Vaccin, la libre acceptabilité des contraintes

La liberté d’expression a ses limites, comme toutes les autres libertés. De toute façon la liberté est un mot valise dans lequel on peut trouver tout et son contraire. La seule liberté que nous puissions avoir, c’est d’être conscient des contraintes apportées par notre socialisation primaire, notre vécu socio-économique et le milieu environnant où domine maintenant le poids du nombre. En Autriche ils ont fait fort, on est passé en quelques jours d’un confinement obligatoire pour les non-vaccinés au vaccin obligatoire pour toute la population… après accord aussi bien des conservateurs, des sociaux-démocrates que des écologistes.

Jean-Baptiste Chastand : « L’Autriche a décidé le 19 novembre de prendre une décision radicale et unique en Europe, imposer le vaccin à partir de févier 2022. « Nous n’avons pas d’autre choix », a martelé le chancelier, « Nos soins intensifs débordent ». « Les experts disent que les mesures que nous avons prises ne vont pas suffire, or il faut casser cette quatrième vague », a défendu le ministre de la santé (écologiste)… 90 % des malades en soins intensifs ne sont pas vaccinés. « Nous avons cru pendant trop longtemps que ce serait possible de convaincre les gens de se vacciner volontairement, mais on doit regarder la réalité en face », a avancé le chancelier pour justifier le choix de passer au mode obligatoire dans ce pays où il n’existait aucune obligation vaccinale, même chez les enfants. La seule exception étant la période nazie, puis la vaccination contre la variole, imposée par les Alliés et abolie dans les années 1980… La décision a déclenché la colère de l’extrême droite. Le chef du Parti de la liberté d’Autriche (FPÖ), un antivax notoire, a ainsi assuré que « l’Autriche est une dictature à partir d’aujourd’hui ». Dans les milieux proches de l’anthroposophie et des antiautoritaires issus des mouvements contestataires de gauche des années 1980, les gens non plus ne veulent pas se faire vacciner. »

C’est un véritable paradoxe, c’est l’extrême droite qui parle de « dictature » à propos de l’obligation vaccinale. C’est un autre paradoxe, extrême droite et extrême gauche se rejoignent dans la condamnation de l’obligation vaccinale.

Lire, L’étoile jaune pour les non vaccinés ?

Que penser ? Du point de vue des écologistes, le choix collectif devrait être formulé de façon abrupte. Soit nous misons sur la sélection naturelle, le vaccin n’est pas obligatoire, les mesures de confinement sont facultatives, nous laissons nos défenses immunitaires se renforcer naturellement et tant pis pour les plus faibles, viva la muerte, le tri médical est un passage obligé vu l’explosion des hospitalisations. Soit, à l’image de ce qui se passe pour les enfants, la vaccination est obligatoire pour tout le monde, mais la population devient de plus en plus nombreuse et de plus en plus fragilisée face aux atteintes virales et microbiennes. L’obésité et les comorbidités se généralisent, et un jour ou l’autre une mutation d’un des vecteurs de la sélection naturelle envoie de toute façon à trépas une grande partie de l’espèce humaine. Le problème, c’est que notre société se refuse à aborder les choix fondamentaux et préfère laisser les gens dépérir dans l’assistanat et la contrainte sociale. Le problème, c’est notre rapport à la mort, le refus de mourir.

Lire, Covid, regardons sans ciller la mort en face

Rappelons les propos d’Ivan Illich: « Le traitement précoce de maladies a pour seul effet d’aggraver la condition des patients qui, en l’absence de tout diagnostic et de tout traitement, demeureraient bien portants les deux tiers du temps qu’il leur reste à vivre. » Comme l’écrivait André Gorz, « il est devenu choquant d’affirmer qu’il est naturel de mourir, que les maladies mortelles ne sont pas un dérèglement accidentel et évitable mais la forme contingente que prend la nécessité de la mort ».

Lire, L’idée de liberté à l’heure du pass-sanitaire

Quand le monde se complexifie les règles se multiplient. Cela a donc un prix mais aussi des avantages. Dans un monde peuplé de 5 personnes, l’anarchie peut être cool un moment mais dans un système complexe de presque 8 milliards d’humains, ça bugue. Il a été calculé que si vous faites Paris-Marseille en voiture vous êtes soumis à plusieurs centaines d’injonctions. Cela permet à plus de gens de faire le trajet en moins de temps et en moins dangereux. D’où cette idée-clé, moins on est nombreux, plus on peut refuser l’obligation vaccinale et toutes les autres contraintes…

Partagez ...

22 réflexions sur “Vaccin, la libre acceptabilité des contraintes”

  1. Nous devons absolument refuser toutes ces obligations.
    Nous entrerons sinon dans le monde prévu par la science fiction du 20ème siècle : un parfait mélange des Monades urbaines, du Meilleur des monde, de 1984 et de La Ferme des animaux. Nous aurons la dictature, la surveillance généralisée (les moyens techniques le permettent, la surveillance faciale est le premier pas), l’interdiction de penser hors d’un cadre bien défini, la négation de l’individu, la réécriture de l’histoire. Tout cela est en marche et en marche forcée, regardons combien en deux ans la liberté à régressé.
    Le seule doute porte sur ce qui est le pire : la façon dont nos gouvernants nous entraînent vers cet univers cauchemardesque ou notre absence de lucidité à le voir venir et même notre paresse à lutter contre ?

    1. Je rajouterais juste un point. Plus grave que l’interdiction de penser hors du cadre… l’impossibilité de penser tout court ! Faute de pouvoir devenir des robots (cyborgs), nous allons devenir des zombies. Nous fonctionnerons comme les fourmis.
      Ceci dit je suis d’accord avec vous, et je regrette qu’il n’y ait pas plus de monde pour le dire aussi clairement. Ont-ils peur de le dire… ou bien ne le voient-ils pas ?
      Ce qui renvoie à votre interrogation. Pour moi, le pire est des deux côtés. Là encore l’un alimente l’autre. Là encore, il est donc inutile de chercher à savoir ce qui est le pire.
      Et ce n’est pas par paresse, ni non plus faute d’y avoir réfléchi. Je ne suis d’ailleurs ni le seul, ni le premier à y avoir passé du temps. Et à m’être fait mal à la tête avec ça.
      «La servitude volontaire … ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux » (La Boétie). Espérons que ces réflexions ne finissent pas comme les éléphants.

      1. Ou,i tout à fait d’accord, ne penser que dans un cadre bien défini, au fond, c’est ne pas penser.
        Pour votre dernière remarque, oui, espérons.

  2. et bien dansez maintenant

    Nous sommes dans un poulailler géant où la moindre bestiole non vaccinée mourrait dans la journée dans ces conditions carcérales. Les volailles de pleine nature, rustiques comme mes poules n’ont jamais déclarées de maladies détectées menant à la mort. Pour moi, c’est pareil, je travaille le terrain, le fond pour gagner cette immunité de manière naturelle. Les vaccins, comme la prise d’antibiotiques laminent mes efforts quotidiens pour une vie saine.
    Je rigole en voyant ces personnes stressées, polluées, fatiguées, sédentaires, malnutries qui veulent leur vaccin pour ne pas mourir ahahahah et qui poussent vers la vaccination globale de ceux qui font des efforts quotidiens pour leur santé.

  3. Esprit critique

    – « En Autriche ils ont fait fort, on est passé en quelques jours d’un confinement obligatoire pour les non-vaccinés au vaccin obligatoire pour toute la population… après accord aussi bien des conservateurs, des sociaux-démocrates que des écologistes.»

    Et c’est bien ça le plus grave. Le plus grave c’est que tout ça se déroule dans un tel état de résignation, de capitulation, dans un tel climat de trouillasse généralisée. C’est au nom de ces satanés «réalisme» et «pragmatisme» qu’on en arrive à Ça ! Et demain quoi de plus… la mise à mort des récalcitrants, des malades ? Non bien sûr, ce sera d’abord la Puce obligatoire.
    C’est cet état d’esprit lamentable qui a fait que les socialos ont capitulé devant le Capital, que Pétain s’est couché et s’est sali à jamais, etc. etc.

    1. Oui, nous devons lutter contre cela, absolument, sinon nous entrons tout droit dans le monde que la science fiction nous avait parfaitement décrit au siècle dernier.

  4. En Guadeloupe, la campagne de vaccination contre le Covid-19 est venue percuter la colère sourde de nombreux habitants, dont le sentiment d’être méprisés et incompris par les autorités a fini par dépasser la peur de la contamination. Un sapeur-pompier, gréviste depuis plusieurs semaines mais réquisitionné toutes les nuits pour éteindre les feux allumés sur les barrages : « Nous ne sommes pas antivax mais anti-passe sanitaire : comment accepter que des centaines de personnes soient suspendues de leur travail, sans salaire ni indemnités, pour une décision qui relève de l’intime ? », scande-t-il en dénonçant une décision prise « depuis Paris et sans concertation ». On réclame « l’augmentation généralisée des salaires », « la résorption de tous les emplois précaires et des embauches massives ».
    A tout vouloir pour tout avoir, il arrive un moment où on n’a plus grand chose…

    1. Qu’ils regardent les autres pays, au lieu de regarder son nombril. Un pompier qui pense que le vaccin est une décision intime ne comprend rien à la notion de santé publique. Rouler à moins de 50 en ville n’est pas une question de choix intime, c’est de la sécurité routière. Bin là, c’est pareil. En Nouvelle Calédonie, décision locale le vaccin est obligatoire. Les Guadeloupéens sont hors sol.

      1. Oh bichette, ils ont le sentiment d’être méprisés par l’État… Ils sont au courant que dans les autres départements le passe sanitaire s’applique aussi, et que personne ne casse tout comme eux ?!

      2. @ WE
        Ne mélangez pas les torchons et les serviettes, et nous bassiner avec la vaccination pour nous l’imposer avec des exemples aux allures de sophisme !
        1/ La route est un bien collectif ! Alors pour les automobilistes, il est normal qu’il y ait des règles collectives !
        2/ Mon corps biologique n’appartient qu’à moi seul ! Alors il n’a pas lieu d’être collectivisé ! On n’a pas à imposer des actes médicaux contre le gré des personnes ! Chacun doit être souverain de son propre corps ! Je n’ai pas à subir une ou des autorités extérieures pour prendre des décisions concernant mon corps !

    2. 1) « la colère sourde de nombreux habitants, dont le sentiment d’être méprisés et incompris par les autorités a fini par dépasser la peur de la contamination.»
      Eh oui. Et ça, ça ne se commande pas. De mon côté également (pourtant en Métropole), ce n’est pas le Virus qui me fait le plus peur.

      2) « A tout vouloir pour tout avoir, il arrive un moment où on n’a plus grand chose…»
      Eh oui. Et à ne plus ne rien vouloir, c’est pareil. Alors autant exiger la Lune.
      Je pense qu’il faut juste comprendre une chose, il arrive toujours un moment où une goutte fait déborder le Vase. Un coup ça sera l’augmentation du prix du pain (comme en 1789), un coup celle du prix de l’essence, un coup ceci un autre cela. Et pour peu qu’et en même temps s’accumulent les provocations («qu’ils mangent de la brioche», comme en 1789), il arrive toujours un moment où la colère sourde se transforme en révolution.

  5. – «De toute façon la liberté est un mot valise dans lequel on peut trouver tout et son contraire.»
    Attention, parce qu’on commence par y mettre le doigt et en suivant on y passe le bras.
    Alors attention, parce qu’il faut savoir qu’«à force de répétitions et à l’aide d’une bonne connaissance du psychisme des personnes concernées, il devrait être tout à fait possible de prouver» que la liberté c’est l’esclavage. (Et que la vérité c’est le mensonge, qu’un cercle est un carré etc. Lire Goebbels, Orwell, Bernays et Jean Passe)
    Je suis par contre d’accord pour dire que «La seule liberté que nous puissions avoir, c’est d’être conscient des contraintes apportées par notre socialisation primaire, notre vécu socio-économique [etc.]» Alors à chacun de nous d’être libre. (Connais-toi toi même !)

    – « La liberté consiste à faire tout ce que permet la longueur de la chaîne ». ( François Cavanna)

    1. Que penser (d’un point de vue d’écologiste ou pas) des atteintes aux libertés, liées au Corona-Circus ? Là encore il faut appeler UN CHAT UN CHAT !
      Ne nous laissons pas abuser par ces hypocrites qui jouent les vierges effarouchées quand ils entendent dictature ou apartheid. Il ne faut certainement pas exagérer (stratagème 1 Schopenhauer) mais ceci est valable dans les deux sens.
      Attention, nous n’avons jamais avalé autant de couleuvres (de boas), nous n’avons jamais été dans un tel état de confusion (Grande Confusion), la Propagande n’a jamais été aussi élaborée et Big-Brother jamais aussi puissant.
      Ce n’est pas exagérer que de rajouter 84 => COVID.19.84

      Quant à cet argument selon lequel le (sur)nombre entraînerait de facto la complexité et la restriction des libertés, il faudrait un peu plus que 999 caractères pour le Déconstruire. On peut déjà faire remarquer que les dictatures n’ont que faire de la densité de leur population.

      1. Il faudrait en effet plus de 999 caractères car c’est impossible, la densité nécessite de facto des règles plus contraignantes.

      2. Esprit critique

        Bien sûr. Mais vous conviendrez qu’on a parfois et même souvent des usines à gaz au sein même de petites structures, autant donc de libertés en moins. L’Administration en est un bon exemple. Regardez aussi toutes ces obligations et interdictions (souvent absurdes) auxquelles doivent faire face ceux qui travaillent. Les paysans par exemple, population certainement pas en surnombre. Et à l’inverse on a des systèmes très peuplés qui fonctionnement avec des règles relativement peu contraignantes. Les fourmilières, par exemple… Mais bien sûr, ces bestioles n’ont rien à voir avec les humains. On peut alors penser qu’avec des milliards d’humains programmés pour fonctionner comme des fourmis… nous serions alors dans le Meilleur des Mondes.

      3. – « … si vous faites Paris-Marseille en voiture vous êtes soumis à plusieurs centaines d’injonctions. Cela permet à plus de gens de faire le trajet en moins de temps et en moins dangereux. » (Biosphère, à la fin)
        Très bon exemple. Déjà toutes les obligations pour pouvoir rouler en Bagnole : permis, assurance, contrôle technique etc. Plus l’obligation de bosser (ou de voler) pour payer tout ça. Ensuite toutes les réglementations à respecter : vitesse, stop, interdit de tourner, d’aller tout droit etc. etc. Ce qui fait non pas plusieurs centaines mais plusieurs dizaines ou centaines de milliers d’injonctions ! Ce qui permet entre autres de multiplier les probabilités d’enrichir l’Etat, de se faire confisquer le Permis et j’en passe.
        Maintenant, ceux qui aiment la vitesse et la sécurité et en même temps peuvent toujours faire Paris-Marseille en TGV. Et ceux qui aiment la liberté peuvent se le faire à vélo ou à pieds. Ou encore rester chez eux. 😉

  6. C’est clair que ce gouvernement de coronazis n’ait plus très loin d’imposer un virus jaune aux non-vaccinés ! Alors que Macron Véran et toute la clique de la macronie se sont fait piquer avec un placebo pour entretenir la propagande. Car un fait avéré, étant que les porte-feuilles actions de nos dirigeants ont augmentés depuis l’apparition du covid et principalement des vaccins ! Ben oui ils ont acheté des actions chez Pfizer pour se faire des rentes, et juste derrière ils imposent le vaccin pour obtenir plus de dividendes. En tout cas la publicité mensongère apparaît au grand jour, Vaccination = Retour à la vie normale voyons nous en boucle à la télévision ! Tandis que le quota de piqué a été franchi à hauteur de 80%, on est toujours contraint au gel, aux masques, aux parois plexiglas aux caisses et à la distanciation sociale, bref pas de vie normale comme annoncé !

    1. Les vaccins sont sans intérêt sur les jeunes puisqu’ils n’arrêtent pas la propagation du virus, et les jeunes en bonne santé de développent pas de forme grave du virus ni ne meurent ! Alors à quoi bon vacciner les jeunes ? (à part en mettre plein les fouilles dans les poches de nos dirigeants qui ont acheté des actions chez Pfizer ?) Bien entendu, nos médias corrompus ne publient pas le nombre de morts à cause des vaccins ! D’autant qu’aucune autopsie n’est effectuées sur les cadavres ! C’est clair que dès lors qu’on a moins de 50 ans en bonne santé on a plus de probabilités de clapser de la piquouse que du virus ! Dans tous les cas, hors de question de me faire vacciner !

      1. En racontant n’importe quoi, tu te fais la caricature (ou l’épouvantail)) servant à discréditer la résistance. Au final tu sers cette dictature.

      2. C’est toi qui raconte n’importe quoi ! Regarde ton Parti socialiste, qui est favorable pour la vaccination obligatoire, autrement dit piquer de forcer tout le monde pour le grand profit de Big Pharma !

      3. Mais arrête d’en rajouter ! Je ne suis pas marié avec le PS, je ne suis d’ailleurs marié à personne. Et pas vacciné non plus.

    2. Mon corps m’appartient et je suis le seul et unique souverain de celui-ci ! Je ne cèderai ni à la pression ni à la coercition ni à la répression ni même à l’obligation ! Et combien même on parviendrait à me piquer de force, ce qui impliquerait de débarquer chez moi avec la guestapo, je vous jure que si j’ai le moindre effet secondaire, la personne qui m’aura piqué va dérouiller ! (elle peut déjà acheter son marbre)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *