Violée à 10 ans sans pouvoir avorter

Une enfant de 10 ans, victime de viol dans l’Ohio, s’est rendue dans l’Indiana pour se faire avorter en raison de nouvelles restrictions dans son État d’origine. La gynécologue Caitlin Bernard, qui a pratiqué l’IVG, est attaquée de toutes parts.

Quelques réactions incompréhensibles :

– Le procureur général d’Indiana : « Nous avons cette militante proavortement, qui se prétend docteure, et est connue pour ne pas effectuer les signalements requis… Donc, nous rassemblons les preuves, et nous allons nous battre jusqu’au bout (pour révoquer sa licence professionnelle). »

– Les autorités de l’Indiana ont annoncé enquêter sur Caitlin Bernard, accusée (pourtant faussement) de ne pas avoir signalé aux autorités le dossier de la fillette.

– Les opposants à l’avortement reprochent aux défenseurs de l’IVG d’« utiliser » la fillette pour promouvoir leur cause. Ils imputent ses malheurs à la politique migratoire de Joe Biden, l’agresseur étant un Guatémaltèque.

– Le procureur général d’Indiana : « Cette situation horrible a été causée par des marxistes, des socialistes et ceux à la Maison Blanche qui plaident pour une frontière sans loi « 

– La presse conservatrice avait émis des doutes sur la véracité du drame… jusqu’à l’arrestation de l’homme suspecté d’avoir violé la fillette,

Deux commentaires perspicaces :

Thufyr : Le pire dans cette histoire sordide est que par un de ces Américains opposés à l’avortement n’a la moindre empathie pour la petite fille de 10 ans qui a subi le viol. Minable.

Klyden : C’est quoi ce pays ? C’est les États-Unis, le seul (!) pays au monde qui n’a pas ratifié la Convention relative aux droits de l’enfant. Ah non, il y a aussi la Somalie.

Lire, Le droit à l’avortement remis en cause aux USA

Partagez ...

5 réflexions sur “Violée à 10 ans sans pouvoir avorter”

  1. Esprit critique

    Qu’est-ce qui est le plus scandaleux, ou incroyable, dans cette histoire ?
    Qu’une fillette de 10 ans ait été violée ? Ça c’est purement dégueulasse ! Hélas ce genre de chose se passe tous les jours, sans que ça fasse une ligne dans les merdias. Qu’une fillette de 10 ans tombe enceinte… ça par contre ce n’est pas fréquent. Je ne pensais même pas que ça soit possible. Mais que cette fillette de 10 ans, violée et enceinte, ne puisse pas avorter … alors ça, c’est le genre d’histoire idéale pour vendre du papier.
    L’histoire aurait-elle eu autant d’intérêt, et de de «succès», si la victime avait eu 15 ou 16 ans, voire plus ? Si la gamine ou la femme n’avait pas été violée mais consentante ? Si elle n’avait pas été enceinte ? Si elle avait pu avorter ? Non bien sûr. Mais ici tous les ingrédients sont réunis pour frapper les esprits, autrement dit pour faire un scoop.

    1. Mis à part le but de vendre un max de papier, un scoop pour quoi ?
      « Une fillette de 10 ans violée et enceinte contrainte de faire des milliers de kilomètres pour avorter » … Le drame ici (aufeminin.com) c’est que cette malheureuse gamine doive faire des milliers de kilomètres… Si encore ces milliers de kilomètres pouvaient la guérir de ce qu’elle a subie.
      Le Monde titre : « Etats-Unis : l’avortement d’une enfant victime de viol presse l’Indiana à se poser la question du droit à l’IVG »
      Le but n’est donc pas de dénoncer le viol, notamment sur mineur, mais de relancer le (faux) débat sur le droit à l’IVG, aux USA et ailleurs. C’est de bonne guerre comme on dit, et en même temps je trouve la méthode plutôt… dégueulasse.
      On focalise l’attention sur la gynécologue qui a pratiqué l’IVG… on parle de la colère du procureur général de l’Etat… on parle de ceci et de cela… et pendant ce temps on se fiche pas mal de la gamine.

    2. – « Les opposants à l’avortement reprochent par ailleurs aux défenseurs de ce droit d’« utiliser » la fillette pour promouvoir leur cause. Ils imputent ses malheurs à la politique migratoire de Joe Biden, l’agresseur étant un Guatémaltèque apparemment entré illégalement aux Etats-Unis [etc.] » ( Le Monde )

      Cette fillette est utilisée par les uns comme par les autres. Cette histoire nous propulse de suite dans le sensationnel, l’émotionnel, et de là on a vite fait de passer du coq à l’âne, aux amalgames et au grand n’importe quoi. Qu’est ce qu’on en à foutre que l’agresseur soit Guatémaltèque ou Chinois ? Qu’il soit entré illégalement ou pas ?
      Que certains misérables se saisissent d’un détail qui les arrange pour propager leur discours pourri, là aussi c’est de bonne guerre comme on dit. Mais qu’est que cette fillette en a à foutre de tout ça ?

  2. Rappelons que la fille de 10 ans a été violée par un migrant d’Amérique latine !
    Par contre, ce qui est étrange étant que la presse (socialo-communiste) relaye 1 viol d’une gamine aux Usa, mais ne publient pas tous les viols de gamines qui se produisent au Moyen-Orient et en Afrique !

    1. Misère misère !

      Rappelons que l’histoire eut été encore plus sensationnelle… si cette pauvre gamine avait été violée par un Martien. Quant aux viols, de gamines, pourquoi te focalises-tu sur le Moyen-Orient et l’Afrique ? Est ce parce que chez «nous», en France… les gamines et les autres sont à l’abri de ça ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.