Écrans, décérébration à grande échelle

La multiplication des écrans fabrique le crétin digital (Michel Desmurget), c’est un fait incontestable : « De nombreuses études mettent en évidence l’impact des écrans, quels qu’ils soient, sur des retards dans le développement du langage, sur le sommeil et l’attention. Le cerveau – surtout lorsqu’il est en construction – n’est pas fait pour subir ce bombardement sensoriel. Aux Etats-Unis, on est à près de trois heures par jour de temps d’écran à 3 ans, quatre heures quarante entre 8 et 12 ans et six heures quarante entre 13 et 18 ans. En France, les enfants de 6 à 17 ans passaient en moyenne, en 2015, quatre heures et onze minutes par jour devant un écran. Seulement 6 % à 10 % des enfants ne sont pas touchés.

On peut vraiment parler d’épidémie chez les adolescents ; c’est un problème majeur de santé publique. Un grand nombre de travaux montrent des risques accrus de dépression, d’anxiété, de suicide, liés au temps d’écran. A Taïwan, si vous exposez votre enfant de moins de 2 ans à un écran, vous avez une amende de 1 500 euros. Et entre 2 et 18 ans, si c’est plus d’une demi-heure consécutive, c’est la même amende : les Taïwanais considèrent que c’est une maltraitance. Le discours « Il faut utiliser les écrans de façon raisonnée » ou « Ne soyez pas trop alarmiste » commence à se heurter à l’épreuve du réel. Professionnels de l’enfance et enseignants constatent des troubles au niveau de l’attention, du langage, de l’apprentissage, etc. Personne n’est technophobe au point de réclamer le retour à la roue pascaline. » Lu sur le monde.fr* :

AMANDE : La consommation d’écrans n’a pas le même impact chez des enfants/ados que sur des bébés, dont le cerveau est en pleine construction et qui apprend à marcher, parler, faire la pince avec ses doigts etc… Mais j’ajoute que l’ado est en général paresseux et n’a qu’un objectif, rester connecté avec ses potes. Ne vous racontez pas d’histoire, la majorité des ados ne regarde pas d’émission éducative mais préfère s’éclater sur les « Anges de la téléréalité » du replay de TMC, est incapable de faire le tri dans la masse d’infos accessibles sur Internet. Dans le meilleur des cas, l’ado recherche des vidéos de chaton. Dans le pire, il est sidéré par des images ultra violentes de décapitation ou de viol collectif.. .

FNottin : Celui qui fait l’expérience que la lecture sur écran nuit à son sommeil repasse au papier ; les étudiants sérieux constatent rapidement qu’ils apprennent plus efficacement avec un cahier et un stylo … En prépa notamment … La lecture approfondie et l’écriture manuscrite sont de plus en plus réduites aux classes « éduquées » ! Panem et circenses… et le pouvoir dort tranquille

Robert Zimmermann : A mon sens, le parent reste le premier « fabricant » de crétin. Si j’observe les nombreux enfants dans mon entourage, il y a un trou béant entre ceux éduqués avec bon sens et intelligence (ce qui inclut une « consommation » réduite d’écrans, mais aussi et surtout un échange constant avec l’enfant, des jeux, de la lecture, des sorties etc) et ceux dont les parents se sont contentés de les nourrir sans se soucier de leur développement. C’est malheureusement un cercle vicieux.

V. P. : C’est bien de cela qu’il s’agit. Un parent d’élève m’avait dit : si les enfants des autres passent leur temps devant la télé et la tablette, tant pis pour eux ! Mes enfants ne s’en sortiront que mieux ! D’ailleurs Bill Gates ou Steve Jobs avaient confié qu’ils limitaient drastiquement le temps d’écran de leurs enfants, et qu’ils ne leur avaient pas acheté de téléphone portable avant l’âge de 14 ans. Alors qu’en France, même les écoles privées ont recours à la démagogie numérique en distribuant des tablettes à gogo.

le sceptique : Le QI baisse déjà à cause du plomb, du pesticide, du perturbateur endocrinien, du cannabis, de la sous-procréation des géniteurs intelligents, des particules fines … maintenant de l’écran. La demande pour l’intelligence artificielle n’en sera que plus forte, l’écran sera notre cerveau.

Electeuron LIbre : Rappelons que ces décérébrés ont le droit de vote alors qu’ils n’ont jamais lu un programme, écouté un politicien, lu une tribune, regardé un débat à la TV, faute de temps… car trop occupés sur les réseaux sociaux. Résultats des courses, des politiciens élus sur la base de leur bruit « numérimédiatique » : Bolsonaro, Trump, Trudeau, Johnson, Salvini et même quelque part Macron.

Pat Cartier : J’écris ce commentaire dans un tramway où les trois-quarts des passagers au moins sont sur leurs portables en ce moment. Qu’est-ce qu’il croit, l’idéaliste ? Qu’on peut demander à ces passagers adultes de poser leurs portables et de se parler dans la joie, l’amour et la paix ? Même pas en rêve. Qu’il essaye , et il comprendra ce que vivent les témoins de Jehovah qui font du porte à porte.

soyez le premier à réagir @ Pat Cartier : Constater que les passagers d’un bus sont rivés sur leur portable est un fait, énoncer cela en règle absolue de l’humanité au même titre que les lois de Newton, c’est juste votre point de vue, et une confusion des genres toute autant morale que celle de l’article.

Thymie : Ecrans débilitants, décadence des mœurs, obscurantisme conquérant, perturbateurs endocriniens, baisse de la spermatogenèse, tyrannie de l’individu sur la société, réchauffement climatique irréversible… La bonne nouvelle est que tout a une fin.

Pour en savoir plus grâce à notre blog biosphere :

3 octobre 2019, La fabrique du crétin numérique

27 octobre 2017, Libérons nos enfants de l’emprise des écrans

7 janvier 2016, La génération de l’écran en perdition intellectuelle

18 décembre 2012, Noël, sans achat de tablette numérique pour enfants

8 octobre 2011, nuit gravement à la santé… la télé

14 juin 2011, pourquoi vivre sans écrans

13 mars 2011, TV lobotomie, de jeunes esclaves

18 février 2011, la télévision, mouroir de la pensée

10 juin 2011, vivre sans télé

* LE MONDE du 22 octobre 2019, Troubles de l’attention, du sommeil, du langage…

Partagez ...