Un politique se doit d’incarner ce dont il est porteur

« En tant que politique, je ne sais pas comment agir. Faut-il agir dans un parti ? Aucun parti, par nature pyramidale, n’est propice à la réflexion écologique. Faut-il inspirer ou agir ? Nous ne pouvons changer notre destin sans nous changer nous-mêmes. Le destin collectif implique la transformation des individus. Comme le colibri, chacun doit faire sa part, contribuer à sa modeste mesure, se sentit lié, dépendant, responsable des autres. Cette conscience en totale contradiction avec l’aspiration individualiste et consumériste, je refuse de l’imposer par une voie politique. Il est trop aisé, au nom de la science et de la nécessité collective, d’imposer une uniformisation des vies et des mœurs, uniformisation qui est le fondement de l’intégrisme. La transformation des individus est un choix qui appartient à chacun. Mais il appartient au politique d’inspirer, d’incarner. Le politique se doit d’incarner une nouvelle conscience collective dans ses choix individuels. J’ai choisi de ne consommer qu’exceptionnellement des animaux, de rouler en véhicule électrique ou de marcher, de pratiquer une activité physique quasi-quotidienne. J’ai encore un long chemin à faire dans la découverte de la méditation et de l’empathie, dans la découverte de nouveaux chemins. Mon cheminement crée beaucoup de réactions cyniques, amusées, parfois hostiles. C’est un chemin que j’hésite encore à revendiquer pleinement. Et pourtant, il est de ma responsabilité politique d’incarner ce que je défends.

La deuxième mission fondamentale du politique qui choisit cette nouvelle voie de l’écologie est de remettre en question le modèle éducatif. L’homme ne peut se changer lui-même s’il est conditionné à obéir, à se formater, à privilégier la norme sur le savoir. Les débats politiques se concentrent sur le contenu des programmes éducatifs, alors que l’enjeu principal est celui de la méthode pédagogique. Dès le plus jeune âge, il nous faut asseoir et ne plus bouger, contre les aspirations même de notre corps. Nous devons repenser les fondements d’un système pour passer de l’éducation à l’émancipation, organiser des équipes par classe, réintroduire l’animal et la nature dans la vie quotidienne de la classe.

Le défi écologique est passionnant car il nous oblige à créer une nouvelle organisation du pouvoir et de nouveaux principes. Il nous oblige à retrouver un nouveau destin collectif. L’homme politique, dont la mission première est la gestion de la Cité, devrait être l’apôtre des questions écologiques et éthiques. Je crains que mon expérience politique, si jeune et courte soit-elle, ne puisse confirmer cette espérance qui tient presque de la vertu théologique. »

Chantal Jouanno (secrétaire d’État à l’écologie de 2009 à 2010)

Source : chapitre Temps court, confiance et espérance : les options du politique in L’Homme peut-il accepter ses limites ? (éditions Quae, 2017)

3 réflexions sur “Un politique se doit d’incarner ce dont il est porteur”

  1. La réflexion étant le plus difficile des exercices, alors beaucoup de gens préfèrent obéir que réfléchir ! Donc ça les arrange bien à ne pas réfléchir et à ne pas décider, car ça permet de se dédouaner de toute responsabilité ! Dans les milieux professionnels, beaucoup de gens veulent monter en grades et en échelons et obtenir des postes de chef, mais c’est uniquement pour le salaire et non pas pour les responsabilités, donc cette pyramide, ils l’affectionnent beaucoup, car chaque chef et chaque sous-fifre se dénoncent l’un l’autre pour dire que ce n’est pas sa faute dès lors qu’il y a un problème, tant c’est la faute des subalternes tantôt des supérieurs. Bref, il y a toujours une excuse quitte à l’inventer, c’est d’ailleurs c’est pour cette raison aussi que l’UmPs affectionne tant ces pyramides et qu’ils en ont installé une au Louvre. Donc obéir ça arrange, car ça permet de dire que « ce n’est pas moi qui ait décidé, donc je ne suis pas responsable puisque je n’ai fait qu’obéir et j’étais contraint que d’obéir »…. Mais beaucoup de gens affectionnent ce système d’obéissance car ils détestent réfléchir…. D’ailleurs, ils préfèrent les coups de pied au cul que réfléchir « Réfléchis limace ! » « Nan ! nan ! me demandez pas ça, c’est horrible de réfléchir ça fait mal à la tête’…. Alors, ça se déroulera toujours comme çà dans l’avenir, la majorité des gens préfèrent un système de faillotage et pistonage pyramidale en devenant suce-boule plutôt que de réfléchir et gravir les échelons par la réflexion en amenant de vrais solutions à la population.

    Mais bon, la limite de ce système pyramidale très UmPs c’est quand tout s’effondre… Et ça va s’effondrer…. D’où le fait que je préfère vivre en autarcie, en -hors des grandes villes et des foules, en privilégiant un système de solidarité avec des proches lucides et conscients… Car tout présage du chaos et de la violence de masse pour l’avenir…

  2. Tiens-toi droit, sois sage à l’école, écoute ton maître, finis ton assiette, finis tes études, va travailler, fonde une famille, achète un appartement, trouve une bonne école pour tes enfants, suis la mode, ne rentre pas trop tard, traverse dans les clous, agis normalement, pense modérément, vote utilement, regarde la télé, lis le Monde, arrête de vieillir, mets de côté pour tes vieux jours …

    Avez-vous déjà essayé de dire NON aux règles établies, NON au conformisme ?

    1. Michel C, apprendre à désobéir ça existe :
      1) Formation à la Désobéissance civile, les 6 et 7 avril à Lausanne.
      Inscriptions et détails : donald.duck@riseup.net
      2) Formation à la Désobéissance civile, le samedi 13 avril à Paris.
      En savoir plus. 
      Inscriptions: remifilliau@hotmail.fr
      3) Formation à la Désobéissance civile, le 14 avril à Morlaix.
      Inscriptions : xrmorlaix@protonmail.com
      4) 19 avril à Paris: Bloquons la République des pollueurs.
      Emmanuel Macron a prouvé depuis le début de son mandat qu’il était le champion du business et pas celui du climat. En protégeant les intérêts des grandes entreprises polluantes au détriment de ceux des citoyens, il bloque le changement politique dont nous avons toutes et tous besoin pour faire face à l’urgence climatique et sociale.
      Le 19 avril, rassemblons-nous pour une grande action de désobéissance civile non-violente en Ile-de-France.
      Rendez-vous ici.
      5) Formation à la Désobéissance civile, le 20 avril en Corse.
      Conférence le soir.
      Inscriptions : afc@afcumani.org
      6) Formation à la Désobéissance civile, le samedi 4 mai à Chaville (92).
      Inscriptions: remifilliau@hotmail.fr
      7) 5 mai: Formation à la Désobéissance civile, à Lille.
      En savoir plus.
      S’inscrire: marianna.pastore01@gmail.com 
      8) Formation à la Désobéissance civile, les 18 et 19 mai à Aspet (Haute-Garonne).
      Inscriptions : jean-marie.donat@laposte.net
      9) 15 juin à 14h, à Paris: Réunion pour la mobilisation contre le salon de l’armement du Bourget qui aura lieu du 17 au 23 juin. 
      En savoir plus.
      S’inscrire à cette réunion: remi.filliau2@protonmail.com
      10) 22 juin: Blocage non-violent du salon de l’armement du Bourget.
      En savoir plus.
       Bonne journée,
      L’équipe des Désobéissant(e)s
      http://www.desobeir.net

Les commentaires sont fermés.