Un univers sans déchets, possible pour zero waste

Béa Johnson, une Française installée près de San Francisco, est devenue la figure du mouvement international « zero waste ». Dans la famille Johnson, chacun a une garde-robe qui tient dans une seule valise. Béa, la maman, possède en tout et pour tout une vingtaine de vêtements. La vie doit être « hypersimple » et les vêtements, « multifonctionnels ». Passionnés du minimalisme, le maître-mot chez les Johnson est « usage multiple ». Leur philosophie tient en cinq principes : « Refuser le superflu ; réduire le nécessaire ; réutiliser ce que l’on achète ; recycler tout ce que l’on n’a pas pu refuser ; composter le reste. » Bea Johnson n’achète plus de bouteilles plastique. Elle nettoie la maison au vinaigre blanc et à l’eau. L’aspirateur a été remplacé par un balai. Quand elle fait ses courses, elle apporte ses contenants. Des bocaux pour les produits humides, la viande, le poisson, l’huile d’olive. Des filets pour le reste. Le seul produit à usage unique, c’est le papier toilette. Les enfants ont grandi à l’école du zéro déchet. « Pour eux, c’est tout à fait normal. »

Avant les Johnson remplissaient une poubelle de 240 litres par semaine. Maintenant, leur poubelle annuelle tient en un bocal d’un quart de litre. Chaque 15 octobre, c’est l’inventaire. Le contenu est photographié et posté sur le site zerowastehome.com. En deux ans, les Johnson ont réussi à éliminer 80 % de leurs affaires. Entre 2010 et 2015, selon les calculs du mari, ils ont économisé 40 % sur leurs dépenses annuelles…*

Zero Waste France est une association citoyenne, créée en 1997, qui milite pour la réduction des déchets. L’ONG propose des solutions pour :

– Faire avancer la réglementation française et européenne en intervenant directement auprès des décideurs politiques.

– Soutenir et accompagner les acteurs de terrain tels que les collectivités, les entrepreneurs, les associations de lutte locale et les citoyens.

– Informer les citoyens et décrypter les enjeux du monde des déchets.

* LE MONDE du 6 octobre 2017, Béa Johnson : le zéro déchet, radical chic

Partagez ...