Solidarités de proximité

            Lors d’un séminaire du centre de développement de l’OCDE, on s’est interrogé sur les traditions de solidarité dans les pays pauvres : utiles ou nuisibles ? Comme on pouvait s’y attendre, on en conclut qu’il y a du bien, du mal et de l’horrible. Le bien, c’est les solidarités de proximité et les mutuelles d’entraide. Le mal, c’est l’obligation de partager ses maigres richesses avec une immense famille. L’horrible, ce sont toutes les discriminations selon le sexe ou l’origine ethnique, religieuse ou sociale. Mais les débats ont aussi montré que les traditions ont un fondement et les liens sont plus efficaces quand les institutions sont proches des gens. Avant de les réformer, il s’agirait de savoir si ce qui remplacerait les solidarités de proximité serait vraiment durable. L’Etat central? Les ONG ? Une école ?

            La Biosphère nous dit : « La simplicité pour tous est une tentative d’enrayer la fin des solidarités durables. Contre le gaspillage des ressources fossiles, il s’agit de cultiver la sobriété énergétique, contre la dictature des objets, il s’agit de privilégier les relations directes avec les autres humains tout autant qu’avec la Nature. »                     

Partagez ...