfler à vue d’œil régulièrement, tout simplement parce que la population augmente et donc la demande sur le marché augmente, donc les prix augmentent mécaniquement. Bref, la production alimentaire du Sénégal est déjà insuffisante pour subvenir aux besoins de sa population, et il en est de même pour les autres pays d’Afrique tout autant sujet à cette inflation chronique

    3. Business as usual !

      – « Beaucoup de spéculation » […] de plus en plus de riches investisseurs de la sous-région – comme des Ivoiriens ou des Nigériens – achètent des terrains au Sénégal du fait de la stabilité politique du pays. Cette stabilité attire aussi les entreprises, institutions et organisations internationales comme l’ONU qui installent leur siège régional à Dakar. L’afflux d’expatriés dotés d’un pouvoir d’achat largement supérieur aux Dakarois participe à la flambée des prix dans certains secteurs de la capitale . »
      ( Sénégal : les loyers explosent à Dakar – Le Monde – 03 septembre 2021 )

      Le Surnombre … vraiment ? Encore une fois le Poumon a bon dos.
      Et la stabilité fait le bonheur des salauds. Ces mêmes salauds qui dans toutes les situations (stabilité politique, guerres, canicules, grands froids etc.) spéculent et engrangent sans aucun état d’âme. Business as usual !

      1. Arrête de mettre tout sur le dos de la spéculation ! Chercher des excuses pour tout lier sur un unique phénomène. Comment comptes tu loger 4 milliards d’africains demain ? Les logements ne poussent pas en plantant 1 haricot comme dans les dessins animés ! Toutes les villes d’Afrique ne voient pas un siège de l’Onu et pourtant ces villes subissent tout de même l’inflation sur les logements ! Le simple fait que la population augmente veut dire que les besoins physiques de logements augmente aussi ! Quoi que tu en dises. La spéculation même s’il a peut être un effet néfaste, son ampleur reste marginale comparativement à la hausse de population ! Si la population augmente plus vite que la production du nombre de logements alors mécaniquement les prix des logements vont augmenter ! La hausse de population a beaucoup plus d’impact que la spéculation, et même s’il n’y aurait aucune spéculation, les prix des logements enfleraient quand même !

      2. D’ailleurs on le voit en Égypte ! Le Caire est tellement en surnombre de population, qu’il est devenu impossible de faire des travaux au Caire intra-muro ! Par exemple, détruire un immeuble pour bâtir un plus grand immeuble au même emplacement, c’est impossible ! Parce qu’on ne peut pas logement les habitants de ces vieux immeuble en attendant que les travaux soient effectués ! D’ailleurs, il faut que tu saches qu’en Égypte la situation s’aggrave, parce que les égyptiens bâtissent des immeubles sur le peu de terres agricoles dont ils disposent !!! Tout simplement parce qu’ils manquent de place pour accueillir leur propre population, au point qu’ils bâtissent une ville en plein désert à quelques dizaines de kilomètres du Caire, ils délocalisent la Capitale en gros !

      3. En l’occurrence en Égypte ils réduisent davantage le peu d’auto-suffisance alimentaire dont ils disposaient, autrement dit des famines à venir !
        En Égypte c’est clairement la surpopulation qui engendre la hausse des prix, pas besoin de spéculation pour çà !
        Et ce qu’il est en train de se passer en Égypte, c’est ce qu’il se passera aussi dans les autres pays d’Afrique ! Surtout que bâtir des villes en plein désert c’est tout sauf écologiste, c’est très énergivore ! Notamment pour la production d’eau ! Production d’eau qui ne sera pas durable si elle est produite par les énergies fossiles comme c’est le cas actuellement ! La désalinisation d’eau de mer, et l’épuration des eaux c’est très énergivore ! Sans compter tout le cuivre qu’il faudra pour faire les tuyaux afin d’acheminer l’eau jusque dans les logements !

      4. C’est clair qu’il n’y aura jamais assez de ressources pour offrir 4 milliards de logements aux africains avec l’eau courante ! (et encore moins l’électricité) Ça n’arrivera jamais ! Tout ce qu’il y aura ce seront des conflits pour accéder à l’eau ! Quoi que tu me racontes ! Avec ou sans spéculation; qui rappelons le n’a qu’un effet négatif marginal, toute cette surpopulation est insoutenable !

      5. RAPPEL en Chiffres !

        Sénégal
        –> En 1890 = 1,7 millions d’habitants
        –> En 2022 = 17 738 795 hab.
        Autrement dit la population a été multiplié par x10 en 130 ans !!! Même la France n’a jamais vu sa population augmenter aussi vite en si peu de temps !
        –> En 2022, le Taux de natalité = 4,2 enfants par femme

        En l’occurrence la demande de logement est bien explosive et à un niveau stratosphérique ! C’est bien la hausse de population qui engendre l’inflation de manière chronique sur les prix des logements au Sénégal ! Tout simplement parce que le nombre d’habitants augmente plus vite que le nombre de logements bâtis ! Ton histoire de spéculation est bel et bien une excuse bidon pour nier l’évidence même de la surpopulation !

  5. Sophie, sophismes et grosses blagues

    – « La démocratie est la principale victime de l’explosion démographique. »
    La PREUVE, c’est justement l’explosion du Gros Animal qui a mis un terme à la Démocratie athénienne il y a plus de 2000 ans.

    – « La lutte contre la pandémie liée au SARS-Cov-2 dans une société urbaine et densément peuplée est passée par des mesures très autoritaires, confinement, suivi des personnes, contrôle par caméra [etc.]»
    Avec notamment les suivis et les verbalisations de millions de promeneurs sur les plages et dans les bois. La fin justifiant les moyens les Autorités furent même obligées d’utiliser les hélicoptères pour neutraliser les hordes de promeneurs en montagne, qui mettaient gravement en danger la faune sauvage.

    Moralité : Le Gros Animal et le Covid ont bon dos.

    1. – « Et si la principale menace à la démocratie en Europe centrale et orientale trouvait son origine dans l’émigration ? Attention, j’ai bien dit émigration et pas immigration, c’est-à-dire le départ de millions de jeunes vers l’Europe de l’Ouest depuis l’ouverture des frontières.»

      ( Démocratie et démographie, un couple explosif en Europe de l’Est – La chronique Géopolitique de Pierre Haski sur France Inter – 1 janvier 2015 –
      tnova.fr )

Les commentaires sont fermés.