9,7 milliards, la population mondiale en 2064

Selon une étude publiée par la revue médicale The Lancet, la population mondiale pourrait atteindre son pic en 2064, à 9,7 milliards d’individus, et entamer alors un déclin pour redescendre à 8,8 milliards de Terriens à la fin du siècle. Les chercheurs anticipent une baisse globale du nombre de naissances par femme, en raison d’un meilleur accès aux moyens de contraception et d’un niveau d’éducation des filles plus élevé, qui retarderait l’âge de la première naissance. Selon le démographe Gilles Pison, le scénario de convergence des pays vers un taux de fécondité plus bas que celui estimé par l’ONU reste « une hypothèse spéculative ». Ces données diffèrent des projections effectuées tous les deux ans par les Nations unies (ONU) qui prédisent un pic de la population mondiale à la fin du siècle (à 10,8 milliards), mais n’ont jusqu’alors pas anticipé de décrue au cours du XXIe siècle.

Les experts de l’ONU s’appuient sur l’évolution passée des indicateurs de mortalité et de fécondité. L’équipe de l’IHME a anticipé que les décisions politiques, notamment en matière d’éducation et de santé, pouvaient influer la fécondité. Les commentateurs sur lemonde.fr mettent en pièces cette étude de sociologie prédictive :

ROBIN C. : Toutes les projections démographiques effectuées ces dernières décennies se sont trompées en surestimant la baisse de la natalité et donc en sous-estimant la croissance de la population.

Thymie : Bien peur que ce soit une chimère. Les mesures souhaitables sont connues (émancipation des filles et femmes dans les pays à explosion démographique, avec accès à contraception, voire IVG, partage moins mauvais de la richesse mondiale). Mais la nature humaine a horreur de la raison à long terme, et préfère la jouissance à court terme, depuis… Adam et Eve.

Nawak : Peut-on sérieusement croire que dans les pays du Sahel ou en Égypte les politiques mettent à disposition des femmes des moyens de contraception alors que l’augmentation de leur population est justement un objectif politique ?

François Sibeins : comment croire qu’un pays comme l’Italie ou l’Espagne perdrait la moitié de ses habitants d’ici 2100 ? Idem la Chine?

Nicéphore Phocas : Passer d’un indicateur de fécondité de 7 enfants par femme à moins de 2 au Niger, je demande à voir (enfin non, je ne serai plus là pour vérifier)

Gotgot : L’Inde au 3ème rang mondial pour le PIB/habitant ? Je pense que le « /habitant » est de trop, sachant qu’aujourd’hui ils ne sont pas au 7ème rang /habitant, mais loin, très loin de là…

Le Dingue : On parle de décroissance après un pic alors que le chiffre mentionné à l’issue de cette décroissance est supérieur à celui d’aujourd’hui. Bonjour le problème.

Démographie Responsable : De toute façon, la planète est déjà largement surpeuplée et les 8,8 milliards annoncés par cette étude pour 2100, c’est évidemment encore beaucoup trop pour une planète qui ne peut en accueillir correctement qu’à peine la moitié.

Olivier75 : Avec le réchauffement climatique que nous n’endiguerons pas, ça va baisser plus vite et plus tôt (malnutrition, maladie)…

Partagez ...

12 réflexions sur “9,7 milliards, la population mondiale en 2064”

  1. Sue le Figaro = « Effondrement. ADP le trafic est de 7 % de ce qu’il était l’année dernière à la même époque ! » »

    Et ben le trafic aérien a chuté de 93 % par rapport à juin de l’année dernière… Les socialio-communistes de l’UmPs doivent être en deuil, leurs avions, soit leurs machines à produire des quantitative easing de migrants sont cloués au sol ! Toutefois, la bête infernale n’est pas encore achevée, il y a encore 7% de trop !

    1. L’ UMPS les adoooooooore car ils leur doivent leur réélection et le maintien de la con- sommation à un niveau délirant .
      Ils les chérissent , qu’ on te dit !😎

      1. ON VA RIGOLER

        Enfin, patience quand même ! Pas tout de suite, mais pour bientôt quand même… Mais on va pouvoir rigoler… En effet, l’UmPs de Macron nous annoncera que grâce à la politique de son gouvernement, le nombre de rackets et d’agressions a diminué cet été 2020, alors qu’en vérité c’est le nombre de touristes à pouiller qui a baissé.

    2. Bien que ce ne soit pas le sujet du jour, on peut rappeler que la majeure partie de la population mondiale n’a jamais pris l’avion. Se déplacer en avion est réservé à une minorité (de petits-bourgeois) dont nous faisons partie. Seulement là encore, dans ce «nous» il faut faire la part des choses. Par exemple les Français prennent l’avion en moyenne onze fois dans leur vie, et 15 % des Français ne l’ont jamais pris, et d’autres qui le prennent à tout va. En ce qui me concerne je les compte sur les doigts d’une seule main. Et encore pour pas aller bien loin.

  2. L’an dernier l’ONU a également revu (légèrement) à la baisse ses précédentes prévisions. Les prévisions restent des prévisions, autrement dit des hypothèses spéculatives (Gilles Pison). Toutefois le sens de l’évolution fait peu de doute, la population mondiale est à la hausse, la population européenne est au vieillissement, etc.

    Ceci dit, cette étude annonce des chiffres «moins pires» que ceux de l’ONU, de plus elle annonce le «déclin» (la décroissance de la population) pour 2064. Je me dis que normalement elle devrait plaire à tous ceux qui voient là le Problème N°1 , du moins les encourager à poursuivre leurs efforts, leur lutte, pour un meilleur accès aux moyens de contraception et un niveau d’éducation des filles plus élevé, etc. Je ne comprends donc pas l’intérêt de mettre en pièces cette étude de sociologie prédictive.

    1. Plus généralement, vu que quoi que l’on fasse, la Terre portera dans les 10 milliards d’habitants en 2050 ou 2064… à moins bien sûr d’un Cataclysme d’ici là… à quoi bon se focaliser de la sorte sur ce sujet ?
      Dans quel but ? Que recherche t-on ? Cette question serait elle tabou , etc. ?

      1. Le cataclysme ne se situe pas de manière brutale à une date butoir puis dès le lendemain tranquille, genre le plus dure est passé.. Non non non, rien de tout ça.. Le cataclysme a déjà lieu, il est déjà en cours; le cataclysme est un processus de catastrophes successives, étapes par étapes, bien que l’intensité des catastrophes est toujours de plus en plus forte le jour d’après. Le cataclysme a déjà commencé à se produire à Cuba, mais il se poursuit dans bien d’autres pays comme le Venezuela, prochainement l’Algérie, mais en faite tous les pays passeront à la casserole Et comme dit si bien J-M Jancovici, on aura toujours de plus en plus de problèmes à régler mais avec toujours de moins en moins de moyens,…. en résumé le niveau du Jeu Catastrophe devient de plus en plus difficile les fois d’après…. Pour le moment la partie se situe encore au niveau Novice Mais tôt ou tard on jouera face à l’intelligence artificielle de Dame Nature au niveau maximum

        1. Cette fois je suis d’accord, l’effondrement a déjà commencé. Après on peut toujours parler de Cataclysme, de Crash ou de grosse Cata, mais là on est dans la fiction. Tout ce qu’on peut espérer c’est que cet effondrement fasse le moins de dégâts possible. C’est d’ailleurs pour ça que je pose cette question (tabou).

          1. Moi je pense le contraire, plus cet effondrement fera de dégâts, et plus la nature et l’environnement auront de la place pour se régénérer, mais aussi la nature pourra se régénérer plus efficacement lorsqu’il restera le moins de parasites possible !

            Puis imagine l’Ile de France avec seulement 1 million d’habitants au lieu des 12 millions officiels (et 14 millions minimum officieux avec tous les sans papiers qui se nichent la-dedans) … Et ben on pourra dégager tous les immeubles en béton, réduire le nombre de routes et d’autoroutes, et replanter des forêts à la place ! D’ailleurs, ça sera la même chose pour les autres départements, on respirerait mieux ! Et surtout les animaux !

  3. Démographie Responsable

    Il aura fallu plusieurs centaines de milliers d’années pour que nous atteignons notre premier milliard et depuis plusieurs décennies, ce « gain » se produit tous les 12 ans seulement ! L’explosion démographique humaine aura bien été une réalité.
    Climat, biodiversité, ressources fossiles, sans même parler de la beauté du monde, notre impact aura été dévastateur. Alors que notre nombre culmine à 9, 10 ou 11 milliards importe peu, car de toute façon la population mondiale soutenable est évaluée par notre association à 3 fois moins.
    Ce qui change au fond, ce sera l’effort à réaliser pour revenir à un effectif durable et la seule question qui vaille est : en aurons-nous le temps ?

    1. Bonjour Didier Barthès.
      Vous savez comme moi qu’il est déjà trop tard, donc votre question ne tient plus. Trop tard pour éviter l’iceberg, la Grosse Cata etc.
      Je ne sais pas quand ça se produira, ni quelle forme ça aura, je n’en ai juste que des idées. En attendant… pour moi la seule question qui vaille : veut-on tirer Sapiens vers le haut, ou alors vers le bas ?

  4. Le fait que nous soyons déjà 7,8 milliards aujourd’hui démontre que l’explosion démographique n’est pas à venir, elle a déjà eu lieu : nous avons déjà supprimé la moitié des animaux sauvages, nous avons anéanti de nombreuses espèces animales et condamné, de manière irrémédiable, beaucoup d’autres. La situation actuelle est insoutenable, catastrophique, pour la préservation des conditions environnementales compatibles avec la vie animale (donc aussi humaine) sur la planète. Quand bien même on ferait l’hypothèse de n’être que 8,8 milliards en 2100, il faudrait agir pour être beaucoup moins que 8 milliards.
    Du reste, il n’est pas exclu que d’ici là nous soyons encore moins nombreux parce que nos excès démographiques auront conduit à des catastrophes climatiques, sanitaires ou autres qui auront causé des dizaines de millions de morts, voire bien plus.

Les commentaires sont fermés.