vote du 24 avril 2022, le choix du moins pire

Les urnes ont tranché entre deux « non-écolos », l’une anti-écolo notoire et l’autre écolo de pacotille. En route pour un deuxième quinquennat avec 58,54 % des suffrages exprimés et un peu plus de 28 % d’abstentions… sans compter les bulletins blancs ou nuls. Les votes blancs ont atteint 6,35 % des bulletins dépouillés tandis que les nuls en représentent 2,25 %. 

Lors du débat télévisé le 20 avril, Emmanuel Macron avait accusé son adversaire du RN d’être « climatosceptique ». En retour, Marine Le Pen avait qualifié le président sortant de « climato-hypocrite ». Beau raccourci d’une réalité inquiétante car préfiguration des temps difficiles à venir, l’urgence écologique ayant été complètement occultée par les présidentiables finalistes. Quelques commentaires qui expriment pour partie le point de vue des écologistes :

Levraimeccool : Excusez-moi, je crois que je me suis endormi pendant 2h30 environ le 20 avril.. .Qu’est ce qui a été proposé en terme de transport, pour sortir des énergies fossiles? – l’avion à hydrogène qui sera au point en 2098? – les voitures électriques alimentées par 250 centrales EPR en 2330? – la téléportation qui devrait être opérationnelle en 2555? – les yachts de luxe, poussés par des dauphins domestiqués? – le jet pack pour voler vers d’autres cieux….? Haaaa on est pas bien là, à admirer les patrons du CAC 40 qui doublent leurs bénéfices, le ruissellement est tellement important pour faire « vivre » l’économie, on va pas commencer à écouter ces ayatollah verts climatogauchistes islamistes qui comprennent pas que la croissance infini est le seul moteur pour sauver tous les pauvres sur terre. C’est pas avec l’écolo pastèque (vert à l’extérieur et rouge à l’intérieur) qu’on va permettre aux somaliens de prendre l’avion !

SioX : Je trouve les deux présidentiables plutôt alignés : aussi irresponsables l’un que l’autre.

Francis Baque : Ben oui en fait d’opposition frontale on a deux cancres de la lutte pour une planète durable.

Mistigrise : Dans le débat du 20 avril il n’était question que de décarbonation. Le terme biodiversité était totalement absent. Si l’environnement se résume au nucléaire ça va pas le faire.

doc sportello : « – moi je veux faire 10 nouveaux EPR – eh ben moi je vais en faire 20 ! – eh ben moi je vais en faire 25 alors ! » ……… Au secours…

padussau : Il faut arrêter de se focaliser sur les déclarations, et plutôt parler des actes. Si on compare le bilan écologique de M. Macron et les déclarations présentes et passées de Mme Le Pen, on voit bien que nous jeunes ont du souci à se faire pour l’avenir. La presse doit certes essayer de ne pas trop juger; mais parler des déclarations sans mentionner le bilan du président actuel, c’est juger par omission.

Levraimeccool : L’écologie n’est pas un choix, c’est une obligation pour sauver les générations futures… Une génération est en train d’en enterrer une autre, ce débat l’a encore prouvé… On peut aussi demander leur avis aux influenceurs qui partent le week-end à Dubaï faire des selfies ou aux millionnaires qui se déplacent uniquement en yachts ou jets privée… Spoiler, donner à l’avance le nom de l’assassin. ça ne fera pas avancer le débat sur les moyens à mettre en place…

Victor M : Macron estime que « la société est tellement fracturée, parfois désorientée » et dit vouloir « changer dès le lendemain de l’élection » en « associant davantage nos compatriotes, dans la durée, en leur donnant une place comme véritables acteurs ». Après un quinquennat à essayer de faire passer les écologistes pour des Amish, les Gilets jaunes pour des casseurs, les musulmans pour des terroristes et des séparatistes, les chômeurs pour des profiteurs, les antipass pour des emmerdeurs, …, j’ai du mal à croire qu’il changera du jour au lendemain. Surtout qu’il a radicalisé ses positions sur bien des sujets : intensification de l’agriculture, réduction de la construction d’éoliennes terrestres, subvention des énergies fossiles …

Pinpon : Macron a même assuré avoir l’intention de mener « un nouveau grand débat permanent ». Il nous a déjà montré qu’en Macronie, cela se traduit par « Cause toujours ».

Forza : Marine, pas un programme, seulement des coups de mentons qui laissent croire que la dame, seule, décide et que les autres doivent plier sous sa volonté de fer. Elle exacerbe le nationalisme, veut laisser croire que l’on est encore une nation immense. Mais il n’en est plus rien depuis au moins 1/2 siècle, et il faut si résoudre. Nier ça, c’est vouloir sacrifié la population pour servir sa soif de grandeur. Elle, une petite héritière bourgeoise, sans réel talent, politicarde professionnelle.

goupil hardi : Ça magouille à Bruxelles, ça s’encanaille à Moscou, ça ripaille au château et ça braille à tout-va son amour de la patrie. Ubuesque !

YV : Macron veut nous précariser tous, Le Pen en persécuter certains.

Pistafoura : Un choix cornélien que font à chaque élection et sans en faire un fromage puant les royalistes, les ochlocrates, les théocrates, les totalitaristes, etc..

Lire, Macron écolo ? Laissez-moi rire !

Lire, L’écologie vert de gris de Marine Le Pen

Partagez ...

7 réflexions sur “vote du 24 avril 2022, le choix du moins pire”

  1. En 2017 Macron avait promis de rassembler les Français. Et d’éradiquer l’extrême droite et en même temps. Ce sera donc pour le coup d’après.
    Cette fois, pour le quinquennat à venir, il nous promet (promis-juré-craché !) une «méthode refondée», une «ère nouvelle» … qui «ne sera pas la continuité du quinquennat qui s’achève»… «nul se sera laissé au bord du chemin» et blablabla ! Je suis curieux de voir ça.

  2. Esprit critique

    – « Emmanuel Macron est le président le plus mal élu de la 5ème République. »

    Cette déclaration de Mélenchon a fait couler d’encre. Pour une certaine bien-pensance, mettre en doute la légitimité du président fraichement (ré)élu ça ne se fait pas ! C’est pas bien, c’est pas politiquement correct et patati et patata. D’un côté comme de l’autre, c’est juste de bonne guerre. En attendant, pendant que la Macronie chipote en comparatifs (De Gaulle, Pompidou, Giscard etc.) elle s’évite de devoir reconnaître que son canasson gagne encore une fois par défaut. Et que par rapport à 2017 il n’y a pas même photo. Les chiffres ne mentent pas.

  3. Tout baigne ! Le président chinois, Xi Jinping, « souhaite continuer à travailler avec le président Macron pour défendre (…), comme depuis l’établissement de nos relations diplomatiques, les principes d’indépendance, de compréhension mutuelle, de clairvoyance et d’avantages mutuels » ;
    « Je vous souhaite sincèrement du succès dans votre action publique, ainsi qu’une bonne santé », a déclaré M. Poutine.
    – Le Parti socialiste et Europe Ecologie-Les Verts, soulagés par la défaite de Marine Le Pen, ont désormais les yeux tournés vers les élections législatives, avec un débat central : l’alliance ou pas avec La France insoumise.

  4. Macron : 18,8 millions de voix – Le Pen : 13,2 millions
    Abstention : 13,7 millions – Blancs et nuls : 3 millions => PRAF * : 16,7 millions

    Je pensais que l’écart serait plus serré, mais bon. Sans surprise Macron est réélu.
    Le Pen progresse. Le PRAF * également, il arrive en seconde position.
    Les 48,7 millions d’inscrits se divisent en 3 blocs :
    – B1 : 18,8 millions de toutous et de moutons qui votent pour l’ordre et la sécurité.
    – B2 : 16,7 millions de désoeuvrés et de pêcheurs du dimanche.
    – B3 : 13,2 millions d’inconscients parmi lesquels bon nombre de fous furieux.
    Ah elle est belle la France ! Elle bêêêle, elle râle, elle grogne, se chie dessus et se fout de tout et en même temps ! L’écologie là dedans ? Elle est partout et nulle part, c’est comme ça vous arrange. Choisis ton camp camarade !

    * PRAF :  » Plus rien à faire, plus rien à foutre. La vraie crise de la démocratie  »
    ( Brice Teinturier – février 2017 )

  5. En 2017, Emmanuel Macron l’avait emporté avec 66,10 % des suffrages exprimés et 25 % d’abstentionnistes. Aujourd’hui il est à 58 %.
    En 2022, les idées fantaisistes progressent en France , le libéralisme bon teint régresse et le socialisme connaît un encéphalogramme plat… On ne sera jamais à l’abri d’un Trump à la tête de la France, ainsi va la marche du monde, vers l’effondrement de la civilisation thermo-industrielle sans en avoir pleine conscience.

    1. Quant au sujet de Jean-Luc Mélenchon, arrivé troisième lors du premier tour et qui compte devenir premier ministre à l’issue des élections législatives, Gabriel Attal a rétorqué :
      « Pour Jean-Luc Mélenchon, une élection qu’il ne gagne pas est une élection qui n’existe pas. Donc, on a cette habitude-là. Maintenant, il y aura une campagne pour les élections législatives. Moi, je suis convaincu que les Français donneront au président de la République les moyens d’agir pour les protéger, avec une majorité [à l’Assemblée nationale]. »

      1. Et que pourrait-il dire de plus ? Et en plus on s’en fout de ce qu’il dit !
        Gabriel Attal est un roquet. Un bel exemple de toutou à son maimaître et en même temps. Et qu’il soit con vaincu n’est qu’un euphémisme.

Les commentaires sont fermés.