Sportifs en chambre, Sarko, Jadot, Macron

L’édile vert de Lyon, Grégory Doucet, a vivement critiqué le Tour de France, qui s’arrêtait dans sa ville les 12 et 13 septembre 2020. Pour lui, cet événement est « machiste et polluant » et doit, comme les autres compétitions, être repensé. Cette opposition au sport-business devrait aller de soi pour des politiques éclairés. C’est tout le contraire qui se passe, ils doivent flatter les électeurs de base. Exemples :

Nicolas Sarkozy : « J’aime le cyclisme, j’aime le Tour de France. C’est un sport admirable. Jamais je n’aurais imaginé qu’on attaquerait ces gens-là, qu’on les mépriserait en les traitant de pollueurs et de machistes. C’est ça, la régression… « Moi, quand j’étais enfant, j’attendais toute l’année le jour où j’allais avec ma maman choisir le sapin de Noël. Je n’avais pas le sentiment d’être un criminel qui faisait du mal à l’humanité. »

Yannick Jadot : « C’est vrai qu’il y a une défiance chez nous les Verts envers le sport business. Les militants écolos ne sont pas toujours fans de sport et notre parti est capable de coller des réunions un soir de match…Je ne m’y retrouve pas complètement. En effet j’adore les Jeux olympiques, j’ai kiffé la Coupe du monde en France. Mais on peut toujours aimer cela et combattre la corruption, le dopage, faire des infrastructures respectueuses de l’environnement, qui s’intègrent dans le tissu urbain… » (LE MONDE du 16 septembre)

Daniel Cohn-Bendit :« Des Jeux olympiques écolos, on peut faire. Mais avouez qu’une finale du 100 mètres, c’est magnifique, c’est de l’art ! Apprécier cela n’implique pas d’oublier la corruption, le dopage, l’argent. Le rapport des écolos au sport symbolise leur idéologie. On voit leur rapport au plaisir. Pour eux, le monde va mal, il est détruit. Ils ont peur de jouir, de prendre leur plaisir total. »(LE MONDE du 18 septembre)

Dany, Yannick, et le petit Nicolas viennent d’enfourcher la polémique ridicule de certains « journalistes » sur des propos déformés. Le directeur du Tour de France a lui-même indiqué combien le tour s’efforce de diminuer son empreinte carbone liées aux véhicules suiveurs et de faire la promotion de compétitions féminines. Pour les sapins, il y a longtemps que des entreprises font la promotion de sapins vivants. L’humour de l’ex-président est une nouvelle sortie de route d’un adepte du promoteur de l’impasse libyenne et du naufrage du Grenelle de l’environnement. Quant aux pseudo-écolos, ils soutiennent Macron ou sont proches de le faire…

Emmanuel Macron : Le Président Emmanuel Macron, s’est rendu en Savoie pour assister à la 17ème étape du 107ème Tour de France. En s’appuyant sur un protocole sanitaire strict, il illustre la capacité des Français à vivre avec le virus, et ont ainsi pu maintenir cet événement majeur de notre patrimoine sportif et culturel.(communiqué de l’Élysée)

Pour en savoir plus grâce à notre blog biosphere :

3 mai 2020, Post-covid, le sport-spectacle sans avenir

4 janvier 2020, Le sport-spectacle, on tourne en rond

30 juin 2017, Le Tour de France sera « le sauveur » de la biodiversité

23 juillet 2014, Romain Bardet, un des forcenés du tour de France à vélo

27 juillet 2013, mieux que le Tour de France, AlterTour contre la drogue

13 juillet 2013, Il ne faut croire ni au surhomme, ni au Tour de France

12 juin 2013, La démesure du sport qu’un écologiste devrait dénoncer

6 juillet 2012, le sport, antinature, antipathique, pro-capitalisme

6 juillet 2010, AlterTour de France

18 juin 2009, la Grande Boucle, out

Partagez ...

20 réflexions sur “Sportifs en chambre, Sarko, Jadot, Macron”

  1. Tour de France
    Jacques Boutault, l’ancien maire EELV du 2e arrondissement de Paris : « Ils (les Français) restent dans leur canapé à rêver à des exploits de types hyper dopés qui ne gagnent que parce qu’ils se font changer leur sang dans des cliniques voire une autre forme de dopage qui n’est absolument pas détectée alors qu’il pourrait l’être facilement, c’est le dopage mécanique. »
    Yannick Jadot, eurodéputé EELV : « Je suis fatigué de ces prises de paroles. Je ne supporte pas ce mépris, cette façon d’insulter les Français et les classes populaires. Quand j’étais gamin j’y allais au Tour de France, j’y ai amené mes enfants et je le regarde régulièrement sur mon canapé, un peu avachi. Je souhaite une écologie qui inspire plutôt qu’une écologie qui repousse. »

    1. Julien Bayou, secrétaire national d’EELV : « Nous soutenons le Tour de France. Simplement, nous sommes à la tête de collectivités. Quand on vous demande un million d’euros pour venir à la ville, c’est une dépense importante, ça doit aussi aller avec des conditions. Le Tour de France peut générer jusqu’à 35 tonnes de déchets par étape. »

  2. En tout cas, il y a plus important et urgent à supprimer que le Tour de France, comme la Formule 1 … Mais bon je souhaite bien du courage à Jancovici pour mettre en œuvre les listes de renoncements dans le cadre de la décroissance, la formule générique qui va se résumer comme suit

    Chaque individu va répondre = On peut tout supprimer sauf ce qui concerne mes centres d’intérêt.

    1. Bref, supprimer d’abord les centres d’intérêts des autres avant les siens. A 67 millions d’habitants en France, mouais ! D’autant que le gouvernement ne va pas suivre les conseils de Jancovici, organiser des débats pour se mettre d’accord sur ce qu’on doit renoncer. Autrement dit, les renoncements seront décidés à la dernière seconde sans concertation, ça va se régler à la gauloise à coup de bourre pif et de matraques. Les renoncements se dérouleront à coups de lâchés de gauchos place République, avec Aubry Mélenchon Besancenot Poutou et Artaud coude à coude à brailler « Ne vous en prenez pas aux fêtes populaires de formule 1 » ( ou autre chose, bref tout)

  3. De toute façon, le sport en chambre toutes catégories, a pris de l’ampleur, dans un premier temps par les stades, ensuite et surtout par la télévision, où la fabrication de stars, d’étoiles médiatiques et de people Ainsi le culte de la performance par les dieux du stade a colonisé les esprits. Il est vrai que la télévision est une autoroute de la communication de par son pouvoir hypnotique. Les gens trouvent dans les images des écrans un vecteur d’identification à travers ces héros fabriqués (notamment par le dopage). Mais bon, à travers les médias, les sportifs de canapé peuvent vivre à travers les autres, ils peuvent rêvasser d’être les héros fabriqués qu’ils voient défiler à l’écran…

  4. De la part d’un membre éminent d’EELV :
    « Parce que nous dérangeons l’ordre établi et la société de l’hyper spectacle, ce que nous subissons de la part des « politiques » n’est qu’un avant goût de ce que nous allons subir dans les mois qui viennent. Rien ne nous sera épargné : ni les caricatures, ni les simplifications, ni la violence verbale. Je voudrais revenir, à cet égard, sur la polémique autour du Tour de France qui a agité l’attention des médias, ces derniers jours. Qu’avons nous dit au juste ? Que nous critiquions le modèle économique et environnemental de ces grands événements sportifs ou culturel (Tour de France, JO mais aussi Festival d’Avignon…). L’écologie politique n’est pas, comme certains le pensent, un objet consensuel mais un sport de combat qui entraîne de vraies divergences sur tous les sujets, que ceux-ci aient traits au contenu des politiques publiques ou aux questions de société. »

    1. Que ces élus Anti-Tour soient mal compris, leurs propos déformés, caricaturés etc. est une chose. Mais il n’empêche que leur COMBAT risque fort d’être contre-productif. Ce membre d’EELV parle d’un «sport de combat» et il a raison. Pour Clausewitz «la guerre n’est qu’un prolongement de la politique par d’autres moyens», on peut dire aussi que le sport est une autre façon de faire la guerre. En ce qui concerne les J.O c’est très clair.
      Je pense que les écologistes devraient être plus clairs par rapport à la compétition, l’esprit de compétition. Et pas uniquement dans le sport. Seulement nous sommes tous formatés à la compétition, plus ou moins bien sûr. Et rares sont ceux qui voient là la racine du Problème. Avant de dire que la compétition serait dans nos gènes… intéressons-nous à la culture.

      1. Un article très intéressant dans slate.fr («Le Tour de France est-il vraiment polluant») extrait :
        – Pour Stein Van Oosteren, représentant de l’ambassade des Pays-Bas en France, la raison est essentiellement culturelle: «En France, le vélo n’est pas considéré comme un moyen de déplacement mais comme un loisir. Je vais vous donner un exemple: si vous tapez le mot «cycliste» dans Google ou dans n’importe quel moteur de recherche, vous allez immédiatement voir des images d’hommes en lycra, entre 30 et 40 ans, sportifs, en train de faire du vélo de course. Si vous tapez le même mot en néerlandais, vous allez voir des femmes, des hommes, des personnes âgées, des enfants, qui sont en train de se déplacer, d’aller au théâtre, de faire des courses.»

  5. La méconnaissance du cyclisme dont font preuve les élus verts est désespérante, ils haïssent le Tour de France pour la tradition qu’il représente.
    Une fois de plus la bêtise a frappé, on aimerait deux secondes qu’ils se donnent le mal d’aller voir le Tour de France et de regarder comment ça se passe (voir de faire une fois dans leur vie de vrais efforts en vélo)
    On aimerait aussi qu’ils regardent la différence de comportement entre les spectateurs du Tour de France et les spectateurs du Foot.
    Ils ont supprimé le bisou au vainqueur, bravo, un pas de plus vers une société laide et idiote, c’est un désespoir de voir que l’écologie est majoritairement représentée par ce mouvement.

    1. Bonjour Didier Barthès. C’est sûr que ces Anti ne font pas preuve là d’une grande finesse, voire sagesse. Maintenant je ne suis pas certain qu’ «ils haïssent le Tour de France pour la tradition qu’il représente.» Toutefois cette hypothèse mérite d’être approfondie. Quelle tradition, quelles valeurs, etc. ?
      Pour me faire un peu leur avocat, la suppression du bisou au vainqueur n’est pas la faute des Anti, mais seulement du Virus. Plus exactement de la gestion de cette crise sanitaire. Plus de bisous, plus de poignées de mains, plus d’embrassades, cette saloperie porte un tort considérable aux relations humaines, au vivre-ensemble. Plus de câlins, non plus ? Voilà peut-être qui pourrait aller dans le sens de votre combat 😉

      1. (suite) Par contre ce n’est pas le Covid qui a décidé de cette parité ridicule, un homme et une femme. J’ai hâte de voir ce que ça va donner quand il n’y aura plus de masques, de voir si le vainqueur aura le droit à deux bisous, un de la jolie dame et un du beau monsieur. Ou alors, tous les goûts étant dans la nature, deux de la dame ou bien deux du monsieur. Pour le bisou, on pourrait aussi réfléchir à mettre une troisième personne, entre les deux, c’est à la mode ça aussi.
        Seulement si je m’autorise à juger ridicule cette nouveauté, on va de suite me taxer de sexiste, de machiste etc. Et là c’est la porte ouverte au grand n’importe quoi. Faut juste rappeler que nous y sommes déjà. 🙂

      2. Bonjour Michel C,
        Oui pour la suppression du bisou (j’aurais, dû en effet le préciser pardon), je ne faisais pas allusion à la suppression liée cette année à l’épidémie mais au fait qu’on ait remplacé les deux jolies hôtesses par une homme et une femme pour se conformer à la nouvelle morale eelvienne, tout cela est ridicule. C’était joli cette tradition, cela n’est absolument pas contre les femmes. C’est un exemple parmi d’autre de leur haine des traditions.
        Quant à la connaissance du vélo, je vois bien qu’ils ne se sont jamais penché sur la question, le Tour est propre, tout est nettoyé, les coureurs doivent laisser leur déchets dans des zones très délimitées où le nettoyage est immédiat et très poussé, on interdit même le jet de bidon aujourd’hui ce qui est idiot car les gens étaient très heureux de récupérer un bidon du Tour de France, il n’en restait pas par terre.

        1. Ah ce qu’elles sont jolies les files de mon pays ! Zaï zaï zaï zaï !
          Ben oui, moi aussi j’aime les femmes, et vous allez voir que bientôt il sera interdit de le dire. N’importe quoi !
          Mais bon, si encore le Tour n’était qu’un spectacle pour les petits et les grands, les buveurs de bière, les mangeurs de chips, les fous du chocolat Lanvin et j’en passe, si encore ces masos (faut quand même l’être, non ?) ne pédalaient que pour le plaisir d’être au grand air, le plaisir de participer (on peut toujours rêver, non ?)… alors peut-être qu’aujourd’hui nous serions tout aussi contents d’applaudir des coureurs comme Eugène Christophe. Mais non, le Tour est et restera la Compétition.

  6. Même s’ils partent d’une bonne intention, en s’en prenant au Tour de France ces élus verts ou «verts» commettent une erreur. En voyant (lisant) les réactions on comprend de suite que leurs arguments ne passent pas. Pire, ils risquent d’être contre-productifs en provoquant un rejet viscéral, et général.
    Là comme partout on se doit d’essayer de mettre les choses dans le bon ordre. Et pour ça il faut y voir clair. Même si on peut le critiquer, le Tour de France n’est quand même pas à mettre au même niveau que les Jeux Olympiques.
    Bien sûr le Tour de France est perverti, lui aussi. Lui aussi a connu une certaine dérive (pognon, dopage etc.), lui aussi est devenu un gros business etc. Toutefois, pour moi l’épreuve reine du Grand Show (du Grand Cirque) ce n’est pas le Tour mais les J.O.

    1. (suite) On pourrait s’amuser à calculer les empreintes carbone du Tour, des J.O, de la Coupe du Monde de Foot, de celle de F1 etc. Mais le problème de ces jeux du Cirque n’est pas là, du moins pas que là.
      Le Peuple aime les Jeux, les «chefs» aiment les jeux, le Business aime les jeux. Et c’est comme ça. Dans cette situation, dans cet état, comment faire comprendre à tout ce «joli» monde que la Compétition est à la base de tous nos maux ? Mission impossible !

      Pour en revenir vite fait aux J.0, il est intéressant de connaître un peu l’histoire des jeux olympiques antiques. Ceux-là se sont déroulés sur une période de 1200 ans, durant laquelle les jeux ont évidemment évolué. L’évolutions des valeurs… la décadence de la Grèce ainsi que celle de Rome plus tard, ont évidemment eu des effets sur les jeux. Qui sont alors devenus de plus en plus mercantiles, dénaturés par le dopage, l’argent, la corruption etc. On dirait que l’histoire se répète.

      1. La compétition, même si on n’aime pas ça, même si on n’adhère pas, hélas il n’empêche pas moins que la majorité des individus affectionne la compétition. A priori, c’est une réalité à laquelle on se doit de composer, malgré nous, malgré toi, malgré moi.

        D’ailleurs, dès l’enfance, les individus cherchent à se comparer entre eux et à s’auto-évaluer et à s’évaluer les uns les autres. Chacun cherchant à se situer par rapport aux autres dans chaque compétence, chaque connaissance et chaque performance. Tu ne peux rien faire contre ça ! Les enfants procèdent à ces exercices d’évaluation entre individus sans avoir besoin de leurs ordonner, de leurs dicter ou de les influencer, ils le font naturellement de leur propre initiative. Tu sais, à l’école j’étais tout le temps premier de la classe, je m’en rendais compte facilement non pas par mes résultats mais par l’agressivité que je te catalysais par la jalousie.

  7. « Sportifs en chambre, Sarko, Jadot, Macron »

    Et vous oubliez leurs dizaines de millions d’électeurs qui sont des sportifs de canapé ! Ces fabuleux sportifs de canapé, qui se sentent virils, à se poster devant la télé avec une canette de bière à la main ou un narguilé (quand ils se défoncent par autre chose que l’alcool), et à éructer des « ouais, vas y ça aillez, but » et autres onomatopées. Mon dieu, pathétique !

    Parfois, je me demande si vraiment les gens qui m’entourent sont de la même espèce que moi. Je me sens comme un extra-terrestre sur ma propre planète. L’aspect négatif étant que je ne me sens pas dans mon monde, l’aspect positif étant que je me dis avoir de la chance de ne pas leurs ressembler, de ne pas être comme eux, enfin bref de n’être pas être aussi idiots. Si je pouvais m’exiler c’est clair que j’irai direct sur une autre planète habitée par des gens plus sensés.

    1. Tu oublies ceux qui n’aiment pas la bière, ceux qui regardent la télé avec le paquet de pop corn ou de chips, ou la tablette de chocolat. Et à ce moment là, ça nous en fait combien, en tout, de sportifs de canapé, ou en chambre ? Tu devrais lire ou relire le petit échange entre Didier Barthès et moi le 30 JUIN 2017 sur l’article «Le Tour de France sera le sauveur de la biodiversité».
      Moi aussi parfois je me demande de quelle espèce tu es et sur quelle planète tu vis. Certes tu es unique, mais comme tout le monde finalement. Par conséquent ne te prends surtout pas pour quelqu’un d’exceptionnel.

      1. Bah je suis sûrement exceptionnel par ma lucidité contrairement à toi ! Tu sais pour moi, à la base le sport est fait pour être pratiqué directement, pour soit s’amuser soit se maintenir en forme et non pas conçu pour être regardé, hormis peut-être pour l’apprentissage c’est à dire apprendre les techniques stratégies et mouvements. Pour le reste, regarder pour regarder, ça ne m’excite pas plus que ça, à vrai dire ça ne fait aucun effet. Et ne me réponds pas « Tu ne peux pas comprendre, sûrement parce que tu n’as jamais fait de sport ». Car si justement, je faisais du handball, sport auquel j’ai remporté avec mon équipe une coupe, mais bon, je jouais pour le plaisir de jouer, et non pas pour avoir un public. Mais on aurait perdu, je n’en aurai pas fait un drame non plus, l’essentiel étant de jouer la partie sur le terrain, mais après regarder les autres jouer ça ne m’intéresse pas (hormis étudier et concevoir une stratégie).

        1. Ce qui m’anime c’est jouer la partie, pas être spectateur à regarder les autres s’amuser, ça n’a aucun intérêt.

Les commentaires sont fermés.