Une ouverture à droite de l’écologisme ?

Pour marquer le rassemblement des écologistes, rendez-vous était donné lundi 8 juillet devant l’incinérateur d’Ivry-sur-Seine. On y voyait Yannick Jadot (Europe Ecologie-Les Verts), Delphine Batho (Génération Ecologie), Antoine Waechter (Mouvement écologiste indépendant), François Damerval (Cap 21), Jean-Marc Governatori (Alliance écologiste indépendante) et François Béchieau (Mouvement des progressistes). Manquait à l’appel le Parti animaliste. « Ils sont sur une ligne monothématique, mais nous allons les rencontrer dans les prochains jours », a indiqué M. Jadot*. Réunir les différentes chapelles écolos ? Jusqu’à présent l’écologie institutionnelle a tendance à se disperser plutôt qu’à se rassembler !

Le texte commun du 8 juillet : « Nous voulons préparer la conquête et l’exercice du pouvoir par un mouvement démocratique en rupture avec les anciens clivages partisans à l’égard desquels nous affirmons notre indépendance… L’écologie est la seule alternative à la barbarie et à la progression de l’extrême droite. » La grande absente est… la gauche. François Damerval estime que « ce rassemblement est important car il va au-delà du clivage droite-gauche ». Delphine Batho : « Tous ceux qui se définissent écolos sont les bienvenus, ils doivent quitter les anciens partis pollués ».Yannick Jadot : « Dans des municipalités où vous avez des maires qui sont sans étiquette ou divers droite, qui font du 100 % bio dans les cantines, des jardins partagés ou de la rénovation urbaine, qui appliquent ce que nous avons envie de faire, nous prendrons nos responsabilités. Surtout si on les compare à des socialistes qui sont dans des contournements routiers ou du 100 % Sodexo ! » Les gauchistes d’EELV sont ulcérés. Julien Bayou, porte-parole d’EELV : « On ne fera pas d’accord à droite ! » La sénatrice de Paris Esther Benbassa : « A qui m’interroge sur l’ouverture de Yannick Jadot à des accords avec des sans-étiquette ou divers droite, je réponds qu’il parle en son nom, pas au nom d’EELV ». David Cormand, secrétaire national d’EELV : « Ma ligne est assez simple : c’est celle qui a été votée à l’unanimité par le Conseil fédéral. Il n’y aura pas d’alliance avec la droite, qu’elle soit d’extrême droite, conservatrice ou libérale ».

Un commentaire du sceptique sur lemonde.fr : « Pauvre Jadot : il a compris que l’écolo-gauchisme majoritaire au conseil fédéral EELV est la garantie de végéter en marge de la vie politique, que le seul moyen d’en sortir est de casser le tabou en faisant des alliances locales même avec la droite écolo-compatible, comme le font les Grünen allemands, realos depuis 20 ans. Mais voilà : alors qu’on parle surtout du lepénisme, le gauchisme pourrit lui aussi la politique française depuis 40 ans. Nous devons être la dernière grande démocratie à avoir autant de chapelles marxistes, d’intellectuels anticapitalistes, de sachants révolutionnaires, de ratiocinations doctrinaires complètement décalées par rapport au monde tel qu’il évolue. Et comme ce gauchisme pourrit la politique par la voie gauche, l’écologie en est logiquement victime, avec ses fractions pures et jalouses. Cet état de fait plaît aux pollueurs, puisqu’il leur permet en France de dire « regardez, c’est nous ou la chienlit utopique anticapitaliste ». »

Sur notre blog biosphere, nous n’avons pas attendu ces derniers rebondissements pour clarifier le débat écologie/droite/gauche :

7 juin 2019, Yannick JADOT assume, ni droite ni gauche

16 avril 2018, L’écologie va-t-elle passer à droite, nature oblige ?

15 mai 2017, l’écologie politique, vision par-delà droite et gauche (l’écologie intégrale du pape François)

27 mars 2017, un parti social-écologiste ou bien ni droite ni gauche ?

22 août 2016, L’écologie est-elle de droite ou de gauche, ou d’ailleurs

23 avril 2016, L’écologie, ni gauche, ni droite, ni centre, mais supérieur

8 avril 2016, Le « ni droite ni gauche » va avoir le vent en poupe

20 février 2016. Deux manières de tuer l’affrontement droite/gauche (le FN et les Verts)

13 janvier 2016, Non à une primaire ligotant les écologistes à la gauche

19 décembre 2013, Droite ou gauche, comment situer l’écologie ?

17 mai 2013, l’écologie ou l’extrême droite, à toi de choisir !

28 septembre 2011, Manuel Valls, plus proche de la droite que des écologistes

17 mai 2011, plus à gauche et moins à droite, Nicolas Hulot

19 avril 2011, Nicolas Hulot, droite ou gauche?

12 février 2011, socialistes à droite, écologisme à droite (Dominique Strauss-Kahn)

26 février 2010, droite/gauche, un classement ringard

17 octobre 2009, l’écologie de droite (Chantal Jouannet)

6 juillet 2008, droite et gauche, même combat

3 mars 2008, l’écologie, de droite ou de gauche ?

* LE MONDE du 10 juillet 2019,  Yannick Jadot ou l’écologie « et de droite et de gauche »

Partagez ...

4 réflexions sur “Une ouverture à droite de l’écologisme ?”

  1. Les écologistes s’organisent, lu dans Le Monde:
    L’idée, pour le prochain congrès des écologistes, est d’arriver avec une motion unique, rassemblant tout le parti, pour éviter les règlements de comptes internes, comme cela s’est produit après les européennes de 2009. Eva Sas, ancienne députée de l’Essonne, confirme : « Ce sera une motion unique ou une motion de synthèse, mais quelles que soient nos nuances, on saura se rassembler pour s’ouvrir vers l’extérieur. On a un accord extrêmement fort sur la ligne politique : la prééminence du projet écologiste. C’est autour de cela qu’il faut construire. »
    Tout le monde s’accorde pour dire qu’il est temps de dépasser EELV et de former d’abord une alliance solide avec tous les mouvements écologistes, Delphine Batho,t Antoine Waechte r …pour ensuite s’élargir. Toute la question est de savoir avec qui. La gauche ? Les macronistes déçus ? Les deux ?  Bayou était pressenti pour succéder à David Cormand, en binôme avec Sandra Regol. Certains écolos considèrent que cette paire est trop à gauche et qu’il faut une personnalité plus consensuelle. Le nom d’Eva Sas revient régulièrement quand on aborde le sujet. Alain Coulombel, représentant de l’aile gauche, estime, lui, qu’il faut « rassembler d’abord ceux qui sont le plus proches d’EELV », soit la « gauche qui s’écologise et qui a fait un pas substantiel vers nos combats », comme Génération. s, le mouvement de Benoît Hamon.
    M. Jadot ne cesse d’envoyer, depuis plusieurs semaines, des signaux à l’électorat de centre droit, comme lorsqu’il prône le « pragmatisme » pour les élections municipales vis-à-vis de maires « sans étiquette ou même divers droite ». Une stratégie de subsidiarité (ce sont les structures de terrain qui décident, pas le parti national) qui fait d’EELV une sorte de caméléon pouvant s’entendre avec la droite ou la gauche, selon les réalités locales. Quitte à dérouter en interne.

  2.  » L’écologie est la seule alternative à la barbarie et à la progression de l’extrême droite. » La grande absente est… la gauche.  »

    Cretinus cretinum invocat ! Cette phrase citée plus haut est d’ anthologie et démontre bien que ce gens ne sont que des charlots et des ennemis de l’ écologie : de simples créatures politiques sans autres convictions que celles de siéger au parlement pour s’ engraisser .
    La barbarie de l’ extrême droite , kesako ? : citez – moi des barabres d’ extrême droite car je n’ en connais aucun (tonton Adolf était ,national socialiste donc de cette gauche monstrueuse au même titre que le père Joseph de Russie , de Pol Pot , de tonton Castro de cuba , celui qui embastille plus vite que son ombre , de Che Guevara , le révolutionnaire si pacifique !

    1. MARCEL, relisez bien ce qui est écrit. On ne parle pas de la barbarie DE l’extrême droite, mais de la barbarie ET de l’extrême droite. Plus exactement de la progression de l’extrême droite, partout en Europe et dans le monde. Pour moi cette progression n’est qu’un des signes de la barbarie qui se prépare.

  3. Et allez, on repart pour un tour avec ce sempiternel « débat ». Plus de 10 ans que ça dure, comme si c’est avec ça qu’on allait avancer. Misère misère 🙂

    – Dis Papa, où faut-il mettre l’écologie ? Sa bonne place, elle est à droite ou bien
    à gauche ?
    – Mon chou faut suivre la mode, tu sais bien que de nos jours, droite et gauche comme des tas d’autres mots, ça ne veut plus rien dire. Enregistre bien ça dans ton neurone : droite/gauche est un « classement ringard » ! Hi-han hi-han !!!
    – Dis Papa, alors je te la mets au dessus, ou bien en dessous ?
    – Mon chou, je t’ai dit que l’écologie est au dessus de tout !
    – Dis Papa, c’est où au juste le dessus ?
    – Mon chou arrête de déconner et dépêche toi il y a urgence !
    – Urgence, késako ? Dis Papa, c’est quand qu’on va où ? (Renaud Séchan)
    – Mon chou tu me cherches, attention aux limites ! La question ne se pose pas comme ça. L’essentiel c’est de toujours commencer par bien définir les choses, afin de pouvoir bien les identifier. Exemple, une vessie et une lanterne, capito ? L’essentiel, c’est L’ESSENTIEL ! Capito ?
    – Oui Papa, j’ai bien retenu la leçon : « Ecologie profonde contre écologie superficielle, là est l’essentiel. » (BIOSPHERE 18 mai 2013 à 19:09).
    – Eh ben voilà, enfin tu as tout compris, tu vois que tu n’es pas trop bête quand tu veux.
    – Merci Papa. Puisque c’est ça que tu veux, alors je te la mets bien profonde.

Les commentaires sont fermés.