un ou deux enfants par couple, maximum admissible

Ne jetons pas la pierre à l’Ouganda. Mon grand-père avec une dizaine de frères et sœurs en France début XIXe siècle. La norme actuelle en Ouganda est de 6,2 enfants par femme*. L’Ouganda est certes surpeuplé, avec une population qui pourrait passer de 32 millions d’habitants aujourd’hui à 91 millions en 2050, mais la France aussi est surpeuplée, obtenant son alimentation carnée et son niveau de vie motorisé grâce au pillage des ressources mondiales. Mais la situation est différente du XIXe siècle, nous avons les moyens de faire autrement. Il y a aujourd’hui le planning familial et les possibilités multiples de contraception alors que la capacité de charge de la planète en êtres humains allègrement dépassée.

En Ouganda, il n’y a plus assez de terre pour tout le monde, écoles, couverture médicale et accès à l’eau potable ne peuvent suivre l’expansion démographique. En France, nous avons un chômage structurel et la déplétion pétrolière qui nous attend va multiplier le nombre de diplômés sans emploi, faire basculer vers la privatisation du système de soins et renchérir une eau qui manque déjà. Tous les pays sont concernés par la surchauffe démographique. Mais ce n’est pas simplement d’un financement garanti de l’accès à la contraception** dont nous avons besoin.

Nous n’avons plus le temps d’attendre un hypothétique développement des pays pauvres pour voir chuter la baisse de la  fécondité. Le mythe d’un retard de développement à combler est derrière nous à l’heure où des ressources renouvelables et non renouvelables en voie de raréfaction interdisent la généralisation du standard de vie occidental. Aujourd’hui il y a sur-développement des pays riches et mal-développement de l’Afrique. Il nous faut penser autrement, la transition démographique à promouvoir doit découler plus d’un changement culturel que d’une conversion économique. Il faut que le sentiment de Rwomushana, « Un homme se sent plus grand quand il a une grande famille* » devienne l’expression d’une contre-vérité socialement dénoncée. Il s’agit donc de ne pas multiplier les infrastructures économiques et autres grands projets inutiles, il s’agit d’abord d’un problème politique. Tant que les religions du livre prêcheront la multiplication des hommes et que les gouvernements adopteront le slogan « Il n’est de richesse que d’hommes », rien ne changera. Ce sont les famines, les épidémies et les guerres qui réguleront les populations humaines, comme Malthus nous en avait averti il y a plus de deux siècles.

* LE MONDE du 11 juillet 2012, la longue marche du planning familial en Ouganda

** LE MONDE du 11 juillet 2012, un sommet pour financer l’urgence du contrôle des naissances

Partagez ...

21 réflexions sur “un ou deux enfants par couple, maximum admissible”

  1. Je suis docteur en Sciences. PhD est un grade universitaire (doctorat), pas une indication de domaine ou de fonction.

    Vous ne me repondez pas: quelles sont *vos* competences?

  2. Une ultime pour la route , docteur en philosophie, visitez donc sur le site Manicore de JM Jancovici pour vous instruire en matière énergétique .
    Horresco referens , cet homme est un malthusien aussi !

  3. C’est vous qui ecrivez, ou c’est Jean-Marc Trucmachin? Parlez-vous en votre nom ou etes-vous recipiendaire d’une revelation divine? Etes-vous le Guignol de l’ecologie ou sa Jeanne d’Arc?

    Mes competences pour braver votre prophete? Comme je ne crois pas a « l’ecologie citoyenne », oui il en faut. Je suis PhD, universitaire, prof d’Universite, je dirige un labo (deux pour etre precis) et travaille sur le dev. durable et les effets endocrines des polluants industriels. Et vous? Guide touristique de Soral ou d’Ozon en Chine? Obstetricien a Pekin?
    En tout cas merci de m’avoir fait sourire: ca fesait quelques decennies que l’on ne m’avait plus traite de gauchiste….vous me rajeunissez!

  4. @ au vin :
    Accuseriez – vous Jean marc jancovici d’ avoir des hallucinations millénaristes ?
    que possédez – vous comme compétences pour réfuter ses propos ?
    Ne déformez pas mes propos comme tout bon gauchiste à faux nez droitdelhommiste,
    je ne parle pas de fin du monde mais de chaos .
    Fin de discussion !

  5. « Suite à une inévitable crise pétrolière, la farce droitdelhommiste prendra fin »

    Vos hallucinations millenaristes n’etant pas soignables par la discussion, je vous invite a ne pas attendre cette joyeuse fin du monde et a vous rendre en Chine pour y vivre. Vous vous y rejouirez tous les matins de votre chance de vivre dans un si beau systeme, avec lequel vous n’avez « aucun probleme », et a l’abri de la « farce droitdelhomiste ». Vous pourrez certainement y trouver un role a votre mesure (realisateur d’avortement obligatoire par exemple, voir le billet de Biosphere du 15 juillet)), ce qui renforcera encore plus le sens de votre vie, si c’est possible !!

    Achetez vite un billet d’avion avant que « l’inevitable crise petroliere »ne vous en empeche et ne vous force a subir plus encore l’horrible dicatature demographique occidentale.

  6. Les méthodes utilisées en chine sont brutales , certes, mais elles sont indispensables si l’ on veut encore pouvoir respirer sur cette planète .
    Au pérou , les femmes (indiennes) ont été stérilisées sur une base volontaire ; idem pour l’ Inde du temps de Sajiv Gandhi .
    Comment qualifiez – vous le grouillement humain dans lequel on vit tous les jours et la privation d’ un droit humain quasi inaliénable qu’ est la droit à un espace vital de base non pollué ?
    J’ appelle cela une dictature démographique et je n’ ai donc aucun problème avec ce qui se fait en Chine .
    Toutefois , de telles campagnes doivent s’accompagner de programmes éducatifs (planning familial / instruction des enfants) peuvent se révéler très utiles pour la population .
    Lorsque le chaos s’ installera suite à une inévitable crise pétrolière, la farce droitdelhommiste prendra fin et ce sera tant mieux !

  7. « cela se fait en Chine » : bien sur, avec le respect des libertes individuelles et la participation enthousiaste que l’on sait !!!!

    Ceci dit, vous avez effectivement mis le doigt sur la seule maniere de controler la vie reproductive et sexuelle des individus avec quelque succes: totalitarisme et methodes policieres. Cela ne semble pas vous gener, mais le reste du monde, lui, a ces methodes en grand degout.

    Dans les pays democratique, Gandhi a ete malheureusement aussi efficace puisque ses lubies agricoles de l’epoque ont ete responsables de la mort de millions d’individus (qui donc ne se sont pas reproduits), jusqu’a ce que la Revolution Verte permette enfin a ce pays de commencer a sortir du moyen-age. Quand a Fujimori – vous parlez de celui du Perou? Celui la meme qui a ete condamne a 25 ans de prison pour atteintes aux droits de l’Homme?

  8. « cela se fait en Chine » : bien sur, avec le respect des libertes individuelles et la participation enthousiaste que l’on sait !!!!

    Ceci dit, vous avez effectivement mis le doigt sur la seule maniere de controler la vie reproductive et sexuelle des individus avec quelque succes: totalitarisme et methodes policieres. Cela ne semble pas vous gener, mais le reste du monde, lui, a ces methodes en grand degout.

    Dans les pays democratique, Gandhi a ete malheureusement aussi efficace puisque ses lubies agricoles de l’epoque ont ete responsables de la mort de millions d’individus (qui donc ne se sont pas reproduits), jusqu’a ce que la Revolution Verte permette enfin a ce pays de commencer a sortir du moyen-age. Quand a Fujimori – vous parlez de celui du Perou? Celui la meme qui a ete condamne a 25 ans de prison pour atteintes aux droits de l’Homme?

  9. Cela s’ est fait sous le régime de Fujimori (à peu près 400000 stérilisations) , sous celui de Gandhi (15 millions) , cela se fait en Chine .
    La stérilisation non forcée semble fonctionner assez bien en Thailande .
    Content , coq au vin ?

  10. « …il convient d’ initier sans retard à l’ échelle mondiale des programmes de stérilisation massive. L’ Afrique et l’ Asie étant prioritaires en la matière vu leur taux de natalité . »

    Je me rejouis d’avance de vous voir essayer. Comment allez-vous faire si ce n’est pas indiscret? « Mettez la pilule en vente dans les Monoprix », comme le chantait Antoine? Tester quelques armes nucleaires dans ces jolies contrees? Y aller au napalm? Y precher pieds-nus la bonne parole eugeniste? Pratiquer la pensee positive?

  11. « …il convient d’ initier sans retard à l’ échelle mondiale des programmes de stérilisation massive. L’ Afrique et l’ Asie étant prioritaires en la matière vu leur taux de natalité . »

    Je me rejouis d’avance de vous voir essayer. Comment allez-vous faire si ce n’est pas indiscret? « Mettez la pilule en vente dans les Monoprix », comme le chantait Antoine? Tester quelques armes nucleaires dans ces jolies contrees? Y aller au napalm? Y precher pieds-nus la bonne parole eugeniste? Pratiquer la pensee positive?

  12. Tardif nous parle de l’ agronome Poucet dont les estimations de production agricole dans le cadre de l’ agriculture organique seraient fiables .
    Il oublie que la Terre doit aussi être dédiée aux forêts , espaces naturels et à la biodiversité : de par son nombre excessif , le bipède arrogant empiète par trop largement sur ces éléments indispensables à l’écologie de la planète .
    Dès lors , plutôt que d’ attendre une hypothétique transition démographique qui n’existe probablement que dans l’ imaginaire de démographes socialomondialistes (pléonasme) à la Lebras , il convient d’ initier sans retard à l’ échelle mondiale des programmes de stérilisation massive .
    L’ Afrique et l’ Asie étant prioritaires en la matière vu leur taux de natalité .

  13. Ma thèse, puisque j’en ai une moi aussi, est que les gens sont le plus souvent moins stupides que ce que croient ceux qui tentent d’interpréter leurs agissements et ce qu’ils essaient, selon leur propre vision du monde et leurs propres critères, de leur attribuer comme motivations (ça vous concerne).

    Je crois ainsi que les gens font ce qu’ils peuvent et qu’ils ont le nombre d’enfants qui leur parait le mieux – croient-ils – pour que leur famille soit heureuse – espèrent-ils… La religion, dans les faits, a fort peu d’impact au bout du compte sur cette réalité. Mais il peut y avoir parfois un décalage dans le temps entre la perception que l’on a de ce qui est le mieux pour sa famille et ce qui serait effectivement le mieux à ce moment là.

    Mais même ce décalage n’est pas si grand que ça, et les gens, le plus souvent, analysent assez correctement ce qui est dans leur intérêt. La plupart des autres animaux aussi, d’ailleurs. Et finalement les végétaux aussi, même si le terme « analyser » est probablement abusif, car beaucoup trop anthropomorphique, dans ce cas.

    On sait en tout cas depuis un moment – et on le sait scientifiquement, c’est à dire qu’on a pu le prouver – que le contrôle des naissances est une pratique très ancienne chez les humains (depuis plusieurs siècles en Europe, en tout cas). On sait le lire de manière très claire dans les données fournies par les études démographiques historiques.

    Avant l’emploi des techniques actuelles principales de contrôle des naissances en Occident (contraception, avortement), on en utilisait d’autres, qui sont toujours utilisées ailleurs (coït interrompu, infanticide, et surtout… l’âge du mariage).

    On soupçonne aussi, d’ailleurs, que d’autres espèces animales pratiquent le contrôle des naissances en fonction des variations de leur environnement, mais c’est une autre histoire.

    Il n’y a finalement rien d’étonnant à constater que c’est dans les sociétés qui contribuent le plus, par leur mode de vie, au déséquilibre écologique que vit aujourd’hui notre planète, que l’on constate un profond bouleversement de la démographie. C’est bien en Occident que l’on cesse aujourd’hui de faire suffisamment d’enfant pour assurer le renouvèlement des générations, ce qui entraine un début de diminution de la population. La France est, à cet égard, une très étrange exception ; l’Allemagne et le Japon étant des modèles « parfaits » ; les USA un cas très particulier, en raison de l’immigration…

    Tout semble indiquer, donc, qu’un processus naturel de régulation de la population humaine est bien à l’œuvre actuellement : c’est au fond la thèse défendue par les démographes scientifiques de la « transition démographique ».

    Ce processus de régulation est-il suffisant ? Vient-il à temps ? Ce sont d’autres questions, mais ce sont des questions qui se comptent ! C’est à dire qu’elles s’évaluent de manière précise, scientifique, comptable !

    Si je vous taxe des termes, certes peu amènes, d’éco-fasciste, Khmer vert et néo-maoïste, c’est que je le lis aussi vos autres billets sur ce blog, depuis un moment.

    Un autre exemple qui apporte de l’eau à mon moulin : votre thèse inepte et fantaisiste des deux milliards d’humains que la Terre saurait nourrir sans s’épuiser. Où sont vos comptes, où est votre démonstration ?!

    Un écologiste sérieux, qui s’y connait un peu en agriculture, comme l’ingénieur agronome français Joseph Poucet propose pour sa part, et par exemple, un calcul précis et documenté: l’ensemble des terres arables de la planète, consacrées à l’agriculture biologique, en prenant comme référence des rendements moyens de l’agriculture biologique française, serait en mesure de nourrir, en prenant comme référence le régime alimentaire d’aujourd’hui d’un Français moyen, autour de 7,8 milliards d’humains (d’autres études scientifiques que la sienne vont dans le même sens).

    Voilà la « capacité de charge » de notre planète. Bien entendu, si on modifie le régime alimentaire du Français moyen, en réduisant par exemple la quantité de viande qu’il mange (les calculs de Pousset sont édifiants), on augmente considérablement cette capacité de charge: 8 ou peut-être 9 milliards d’humains ?

    Qu’est-ce qui vous permet d’affirmer pourtant le contraire et d’alarmer la population en propageant un discours crépusculaire ? Où est votre démonstration ? Quelles sont vos preuves ?

    Et sans ces preuves, quelle est la part d’idéologie dans le discours que vous distillez dans ce blog ?

  14. Ma thèse, puisque j’en ai une moi aussi, est que les gens sont le plus souvent moins stupides que ce que croient ceux qui tentent d’interpréter leurs agissements et ce qu’ils essaient, selon leur propre vision du monde et leurs propres critères, de leur attribuer comme motivations (ça vous concerne).

    Je crois ainsi que les gens font ce qu’ils peuvent et qu’ils ont le nombre d’enfants qui leur parait le mieux – croient-ils – pour que leur famille soit heureuse – espèrent-ils… La religion, dans les faits, a fort peu d’impact au bout du compte sur cette réalité. Mais il peut y avoir parfois un décalage dans le temps entre la perception que l’on a de ce qui est le mieux pour sa famille et ce qui serait effectivement le mieux à ce moment là.

    Mais même ce décalage n’est pas si grand que ça, et les gens, le plus souvent, analysent assez correctement ce qui est dans leur intérêt. La plupart des autres animaux aussi, d’ailleurs. Et finalement les végétaux aussi, même si le terme « analyser » est probablement abusif, car beaucoup trop anthropomorphique, dans ce cas.

    On sait en tout cas depuis un moment – et on le sait scientifiquement, c’est à dire qu’on a pu le prouver – que le contrôle des naissances est une pratique très ancienne chez les humains (depuis plusieurs siècles en Europe, en tout cas). On sait le lire de manière très claire dans les données fournies par les études démographiques historiques.

    Avant l’emploi des techniques actuelles principales de contrôle des naissances en Occident (contraception, avortement), on en utilisait d’autres, qui sont toujours utilisées ailleurs (coït interrompu, infanticide, et surtout… l’âge du mariage).

    On soupçonne aussi, d’ailleurs, que d’autres espèces animales pratiquent le contrôle des naissances en fonction des variations de leur environnement, mais c’est une autre histoire.

    Il n’y a finalement rien d’étonnant à constater que c’est dans les sociétés qui contribuent le plus, par leur mode de vie, au déséquilibre écologique que vit aujourd’hui notre planète, que l’on constate un profond bouleversement de la démographie. C’est bien en Occident que l’on cesse aujourd’hui de faire suffisamment d’enfant pour assurer le renouvèlement des générations, ce qui entraine un début de diminution de la population. La France est, à cet égard, une très étrange exception ; l’Allemagne et le Japon étant des modèles « parfaits » ; les USA un cas très particulier, en raison de l’immigration…

    Tout semble indiquer, donc, qu’un processus naturel de régulation de la population humaine est bien à l’œuvre actuellement : c’est au fond la thèse défendue par les démographes scientifiques de la « transition démographique ».

    Ce processus de régulation est-il suffisant ? Vient-il à temps ? Ce sont d’autres questions, mais ce sont des questions qui se comptent ! C’est à dire qu’elles s’évaluent de manière précise, scientifique, comptable !

    Si je vous taxe des termes, certes peu amènes, d’éco-fasciste, Khmer vert et néo-maoïste, c’est que je le lis aussi vos autres billets sur ce blog, depuis un moment.

    Un autre exemple qui apporte de l’eau à mon moulin : votre thèse inepte et fantaisiste des deux milliards d’humains que la Terre saurait nourrir sans s’épuiser. Où sont vos comptes, où est votre démonstration ?!

    Un écologiste sérieux, qui s’y connait un peu en agriculture, comme l’ingénieur agronome français Joseph Poucet propose pour sa part, et par exemple, un calcul précis et documenté: l’ensemble des terres arables de la planète, consacrées à l’agriculture biologique, en prenant comme référence des rendements moyens de l’agriculture biologique française, serait en mesure de nourrir, en prenant comme référence le régime alimentaire d’aujourd’hui d’un Français moyen, autour de 7,8 milliards d’humains (d’autres études scientifiques que la sienne vont dans le même sens).

    Voilà la « capacité de charge » de notre planète. Bien entendu, si on modifie le régime alimentaire du Français moyen, en réduisant par exemple la quantité de viande qu’il mange (les calculs de Pousset sont édifiants), on augmente considérablement cette capacité de charge: 8 ou peut-être 9 milliards d’humains ?

    Qu’est-ce qui vous permet d’affirmer pourtant le contraire et d’alarmer la population en propageant un discours crépusculaire ? Où est votre démonstration ? Quelles sont vos preuves ?

    Et sans ces preuves, quelle est la part d’idéologie dans le discours que vous distillez dans ce blog ?

  15. PS:

    Juste pour info (et pour réduire en miette la thèse défendue dans cet article), intéressez-vous au taux de fécondité de pays tels que l’Italie et l’Espagne (côté chrétien) et l’Iran (côté musulman), comparés à celui de la France (largement déchristianisée. En tout cas nettement plus que l’Espagne et l’Italie). Et vous me direz ce qu’il reste de votre thèse « culturalo-religieuse »…

    Car cette comparaison tendrait à démontrer totalement l’inverse de votre thèse: plus les religions du Livre restent implantée (Italie, Espagne, Iran) MOINS on fait d’enfant, et moins elles restent implantées (France) PLUS on fait d’enfants !

    1. @ Tardif
      Nous disions seulement « Tant que les religions du livre prêcheront la multiplication des hommes… ce sont les famines, les épidémies et les guerres qui réguleront les populations humaines. » En constatant cela, il ne nous semble pas faire preuve d’écofascisme, ni de khmertitude, ni de néo-moïsme. Nous n’aimons pas les grandes envolées lyriques qui n’apportent rien au débat.

      Quant à votre affirmation d’une causalité directe entre niveau de population et fécondité des femmes, puis entre fécondité et statut des femmes, nous ne pouvons qu’approuver. Nous n’avons jamais dit le contraire.

      Quant à votre PS, vous ne pouvez déduire des généralités de cas particuliers. Prenons l’Iran. Quand l’ayatollah Khomeyni est arrivé au pouvoir après la révolution islamique de 1979, les programmes de planification familiale mis en place par le Shah ont été démantelés. En conséquence, le taux de croissance annuel de la population a atteint plus de 4 %, soit un doublement tous les 17 années seulement. Mais à la fin des années 1980, le coût social et environnemental d’une telle croissance est devenu perceptible et le discours religieux a changé : la diminution du nombre d’enfants devenait une responsabilité sociale et 80 % des dépenses de planification familiale furent pris en charge par le budget de l’Etat. Environ 15 000 « maisons de santé » furent ouvertes pour permettre à la population rurale d’avoir accès aux services de régulation des naissances. Les livres sacrés peuvent évoluer dans leurs applications, heureusement…

  16. Bonjour,

    Aujourd’hui vous appelez à « la révolution culturelle » contre « les religions du Livre ». Vous me semblez bientôt mûr pour l’éco-fascisme. On vous prépare déjà votre petite panoplie de khmer vert.

    Voilà ce qui arrive quand on veut à tout prix lire tous les aspects de la réalité avec des lunettes idéologiques. Ce qui conduit à passer à côté de la réalité, remplacée par une reconstruction intellectuelle. C’est ça, l’idéologie, et c’est ce que vous pratiquez dans cet article « néo-maoïste ».

    Vous mélangez tout, dans un gloubi-boulga indigeste et irrationnel. On attend, ainsi, un début de démonstration de la thèse (que vous défendez implicitement) qui établit que la natalité en Ouganda et le chômage structurel en France relèveraient d’un même phénomène démographique !

    De la même manière, on voudrait quelques éléments qui puissent étayer votre thèse (explicite, cette-fois) du rôle « culturel » fondamental des religions du Livre dans la situation démographique générale de la planète. En Chine (et en Inde) aussi ??

    S’il y a quelque chose d’établi sérieusement, c’est à dire scientifiquement, c’est que le niveau de population d’un pays est directement lié (par un lien de causalité directe) avec le taux de fécondité des femmes (mais il faut tenir compte en parallèle du taux de mortalité, notamment infantile, et des migrations). Ce qui est clair également (càd établi par une corrélation scientifiquement démontrée), c’est que le niveau de fécondité des femmes est lié à leur niveau d’instruction (surtout l’alphabétisation), et pas à leur religion !!

    A moins que vous ne disposiez de chiffres nouveaux allant dans ce sens, établissant une corrélation inédite, infirmant catégoriquement les données aujourd’hui connues de la communauté scientifique des démographes (et de ceux qui les lisent)…

    S’il y a donc quelque chose dans la transition démographique de « culturel », comme vous dites, ce n’est certainement pas dans « le » Livre qu’il faut le chercher, mais sur les bancs de l’école des filles. Et tous LES livreS conviennent très bien à cette affaire.

    Cordialement

  17. Démocratie et démographie
    L’adage populaire : « Après moi le déluge ! » est à la fois un constat et une justification. Si après moi il n’y a plus rien, alors je ne suis plus responsable de rien ni devant personne. Puisque tout est fichu, le mieux est de jouir autant que possible du moment présent – ce qui accroît encore la probabilité du pire. Le fatalisme engendre ce qu’il annonce, selon une logique de prophétie auto-réalisatrice. Cette logique est encore renforcée par l’accroissement des populations. Les décisions absurdes sont d’autant plus fréquentes que les personnes participant à la décision sont nombreuses. Si personne ne se soucie du futur lointain, je serais bien bête d’être seul à m’en préoccuper. Comment contrer la logique mimétique qui suscite les crises que nous ne cessons de vivre depuis deux décennies ?

    Une humanité de huit milliards d’hommes non seulement n’est pas supportable pour la planète mais engendre des modes de délibération qui ne favorisent pas les bons choix. Pour résister à la fascination du fatalisme, il faut poser le problème de la démographie. Y a-t-il un nombre optimum d’hommes pour habiter la planète Terre ? S’agit-il seulement de savoir si on peut les nourrir, ou bien aussi et surtout si une démocratie authentique est possible dans des pays dépassant le milliard d’habitants ?
    François Galichet in Le Monde.fr | 12.07.2012 (texte résumé)

Les commentaires sont fermés.