divertissement, abrutissement

Il y a une énorme différence entre le jeu que l’homme a toujours su inventer, et le jeu qui envahit notre société. Dans les sociétés traditionnelles, il y avait les fêtes, il y a le jeu des enfants. Alors que le jeu était participation, il est devenu purement spectacle. Maintenant nous sommes baignés dans l’univers du jeu par la télévision et l’informatique. L’usage du micro-ordinateur était, d’après un sondage de juin 1983, pour 75 % consacré au jeu. Jeu d’échecs électronique ou wargames, on est seul avec la machine. Le jeu cesse d’être ciment social pour devenir un facteur d’enfermement dans des solitudes fascinées par l’engin. De plus, tous ces jeux sont avant tout commerciaux, leur marché se renouvelle à toute vitesse, on passe le temps toujours happé par la possibilité d’avoir du neuf. Cela peut même se présenter avec un aspect de développement intellectuel ! A ces jeux, il faut ajouter le temps de divertissement passé à regarder la télévision. Cela conduit l’homme dans l’irréel fantasmatique, dans un monde totalement falsifié. Tout se passe comme si l’on suivait la politique de la Rome impériale, distraire le peuple pour l’empêcher de penser.

 

Il faut prendre divertissement non pas au sens d’amusement, mais au sens pascalien : l’homme est diverti, c’est-à-dire d’une part détourné de penser à soi-même, à sa condition humaine, et aussi détourné des plus hautes aspirations, du sens de la vie, des objectifs supérieurs. Le divertissement est aussi éparpillement. C’est cela que notre société a réussi grâce à la technique, notre divertissement est universel, collectif, même quand nous sommes séparés chacun devant notre écran. Il va de soi que nous ne supporterions pas la permanence du divertissement si nous prenions conscience de ce qu’il est ; c’est pourquoi il lui faut se parer d’un grand voile : liberté de pouvoir choisir entre quinze chaînes de télévision, liberté de gagner sans cesse du temps par l’avion et le train, liberté de pouvoir faire  du 250 km/heure sur route. Alors que le divertissement est l’anti-liberté, puisque c’est l’anti-réflexion.

 

Nous courons sans souci vers le précipice, après que nous avons mis quelque chose devant nous pour nous empêcher de voir.

(Jacques ELLUL, Le bluff technologique, 1986) 

NB : Tous les articles pour la Biosphère sont archivés et classés sur Internet, http://biosphere.ouvaton.org/page.php?doc=2007/affichactu2

 

Partagez ...