Uncategorized

Écologisme et sexualité, mélange détonnant

La vie interne dans un parti n’est pas un long fleuve tranquille. C’est d’autant plus vrai quand un parti qui se dit écolo mélange son objectif de conquête du pouvoir par les urnes et revendications sociétales d’un féminisme très particulier. Exemple :

Didier : Cette année, je voulais fêter mes 20 ans d’adhésion à l’écologie politique. Au final, par ce mot, je vous informe que je démissionne en date d’aujourd’hui, ce 9 décembre 2020. Ma décision est conditionnée par l’arbitraire de la décision rendue ce matin par le conseil statutaire, et l’arbitraire de la décision rendue par la cellule d’enquête et de sanction sur le harcèlement et les violences sexuelles et sexistes. Je n’ai pas fauté, il n’y a pas eu de ma part d’intention de voler un baiser ou quoi que ce soit d’autre lors d’une soirée privée avec une camarade. Lors de l’audition, je n’ai jamais su ce qui m’était reproché exactement, sous couvert de vouloir protéger la victime. Aucun débat contradictoire n’a pu avoir lieu, j’étais quoiqu’il arrive coupable. Je trouve ça terrible qu’il n’y ait pas eu de dialogue, de médiation. Je nous trouve stupide, hyper-violent, immature, inconséquent dans notre fonctionnement collectif. J’ai saisi le Conseil Statutaire car une décision de suspension temporaire de 6 mois doit être prononcée contre moi à titre conservatoire. Mon recours a obtenu cette réponse : « le Conseil statutaire ne pouvant se prononcer que sur des éléments factuels, votre recours ne peut pas être instruit. »

Gérard : Le conseil statutaire dans sa réponse brut de décoffrage ne peut que laisser en plein désarroi un de nos militants qui affronte une procédure ou les « droits de l’accusé », doivent être exemplaires, sur le fond et la forme.

Jacques : Je suis assez surpris de la réponse du conseil statutaire. Quand on empêche une personne de se porter candidat à une élection parce qu’il existe une mesure conservatoire (suspension de 6 mois),  il existe de fait une  sanction. Si au final, il venait à être blanchi, on l’aura empêché d’être élu régional.

Michel : Il paraît donc qu’EELV s’est doté d’une « cellule d’enquête et de sanction sur le harcèlement et les violences sexuelles et sexistes ». De façon pragmatique, des instances judiciaires officielles existent déjà pour enquêter (et sanctionner) les violences sexuelles avec bien des garanties que n’offre pas une instance partisane interne. Un parti politique ne devrait (à mon avis) sanctionner un(e) de ses membres que si la justice officielle le déclarait coupable. Il est pour moi important politiquement de respecter la séparation des pouvoirs, exécutif, législatif et judiciaire. Au delà des cas particuliers, nous devrions nous interroger sur la place d’une telle instance disciplinaire dans un parti normalement à vocation écologiste. Là est notre vocation et là est notre image électorale. Si nos compatriotes-électeurs savaient qu’une des préoccupations principales de notre parti « écolo » est de se polariser sur les pratiques sexuelles, il n’est pas certain que leur vote se porterait sur nous…

Sarah : tais-toi (à mon avis)

Françoise : Bravo pour la concision… On ne peut plus discuter ?

Jean-Michel : Comment ça, « tais-toi » ? Puisque l’intéressé a rendu publique sa convocation devant la cellule d’enquête, il serait bon de savoir de quoi il s’agit. Et Michel a raison de rappeler qu’il existe aussi des « instances judiciaires officielles ».

Annie : Mettre en opposition l’urgence écologique et le droit aux femmes de ne pas être agressées, violées, harcelées est tout bonnement honteux.

Jocelyne : Cette cellule (sur la sexualité) devrait avoir pour seule fonction d’écouter, soutenir, guider et conseiller les victimes. Point final.

Hélène : Il y a dans ce Parti un avant et un après « l’affaire Baupin ». Dans l’avant, la parole des femmes qui venaient dénoncer des agressions sexuelles, celles de Denis Baupin, ou d’autres encore, n’était absolument pas respectée. Les cadres du Parti osaient leur répondre : « mais ce n’est rien du tout, on sait que Denis est un grand dragueur, nous sommes un Parti libertaire, il faut l’accepter.. » Dans l’Après Baupin, de peur de faire les mêmes erreurs, on crée une cellule pour recueillir la parole des victimes sans écouter dans les règles celle de l’accusé qui n’a plus le droit de se défendre comme il se doit. Si un homme a le malheur de poser sa main sur l’épaule d’une copine cela peut lui coûter très cher…

Annie : Lire que bientôt les hommes n’oseront plus mettre la main sur l’épaule d’une femme est assez grandiose !! Dans l’affaire Baupin, ce fut le genre de propos tenus à la barre par Mesdames Voynet et Ferri ainsi que par Messieurs Benhamias et Archimbault . Minimiser l’acte en banalisant le geste ! Il y a des mains sur l’épaule que nous ne supportons pas comme il y a des regards qui nous dérangent. Laissons les femmes gérer leur vie, leur corps, leurs émotions. Aidons les à parler, croyons les…

Hélène : Quand j’écris « Si un homme a le malheur de poser sa main sur l’épaule d’une copine cela peut lui couter très cher », c’est une façon de dire qu’il ne faut pas passer d’un extrême à l’autre. Pour certaines femmes, notamment chez celles qui ont déjà été victimes d’agression sexuelle, certains gestes d’hommes, qui font partis de la séduction, peuvent être très mal ressentis. Cela ne fait pas pour autant de ces hommes des agresseurs sexuels. Une femme peut mentir, ou exagérer les faits, ne serait-ce que pour servir ses intérêts. Les fausses accusations pour viol, sont rares mais elles existent bel et bien. Et je ne vous parle pas des fausses accusations d’agressions sexuelles.  J’ai subi plusieurs agressions sexuelles, je sais très bien ce que l’on peut ressentir. Mais je sais faire la différence entre la séduction et la séduction à laquelle on dit : STOP !  Cela devient une agression sexuelle si notre STOP n’est pas respecté. C’est du harcèlement si on reçoit de manière répétée des sms à caractère sexuel. Mais tout cela ne m’empêche pas de dire que, si toute victime doit être entendue et soutenue, tout accusé a droit également à être entendu, à être défendu et a droit à la présomption d’innocence.

Marie-Claire : C’est grave de nier les ressentis des femmes agressées. Ce que nous disons, ressentons est toujours juste. Il n’y a aucune preuve, dans le travail des traumas post-traumatiques d’une perception faussée. C’est un ressort connu du patriarcat qui nie le ressenti de l’autre pour dire que ce que ressent l’autre est faux. C’est notre travail de femme féministe de dire. Non ! Vivement que les femmes apprennent la sororité et l’histoire des féministes. 

Delphine : Là ça me fait réagir de lire ça.  Évidemment qu’il faut respecter son ressenti, que la sororité est importante et que la cause des femmes est à défendre plus que jamais. Mais une dérive ne se rééquilibre pas par une autre, les abus sont réels,  les malentendus aussi. Je suis psychologue,  je reçois des femmes abusées et des hommes aussi parfois. Le ressenti doit se confronter à la réalité de l’autre, la situation est toujours singulière. C’est ça rétablir une altérité juste. Certaines personnes, hommes ou femmes,  sont parfois coincées dans un trauma  mais elles sont bien contentes de pouvoir se rendre compte que toute personne qui les drague à nouveau n’est pas cet abuseur qui les a tant marqué, qu’autre chose est possible, heureusement.

Sylvain @ Marie-Claire : Ce que nous disons, ressentons est toujours juste. »Ainsi donc vous confirmez l’idée selon laquelle les femmes sont des animaux fragiles, esclaves de leurs émotions et dont il faut prendre le plus grand soin. C’est au passage toute la philosophie des lumières qui promeut l’élévation de l’esprit humain pour le libérer de ses émotions et préjugés qui est ainsi remis en cause… au plus grand bénéfice de tous les spécialistes en marketing qui travaillent pour la société de consommation et l’abrutissement des masses, où l’acte d’achat est promu par l’émotion, l’impulsion, l’envie, comme le saint Graal pour accéder au bonheur.Bravo, avec une telle dose de lucidité, il ne fait aucun doute que l’écologie est sur la bonne voie et l’humanité très prochainement sauvée d’elle même.

Jacques : Didier soulève une certaine dérive stalinienne qui prend forme dans le parti. Je le constate moi-même. On a très vite fait de vous mettre au pilori si vous ne rentrez pas dans le moule sur certaines positions de société ou refusez certaines stratégies. J’ai l’impression de me retrouver plus de 20 ans en arrière, à l’époque où je travaillais dans une mairie communiste en région parisienne.

Michel : On peut se demander à quoi sert un parti qui devrait être voué à l’engagement militant au nom de l’urgence écologique et qui de targue de lutte contre les « violences sexuelles ». Ce qui est au cœur de la vocation collective d’un parti écologique, c’est débattre de la controverse récente entre Macron et la convention citoyenne sur le climat, c’est condamner le parti pris pro-nucléaire de Macron qui veut construire 6 EPR et fabriquer un nouveau porte-avion nucléaire,. Entrer dans des considérations sans fin sur la sexualité humaine brouille forcément le message des écologistes.

Pornographie, une sexualité trop simplifiée ?

Maïa Mazuarette : Aucune pratique culturelle ne devient un fait social par hasard. C’est un paradoxe de la sexualité contemporaine : le X, personne n’aime ça, mais tout le monde en consomme. Comment expliquer le succès planétaire, écrasant, d’une production répétitive et médiocre ? Les gens ne sont ni fous, ni stupides, ni masochistes. S’ils regardent, c’est qu’il y a une raison. Et même plusieurs raisons. Du côté des hommes hétérosexuels, la satisfaction de désirs masculins. Les règles de la séduction « dans le réel » paraissent impénétrables. La profusion des possibles en vidéo fonctionne comme une compensation du réel. Le film pornographique abolit la lenteur-relation, la négociation de la cour, en devenant un simple rapport sexuel. La pornographie est incroyablement accessible, une manière de pacifier les frustrations du quotidien. Et du côté des consommatrices, alors ? La réciprocité ? Hors sujet ! Bien sûr, une meilleure éducation sexuelle permettrait de mettre en pratique une sexualité exubérante – plutôt que de la regarder défiler sur son écran. Pour faire reculer le X, il faut proposer une utopie sexuelle concrète – en proposant un soulagement érotique plus efficace et plus généreux.

Marius Albufera : C’ est le discours social sur la sexualité qui rend la pornographie honteuse : le décalage est de plus en plus grand entre ce qui se passe dans les esprits et la façon dont on voudrait que la sexualité soit. Plus personne ne peut dire ouvertement qu’ il a envie de sexe, tout simplement. Le scandale du porno, c’ est le scandale sexuel: désirer agir avec son corps en dehors des normes sociales de retenu prescrites ailleurs et publiquement. On rêve d’ une société de cour…

John Morlar : Ce qui a beaucoup évolué depuis 30 ans dans ce domaine, c’est la violence qui s’est installée. Du temps de mon adolescence Canal +, je me souviens de films plutôt bon enfant. Les acteurs faisaient semblant de se séduire, de faire l’amour et d’y prendre du plaisir, dans des situations somme toute assez classiques. Ayant eu l’occasion de voir l’extrait d’une récente vidéo, j’ai eu l’impression d’assister à une scène de viol. Tout est dans la domination, les pratiques extrêmes et la violence. Le côté bon enfant avait complètement disparu. Les acteurs, patibulaires, semblaient échappés du bagne, les filles hystériques, tatouées des pieds à la tête, subissaient toutes les humiliations possibles. Assez cauchemardesque je dois dire. Effectivement si les enfants voient ça, en terme d’éducation sentimentale !

HdA : Et Maïa de souhaiter « une séduction masculine mieux travaillée ». Un diplôme universitaire sur les méthodes de séduction sera requis pour tout mâle postulant. Et la femme devra prouver qu’elle ne fait aucun effort à part appuyer sur le bouton « #metoo » au bon moment.

Arto : Compliqué, la séduction à notre époque. La dernière fois je suis allé au ciné avec une collègue. Elle arrive avec une jupe courte. J’hésite dans le noir à tenter une approche en lui posant ma main sur la cuisse. Et puis je me suis dit qu’elle pourrait m’accuser de harcèlement sexuel. J’ai donc laissé tomber et me suis fait une branlette une fois à la maison. C’est plus prudent.

Philou @ Arto : Oui enfin vous pourriez aussi lui parler. Bref utiliser pour communiquer ce machin où vous enfournez de la nourriture trois fois par jours.

le sceptique : Le marché de la sexualité est renouvelable, sobre en matière première et en carbone (si les serveurs du X sont alimentés par des énergies vertes), peu polluant. La consommation de pornographie pourrait marquer le pas si l’on favorisait l’économie en circuit-court, en encouragent la prostitution réglementée de proximité bien plus charnelles que les écrans 5G. Air B&B pourrait aussi songer à une déclinaison où le sens des « B » serait un peu changé.

Pour en savoir plus grâce à notre blog biosphere :

10 février 2019, Nature de la sexualité et droit à la sexualité

extraits : Les bonobos ne s’embarrassent pas de lois contraignantes, mâles et femelles aiment faire l’amour, point final.

13 janvier 2018, Sexualité et harcèlement, l’homme, un animal dénaturé

extraits : Tout le monde gagnerait à une réelle égalité dans l’érotisme. Le jour où les femmes se sentiront parfaitement autorisées à exprimer leur désir, où l’entreprise de la séduction sera réellement partagée, elles ne seront plus des proies et ne se percevront plus comme telles. Encore faut-il qu’elles aient la possibilité de devenir aussi entreprenantes que les hommes, aussi actives.

JK Rowling nie l’identité de genre

Une controverse relayée par LE MONDE nous permet de mieux différencier nature et culture. Comme l’exprime le mensuel La Décroissance, « Plus l’homme s’érige en maître et en finalité de tout, plus le monde devient inhumain et idiot ».

Joanne K. Rowling : « If sex isn’t real, there’s no same-sex attraction. If sex isn’t real, the lived reality of women globally is erased. I know and love trans people, but erasing the concept of sex removes the ability of many to meaningfully discuss their lives. It isn’t hate to speak the truth. » (Je respecte les personnes trans mais ce ne sont pas des femmes ou des hommes parce qu’elles sont et resteront naturellement (génétiquement) un mâle ou une femelle…)

Olivia Chaumont, née Olivier et militant(e) de la cause trans,  commente dans un tribune du MONDE:

« Rowling nous dit que les trans ne peuvent pas effacer leur sexe biologique et, par conséquent, se revendiquer femmes ou hommes. C’est méconnaître qu’il y a trois déterminants de l’identité d’une personne : le sexe biologique, le sexe social et le genre. Le premier se définit par les marqueurs génétiques et chromosomiques (mâles ou femelles), le deuxième par la reconnaissance sociale (homme ou femme), et le troisième par un concept culturel (masculin et féminin). L’identité de genre, où s’insère la notion de sexe social, s’oppose totalement au déterminisme ancestral qui veut que les critères « naturels » du sexe définissent le genre. Le genre ne se tient pas entre les jambes mais entre les oreilles !« 

Orion sur lemonde.fr : Tiens, voilà un nouveau procès en sorcellerie fait à JK Rowling ! N’en déplaise à l’auteur(e) de ce commentaire douteux, JK Rowling privilégie à raison la biologie à l’idéologie. Forcément cela déplaît à certaines personnes qui voudraient que l’inverse s’impose, le tout sur fond de victimisation permanente de cette minorité. Fatigant…

Lizandre : Olivia Chaumont passe à côté du sujet. Dans son tweet ironique, JK Rowling tournait gentiment en ridicule le remplacement de « femme » par « personne qui menstrue ». Alors c’est vrai que dire « femme » exclue l’infime % de personnes qui menstruent et qui pourtant s’identifient comme « homme » ou « masculin ».

alain sager : Il y a quand même une question soulevée ici, et qui n’est pourtant pas formulée. Au fond, quelqu’un peut se sentir, au cours d’une même journée, homme ou femme, si toutefois la distinction a totalement un sens. Dans son for intérieur, par l’imagination ou le rêve, l »individu peut vagabonder au gré des appartenances. Alors, pourquoi choisir l’extériorité, au prix de transformations physiques ostentatoires ? N’est-ce pas parce qu’à notre époque, le visible prime sur l’invisible, le superficiel sur le profond, le physique sur le spirituel ? La question me paraît dépasser le simple point de vue du nécessaire libre choix individuel, et de l’indispensable tolérance à l’égard des mœurs de chacun.

RV75 : Chacun ou chacune peut se prétendre ce qu’il ou elle veut en matière de genre cela ne me dérange absolument pas. Cependant l’homme qui se veut femme ne le sera jamais, elle n’est que l’idée qu’elle se fait d’un homme.

Alexandre Faulx-Briole : Le fait que la personne (substantif féminin qui désigne un être humain sans préciser s’il s’agit d’un mâle ou d’une femelle) qui a écrit cette tribune se présente comme « militante de la cause trans » laisse planer un doute sérieux sur l’objectivité de ses propos. Pour moi, et dussé-je avoir à supporter les sarcasmes de certains, les êtres humains naissent homme ou femme (mâle ou femelle), et pas les deux à la fois ; que les progrès de la médecine et de la chirurgie permettent à certains de gommer ou de développer des organes que la nature et la naissance ne leur ont pas attribués ne change rien.

Chardon Marie : Olivia, encore une victime du virtuel. Il y a une réalité biologique qu’on appelle le sexe et une réalité psychologique qu’on appelle le genre. Point. On n’est pas une « cis » femme ou un « cis » homme. On naît homme ou femme, à part quelques personnes androgynes. Plus tard, on se construit une identité, en fonction de la société où l’on évolue. On connaît l’anatomie du clitoris seulement depuis les années 1980, on ne sait toujours pas guérir l’endométriose, on meurt toujours en couches, et il faut en plus se taper les aigreurs d’une poignée de trans en mal de célébrité ! Non, il ne suffit pas de dire « je suis une licorne et je pète des arc-en-ciel » pour devenir une licorne.

A2lbd : Il est fascinant de voir combien les avocats de cette théorie du genre deviennent rapidement d’implacables procureurs dès qu’ils sont contredits. Cela prouve combien leurs bases théoriques sont fragiles et combien le débat qu’ils apportent sur la place publique ne provient pas d’une démarche scientifique mais bel et bien d’une question de foi. Une de plus….

Albert Parsons : Personnellement je me sens l’âme et le corps d’un homme de 30 ans, mais ce n’est pas ce que dit ma carte d’identité. Cette discrimination systémique d’Etat m’est insupportable, j’exige qu’on rectifie mon âge qui ne correspond pas à mon sentiment profond. C’est mon droit. Toute assignation à une identité fixe est nulle et non avenue. Je ne reconnais que le marché comme lieu libre d’épanouissement.

le sceptique : Artificialiste, je suis ouvert à tous les jeux possibles avec « la nature », notamment les changements de sexe biologique. Mais dans l’ordre public (que je souhaite minimal), relevant forcément de la loi du nombre (voilà pourquoi il faut que ce soit minimal, le nombre est horrible!), je ne souhaite pas réécrire des codes au gré de chaque minorité qui voudrait y inscrire une reconnaissance par tous. Construisez votre vie dans les espaces privés, les réseaux privés, les affinités privées : un multivers libre. Que le domaine public soit seulement un distributeur de fric et de coups de bâton pour les primates qui agressent encore leur voisin.

Grabotte : L’insistance des hommes trans à vouloir utiliser les toilettes féminines ou concourir dans les championnats sportifs féminins revient à nier l’existence des femmes en tant que catégorie sociale (en cours d’émancipation). C’est une intrusion du masculin dans le féminin. JK Rowling dénonce cela et je suis parfaitement d’accord avec elle. Mais libre aux individus de se mutiler et se mettre les prothèses qu’ils veulent pour ressembler à l’autre sexe. Ils ne transitionnent pas vers l’autre sexe, ils s’inventent un no man’s land.

Mètre des phynances : de toutes façons, il est techniquement impossible de changer de sexe, il est déterminé à l’instant de votre conception, selon que le spermatozoïde fécondant est X ou Y. Après, il est toujours possible de modifier artificiellement l’apparence physique (au prix d’opération parfois mutilantes) et les caractères sexuels SECONDAIRES (au prix d’un traitement hormonal non dénué de risques et d’effets secondaires) mais à moins de changer l’ADN de la totalité de nos cellules, un individu de sexe masculin (génétiquement s’entend) restera un individu de sexe masculin, et inversement. A-t-on le droit de rappeler des évidences scientifiques sans risquer un procès et/ou un lynchage sur les rézosocios ?

Furusato : J’ai de l’empathie pour l’humanité qui est foutrement tordue. Moi-même je suis un rien tordu, mais les chouineur(se)s divers que la génétique a foutu dans l’embarras jusqu’au niveau du cerveau feraient bien de se calmer.

PMA, des lesbiennes se disputent l’enfant

Le Comité consultatif national d’éthique valide l’ouverture, le 15 juin 2017, de la procréation médicalement assistée (PMA). C’est la première fois que cette instance, qui, jusque-là, rendait ses préconisations à l’aune des grands principes de la bioéthique, tels que l’inviolabilité et l’indisponibilité du corps humain, prend en compte en premier lieu l’évolution des familles . Ou plus particulièrement le désir d’enfant des femmes qui ne peuvent pas en avoir, si elles sont seules ou en couple lesbien. Quel est le résultat ? Des familles homoparentales qui se déchirent comme des couples ordinaires !

«  C’était ma première histoire homo, avant j’étais hétéro. Marie est très grande, elle est indépendante et libre, notre première nuit est parfaite. A partir de là, on ne se quitte plus… Notre fille court entre les fleurs mais depuis quelque temps, je trouve Marie un peu bizarre : « Ça ne va pas ? – Non, ça va pas, c’est fini entre nous », me répond-elle, sans aucune négociation. Je proteste : « Et moi ? On est un couple, on a quitté Paris, on a fait une thérapie de couple  » Je suis anéantie, elle me confirme sa décision en me racontant à quel point elle est mieux sans moi avec notre fille. Par texto, elle me dit qu’elle veut divorcer. Elle m’explique que, pour elle, il n’y a aucun problème de garde sur notre enfant, car c’est le sien. « Tu quittes la maison définitivement quand je rentre de vacances », m’ordonne-t-elle. Je vais voir une avocate, qui me conseille d’adopter notre fille, sinon je n’aurai aucun droit sur elle. Mais Marie ne veut plus que je voie notre enfant. Elle lui lave le cerveau, lui raconte que je ne suis personne, car elle n’est pas née dans mon ventre, que je ne suis qu’une baby-sitteuse. Qu’est-ce que je n’ai pas vu ? Effectivement, la maternité, c’était son projet. Je l’ai accepté, je l’ai accompagnée pour la PMA en Espagne. Quand notre fille est née, elle a pris toute la place. On s’engueulait, car elle était trop fusionnelle avec le bébé. On était en plein dans le cliché, je me sentais comme un père qui venait fracturer leur lien. Selon elle, le couple est dédié à l’enfant. Moi, je ne pense pas ça, je pense qu’on n’est pas que des parents. Je me suis rebellée là-dessus, elle ne l’a pas supporté. »

Quelques commentaires sur lemonde.fr :

Viviane17 : C’est le problème des couples où l’un des deux, en général la mère, considère que l’enfant est à elle, et que l’autre, qu’il soit un homme ou une femme, n’est rien et n’a rien à faire dans sa vie. Cette histoire triste montre surtout que la rupture est tout aussi violente dans un couple lesbien que dans un couple « classique », et que l’enfant est dans les deux cas utilisé pour faire souffrir l’autre.

G. de Montmorency : Je cite : « Elle m’explique que, pour elle, il n’y a aucun problème de garde sur notre enfant, car c’est le sien. ». C’est le sien ??? Je lis également : « PMA en Espagne » -> Nous y sommes : la marchandisation des corps, l’enfant est devenu un objet. C’est le mien ! Non, c’est le mien !! Triste époque… Avec la PMA, et bientôt la GPA, sous un faux prétexte de modernité, d’égalité ou de je ne sais quoi, notre société s’enfonce dans de plus en plus d’individualisme et de marchandisation des corps. Quelle tristesse !

GuPi : C’est le problème fondamental de la PMA/Gpa, la propriété… a qui « appartient » l’enfant en suite. Celui qui parle de moral, de Dieu, de nature est soit un hypocrite ou un idiot. C’est un problème capitaliste de notre société de consommation. Mais un enfant ne doit pas devenir un produit de consommation…

Lecteur du ghetto : Quant à l’homosexualité, il y a une contradiction fondamentale à exiger l’enfantement… et vouloir « faire comme » les hétéros…Adopter un enfant, c’est une chose (morale et particulièrement admirable). En fabriquer en empruntant la semence d’autrui tout en niant sa parenté (et éventuellement en marchandisant tout ça), c’en est une autre (que je ne peux pas soutenir).

Mètre des phynances : tiens tiens, pour une fois ce n’est pas le mâle (d’où vient tout le mal) qui joue le rôle du méchant dans un article du « monde ». Étonnant…

Pour en savoir plus grâce à notre blog biosphere :

25 octobre 2019, discuter PMA, c’est interdit par les LGBT

10 octobre 2019, Les anti-PMA sont-ils décroissants ?

24 septembre 2019, PMA, qui voudrait vivre sans père ? (synthèse)

On ne naît pas lesbienne, on le devient

Nous sommes assignés par notre naissance à un sexe déterminé, sauf erreur programmatique de nos gènes X/Y. Mais notre identification à un sexe déterminé est une autre histoire, complexe. Un interview de Muriel Robin par LE MONDE* nous donne quelques indications sur le formatage culturel que nous subissons dans notre enfance, ce qui s’appelle socialisation primaire.

Dans votre famille, c’était, dites-vous, « pas de bisous, pas de câlins ». Comment le viviez-vous ?

On ne se touchait pas. Ce n’était pas dur parce que c’était comme ça. Ma mère disait à mes deux sœurs et moi : « On ne va pas se lécher la gueule le soir pour se relécher la gueule le matin. On a autre chose à foutre. » Chez ma meilleure amie, Dominique, j’ai découvert que cela pouvait être autrement. Avec sa maman, Simone, elles se mettaient dans le salon pour regarder la télé et moi je m’asseyais au pied du fauteuil en me disant : « Elle va peut-être me toucher, me caresser les cheveux. » Je me pâmais ! J’allais là-bas davantage pour la petite papouille de Simone que pour voir ma copine ! J’y ai appris une autre langue, celle de l’affection, de la tendresse. (ndlr : quand les papouilles de la maman font défaut, on les attend d’une autre femme)

Et votre père, qui aurait rêvé que vous, la cadette de la famille, soyez un garçon, vous apprenait le bricolage…

J’étais une fille contrariée. Mon père – phagocyté par le charisme de ma mère – n’était pas un père, mais un pote. Il était timide, parlait peu, était incapable de téléphoner ou d’écrire à quelqu’un. Ça matchait bien entre nous quand j’étais en garçon, qu’il m’apprenait à changer un moteur de voiture. Et pour ma mère, cela palliait ce qui manquait à mon père. Résultat : ils appuyaient tous les deux, sans le savoir, sur le garçon qui était en moi, et dont je me suis défaite il n’y a pas si longtemps que ça. Et encore, il y a de beaux restes ! (ndlr, quand le couple parental dysfonctionne, difficile pour la fille de vivre le complexe d’Oedipe en tant que fille)

Cela signifie quoi, « avoir un garçon à l’intérieur de soi » ?

Cela signifie qu’à l’âge des premiers flirts, avec un homme, il faut être pote. Il n’y a jamais la séduction, la fragilité. On est d’égal à égal. S’il fait des trucs de garçon, je le fais avec lui comme je le fais avec mon père. Donc ça complique un peu les rapports amoureux et la féminité. (NDLR, cela conforme que le fait d’être élevé comme garçon plutôt que comme fille rend difficile le rapport à l’autre sexe)

Pourquoi avoir accepté cette carte blanche pour « Les Monologues du vagin » ?

J’avais déjà failli les jouer mais comme je n’étais pas très bien avec mon homosexualité, je n’imaginais pas avoir des affiches dans Paris avec mon nom et le mot « vagin ». Je redoutais qu’en promo on me demande : « Alors vous, Muriel, en tant qu’homosexuelle, pourquoi Les Monologues du vagin ? » Déjà quand j’entendais le mot « homosexualité » je devenais toute rouge, tellement j’étais mal à l’aise. J’avais l’impression que le mot clignotait sur moi, je le vivais mal. Maintenant c’est fini, mais ça ne fait pas si longtemps que cela. Je suis tranquille : je ne suis pas homo, je suis moi. Je n’ai pas à me justifier de ma vie, d’avoir été avec un homme avant d’être avec Anne. Je dois être bisexuelle, c’est pour cela que je n’ai jamais fait de coming out. C’est ma normalité.

Conclusion : homosexualité ou bisexualité, il n’y pas à critiquer, la destinée de chacun échappe souvent à notre libre arbitre. Chacun fait ce qu’il veut du moment que cela ne nuit pas au long terme, c’est là un des grands principes de l’écologie. Une critique cependant, l’artiste Muriel est aussi un porte-parole. Mais elle n’a pas l’air d’être concerné par la question écologique ! Si elle a été sur la terre des jaguars ou sur la piste des bonobos, c’est seulement sur invitation. On ne naît pas écolo, on le devient, comme l’indique le livre de Michel Sourrouille.

pour en savoir plus, notre article antérieur :

Sexe et enfant, l’homosexualité en lutte contre la nature

* LE MONDE du 4-8 mars 2018, Muriel Robin : « Je ne suis pas homo, je suis moi »

Mon père, transgenre, devenu ma mère

Deux manchots (animal que Xavier Gorce utilise pour croquer l’actualité par le dessin) en pleine discussion. Le plus petit des deux demande à l’autre : « Si j’ai été abusée par le beau-frère adoptif de la compagne de mon père transgenre devenu ma mère, est-ce un inceste ? »

Pour ce texte, Xavier a été censuré par LE MONDE, voici son analyse-réponse : « En lisant posément le texte du dessin, on comprend qu’à aucun moment il ne moque les victimes d’actes incestueux ni ne fait porter une quelconque responsabilité sur les personne en translation de genre. Quel est donc l’argument du MONDE pour s’excuser de la publication de mon dessin : « Ce dessin peut être lu en des termes déplacés… Des lecteurs ont pu être choqués… ». Nous ne sommes plus sur le terrain de la juste compréhension d’un dessin, mais sur celui d’un ressenti. Ainsi un journal « de référence » se réfère, lui-même, à la subjectivité de certains de ses lecteurs les moins bien « comprenants » ou à leur sensibilité… Or l’humour dans un dessin permet de s’écarter de l’indignation première. Il ne s’agit pas de tuer l’émotion, mais de la tenir à distance pour qu’elle ne vienne pas fausser la réflexion. L’humour est une démarche de raison qui réclame de l’intelligence et un peu de culture pour être compris. L’ironie d’un dessin peut heurter ou choquer des sensibilités et des croyances. Apprendre à accepter d’être « choqué », c’est apprendre à accepter la critique de ses idées. C’est le fondement de toute société de liberté d’expression et de débat. Mais pour les activistes de la victimisation, il ne s’agit pas de débatte du fond du dessin, il s’agit de s’en servir comme d’un chiffon rouge. On joue l’indignation morale pour discréditer l’adversaire et provoquer l’adhésion du public. Le cas de mon dessin censuré s’inscrit dans une longue série préoccupante, blocage de conférences dans les universités, empêchement de présentations théâtrales, pression sur les éditeurs pour bloquer une publication. Il y a perte du langage commun au profit d’un communautarisme identitaire, tribal, essentialiste. On se définit comme un groupe victime des autres. C’est la meilleure façon, en cette épique compassionnelle, de sacraliser sa cause. La raison s’endort avec la perte de distance et le sommeil de la raison produit des monstres ! » (raison et déraison, tracts Gallimard n° 28, mai 2021)

Xavier Gorce accuse (sans jamais les nommer) les LGBT qui, organisé en groupe de pression, se drapent du statut de victime d’homophobie pour éliminer toute critique. D’un point de vue écologique, centré sur les lois de la nature et le sens des limites, notre blog biosphere décortique la question du « genre » dans des articles antérieurs :

25 octobre 2019, discuter PMA, c’est interdit par les LGBT

8 juillet 2019, Mouvement trans, négation de l’altérité

5 juillet 2019, Intersexualité, à opérer ou à conserver ?

16 décembre 2016, Le sexe/genre relève-t-il de la nature ou de la culture ?

17 septembre 2013, Le genre et le sexe, des différences aux inégalités

à lire, quelques conseils des JNE

Nos batailles pour l’environnement – 50 procès, 50 ans de combats par Corinne Lepage et Christian Huglo >> lire
Le monde soyeux des araignées par Christine Rollard >> lire
Autobiographie d’un poulpe par Vinciane Despret >> lire
J’ai écouté les Alpes par Nicolas Crunchant. >> lire
Histoires de Grands-ducs par Patrick Balluet,>> lire
Guide du naturaliste Causses et Cévennes >> lire
Cueilleur d’essences par Dominique Roques >> lire
La croissance verte contre la nature par Hélène Tordjman >> lire
Manger du Faux pour du vrai – Les scandales de la fraude alimentaire par Ingrid Kragl >> lire
La vie du sol de nos jardins par Gabriel Primetens >> lire
Les animaux parlent – sachons les écouter par Nicolas Mathevon.>> lire
Les jardins de Weleda >> lire
Rapaces nocturnes d’Europe par Marco Mastrorilli >> lire
La fabrique des pandémies par Marie-Monique Robin >> lire
Frères d’âme – Edgar Morin et Pierre Rabhi – entretien avec Denis Lafay >> lire
Et si ma fourchette pouvait sauver la planète par Marion Haas >> lire
Le cheval, c’est l’avenir par Jean-Louis Gouraud >>
lire

Règles de modération des commentaires

Pour que les commentaires sur ce blog biosphere approfondissent le sens de l’article d’origine, nous éliminerons tout texte sans rapport avec le sujet proposé.

Rappelons aussi quelques règles de bonne conduite :

– La discussion doit être respectueuse, sans attaque personnelle.

– Limites de la liberté d’expression : pas de diffamation, pas d’injure, pas de propos discriminatoire, sexiste ou raciste, négationniste, ou incitant à la haine..

– Tous les propos relevant du prosélytisme ou de nature promotionnelle ou publicitaire sont à exclure.

Vos contributions sont publiées automatiquement, mais notre équipe de modération effectue un contrôle a posteriori. Toute contribution que nous estimons contraire à la bonne tenue du débat sera dé-publiée. Notre serveur bloque automatiquement un commentaire incluant un ou plusieurs liens Internet pour vérification de la pertinence du lien.

Vous pouvez poster une contribution par article et jusqu’à trois réponses maximum. La limite des messages est fixée à 1 000 caractères par contribution.

Un contributeur ou une contributrice violant ces règles de manière grave ou répétée pourra être sanctionné, y compris jusqu’à se voir retirer définitivement le droit de contribuer.

Pour avoir un point de comparaison, Charte des commentaires selon lemonde.fr

Aux commentateurs de ce blog biosphere

Triste époque où toute argumentation s’expose à la vindicte et parfois même à l’insulte. Le contexte actuel semble obliger quiconque à choisir un camp. Sans zone grise. Noir ou blanc seulement. Je suis pour le principe de précaution. Non, je suis pour le principe d’innovation. On ne peut être de gauche si on adhère à certaines valeurs de droite… et réciproquement. On n’a pas le droit de penser autrement que Caroline De Haas et Alice Coffin sans être traité de phallocrate. On n’a pas le droit de penser qu’on a un problème d’immigration en France sans être taxé de raciste. On n’a pas le droit de penser qu‘un enfant ne peut pas se faire par un couple du même sexe sans être traité d’homophobe. Il faut désormais choisir son camp. Ah, tu ne sais pas s’il y aura un vaccin efficace ? Tu es pour que tes gosses meurent de la rougeole ! Tu crois en l’émergence d’un vaccin efficace ? Pauvre naïf, c’est Bill Gates qui tire les ficelles ! Tu crois qu’il y a un problème de surpopulation ? Ridicule, l’agrobiologie va sauver le monde… et si tu n’es pas content, tu n’as qu’à te suicider.

C’est si facile aujourd’hui de s’enfermer dans sa propre opinion, d’un simple clic on quitte la page web, on perd la capacité de la synthèse dans un monde complexe, l’ouverture d’esprit n’est plus de ce monde. Et la caricature de la fermeture d’esprit se retrouve même à la tête de nombreux Etats !

Ce texte est un préliminaire à toute dépose d’un commentaire sur ce blog biosphere. Méditez ce que  vous lisez, réfléchissez avant de  poster votre analyse, ouvrez votre esprit et celui des autres lecteurs. A vous de rester dans la thématique de l’article de départ, de compléter les points de vue, de ne pas faire de hors sujet et de respecter tous les autres intervenants sur ce blog. Nous croyons encore à la possibilité de cristalliser un moment d’intelligence collective.

Les Cowboys fringants, un groupe enragé

Un peu de pub pour Les Cowboys fringants, un groupe de country québécois qu’une de nos correspondantes nous a signalé. Les sujets abordés sont l’environnement, la dénonciation de la surconsommation, de l’emprise des corporations, du cynisme gouvernemental ou encore de l’apathie générale à l’égard de la politique. Ces sujets plutôt sérieux sont souvent traités avec humour ou ironie. Un exemple :

– Encore un jour à se l’ver
Surtout ça t’fait réaliser
Que derrière les beaux paysages
Y’a tellement d’inégalités
Et de souffrance sur les visages

La question qu’j’me pose tout l’temps:h
Mais comment font tous ces gens
Pour croire encore en la vie
Dans cette hypocrisie?

– Moi je traîne dans ma remorque
Tous les excès d’mon époque
La surabondance surgelée
Shootée, suremballée (yeah!)
Pendant qu’les vœux pieux passent dans l’beurre
Que notre insouciance est repue
C’est dans le fond des containers
Que pourront pourrir les surplus

La question qu’j’me pose tout l’temps:
Mais que feront nos enfants
Quand il ne restera rien
Que des ruines et la faim?

– Sur l’Interstate 95
Partent en fumée tous les rêves
Un char en feu dans une bretelle
Un accident mortel (yeah!)
Et au milieu de ce bouchon
Pas de respect pour la mort
Chacun son tour joue du klaxon
Tellement pressé d’aller nulle part

La question qu’j’me pose tout l’temps:
Mais où s’en vont tous ces gens?
Y’a tellement de chars partout
Le monde est rendu fou

– Un aut’ truck stop d’autoroute
Pogné pour manger d’la ch’noute
C’est vrai que dans la soupe du jour
Y’a pu’ tellement d’amour (yeah!)
On a tué la chaleur humaine
Avec le service à la chaîne
À la télé un aut’ malade
Vient d’déclencher une fusillade

La question qu’j’me pose tout l’temps:
Mais comment font ces pauvres gens
Pour traverser tout le cours
D’une vie sans amour?

– Ouais, n’empêche que moi aussi
Quand j’roule tout seul dans la nuit
J’me d’mande des fois c’que j’fous ici
Pris dans l’arrière-pays (yeah!)
J’pense à tout ce que j’ai manqué
Et j’ai ce sentiment fucké
D’être étranger dans ma famille

La question qu’j’me pose tout le temps
Pourquoi travailler autant
Éloigner de ceux que j’aime
Tout ça pour jouer la game

Refrain : C’est si triste que des fois quand je rentre à la maison
Pis que j’parke mon vieux camion
J’vois toute l’Amérique qui pleure
Dans mon rétroviseur…

https://www.google.com/search?client=ubuntu&hs=0AK&channel=fs&q=les+cowboys+fringants+l%E2%80%99am%C3%A9rique+pleure&stick=H4sIAAAAAAAAAONgFuLUz9U3MMpLSy5U4tVP1zc0zDDNyTbONcnTEvQtLc5MdiwqySwuCckPzs9LX8SqlZNarJCcX56UX1mskFaUmZeemFdSrJDzqGFmYu7hlUWZhaWpCgU5qaVFqQAaYZblXAAAAA&sa=X&ved=2ahUKEwjayKXoy4ruAhUDAmMBHRNSAYgQri4wGHoECBIQBA&biw=1680&bih=833

« JK Rowling nie l’identité de genre »

Cela faisait un moment que nous n’avions pas parlé des LGBT. Mais une controverse relayée par LE MONDE nous permet de mieux différencier nature et culture. Comme l’exprime le mensuel La Décroissance, « Plus l’homme s’érige en maître et en finalité de tout, plus le monde devient inhumain et idiot ».

Joanne K. Rowling : «  If sex isn’t real, there’s no same-sex attraction. If sex isn’t real, the lived reality of women globally is erased. I know and love trans people, but erasing the concept of sex removes the ability of many to meaningfully discuss their lives. It isn’t hate to speak the truth. » (Je respecte les personnes trans mais ce ne sont pas des femmes ou des hommes parce qu’elles sont et resteront naturellement (génétiquement) un mâle ou une femelle…)

Olivia Chaumont, née Olivier et militante de la cause trans : Rowling nous dit que les trans ne peuvent pas effacer leur sexe biologique et, par conséquent, se revendiquer femmes ou hommes. C’est méconnaître qu’il y a trois déterminants de l’identité d’une personne : le sexe biologique, le sexe social et le genre. Le premier se définit par les marqueurs génétiques et chromosomiques (mâles ou femelles), le deuxième par la reconnaissance sociale (homme ou femme), et le troisième par un concept culturel (masculin et féminin). L’identité de genre, où s’insère la notion de sexe social, s’oppose totalement au déterminisme ancestral qui veut que les critères « naturels » du sexe définissent le genre. Le genre ne se tient pas entre les jambes mais entre les oreilles !

Orion sur lemonde.fr : Tiens, voilà un nouveau procès en sorcellerie fait à JK Rowling ! N’en déplaise à l’auteure de cette tribune douteuse, JK Rowling privilégie à raison la biologie à l’idéologie. Forcément cela déplaît certaines personnes qui voudraient que l’inverse s’impose, le tout sur fond de victimisation permanente de cette minorité. Fatigant…

Lizandre : Olivia Chaumont passe à côté du sujet. Dans son tweet ironique, JK Rowling tournait gentiment en ridicule le remplacement de « femme » par « personne qui menstrue ». Alors c’est vrai que dire « femme » exclue l’infime % de personnes qui menstruent qui s’identifient comme « homme » ou « masculin ».

alain sager : Il y a quand même une question soulevée ici, et qui n’est pourtant pas formulée. Au fond, quelqu’un peut se sentir, au cours d’une même journée, homme ou femme, si toutefois la distinction a totalement un sens. Dans son for intérieur, par l’imagination ou le rêve, l »individu peut vagabonder au gré des appartenances. Alors, pourquoi choisir l’extériorité, au prix de transformations physiques ostentatoires ? N’est-ce pas parce qu’à notre époque, le visible prime sur l’invisible, le superficiel sur le profond, le physique sur le spirituel ? La question me paraît dépasser le simple point de vue du nécessaire libre choix individuel, et de l’indispensable tolérance à l’égard des mœurs de chacun.

RV75 : Chacun ou chacune peut se prétendre ce qu’il ou elle veut en matière de genre cela ne me dérange absolument pas. Cependant l’homme qui se veut femme ne le sera jamais, elle n’est que l’idée qu’elle se fait d’un homme.

Alexandre Faulx-Briole : Le fait que la personne (substantif féminin qui désigne un être humain sans préciser s’il s’agit d’un mâle ou d’une femelle) qui a écrit cette tribune se présente comme « militante de la cause trans » laisse planer un doute sérieux sur l’objectivité de ses propos. Pour moi, et dussé-je avoir à supporter les sarcasmes de certains, les êtres humains naissent homme ou femme (mâle ou femelle), et pas les deux à la fois ; que les progrès de la médecine et de la chirurgie permettent à certains de gommer ou de développer des organes que la nature et la naissance ne leur ont pas attribués ne change rien.

Chardon Marie : Olivia, encore une victime du virtuel. Il y a une réalité biologique qu’on appelle le sexe et une réalité psychologique qu’on appelle le genre. Point. On n’est pas une « cis » femme ou un « cis » homme. On naît homme ou femme, à part quelques personnes androgynes. Plus tard, on se construit une identité, en fonction de la société où l’on évolue. On connaît l’anatomie du clitoris seulement depuis les années 1980, on ne sait toujours pas guérir l’endométriose, on meurt toujours en couches, et il faut en plus se taper les aigreurs d’une poignée de trans en mal de célébrité ! Non, il ne suffit pas de dire « je suis une licorne et je pète des arc-en-ciel » pour devenir une licorne.

A2lbd : Il est fascinant de voir combien les avocats de cette théorie du genre deviennent rapidement d’implacables procureurs dès qu’ils sont contredits. Cela prouve combien leurs bases théoriques sont fragiles et combien le débat qu’ils apportent sur la place publique ne provient pas d’une démarche scientifique mais bel et bien d’une question de foi. Une de plus….

Albert Parsons : Personnellement je me sens l’âme et le corps d’un homme de 30 ans, mais ce n’est pas ce que dit ma carte d’identité. Cette discrimination systémique d’Etat m’est insupportable, j’exige qu’on rectifie mon âge qui ne correspond pas à mon sentiment profond. C’est mon droit. Toute assignation à une identité fixe est nulle et non avenue. Je ne reconnais que le marché comme lieu libre d’épanouissement.

le sceptique : Artificialiste, je suis ouvert à tous les jeux possibles avec « la nature », notamment les changements de sexe biologique. Mais dans l’ordre public (que je souhaite minimal), relevant forcément de la loi du nombre (voilà pourquoi il faut que ce soit minimal, le nombre est horrible!), je ne souhaite pas réécrire des codes au gré de chaque minorité qui voudrait y inscrire une reconnaissance par tous. Construisez votre vie dans les espaces privés, les réseaux privés, les affinités privées : un multivers libre. Que le domaine public soit seulement un distributeur de fric et de coups de bâton pour les primates qui agressent encore leur voisin.

Grabotte : L’insistance des hommes trans à vouloir utiliser les toilettes féminines ou concourir dans les championnats sportifs féminins revient à nier l’existence des femmes en tant que catégorie sociale (en cours d’émancipation). C’est une intrusion du masculin dans le féminin. JK Rowling dénonce cela et je suis parfaitement d’accord avec elle. Mais libre aux individus de se mutiler et se mettre les prothèses qu’ils veulent pour ressembler à l’autre sexe. Ils ne transitionnent pas vers l’autre sexe, ils s’inventent un no man’s land.

Mètre des phynances : de toutes façons, il est techniquement impossible de changer de sexe, il est déterminé à l’instant de votre conception, selon que le spermatozoïde fécondant est X ou Y. après, il est toujours possible de modifier artificiellement l’apparence physique (au prix d’opération parfois mutilantes) et les caractères sexuels SECONDAIRES (au prix d’un traitement hormonal non dénué de risques et d’effets secondaires) mais à moins de changer l’ADN de la totalité de nos cellules, un individu de sexe masculin (génétiquement s’entend) restera un individu de sexe masculin, et inversement. A-t-on le droit de rappeler des évidences scientifiques sans risquer un procès et/ou un lynchage sur les rézosocios ?

Furusato : J’ai de l’empathie pour l’humanité qui est foutrement tordue. Moi-même je suis un rien tordu, mais je ne demande pas pour autant qu’on m’élève une statue qu’on déboulonnera. Et les chouineur(se)s divers que la génétique a foutu dans l’embarras jusqu’au niveau du cerveau feraient bien de se calmer.

Mètre des phynances : et tandis que ses habitants discutaient gravement du sexe des anges, le sultan Mehmet II mettait la dernière main aux préparatifs du siège de Constantinople (en 1453)

La bibliothèque idéale de l’écologie

Comment penser l’écologie aujourd’hui ? Quels sont les intellectuels qui comptent dans les différentes sphères de réflexion de l’environnement, du climat et de la biodiversité? L’équipe de « Soft Power » sur France Culture propose sa petite bibliothèque idéale de l’écologie. On présente 100 éco-intellectuels, et seulement une personne qui s’intéresse à la démographie, Françoise d’Eaubonne. Nous lui accordons donc la primeur, pour ensuite liste quelques personnalités à connaître.

Françoise d’Eaubonne (1920-2005). Romancière et essayiste prolifique, François d’Eaubonne était avant tout féministe. Elle a cofondé le Mouvement de libération des femmes (MLF) puis le Front homosexuel d’action révolutionnaire (Fhar). Sa prise de conscience écologiste progressive, imprégnée du rapport Meadows Limits to growth (« Limites à la croissance ») de 1972 et des idées de Serge Moscovici, la pousse à mener de front ces deux combats. Elle opère dès 1974 la synthèse entre la dénonciation de l’exploitation de la nature par l’Homme et l’exploitation de la femme par l’homme. C’est dans Le féminisme ou la mort (Éd. P. Horay) qu’apparaît pour la première fois le terme d’ « écoféminisme » qui sera ensuite repris par les militantes étasuniennes, anglaises ou indiennes dans les années 1980. Au cœur de sa théorie écoféministe se trouve la dénonciation de « l’illimitisme de la société patriarcale », qui pousse tant à l’épuisement des ressources qu’à une « surfécondation de l’espèce humaine ». C’est dans ce contexte qu’elle pose comme premier fondement de l’écoféminisme la reprise en main de la démographie par les femmes et défend le droit à la contraception, à l’avortement, aussi bien que l’abolition du salariat et de l’argent, dans une logique de décroissance économique autant que démographique.

Les scientifiques : chimistes, biologistes, géographes, géologues…

Svante August Arrhenius (1859-1927). Chimiste suédois, qui fut le premier à établir un lien, dans un article publié en 1896 (« De l’influence de l’acide carbonique dans l’air sur la température au sol »), entre concentration de dioxyde de carbone dans l’atmosphère et augmentation de la température terrestre, soit le désormais bien connu « effet de serre ». [EM]

Rachel Carson (1907-1964). Scientifique de haut niveau, rattachée à une agence fédérale américaine, Rachel Carson fut l’une des femmes précurseures de la question écologique aux États-Unis. Avec son livre Printemps silencieux (Silent Spring, préface de Al Gore), elle a livré une analyse précoce sur le danger du DDT et des pesticides. Son influence fut déterminante, donnant naissance à un véritable mouvement social en faveur de l’environnement aux États-Unis et à la création d’agences dédiées, aujourd’hui fort menacées. [FM]

Élisée Reclus (1830-1905). Géographe, membre actif du mouvement anarchiste, il a forgé une géographie humaine totale, décrivant dans La Terre (1868) les phénomènes de la vie du globe et le rôle qu’y joue l’homme, bénéfique comme néfaste. Les dix-neuf volumes de La Nouvelle Géographie universelle : la terre et les hommes représentent son grand-œuvre, une encyclopédie d’une géographie totale. [EM]

James Lovelock (1919). Géophysicien, il a développé avec la biologiste Lynn Margulis le concept « Gaïa » dans plusieurs livres (Les Âges de Gaïa ; La Terre est un être vivant, l’hypothèse Gaïa). « Gaïa » entend décrire la particularité de la planète Terre, qu’un certain nombre d’êtres vivants ne font pas qu’habiter, en subissant la pression d’un milieu (dans une conception darwinienne), mais l’ajustent aussi en retour, la transforment pour la rendre plus propice à la vie. Selon Lovelock, la Terre n’est pas un bloc de matière, un donné pur, c’est avant tout un vaste organisme, vivant et rétroactif. « Gaïa » permet ainsi de dépasser la frontière entre sujet et objet, animé et inanimé, vivant et inerte, et de concevoir la vie comme un processus physique autorégulateur, un vaste système symbiotique. [EM]

Lynn Margulis (1938-2011). Microbiologiste américaine, elle a bouleversé la biologie contemporaine avec sa théorie de l’origine endosymbiotique des cellules eucaryotes. Elle a mis en avant la dimension évolutive des interactions symbiotiques entre des organismes d’origine phylogénétique différente. Elle est également connue pour avoir créé avec James Lovelock le concept « Gaïa ». (Voir notamment : L’Univers bactériel. Les nouveaux rapports de l’homme et de la nature, avec Dorion Sagan).

Jean Jouzel (1947). Climatologue et glaciologue, membre du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), il a notamment étudié les évolutions passées et futures du climat de la terre. Jean-Jouzel est une figure renommée de l’alerte scientifique quant au réchauffement climatique. (Voir : Climats passés, climats futurs).

Les écologistes

André Gorz (1923-2007). Il est l’un des penseurs qui a le plus contribué au développement de l’écologie politique en France et au-delà. Comme il le disait lui-même, c’est par la critique du modèle de consommation opulent qui caractérise les sociétés contemporaines qu’il est devenu écologiste avant la lettre. Son ouvrage pionnier sur ce thème date de 1975 et s’intitule Écologie et Politique. Mais aujourd’hui, à la différence d’une écologie purement scientifique qui vise à déterminer des limites écologiquement supportables pour le développement de l’industrialisme, Gorz privilégie une « défense de la nature » conçue avant tout comme la « défense du monde vécu », qui préserve l’autonomie des individus et du politique. Le mouvement écologiste s’est d’ailleurs construit initialement sur la défense du milieu de vie en tant que déterminant de la qualité de la vie. On peut retrouver l’ensemble du cheminement de Gorz en lisant son recueil posthume Ecologica paru en 2008. [CF]

René Dumont (1904-2001). Ingénieur agronome, il est le premier candidat écologiste à se présenter à l’élection présidentielle de 1974. Dans son autobiographie intitulée Agronome de la faim (1974), il évoque sa prise de conscience des enjeux écologiques, remettant en cause une conception de l’agronomie tournée vers le rendement et la maîtrise de la nature. Son combat pacifiste et anticolonialiste contre les inégalités dans le monde, couplé à son souci de transformer les méthodes agricoles, le mènent à défendre un « éco-socialisme », appelant à une civilisation « de l’arbre et du jardin », dans laquelle la paysannerie jouerait un rôle fondamental. (Ecouter le podcast). [EM]

Patrick Viveret (1948). De l’autogestion (PSU, Seconde gauche) aux mouvements écologiques français actuels, le parcours de Patrick Viveret résume bien la prise de conscience écologique de sa famille politique, à savoir la gauche démocratique. Précocement, il s’est intéressé à l’écologie (à partir des travaux d’Ivan Illich, Edgar Morin ou André Gorz, ou dans une optique altermondialiste), et a permis le renouvèlement de la pensée de gauche sur cette thématique. Ses thèmes de travail sont nombreux (Rapport « Reconsidérer la Richesse » sous le gouvernement Jospin, fondateur du Mouvement Sol des monnaies citoyennes, textes sur la refonte du PIB, délibération, démocratie et environnement…) : ils font de Patrick Viveret l’un des penseurs majeurs de la mouvance écologiste française. (Voir : Reconsidérer la richesse, Attention Illich, Une alternative de société: l’écosociétalisme ; voir aussi Pour une nouvelle culture politique

[avec Pierre Rosanvallon]

ainsi que son dernier livre : LaCause humaine, Du bon usage de la fin d’unmonde). [FM]

David Abram (1996). Notamment auteur de Comment la terre s’est tue. Pour une écologie des sens (2013), Abram a voulu appréhender la question écologique à partir d’une réflexion sur nos sensibilités et leur configuration culturelle. La crise environnementale à laquelle notre civilisation est confrontée prendrait racine dans notre incapacité à prêter attention aux univers terrestres que nous habitons. Ailleurs dans le monde, d’autres communautés humaines (minoritaires, certes) nous montrent les possibilités oubliées d’une écoute et d’un dialogue avec la Terre. [JR]

Aldo Leopold (1887-1948). Écologue, forestier, professeur, il participe activement à la défense du premier espace naturel officialisé aux États-Unis. Il critique le principe de propriété des terres qui est selon lui incompatible avec une coexistence harmonieuse avec la nature. Il est l’auteur de l’Almanach d’un comté des sables, ouvrage à succès qui permît une prise de conscience au grand public de la nécessité de protéger l’environnement. Il fait partie du courant dit préservationniste de l’environnement, qui affirme le besoin de préserver non seulement une nature domestiquée, mais encore une part de sauvage. Son éthique de l’environnement repose sur le principe suivant : « une chose est juste lorsqu’elle tend à préserver l’intégrité, la stabilité et la beauté de la communauté biotique » (chapitre « Éthique de l’environnement »). Il fonde ainsi une véritable land ethic, une éthique de la terre. [NMM]

Premiers philosophes ayant pensé l’écologie au XXème siècle

Hans Jonas (1903-1993). Dans Le Principe de responsabilité (1979), il tente de construire une « éthique pour la civilisation technologique », repensant les catégories morales du bien, du devoir, de l’engagement, à partir d’un « principe de responsabilité » qui lie les générations présentes à celles futures, rendues vulnérables par une science aux pouvoirs désormais illimités. Cette « éthique de l’incertitude » nourrit le concept de « principe de précaution ». Ainsi, il donne une légitimité philosophique à l’exploration hypothétique du futur, au sens où il ancre sa réflexion sur la prévision de l’avenir, et non sur l’analyse du passé, comme la plupart des philosophes marxistes ou libéraux. Le souci des autres au nom du lendemain. (Voir aussi : Eva Sas, Philosophie de l’écologie politique et ce podcast). [EM]

Günther Anders (1902-1992). Philosophe allemand (notamment l’un des penseurs de la bombe nucléaire), sa critique de la technologie s’axe autour de l’hypothèse que l’humanité serait entrée, après 1945 et les bombardements atomiques au Japon, dans une nouvelle ère. Un « temps de la fin » où elle est chaque jour en mesure d’entraîner sa propre disparition par des moyens technologiques qui la dépasse, dans l’attente interminable d’une « apocalypse sans royaume », une destruction sans salut… (Voir notamment : La Menace nucléaire : Considérations radicales sur l’âge atomique). [EM]

Felix Guattari (1930-1992). Si l’on se souvient de Félix Guattari d’abord pour sa collaboration avec Gilles Deleuze, il faut rappeler ses textes tardifs, portant sur la crise écologique, où il développait l’idée d’un paradigme écologique élargi et complexe. Pour lui, on ne peut pas penser l’écologie sans faire une place à la soutenabilité et le soin des milieux sociaux et mentaux : l’écologie se doit donc d’être au moins triple. Voir surtout Les Trois écologies (paru en 1989) et son plaidoyer pour des réflexions et des pratiques « écosophiques ». [JR]

Jürgen Habermas (1929). Le philosophe allemand, héritier de l’École de Francfort, est aujourd’hui déterminant dans la réflexion écologique car il réfléchit à son articulation avec la démocratie. Quand de nombreux penseurs « verts » échafaudent des scénarios inspirés par une pensée libertaire, sans État ni politique, difficiles à mettre en œuvre dans un cadre démocratique, Habermas se propose notamment de refonder la démocratie à l’âge écologique. Autour de ses travaux sur la « démocratie participative » (ou délibérative) et le principe de publicité des débats (éthique de la discussion), ce marxiste sincère qui – comme Claude Lefort et Cornelius Castoriadis avec « Socialisme ou Barbarie » –, fut abasourdi par le totalitarisme soviétique, tente de réconcilier écologie et démocratie. Ce faisant, Habermas combat les risques autoritaires des pensées écologiques et refonde l’ « écologie politique » sur des bases pluralistes en dépit de sa fragmentation idéologique. Loin du courant de l’ « écologie autoritaire », ou même de l’ « écologie profonde », sa pensée contribue à bâtir une « écologie démocratique ». (Voir notamment La technique et la science comme idéologie, Après Marx, Le discours philosophique de la modernité, De l’éthique de la discussion, L’avenir de la nature humaine). [FM]

Ulrich Beck (1944-2015). Le sociologue allemand s’est durablement intéressé aux problèmes écologiques, aux conséquences de la modernisation et à la question du risque. Dans son livre majeur, La Société du risque (1986) il remet en cause notre évaluation (ou notre hiérarchisation) du risque qui peut contribuer à privilégier des solutions immédiates sur des solutions durables. Ce faisant, il réfléchit à une meilleure répartition des risques à l’âge de la globalisation et de la « seconde modernité ». [FM]

Jacques Derrida (1930-2004). Dans L’animal que donc je suis (2002), Jacques Derrida observe l’oubli de l’animal dans la philosophie moderne occidentale « logocentrée » : il est réduit à une pure altérité, un simple mot, un « animot », désignant ce que l’humain n’est pas et ne veut pas être, justifiant par répercussion son exploitation. Pourtant, la frontière serait plus poreuse qu’il n’y paraît, notamment sur la question du langage, reliant possiblement tous les êtres vivants entre eux. [EM]

Arne Næss (1912-2009). La pensée du philosophe norvégien a accompagné la mobilisation écologique émergeante vers une radicalisation du paradigme environnemental, de ses amorces « superficielles » vers ses implications « profondes ». Si l’écologie de surface se préoccupe exclusivement du traitement de tels déchets ou de tel approvisionnement énergétique, la « deep ecology » (ou « écologie profonde ») nous pousse à déplacer le regard humain à une échelle plus vaste, au niveau de l’importance intrinsèque de chaque manifestation du vivant avec laquelle nous sommes toujours déjà en relation. Il faut que le discours analytique autour des milieux (éco-logie) soit incarné par la sagesse pratique de formes de vie respectueuses et soutenables (éco-sophie). À travers la notion de flourishing (« épanouissement »), il insiste sur le changement de regard porté sur la nature : une relation harmonieuse comme source de valeur. (Voir notamment : Une écosophie pour la vie et Écologie, communauté et style de vie). [JR, NMM]

Jacques Ellul (1912-1994). Critique radical de l’idéologie techniciste, qui asservit l’homme et détruit la nature, il a prôné, avec Bernard Charbonneau, une écologie qui déconstruit le mythe du progrès et de la technique, replaçant l’homme dans son environnement naturel. (Voir Nous sommes des révolutionnaires malgré nous). [EM]

Ivan Illich (1926-2002). Prêtre autrichien-américain spécialiste de l’éducation (concept de la « société apprenante), Illich a publié de nombreux ouvrages notamment sur l’énergie, l’eau, l’automobile et a contribuer à imaginer la ville écologique future (sans voiture). Anarchiste, penseur de l’écologie radicale, et critique de la société industrielle (illusoire et aliénante), il a également contribué à la réappropriation chrétienne de l’écologie. Avec le concept de « contre-productivité », il a pointé du doigt les dévoiements d’un productivisme retourné comme un gant par ses propres excès. Contre la vitesse, le développement exponentiel des activités humaines, le culte de la croissance, il dessine une piste : une société « conviviale », c’est-à-dire « une telle société dans laquelle les technologies modernes servent des individus politiquement interdépendants, et non des gestionnaires » (Voir : La Convivialité ; et Thierry Paquot, Introduction à Ivan Illich). [EM]

Au fil de l’actualité écolo

Mobilité, mourir pour un ticket de métro : Sept personnes sont mortes ce week-end au Chili lors de manifestations contre la hausse du prix du ticket de métro. Cette explosion de colère sociale est avant tout liée à l’extrême privatisation de la vie quotidienne : la santé, l’éducation, les retraites, l’eau…Le prix du ticket de métro à Santiago, (environ 1,04 euro) aux heures de pointe, serait devenu impayable pour de nombreux usagers. Les chars parcourant les rues de la capitale, ravivant le traumatisme de la dictature militaire d’Augusto Pinochet (1973-1990).

Les virus feront-ils office de régulateurdémographique? : L’épidémie d’Ebola en cours en République démocratique du Congo (RDC) reste une « urgence » sanitaire mondiale, a déclaré l’Organisation mondiale de la santé (OMS). C’est une mesure exceptionnelle, décrétée précédemment que quatre fois par l’OMS : en 2009 pour la grippe H1N1, en 2014 pour la poliomyélite, en 2014 pour l’épidémie d’Ebola et en 2016 pour le virus Zika. Déclarée le 1er août 2018 à Mangina, l’épidémie d’Ebola en cours en RDC a fait déjà plus de 2 150 morts.

Les bactéries attaquent les plantes : La bactérie Xylella fastidiosa ravage 200 espèces et tout particulièrement les oliviers, pour laquelle il n’existe aucun traitement curatif. Les végétaux contaminéssont arrachés dans un rayon de dix mètres, ainsi que le prévoit la réglementation européenne, et une « surveillance renforcée » est instaurée, avec des visites mensuelles sur le site contaminé et des prélèvements de végétaux. Une surveillance est aussi mise en place dans un rayon plus large de cinq kilomètres, appelé « zone tampon ».

Les écologistes au pouvoir ? En Suisse, les formations écologistes Verts (gauche) et Vert’libéraux (droite) arrivent aux portes du pouvoir lors des élections fédérales. Dans ce pays alpin durement touché par le dérèglement climatique, la jeunesse s’était activement mobilisée lors des manifestations à l’appel de la militante suédoise Greta Thunberg. Cette inquiétude semble s’être transposée dans les urnes. Les Verts obtiennent 13 % des voix (+ 6 points) et les Vert’libéraux 7,9 % (+ 3,3 points).

« Make notre ministère great again » : La colère monte en France dans les dix parcs nationaux face à la baisse continue des moyens humains. Après plusieurs années de coupes claires, 4 961 postes doivent encore être supprimés d’ici à 2022, soit 5 % de ses effectifs. Et ce malgré une hausse de son budget de plus de 830 millions d’euros. L’obsession de Bercy de laminer la variable humaine dans tous les services casse lexpertise de l’État en matière d’environnement ».

Dissuasion nucléaire, toujours condamnée, toujours présente : « La seule véritable façon d’éliminer la menace des armes nucléaires est d’éliminer les armes nucléaires elles-mêmes », a averti le secrétaire général de l’ONU, M. Guterres, lors de la «Journée internationale pour l’élimination totale des armes nucléaires ».

La fausse disparition des sacs en plastique

Pourquoi trouve-t-on encore des sacs en plastique dans les commerces ?

Plusieurs mesures de restrictions ont été prises par l’Etat afin de limiter la commercialisation de sacs à usage unique en plastique. Depuis le 1er juillet 2016, seuls des sacs plastique réutilisables, d’une épaisseur de plus de 50 microns, ou composés d’autres matières que le plastique (papier, tissu…) peuvent être distribués en caisse. Et depuis le 1er janvier 2017, cette interdiction s’applique aussi aux autres sacs mis à disposition dans les lieux de vente (rayons fruits et légumes, fromagerie, boucherie…). Pour ces derniers, seuls restent autorisés les sacs en plastiques compostables en compostage domestique et biosourcés, avec une teneur minimale en matière végétale qui augmente dans le temps[1], le reste provenant toujours de dérivés du pétrole. En définitive, les sacs en plastique sont donc toujours présents et aucune étude ne montre que leur distribution aurait été significativement réduite depuis l’entrée en vigueur de la nouvelle réglementation.

Le développement des sacs en bioplastiques, une tendance problématique

Selon les estimations des industriels, les bioplastiques[2] pourraient connaître une croissance de 50% au cours des 5 prochaines années. Cette tendance n’est pas sans soulever des interrogations d’un point de vue environnemental. Au niveau de la production, les plastiques biosourcés nécessitent des matières végétales dont les modes de culture sont parfois très impactants (utilisation d’engrais, de pesticides…) et qui concurrencent la production d’aliments. Par ailleurs, tous les sacs biosourcés ne sont pas nécessairement biodégradables et compostables, ce qui aboutit à des messages inintelligibles pour les consommateurs qui sont complètement perdus dans les terminologies. Enfin, la plupart des déchets d’emballages en bioplastiques ne sont pas valorisés dans des filières de recyclage, ce qui limite encore davantage leur intérêt. « Il semble peu probable que le recours croissant aux bioplastiques ait permis de réduire la quantité de sacs à usage unique distribués sur les lieux de vente. On ne fait finalement que déplacer le problème en remplaçant un sac par un autre, sans que la réduction des impacts écologiques de leur fabrication et de leur fin de vie ne soit garantie. Une grande partie des bioplastiques compostables n’est pas effectivement compostée à l’heure actuelle, faute d’une conception adaptée et de systèmes de collecte séparée effectifs. Les débouchés pour les bioplastiques qui ont réussi à être valorisés restent quant à eux très limités. Cela reste problématique alors que des interdictions similaires entreront bientôt en vigueur pour d’autres articles jetables comme la vaisselle[3] », précise Nathalie Villermet, responsable du réseau prévention et gestion des déchets de FNE.

[1] La teneur minimale exigée en matière végétale est de 30% en 2017, 40% en 2018, 50% en 2020 et 60% en 2025. Source : Décret n°2016-379 du 30 mars 2016 relatif aux modalités de mise en œuvre de la limitation des sacs en matières plastiques à usage unique

[2] Les bioplastiques désignent des plastiques biosourcés, issus de ressources d’origine végétale et/ou des plastiques biodégradables, pouvant se décomposer par un processus biologique. Certains bioplastiques sont à la fois biosourcés et biodégradables mais tous les bioplastiques ne sont pas forcément biodégradables.

[3] À partir de 2020, la mise à disposition de gobelets, verres et assiettes jetables de cuisine pour la table en matières plastiques sera limitée. Seuls les articles compostables en compostage domestique et constitués, pour tout ou partie, de matières biosourcées pourront continuer à être distribués à titre onéreux ou gratuit. La teneur minimale biosourcée exigée est de 50% en 2020 et de 60% en 2025. Source : Décret n°2016-1170 du 30 août 2016 relatif aux modalités de mise en œuvre de la limitation des gobelets, verres et assiettes jetables en matière plastique

Que faire pour limiter les flux d’immigration/émigration

Aujourd’hui on assiste à une immigration massive de population érythréenne. Ce petit pays a vu sa population pratiquement doubler en 20 ans, le climat aride ne permet pas de garder une forte densité en milieu rural  et les villes n’offrent pas de perspectives de vie décente, le tout sous le régime despotique de Issaias Afeworke. Ceci entraîne une émigration massive de 4 à 5 000 personnes par mois. Toutes ces candidats à l’ émigration méritent le statut de réfugié politique vu les conditions effroyables imposées par le régime en place. Si l’Europe décide de les accueillir, c’est l’équivalent d’une petite ville de 5000 habitants qu’il faut construire par mois. Ce n’est sans doute pas insurmontable mais les Erythréens ne sont pas les seuls candidats.

Que faire pour limiter ce flux ? Agir en Erythrée, mais comment ?

C’est très certainement tout un faisceau de propositions qu’il faut mettre en avant. Il conviendrait d’instaurer un autre régime politique, mais comment sans être taxé de néo-colonialiste ? Plus de  40 % de la population a moins de  15 ans, il faudrait agir sur la démographie, mais comment sans être taxé de néo-malthusien ? Favoriser le développement local en soutenant les agricultures vivrières et la souveraineté alimentaire est très certainement un objectif, mais comment aider à sa mise en oeuvre, comment inciter la jeunesse de ce pays à s’investir dans la production locale et  à ne pas succomber au mirage de la société de consommation de type occidental ?

Ce qui me semble clair est qu’il faut sortir de l’optimisme béat  appelant à  abolir les frontières et mettant en place la libre circulation et installation des hommes à l’échelle mondiale. Le discours des écologistes est cohérent quand il prône la démondialisation des marchandises, la nécessité de protéger les marchés locaux, de favoriser les circuits courts. L’homme n’est certes pas une marchandise, mais les flux de population servent un marché de l’emploi qui met en concurrence tous les habitants de la planète. Sur ce marché de l’emploi, comme sur les autres il est nécessaire de mettre en place des régulations car il faut chercher des solutions de fond plutôt que traiter uniquement les symptômes.

12 propositions pour les décideurs politiques en 2015

Le dernier opuscule de Nicolas Hulot liste 12 propositions essentielles pour les décideurs politiques :

Réguler enfin la finance ;

Mettre l’économie au service des humains ;

Mettre fin aux abus des multinationales ;

Produire et consommer dans un cercle vertueux ;

Démazouter les investissements ;

Intégrer la pollution au prix de vente ;

Garder la couleur bleue à la terre ;

Préserver les sols, supports de la vie ;

Nourrir sans détruire ;

Renforcer la justice sociale pour combattre le dérèglement climatique ;

Réinventer la démocratie ;

Donner une gouvernance mondiale à l’environnement.

Nicolas Hulot (Osons, plaidoyer d’un homme libre)

(éditions Les liens qui libèrent, octobre 2015)

12 propositions pour les décideurs politiques en 2015

Le dernier opuscule de Nicolas Hulot liste 12 propositions essentielles pour les décideurs politiques :

Réguler enfin la finance ;

Mettre l’économie au service des humains ;

Mettre fin aux abus des multinationales ;

Produire et consommer dans un cercle vertueux ;

Démazouter les investissements ;

Intégrer la pollution au prix de vente ;

Garder la couleur bleue à la terre ;

Préserver les sols, supports de la vie ;

Nourrir sans détruire ;

Renforcer la justice sociale pour combattre le dérèglement climatique ;

Réinventer la démocratie ;

Donner une gouvernance mondiale à l’environnement.

Nicolas Hulot (Osons, plaidoyer d’un homme libre)

(éditions Les liens qui libèrent, octobre 2015)

L’écologisation, un sujet central pour chacun de nous

Il y a plus de quarante ans avec René Dumont, il fallait écologiser les politiques et politiser les écologistes. Le résultat n’est pas bien convainquant. Aujourd’hui le thème de l’écologisation pour tous est à l’honneur avec Hubert Védrine :

« Nous n’avons pas réussi vraiment à créer une communauté internationale sur la base des valeurs occidentales universelles, malgré des texte magnifiques comme la charte des Nations unies (…) Est-ce que le seul vrai lien entre tous les habitants ne serait pas aujourd’hui le maintien de l’habitabilité de la planète ? »

En fait devrait succéder aux « droits » de l’homme la conception de nos « devoirs » envers la planète. C’est déjà inscrit depuis 2005 dans la Constitution française avec la Charte de l’environnement : « Aux côtés des droits de l’homme de 1789 et des droits sociaux de 1946, et au même niveau, nous allons reconnaître les principes fondamentaux d’une écologie soucieuse du devenir de l’homme ».

« Le peuple français, Considérant que les ressources et les équilibres naturels ont conditionné l’émergence de l’humanité ; que l’avenir et l’existence même de l’humanité sont indissociables de son milieu naturel ; que l’environnement est le patrimoine commun des êtres humains ; que l’homme exerce une influence croissante sur les conditions de la vie et sur sa propre évolution ; que la diversité biologique, l’épanouissement de la personne et le progrès des sociétés humaines sont affectés par certains modes de consommation ou de production et par l’exploitation excessive des ressources naturelles ; que la préservation de l’environnement doit être recherchée au même titre que les autres intérêts fondamentaux de la Nation ; qu’afin d’assurer un développement durable, les choix destinés à répondre aux besoins du présent ne doivent pas compromettre la capacité des générations futures et des autres peuples à satisfaire leurs propres besoins ; Proclame (lire la suite)

Nicolas Hulot, c’est l’antithèse d’Emmanuel Macron

On a reproché à Nicolas Hulot, beaucoup de choses, d’avoir conseillé à Jacques Chirac de constitutionnaliser la Charte de l’environnement, d’avoir poussé Nicolas Sarkozy à engager le Grenelle de l’environnent, d’avoir été pendant trois ans l’envoyé spécial de François Hollande pour la planète, d’avoir piloté des émissions grand public tournées vers l’amour de la nature et de ses sociétés premières, d’avoir tenté de sensibiliser de grandes entreprises à agir pour l’écologie, d’avoir affirmé que l’écologie n’était ni à droite ni à gauche, mais bien au-delà, d’avoir rencontré Bayrou, le pape François… ou Macron. Qui veut tuer son chien l’accuse de la rage !

Les propos de Nicolas Hulot à propos de Macron : « Bien sûr qu’on a commencé à dialoguer. On a même commencé avant qu’Emmanuel Macron déclare son mouvement. Je n’étais pas au courant à ce moment-là »… « Il ne m’a pas échappé qu’il y a des convergences. Nous sentons qu’il faut écouter la société civile, que le clivage gauche-droite ne doit pas être une condition au dialogue mais il faut aller au-delà » … mais « J’ai besoin de connaître sa conception du libéralisme. Qu’y a-t-il derrière ce mot ? Au moment où nous avons besoin de régulation et de réglementation pour éviter les excès du capitalisme, qui creusent les inégalités, qui détruisent les ressources naturelles. » A propos d’un éventuel « ticket avec Emmanuel Macron », le démenti est sur Twitter,«Pas de ticket avec @EmmanuelMacron envisagé».

Tous les écologistes qui participent à des rumeurs non fondées sur Nicolas Hulot se tirent un balle dans le pied. Pour en terminer avec Emmanuel Macron, son projet politique est l’exact antithèse de celui de l’écologie : il est fondé sur le primat de la croissance sur toute autre considération et Hulot ne sera jamais en phase avec un tel programme :
– soutien aux déplacements en car plutôt qu’en train ;
– assouplissement des règles concernant l’implantation des grands panneaux publicitaires ;
– soutien à l’écoulement des boues rouges en Méditerranée ;
– soutien aux hypermarchés et aux projets du genre EuropaCity ;
– soutien à l’assouplissement des normes d’émission du diesel à Bruxelles.

Nicolas Hulot a une perception de l’avenir bien plus pertinente qu’un parti «en marche» bâti sur du sable (libéral). Interrogé* sur les ambitions politiques qu’on lui prête, il précise : « La seule chose que je peux dire c’est que tout seul, je serai incapable de faire grand-chose mais si lui (le chanteur Renaud), moi, et des tas d’autres, on arrive à se rassembler sur une vision (…) et bien regardons, parlons-nous. » Et de conclure : « Il n’y aura pas un homme, une femme, un ticket providentiel. Il peut y avoir une agrégation de mouvements, d’initiatives pour peu que sur des valeurs et sur des outils indispensables, on se mette d’accord. »
* http://lci.tf1.fr/politique/exclu-lci-homme-providentiel-hulot-repond-a-renaud-8732079.html#t=4

Nicolas Hulot, un présidentiable écolo crédible en 2017

Sondage exclusif We Demain / Harris Interactive (1)

En cas de candidature, Nicolas Hulot recueillerait entre 9 et 11 % des intentions de vote. Les Français le jugent plus apte à « bien diriger la France » que François Hollande et Nicolas Sarkozy. Concernant son image, 79 % des Français jugent Nicolas Hulot sympathique, 73 % qu’il a de bonnes solutions pour l’écologie, 70 % qu’il est courageux, 67 % dynamique, 54 % qu’il a de bonnes idées pour la France et 53 % qu’il est crédible et capable de tenir ses engagements.  27 % des Français souhaitent le voir se présenter à l’élection présidentielle de 2017.

Nicolas Hulot est jugé davantage apte à bien diriger la France que les deux derniers présidents de la République : 31 % pour Nicolas Hulot, contre 27 % pour Nicolas Sarkozy et 14 % pour François Hollande.

Harris Interactive a testé deux hypothèses pour un premier tour :

Première hypothèse, Nicolas Sarkozy et François Bayrou candidats : 

Marine Le Pen obtiendrait 27 %, Nicolas Sarkozy 19 %, François Hollande 14, François Bayrou 12 %, Jean-Luc Mélenchon 10 %, Nicolas Hulot 9 %… etc. Cécile Duflot n’obtiendrait que 1%.

Seconde hypothèse, Alain Juppé est le candidat des Républicains : 

Marine Le Pen 29 %, Alain Juppé 26 %, François Hollande 13 %, Nicolas Hulot 11 %, Jean-Luc Mélenchon 11 %. Dans cette hypothèse, Nicolas Hulot n’est qu’à deux points de François Hollande. Et Cécile Duflot est à 2 % des intentions de vote.

(1) Enquête réalisée en ligne du 11 au 13 avril 2016. Échantillon de 1 535 personnes, représentatif des Français âgés de 18 ans et plus. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé(e), ainsi que le comportement électoral aux élections précédentes pour les intentions de vote.

http://www.wedemain.fr/Sondage-exclusif-We-Demain-Harris-Interactive-Hulot-bouscule-les-lignes-de-la-presidentielle-2017_a1772.html