effet de serre

L’adieu au charbon sera long, trop long

Le charbon en France ne représente que 2 % de la production électrique, mais 30 % des émissions de gaz à effet de serre du secteur. Le 31 mars 2021, la centrale à charbon du Havre ferme, les deux dernières centrales thermiques en Moselle et en Loire-Atlantique devraient l’être en 2022. Mais dans le monde la demande d’électricité devrait croître de 10 % en Inde et exploser en Chine où la moitié des centrales ont moins de dix ans. Le charbon sert aussi à la fabrication de l’acier et du ciment. La lutte contre le réchauffement climatique est vouée à l’échec face à omnipotente du charbon, du pétrole et du gaz dans nos manières de produire et de vivre actuelles. La vérité est qu’aujourd’hui rien n’est sous contrôle. L’homme qui reste un peu honnête avec lui-même a l’impression de se retrouver dans un piège abominable dont il ne voit pas comment sortir. Voici quel

On sait que le charbon doit rester sous terre pour limiter le réchauffement climatique. Mais à force de croire que demain sera comme aujourd’hui, avec une abondance énergétique extraordinaire mais non renouvelable, nos lendemains seront terribles car nous ne sommes pas préparés collectivement, ni en France, ni ailleurs, à affronter la descente énergétique. Nous étions en train de brûler nos forêts, (mal)heureusement nous avons exploité le charbon. Pour ne pas qu’il s’épuise trop vite, nous avons utilisé le pétrole, le gaz, la fission atomique et même le photovoltaïque… aujourd’hui on veut en revenir au bois ! C’est le signe de l’impuissance collective actuelle à nous mener sur les voies d’un futur acceptable. #EndCoal, enfin un hashtag sur Twitter qui nous parle, des panneaux qui s’enflamment lors d’une manifestation de Greenpeace. Dérisoire symbolqiue. Le 8 janvier 2018, l’église Saint-Lambert du village d’Immerath en Allemagne a été rasée, pour laisser place à une mine de charbon. Le système thermo-industriel résiste, mais ce sont ses derniers souffles avant qu’un choc pétrolier/charbonnier nous amène inéluctablement à la déroute finale.

Bientôt le pic charbonnier. Après son livre de 2003 sur le pic pétrolier, Richard Heinberg s’était consacré au pic charbonnier : la production de charbon suit la même courbe que la production de pétrole. Elle aussi commence par augmenter, atteint un maximum, puis décline inexorablement au fur et à mesure que les gisements s’épuisent. Les chiffres officiels ignorent généralement les différentes qualités de charbon ou les présentent d’une manière exagérément simplifiée, ce qui donne une fausse impression d’abondance. Il n’empêche que le pic charbonnier chinois aura lieu entre 2015 et 2032, aux USA entre 2025 et 2040 … Heinberg conclut que le charbon est suffisamment abondant pour avoir un impact conséquent sur le climat mais ne l’est pas assez pour remplacer durablement les autres énergies fossiles une fois qu’elles auront commencées à décliner.

Que faire ? Empêcher d’une manière ou d’une autre une centrale thermique à charbon de fonctionner peut être considéré comme une œuvre de salut public. On sait en effet que le charbon doit rester sous terre, sinon nous allons droit vers un chaos climatique qui multipliera les réfugiés climatiques, endommagera le rendement des récoltes, produira la famine, détériorera l’ensemble de la trame du vivant, exacerbera les violences, produira des guerres, etc. Mais si je dis maintenant aujourd’hui clairement que je trouve tout-à-fait juste et légitime de saboter une centrale à charbon, c’est moi qui sera poursuivi devant les tribunaux pour incitation au sabotage. Personne n’accusera les promoteurs des centrales à charbon. Beaucoup parleront même à mon égard de terrorisme vert alors que le véritable responsable de la détérioration écologique et socio-économique est la centrale à charbon. Il est plus que temps de définir juridiquement la notion du crime écologique et de traiter l’action de sabotage à sa juste valeur ! Quand pendant la seconde guerre mondiale des cheminots sabotaient les lignes de chemin de fer pour agir contre le nazisme, ils risquaient la mort mais ils avaient raison .Dans le futur proche il nous faudra apprendre à vivre dans un nouveau contexte de catastrophes à répétition qui, inévitablement, porteront atteinte à nos libertés, sans d’ailleurs pour autant que cela résolve les problèmes de pénurie de ressources naturelles. La récession actuellement en cours avec la pandémie nous donne un avant-goût des révisions douloureuses à accomplir. L’avenir passera par des mécanismes administratifs de rationnement ainsi qu’une baisse drastique de nos revenus

En guise de conclusion, nous vous conseillons de lire d’urgence Lewis Mumford : « L’exploitation minière est la métaphore de toute la civilisation moderne. Le travail de la mine est avant tout  destructeur : son produit est un amas sans forme et sans vie,  ce qui est extrait ne peut être remplacé. La mine passe d’une phase de richesse à l’épuisement, avant d’être définitivement abandonnée – souvent en quelques générations seulement. La mine est à l’image de tout ce qu’il peut y avoir de précaire dans la présence humaine, rendue fiévreuse par l’appas du gain, le lendemain épuisée et sans forces. En revanche, l’agriculture traditionnelle favorise l’établissement d’un heureux équilibre entre les éléments naturels et les besoins de la communauté humaine. Ce que l’homme prélève  à la terre lui est délibérément restitué ; le champ labouré, le verger, les planches à  légumes, les terres à blé, les massifs de fleurs – tous témoignent d’un ordre formel, d’un cycle de croissance.»

Pour en savoir plus sur le point de vue des écologistes :

21 octobre 2015, Les centrales à charbon, un terrorisme contre le climat

14 mars 2014, La fin du charbon au Royaume-Uni, un air d’apocalypse

27 avril 2012, les dangers du charbon (1/3)

6 novembre 2010, après le pic pétrolier, le pic charbonnier !

28 septembre 2010, des mineurs bientôt sans charbon

26 juillet 2010, l’impasse charbonnière

9 février 2008, charbon de terre

5 avril 2007, bientôt une Chine sans charbon !

Loi climat, les commerçants à l’attaque

Il est question dans le projet de loi sur le climat de soumettre à la prérogative des maires les dispositifs publicitaires lumineux au sein des vitrines de magasins. Ces écrans pourraient être soumis à « des prescriptions en matière d’emplacement, de surface, de hauteur et, le cas échéant d’économies d’énergie et de prévention des nuisances lumineuses », définit le texte.

Le point de vue des commerçants : Les commerçants considèrent que la limite de l’action publique s’arrête à la porte de leur devanture qu’ils qualifient « d’outil de communication principal du point de vente » à l’heure où les commerces sont déjà en difficulté. Pour eux, la mesure s’apparente à « régir la couleur des rideaux aux fenêtres de nos appartements » ou « la page d’accueil d’un site Internet ». « Supprimons aussi les illuminations à Noël, et les animations musicales, s’agace Jean-Pierre Lehmann, président de la fédération nationale des centres-villes. Ce n’est pas en enlevant les écrans de nos boutiques qu’on va sauver la planète. » Les agents immobiliers pestent, ils seront « contraints de revenir au papier pour afficher leurs annonces de logements en vitrine sachant que la filière bois est aussi en danger ».

Le point de vue des commentateurs sur lemonde.fr :

Vert de Terre : J’ai beaucoup aimé la phrase « Les commerçants considèrent que la limite de l’action publique s’arrête à la porte de leur devanture ». En cette période où l’état soutient massivement, et à juste titre, les commerçants, je trouve cela osé. Il serait souhaitable de regarder un peu plus loin que le bout de son nez. Le réchauffement climatique va nous appauvrir massivement et ça ne va pas être bon pour le commerce.

F.3368 : Ces écrans devraient tous être interdits dès lors qu’ils donnent sur la voie publique. Une balade urbaine ou autre ne devrait pas être interrompue par de vulgaires publicités !

JohannG : Le sujet de ce projet n’est pas l’économie d’énergie engendrée par l’arrêt de ces écrans mais la publicité intrusive qu’ils imposent. C’est sûr que les agences de voyages ont envie de continuer à mettre en avant les voyages qu’elles proposent avec des vidéos sur des écrans de 2mx3m. Mais à continuer à vendre un modèle de société ultra-consumériste et non soutenable, on n’aide personne à changer ses habitudes et ses envies.

Vincent N : En gros le message c’est « laissez moi la liberté de polluer visuellement », y compris la nuit à 1h du matin… Car quand on voit toutes ces vitrines allumées en plein milieu de la nuit, on se demande bien qui les regarde et l’impact sur les ventes.

pierre marie 22 : Il est temps, mes frères, de se vêtir de noir. Temps de manger du quinoa bio, acheté en vrac. Temps d’avoir des toilettes sèches. Temps de subventionner la permaculture urbaine. Temps de résilier. Gaïa est grande et Greta est sa prophète.

Ce qu’il faut retenir du mois de mars 2021

Les péripéties de la pandémie occulte toute autre préoccupation en matière d’écologie. Cependant en France le mois de mars a connu deux événements politiques, un début de concrétisation des délibérations de la CCC (Convention citoyenne pour le climat) et les prémices d’une inscription dans la constitution d’un article sur l’environnement.

Pour en savoir plus sur ces velléités politiques grâce à notre blog biosphere qui consacre chaque jour un article à l’urgence écologique :

19 mars 2021, L’environnement dans la Constitution, quand ?

10 mars 2021, CLIMAT, une loi de résilience en zig et zag

Nous ajoutons que l’évolution de la loi est une chose, mais jusqu’à présent aucun politicien n’explique à la population qu’en matière de lutte contre les émissions de gaz à effet de serre, il va falloir faire beaucoup d’efforts personnels dans tous les aspects de notre vie quotidienne, déplacements, alimentation, voyages, etc. Il nous faut une sobriété partagée, mais cela, on n’en prend pas le chemin si ce n’est forcé par les confinements.

NB : Pour recevoir gratuitement « l’article du mois » à domicile, il suffit d’écrire à biosphere@ouvaton.org.

Même adresse pour nous envoyer une contribution pour notre blog, pas plus de 4000 caractères svp.

Faites-nous connaître si vous le jugez utile, merci

CLIMAT, jour 1 du débat législatif

Tout le petit monde politique est écolo. A compter du 29 mars 2021, les députés se lancent dans un marathon législatif de trois semaines pour débattre du projet de loi Climat et résilience dans l’Hémicycle. Près de 7 000 amendements ont été déposés, preuve des clivages que ce projet de loi cristallise Le mandat de la Convention Citoyenne pour le Climat était « de définir une série de mesures permettant d’atteindre une baisse d’au moins 40 % des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 (par rapport à 1990) dans un esprit de justice sociale ». Donnons un aperçu d’un débat qui risque d’être aussi passionnant que futile.

Jean-René Cazeneuve, député La République en marche (LRM) et rapporteur général du projet de loi : « Nous voulons une écologie de progrès mais pas une écologie qui casse la croissance économique, ou qui mettrait une industrie la tête sous l’eau. »

Biosphere : Tout est dit. Comme la croyance dans un monde finie est d’autant plus imbécile que nous avons déjà dépassé les limites d’habitabilité de la planète, monsieur Cazenave dit des imbécillités. Il nous faut d’urgence une écologie de rupture avec le système croissanciste, et cela Macron et ses affidés ne le savent pas encore.

Lorange : À l’intention des négationnistes de l’écologie. 1/ Y a-t-il, comme le soutiennent la totalité des biologistes sur terre, une destruction massive de la biodiversité depuis 50 ans (grands mammifères, océans, glaciers, insecte oiseaux, arbres, pollution des eaux et de l’air …) ? Si vous pensez le contraire merci d’étayer votre propos. 2/ Cette destruction massive, ajoutée au réchauffement climatique, laissera-t-elle une terre viable pour nos descendants ? Pensez-vous qu’il soit impératif de laisser une terre viable pour nos enfants ? 3/ La préservation de cette terre pour nos descendants, QUOI QU’IL EN COÛTE, est-elle plus importante que le pouvoir d’achat, la pension de retraite, le SUV et le petit confort de papi boomer ? Merci à ceux qui auront l’honnête ou le courage de répondre à ces questions simples.

Gramoune : Les « négationnistes de l’écologie », ce sont donc tous les Français normaux, qui vivent dans les campagnes françaises, alors que les « grands défendeurs » de l’écologie, ce sont finalement les « bobos parisiens » qui n’ont jamais mis leurs mains dans un terrain, mais qui forcément savent tout, et mieux que les gens des campagnes. Horrible, mais bien français. Nos écolos feraient bien de s’inspirer du modèle allemand, où le Président vert du Baden-Wûrttemberg, M. Kretschmar vient de soutenir les industries automobiles (normal, il s’agit de Mercedes et Porsche), mais quel Écolo français aura le courage de défendre Renault ou Peugeot ? Alors que + de 100 000 personnes sont concernées . Lamentable !

F. P. : Sur 1 et 2, ok. Sur 3 : pas du tout ok ! Parce que vous mélangez les choux et les carottes ! Il faut bien disposer de quelque pouvoir d’achat pour changer de voiture (et rouler en Zoé) ou faire installer des panneaux solaires sur le toit de sa maison, non ? Et ce, que l’on soit en activité ou retraité, non ? Bref, vous culpabilisez les particuliers au moment même où vous avez en vue l’intérêt général ! C’est politiquement contre-productif !

LEMONDE : A droite, où l’on a déposé la majorité des 450 amendements de suppression d’articles dans le projet de loi, les députés souhaitent avant tout préserver la liberté d’entreprendre tout en tentant d’esquisser un discours sur « une écologie positive adaptée aux territoires ». « Ce texte représente l’écologie de la taxation. Nous voulons une écologie du pouvoir d’achat », plaide le président du groupe Les Républicains, Damien Abad.

Michel SOURROUILLE : La guerre des mots. Les anti-écolos (à droite ou à gauche ») n’osent plus se dire anti-écolos, alors il font de l’écologie superficielle, entièrement compatible avec le système croissanciste du business as usual. Les éléments de langage contiennent en soi le refus d’une écologie de rupture : écologie « positive », écologie « de progrès ». Comme ils n’ont rien de concret à proposer pour lutter contre les émissions de gaz à effet de serre et la raréfaction des ressources naturelles, alors ils veulent déconsidérer les militants d’une écologie de rupture par des mots sans contenu : écologie « de la taxation », écologie « punitive », retour à la bougie ou à l’âge de pierre, ayatollahs de l’écologie, etc. Une telle simplification abusive du débat autour d’un projet de loi qui se voulait « de rupture » démontre le vide conceptuel de l’anti-écologisme.

pierre marie : Oui, il est urgent de couper des cous, de faire des camps entourés de barbelés, d’obtenir des aveux spontanés, etc. Nous avons eu les rouges. Nous aurons les verts.

BorderlineyeDisruptive : « Nous ne voulons pas d’une écologie qui casse la croissance économique », dixit La République en marche arrière. Ce serait bien que notre Roi Soleil Aveuglant explique comment il compte, concrètement, préserver et dépolluer les ressources naturelles tout en continuant « en même temps » à surproduire et surconsommer (définition de la Croissance) de l’inutile et du jetable… Entre protéger certaines industries et protéger l’avenir du genre humain, il va falloir choisir. Étonnant que cette évidence scientifique et mathématique mette tant de temps à monter au cerveau d’un Monarque que certains (surtout lui-même) disent si brillant…

Bright : Entièrement d’accord. Mais nous vivons dans un monde ou le capital est l’ultime objectif et il faut avoir présent à l’esprit que ses mécanismes ont échappé à toute forme de régulation. Le système s’est emballé à l’échelle de la planète. Plus aucun gouvernement ne dispose des leviers nécessaires pour freiner la course en avant. D’outils de productions le prolétariat est devenu outil de consommation et il est indispensable pour fournir les débouché utiles à l’expansion dont le capitalisme se nourrit. Camarades, nous sommes foutus.

François C.H. : Comme souvent, la responsabilité de l’échec n’est pas tant individuelle que collective. On accuse le gouvernement de la jouer petit bras, c’est vrai, mais les oppositions sont loin d’être honnêtes lorsqu’elles affirment que voter les bonnes lois suffirait. C’est faux, il faut que ces lois et leurs effets fassent consensus au sein de la société, et on n’y est pas du tout. Cet objectif de baisse de 40% implique une transformation radicale, une planification économique au moins à l’échelle européenne et au final une sortie du système économique actuel ce qui, on le devine, ne peut se décider dans les ministères. Tant qu’on a pas de consensus la dessus on aura gouvernement après gouvernement la même situation, un exécutif qui vote quelques lois sans envergure, et une opposition qui prétend qu’un peu de volonté suffit. Cette pièce de théâtre se joue depuis 20 ans et ce n’est pas en changeant les acteurs que l’on avancera.

Fustigator : Discours qui omet simplement de préciser que quasiment tous les problèmes environnementaux n’existeraient pas si on n’avait pas multiplié de manière absurde la population par 7 en 150 ans, sans aucune justification. Or, je ne vois dans toutes ces déclarations flamboyantes aucune esquisse de solution pour une réduction drastique de la démographie; bien au contraire, on nous demande d’ajuster nos consommations individuelles pour que d’autres puissent continuer à pulluler sans vergogne. Dit autrement, si il y n’y a aucune raison de rouler avec SUV V8, il n’y en a pas plus d’admettre que des gens fassent plus de deux enfants ; si on veut proscrire le premier comportement pourquoi ne pas proscrire le second ? Rappel : un enfant de plus, c’est 150 aller-retour Paris-New York en avion.

Manifestons pour une vraie loi climat

Bilan écologique de Macron : 89 mesures négatives depuis 2017. Pour être plus précis, 53 % des 169 mesures prises en matière d’écologie depuis 2017 sous la houlette du président sont nuisibles à la planète. Il n’est donc pas étonnant de voir des personnes se mobiliser « pour une vraie loi climat » à la veille de l’examen le 29 mars du projet de loi climat et résilience. Bien sûr le contexte pandémique est défavorable à la dynamique citoyenne, mais diffusez où vous pouvez les slogans écolos de cette manifestation, cela peut faire tâche d’huile et participer à l’intelligence collective :

Sur les banderoles, « Les citoyens planchent, Macron tronçonne ! », « Y a pas de vaccin contre le réchauffement climatique ! », « Pour une vraie loi climat : Stop au blabla », « Macron, ta loi en carton, c’est la poubelle jaune », « Sans filtre, tu nous enfumes », « Fin du monde, fin du mois, même combat », « Urgence climat, il est encore temps d’agir », « Les calottes sont cuites ! », « Quand c’est fondu, c’est foutu », etc.

On se rappelle encore de plusieurs des slogans de mai 68 il y a plus de 50 ans. On se rendra compte dans 50 ans qu’il n’y avait pas de négociations possibles avec le climat !

.

CLIMAT : épilogue du match Macron / Dion

Cyril Dion : « En Irlande, deux assemblées délibératives tirées au sort avaient permis de trancher les épineux débats du mariage pour tous et du droit à l’avortement. En France, la convention citoyenne pour le climat s’est achevée le 28 février après dix-sept mois de travail et un rapport riche de 149 propositions. En voici quelques enseignements :

Pour faire bouger le gouvernement sur la question climatique, il faut vraiment insister… La démocratie délibérative demande du temps, de l’attention et une sacrée dose de travail… La démocratie délibérative a permis de construire un plan solide, répondant à des objectifs climatiques et sociaux ambitieux, acceptables pour une majorité. A l’exception du 110 km/h, les propositions séduisent 62 % des Français qui en ont entendu parler… Mais l’oligarchie reste vent debout contre la démocratie. De nombreux éditorialistes fustigeaient la soi-disant radicalité de ces « Khmers verts », « anticapitalistes » et même « décroissantistes », les principaux secteurs industriels concernés (automobile, aérien, agrochimie, publicité) ont mobilisé tous les leviers d’influence à leur disposition, le gouvernement a amoindri le plan qu’il a lui-même commandé. Les conventionnels ont donné la note de 3,3 sur 10 à Macron. Chaque fois qu’un responsable politique trahit sa parole, il affaiblit encore un peu plus notre fragile démocratie, il fait le lit du populisme et il stimule des votes de pure contestation. Une mutation démocratique s’impose. Si nous voulons faire primer l’intérêt général, il faudrait institutionnaliser des processus tels que le référendum d’initiative citoyenne délibératif ou une troisième chambre (du futur). » Quelques réactions sur lemonde.fr :

アグレッシブ烈子 : On a surtout compris qu’il ne fallait surtout pas confier des exercices démocratiques à des militants comme Cyril Dion.

Michel SOURROUILLE @ Chinoiserie : les attaques autant méchantes que non argumentées contre le messager empêchent d’écouter le message. C’est une agression contre la formation d’une intelligence collective, c’est donc aussi une attaque contre soi-même.

Daladier : Je ne suis pas d’accord de déléguer mon pouvoir législatif à une commission dont les membres sont tirés au sort. Surtout avec des idées qui conduisent à plus de chômage.

Michel SOURROUILLE : Daladier, si les parlementaires avaient passés plusieurs WE à bosser les dossiers du climat comme l’ont fait les membres de la convention citoyenne pour le climat, leurs décisions en matière de lutte contre le dérèglement climatique seraient bien plus fondées… Quant au chômage, l’effondrement du système thermo-industriel basé sur les énergies fossiles provoquera tant de chômage que les effets du Covid sur le PIB nous semblera dans l’avenir une aimable mise en bouche.

Pour en savoir plus sur Cyril Dion, extraits :

8 décembre 2020, CLIMAT : Macron / Dion, le torchon brûle

« Monsieur Macron, Puisque vous m’avez apostrophé,, je me permets de vous adresser cette réponse. Vous semblez touché qu’aujourd’hui je vous critique. Vous me traitez « d’activiste » comme si c’était un gros mot. Vous dites que je ne suis pas « honnête », que je fais une « caricature ». Au-delà de cette morgue à mon endroit, il me semble que c’est vous qui ne respectez pas la parole que vous avez donnée. »…

25 avril 2020, Cyril Dion, « Le monde d’après » la covid-19

…« Face aux menaces climatiques, de nombreux collectifs écologistes appellent depuis des années à préparer nos territoires aux chocs qu’ils pourraient subir. Comment ? D’abord en relocalisant une partie de notre alimentation. Chaque territoire devrait pouvoir assurer une part essentielle de la production de nourriture de ses habitants. Ensuite en renforçant l’indépendance énergétique des pays et des territoires avec des énergies renouvelables. »…

18 août 2018, avec Cyril Dion, résistons à ce monde qui déraille

Petit manuel de résistance contemporaine : « Manifester, signer des pétitions, agir localement, occuper des lieux, boycotter… Toutes ces propositions faites dans d’innombrables ouvrages, articles, émissions et réseaux sociaux n’ont aucune utilité, ou presque, si elles sont mises en œuvre de façon isolée. Quant aux perspectives plus radicales d’insurrection, elles conduisent certainement à reproduire ce que nous prétendons combattre, »  …

6 septembre 2016, La synthèse de Cyril Dion : « Être plutôt qu’avoir »

« Il y aurait de quoi se demander si mettre des enfants au monde dans le contexte actuel était bien raisonnable… Car la plupart d’entre nous le savent désormais, la situation ne va pas s’améliorer. Du moins pas toute seule. Pour la première fois dans l’histoire, nous sommes confrontés à une conjonction de problèmes qui, en s’additionnant, pourraient conduire à la disparition d’une partie de notre espèce. »…

CLIMAT, la solution passe (pas) par Bill Gates

Biosphere : Bill, tu n’es vraiment pas réaliste, la généralisation du niveau de vie américains nous mène à la catastrophe climatique et à l’effondrement de la civilisation thermo-industrielle.

Bill Gates : Je reste optimiste. Plus on s’éloigne de l’équateur, plus ce sera possible de s’adapter au réchauffement climatique. Mais je suis bien d’accord sur un point, si on ne fait rien, on aura cinq fois plus de morts par an que la pandémie actuelle à ses pires moments.

Biosphere : Bill Gates, écoute-moi, toi un nucléocrate, n’oublie pas les déchets nucléaires, l’insécurité des centrales, l’impasse de la 4e génération…

Bill Gates : Les nouveaux réacteurs nucléaires sur lesquels nous travaillons, avec un refroidissement par le sodium, seront beaucoup moins chers et plus résistants. Dans cinq ans, on devait même avoir un réacteur pilote en Chine, mais cet accord a été annulé. L’espoir fait vivre, je vis d’espoir..

Biosphere : Tu radotes, dormez tranquilles la technologie qui n’existe pas encore va nous sauver. Je crois vraiment que tu es instrumentalisée par les milieux d’affaire, trop content avec toi de rassurer les populations à bon compte. D’ailleurs tu ne parles jamais de sobriété. Tu n’as pas encore compris qu’il nous faut changer radicalement nos modes de vie et de consommation, surtout dans les pays développés.

Bill Gates : Bien sûr, les émissions par habitant sont très élevées aux États-Unis, mais le niveau de vie des Américains n’est pas négociable. Rien ni personne ne m’empêchera de rouler dans ma Porsche électrique. En fait les problèmes viennent des pays à revenus intermédiaires. En Chine ou en Inde, les gens ont aussi le droit d’avoir l’électricité la nuit, le chauffage ou la climatisation, tout ce que nous considérons comme des acquis. Il faut donc se mettre d’accord sur le fait que le monde aura besoin de plus d’acier, de ciment ou d’énergie.

Biosphere : Tu finances des technologies de rupture, mais elles ne seront pas prêtes avant longtemps, si elles le sont un jour ! Face à l’urgence climatique, ne faut-il pas plutôt investir dans celles qui existent déjà ?

Bill Gates : Je suis un visionnaire, il faut travailler sur les sujets de plus long terme, comme l’acier, le ciment ou l’aviation.

Biosphere : Ah ! Tu prends encore l’avion, ce « plus lourd que l’air » qui carbure aux fossiles ?

Bill Gates : On pourra un jour utiliser des avions électriques pour des courtes distances. Pour mon propre avion, j’utilise un kérosène entièrement végétal, c’est un green premium * très cher. Les pays riches ont la responsabilité d’utiliser leur puissance d’innovation pour inventer des solutions. Si on arrive à baisser drastiquement le prix des green premium, idéalement de 95 %, même les habitants de l’Inde pourront construire autrement, cultiver autrement, voyager autrement.

Biosphere : Je parie que tu vas me dire que la taxe carbone n’est pas une bonne solution.

Bill Gates : Une taxe carbone généralisée à tous les produits serait la solution la plus simple, mais ce n’est pas faisable politiquement. J’ai personnellement une empreinte carbone scandaleusement élevée, mais j’ai les moyens de financer des mécanismes de compensation de mes dépenses. Ah, si tout le monde pouvait faire comme moi !

Biosphere : Tu es un gros mangeur de burgers, je suis sûr que tu as aussi prévu de les manger sans viande.

Bill Gates : La viande cultivée permet d’avoir un produit similaire du point de vue de la qualité, avec un prix plus faible. C’est une amélioration du point de vue environnemental et du point de vue du bien-être animal. Je t’invite à essayer.

Biosphere : Merci bien, je préfère la polyculture liée à l’élevage. Quant aux technologies bas carbone, on se passe des énergies fossiles mais on dépend des métaux rares. Cette fois tu ne pourras pas me dire le contraire.

Bill Gates : Les terres rares ne sont pas si rares que ça. Avec l’innovation, on pourra en utiliser moins, trouver d’autres approches. Aujourd’hui, on en exploite ailleurs qu’en Chine, on le fait de manière responsable. Je ne pense pas que la disponibilité de ces matériaux soit un facteur limitant.

Biosphere :Tu reste donc un incorrigible technophile, bercé par ton passé Microsoft, incapable de voir les réalités biophysiques, pic pétrolier, pic des métaux, pic de tout.

Bill Gates : Peut-être, mais je suis aussi un humaniste. Avec ma fondation, on rêvait de réduire de moitié la mortalité des enfants : objectif atteint. Pour le défi climatique, je concède que ma pensée relève de l’acte de foi.

Biosphere : Tout est dit, tu verses dans la croyance. Alors je te raconte cette parabole, l’histoire d’une petite fille qui fait un dessin. La maîtresse lui demande ce qu’elle est en train de tracer. La petite fille lui répond qu’elle est en train de dessiner Dieu. La maîtresse lui fait remarquer que l’on ne sait pas à quoi ressemble Dieu. Elle lui répond alors que tout le monde le saura quand le dessin sera terminé.

* green premium, surcoût lié à l’usage d’une technologie propre par rapport à son équivalent fossile

CLIMAT, le piège de l’interaction spéculaire

Le parcours démocratique d’une loi climat aurait pu s’arrêter aux 149 mesures issues de la réflexion studieuse (sur plusieurs mois) de la CCC ( Convention Citoyenne pour le Climat). Adoptée sans filtre par le législatif, nous aurions évité l’enlisement. Mais la complexité de nos procédures fait qu’avant même les votes par les député et les sénateurs, il faut passer par une « commission spéciale » chargée de préparer le texte pour les débats à l’Assemblée nationale qui comporte 71 membres et doit examiner 69 articles ainsi que 5000 amendements. Autant dire qu’il n’y a plus de consensus possible, les points de vue ne peuvent qu’être irréconciliables.

D’un côté ceux qui trouvent le texte gouvernemental trop peu ambitieux au regard de l’urgence climatique. En face ceux qui estiment qu’il va trop loin et risque de mettre en danger des secteurs économiques entiers. Les Républicains (LR) demandaient par exemple la suppression de tous les articles encadrant la publicité, et la version opposée souhaitait la reprise mot à mot des propositions de la CCC, annihilant tout travail parlementaire. Du point de vue de la démocratie représentative, il faut rechercher le juste milieu entre personnes arc-boutés sur leurs préjugés, du point de vue des écologistes, on ne peut défendre la liberté de massacrer la planète ! Il n’y a pas de différence, si ce n’est dans les mots, entre organiser la décroissance du secteur aérien et mettre en œuvre sa décarbonation. Mais la nécessaire rupture écologique fait peur aux tenants du business as usual, les habitudes mentales empêche la clairvoyance. D’autant plus que les députés ont des réflexes de chapelle, il faut penser comme le groupe pense, qu’on soit d’ailleurs à droite, au centre ou macroniste. C’est ce qu’on appelle l’interaction spéculaire, comme dans un miroir, je fais par mimétisme selon ce que je pense de ce que les autres attendent de moi.

En résumé, il faut savoir dire non au politiquement correct, apprendre à résister aux diktats socio-économiques, décider selon ce qui est conforme au bien commun, assumer la lourde tâche de sauvegarder les intérêts des générations futures et préserver la biodiversité. La démocratie n’existe que si les décideurs agissent au nom des acteurs absents et non selon l’illusoire défense du moment présent. Une position d’équilibriste à la Macron ne règle ni les enjeux sociaux, ni les enjeux climatiques.

Pour en savoir plus sur la loi « Climat et résilience »

11 mars 2021, CLIMAT, folle zizanie parmi les ministres

extraits :Le porte-parole de La République en marche (LRM), Jean-Baptiste Moreau, a reproché publiquement à Barbara Pompili de manquer de « loyauté ». Un sentiment largement partagé dans les rangs macronistes : « Le problème, c’est que Barbara donne l’impression de vouloir toujours faire passer ses convictions avant la solidarité gouvernementale »…

10 mars 2021, CLIMAT, une loi de résilience en zig et zag

extraits : Examen du projet de loi « climat et résilience », 5 000 amendements ! La lessive et l’essorage vont se faire en même temps au Parlement. Les débats risquent très vite de s’enflammer, des députés LRM ont même déposé des amendements complètement antagonistes. Et nous attendons avec impatience les réactions des transporteurs routiers si l’avantage fiscal sur la taxation du gazole est supprimé. Certains estiment que « Tout l’enjeu, c’est l’acceptabilité sociale des mesures ». Ce sera alors comme pour le Grenelle de l’environnement, une loi au rabais et un climat en folie…

CLIMAT, une loi de résilience en zig et zag

Lutte pour le climat, 149 propositions de la CCC (Convention citoyenne pour le Climat). Examen du projet de loi « climat et résilience », 5 000 amendements ! La lessive et l’essorage vont se faire en même temps au Parlement. Les débats risquent très vite de s’enflammer, des députés LRM ont même déposé des amendements complètement antagonistes. Et nous attendons avec impatience les réactions des transporteurs routiers si l’avantage fiscal sur la taxation du gazole est supprimé. Certains estiment que « Tout l’enjeu, c’est l’acceptabilité sociale des mesures ». Ce sera alors comme pour le Grenelle de l’environnement, une loi au rabais et un climat en folie. En amont des débats, le premier ministre Jean Castex, a posé son diktat anti-écolo : « On n’a pas une approche “ayatollesque” du sujet ». Les Républicains misent aussi sur « une écologie de droite », moins coercitive pour les acteurs économiques.

Quelques réactions sur lemonde.fr :

PHILEMON FROG : Il était certain que les parlementaires, y compris au sein de la majorité, s’emploieraient à renforcer les objectifs du timide projet de loi. Ça n’en rend que plus incompréhensible l’erreur politique qui a consisté à s’engager à reprendre sans censure les propositions de la convention puis à en balayer les 3/4 (malgré leur modestie). Le gouvernement va devoir désormais en accepter une partie, ce qui reviendra à se dédire, et à s’opposer à d’autres, ce qui ne fera que marquer plus fortement son hostilité à l’action écologique. On reste dans un amateurisme étonnant après 4 ans d’exercice du pouvoir.

d dea : allons allons ! pas d’affolement ? comme d’habitude les godillots LRM vont beaucoup parler mais se retrouveront sur la ligne  » la voix de son maître  » . Rien à espérer de ces gens-là .

Lorange : Et nous avons évidemment droit aux litanies anti-écologistes de la génération viandarde des adeptes du glyphosate et du diesel qui laissera une planète dévastée à ses petits enfants et qui n’a même pas la décence de la jouer modeste mais au contraire se trouve finaude de qualifier ceux qui ont une conscience de leur environnement d’ayatollahs ou autre khmers. Au passage, si l’un de nos boomers pouvait nous expliquer concrètement ce que serait une écologie non « punitive », je suis preneur. Je ne vois pas en quoi laisser à sa descendance une eau potable et un air respirable serait une punition ? Quel égoïsme détestable !

Gramoune : Vouloir « changer » le climat est la dernière des « conneries » : le climat n’a rien à voir avec l’écologie – qui parle d’ailleurs d’IDÉOLOGIE, contre le gouvernement – . Que les VERTS parlent de pollution, je peux le comprendre, car là, on peut « changer » nos comportement, mais que peut faire l’écologie contre les périodes chaudes ou froides qui existent depuis des millénaires ? Encore une fois : IDÉOLOGIE contre RÉALISME ! Désolant.

Michel SOURROUILLE : Gramoune, chaque fois que tu brûles de l’essence, du charbon ou du gaz, tu contribues aux émissions de gaz à effet de serre, tu perturbes donc réellement le climat. Ne pas comprendre cela, c’est de l’IDÉOLOGIE, pas de l’écologie qui, elle, repose sur des bases scientifiques et les travaux du GIEC…

pierre marie : Se jeter dans la gueule des fanatiques de l’écologisme, c’est comme cracher en l’air. Ça vous retombe dessus.

Amish : A tous les commentaires sur les khmers verts et autres éco-extrémistes qui pleuvent après ce genre d’article, je rappelle qu’il s’agit juste de se rapprocher un petit peu de l’objectif officiel auquel l’État s’est engagé via la stratégie nationale bas carbone. Il ne s’agit pas de contenter des bobos ou babas utopiques.

loi   « Climat et Résilience », commentaires

Quelques remarques techniques sur certains articles de la proposition de loi   « Climat et Résilience » 

article 11 : « Un objectif de 20 % de la surface de vente consacrée à la vente en vrac est fixé au 1er janvier 2030 dans les commerces de vente au détail dont la surface est supérieure à 400 m2. »

Le commerce emballé imposé par les américains dans leur quête d’hygiénisme est une aberration environnementale. Il aura fallu 60 ans pour que la société commence à s’en rendre compte. Pourtant la pollution des plages et des villes par les emballages en particulier sur les côtes landaises ont été immédiatement visibles dans les années 1970. Rappelons que l’emballage plastique n’est pas neutre au niveau de la santé. Qui se préoccupe des migrations de solvants ou des polymères dans les aliments ? Pourtant, une campagne d’information avait été lancé dans les années 1990 sur les yaourts mais en vain. Arrêter de racler vos petits pots de yaourts, vous ne mangez que du plastique.

L’eau en emballage plastique  est devenue une industrie mondiale. Quand arrêterons-nous ? L’eau du robinet est potable, très surveillé et peu chère.Au Canada, l’emballage papier de produits en vrac est une norme depuis plus de 30 ans même pour les médicaments, ce qui évite le gaspillage aussi.

article 12 : « L’obligation de mise en place d’une consigne pour les emballages en verre, de manière à ce qu’ils soient lavables et réutilisables, pourra notamment être généralisée à partir de 2025. »

Le verre est le meilleur emballage pour les aliments liquides car il est quasi neutre dans ses interactions. Par contre sa production et son reconditionnement sous forme de calcin sont très gourmands en énergie. La meilleure solution est le lavage des bouteilles. En Allemagne, la pratique de la consigne existe depuis au moins 20 ans.

article 23 : L’obligation de végétaliser ou de solariser les bâtiments de plus de 500 mètres carrés entre en vigueur au 1er janvier 2024.

La végétalisation à la nordique isole en hiver et évite l’accumulation d’énergie en été. Elle reste très chère et peu efficace même si elle plat aux écolos. L’écologie est ailleurs, protégeons les espaces sauvages. Un toit est tout sauf un espace sauvage, c’est même la preuve de sa destruction. La solarisation est une bonne idée à condition que nous produisions nos panneaux solaires, cela permettra des emplois, de la souveraineté et moins de dépendance aux énergies polluantes. Et moins de chinoiseries.

article 28 : « 2° A compter du 1er janvier 2030, la fin de la vente des voitures particulières neuves émettant plus de 95 gCO2/km NEDC soit 123 gCO2/km WLTP, à l’exception des véhicules destinés à des usages spécifiques lorsque leurs caractéristiques le nécessitent et dont le volume ne pourra excéder 5 % de l’ensemble des ventes annuelles de voitures particulières neuves ; »

La pollution des voitures reste toujours minoritaire dans l’utilisation des hydrocarbures. Les alternatives électriques sont un leurre, une illusion de non pollution. Par contre, la filaire hydrogène doit être développé au plus vite. C’est en cours mais il faudrait accélérer cette industrie. C’est le prochain défi industriel. BMW a déjà la technologie depuis 20 ans. Les piles à combustibles sont prêtes à être produites et l’industrialisation en France a débuté. Par ailleurs, le dégagement de CO2 n’est pas l’alpha et l’oméga, au mieux une unité de consommation des hydrocarbures. Le taux de CO2 dans l’atmosphère est de 0,04 % en augmentation de 0.01% depuis 100 ans pour ce que l’on en sait. 0,01% de CO2 en plus ferait réchauffer l’atmosphère? Rappelons que le réchauffement se fait depuis 20 000 ans et que la température moyenne sur terre avant la dernière glaciation de Würm était de 18,5 °C alors qu’elle est de 16,5°C actuellement. Nous avons de la marge pour un réchauffement sans parler de CO2. 

article 30 : « A partir de la loi de finances initiale pour 2023, le Gouvernement présente au Parlement une  trajectoire  de  suppression  en  2030  du  dispositif  de  remboursement  partiel  de  la  taxe intérieure  de  consommation  des produits  énergétiques  relative  au  gazole  prévu  à l’article 265 septies du code des douanes. »

Nous savons maintenant que la campagne contre le diesel des voitures basé sur les particules fines est un mensonge. L’essence produit autant sinon plus de particules fines que le diesel et c’est logique chimiquement. De plus, le diesel est un moteur plus économe en énergie que l’essence. A qui profite cette campagne de désinformation ? Les industries pétrolières qui font plus de marges sur l’essence que sur le gazole.

Article 41 : interdiction de la location de passoires thermiques à compter du 1er janvier 2028.

Isolons nos toits, 30 % des déperditions d’énergie des maisons. La prime à l’isolation 2021 va enfin dans ce sens.

Article 57 : extension à partir de 2025 à la restauration collective privée de l’obligation tenant à ce que les produits acquis dans ce cadre au moins 50 % de produits durables et de qualité dont au moins 20 % de produits issus de l’agriculture biologique.

La restauration collective doit se rapprocher des territoires proches des consommateurs pour l’économie d’énergie, l’amélioration de la qualité des produits (à contrôler) et pour le développement de nos territoires ruraux. La restauration des enfants doit être améliorée et l’information des jeunes à bien se nourrir aussi pour lutter contre la nourriture prête à l’emploi bourrée de conservateurs nuisibles à la santé.

Thierry Saint Picq

CLIMAT, l’État condamné en justice

« Une victoire historique pour le climat. » C’est peu de dire que le jugement rendu mercredi 3 février par le tribunal administratif de Paris a donné satisfaction aux associations de défense de l’environnement. La justice reconnaît pour la première fois que l’Etat a commis une « faute » en se montrant incapable de tenir ses engagements de réduction des gaz à effet de serre (GES). Pour rappel, la France s’est engagée à diminuer ses émissions de 40 % d’ici à 2030 par rapport au niveau de 1990 et à atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050. Afin de déterminer les mesures devant être ordonnées à l’Etat pour réparer le préjudice causé ou prévenir son aggravation, les juges ont prononcé un supplément d’instruction, assorti d’un délai de deux mois.

Pour les organisations de l’Affaire du Siècle : “Plus de deux ans après le début de notre action, soutenue par 2,3 millions de personnes, cette décision marque une première victoire historique pour le climat et une avancée majeure du droit français. Ce jugement marque aussi une victoire de la vérité : jusqu’ici, l’État niait l’insuffisance de ses politiques climatiques, en dépit de l’accumulation de preuves (dépassement systématique des plafonds carbone, rapports du Haut Conseil pour le Climat, etc.). Alors que le nouveau projet de loi Climat de ce gouvernement est, de son propre aveu, insuffisant pour atteindre les objectifs fixés, nous espérons que la justice ne se limitera pas à reconnaître la faute de l’État, mais le contraindra aussi à prendre enfin des mesures concrètes permettant a minima de respecter ses engagements climatiques.”

Pour l’avocate de la Fondation Nicolas Hulot, le jugement du tribunal administratif de Paris est « révolutionnaire » à plus d’un titre : parce qu’il reconnaît la « responsabilité de l’Etat » dans la crise climatique, que son « inaction » sera désormais « illégale » et considérée comme la cause d’un « préjudice écologique ».

Moins de bébés pour sauver le climat ?

« L’humanité est au bord du précipice climatique. Cette crise aura des conséquences pour l’humanité et pour les écosystèmes bien plus graves que celles du Covid-19. On se demande ce qu’il faut pour que la situation soit enfin traitée avec l’urgence qu’elle mérite. », s’exclame le climatologue Jean-Pascal van Ypersele. Que faire ? « Sortir complètement des énergies fossiles, décarboner les économies, arrêter la déforestation, réduire fortement les émissions de méthane…. »

Mais penser à la baisse de fécondité n’effleure pas l’esprit de Ypersele, contrairement aux commentateurs sur lemonde.fr :

Pascalou : Et pas un mot sur le fait que la population mondiale ait triplé en moins d’une durée de vie humaine? La capote, l’abstinence et le stérilet sont des moyens très simples de lutter contre la réchauffement climatique…

JPH-35 : Oui, mais il n’est pas convenable de le dire.

Bergeist : Le plus probable, c’est que l’humanité n’arrivera pas à gérer le réchauffement climatique, ce qui entraînera des conséquences incommensurables… et des guerres etc qui réguleront la population. Je n’ai qu’un regret, celui d’avoir eu des enfants.

LargoF : Oui, entièrement d’accord. L’évolution permanente de la population mondiale pour une planète à la capacité de charge limitée est une idiotie. Seulement voilà, le genre humain semble incapable d’intelligence collective.

Georges-Henri : La réalité est la suivante : 20% de la population mondiale (nous) produit par sa production/consommation 80% des gaz à effet de serre.

Michel SOURROUILLE : Pour présenter simplement la relation entre émissions de gaz à effet de serre et évolution démographique, il est utile de se référer à l’équation de Kaya :

CO2 = (CO2 : TEP) x (TEP : PIB) x (PIB : POP) x POP => CO2
(CO2 : TEP) : contenu carbone d’une unité d’énergie (qui peut s’exprimer en TEP, tonnes d’équivalent pétrole)
Cela correspond à un choix de ressources naturelles, charbon ou gaz, électricité, énergie renouvelable ou non, nucléaire
(
TEP : PIB) : quantité d’énergie requise à la création d’une unité monétaire (qui peut correspondre au PIB)
C’est l’intensité énergétique de l’économie ou inverse de l’efficacité énergétique (qui serait PIB : TEP)
(PIB : POP) : production par personne ou niveau de vie moyen
POP : nombre d’habitants.

Tout est interdépendant, on ne peut agir sur un des termes sans considérer ce qui se passe ailleurs.

Frogeater : Finalement on est tous d’accord sur le bilan. La planète trouvera son équilibre quand elle sera devenue partiellement inhabitable et ce qui la bousille disparaîtra… C’est à dire la population humaine va significativement diminuer et la production de CO2 / consommation de matières premières épuisables avec. Ce qui est illusoire et dérisoire, c’est de penser qu’en utilisant des pailles en bambou, des voitures électriques et des pompes à chaleur ou en portant plainte contre l’Etat français, on va résoudre le problème créé par 8, bientôt 10, voire 15 milliards d’humains qui ne rêvent que de confort et de développement…

Eljulio : Avant la déroute, nous subirons (à compter de la présente décennie) une crise économique majeure, une faillite du système bancaire, le déclin de l’industrie et notamment de l’industrie extractive (cf baisse drastique des investissements de l’industrie pétrolière dores et déjà observée, qui reste le rouage essentiel de l’économie mondialisée sur laquelle tous nos « acquis » ont été bâtis), le déclin de la production agricole, l’effondrement de tout ou partie des États et surtout des démocraties, et son lot de conséquence sociales, sanitaires, géopolitiques etc … Par conséquent il ne restera probablement, et avec un peu de « chance », que 2 ou 3 milliards d’habitants sur Terre d’ici la fin de ce siècle ce qui devrait résoudre le problème climatique.

2020, l’année la plus chaude enregistrée

L’année 2020 a été la plus chaude enregistrée en France depuis 1900, début des mesures, a annoncé mardi 29 décembre Météo-France. Autre signe du réchauffement de la planète : sur 120 années depuis que les moyennes nationales sont mesurées, neuf des dix années les plus chaudes appartiennent au XXIe siècle, et sept, à la dernière décennie.

PRC sur lemonde.fr : On attend avec impatience les commentaires des climatosceptiques.

MD : Moi j’aime bien la chaleur, alors pas de problème…

MarxDarwin : Cool, j’habite dans le centre de la France et moins de gelée et plus de cigales…

pierre marie : L’article panique du jour. Qu’en est-il de la température moyenne pays par pays, depuis quand ces températures sont relevées et où ?

Trustnoone : Relire le rapport du club de Rome ou rapport Meadows qui date de 1972.. L’effondrement arrive, pourtant l’orchestre continue de jouer..

Genius : Ah oui c’est le rapport qui annonçait des guerres liées à la famine et aux exodes, tout ce qui n’a pas eu lieu et même mieux la famine est en passe de disparaître, enfin pour l’instant parce que si demain on revient au moyen âge et à la petite culture de proximité tant rêvée et vantée par nos bobos écologistes je ne sais pas comment on va nourrir le monde mais l’important c’est que les parisiens puissent aller faire leurs courses dans des boutiques bio locales avec leur vélo électrique (fabrique en chine… chut!)

Trustnoone : Genius (changeait de pseudo car la vraiment, c’est tout le contraire) lisez ce rapport que vous n’avez pas lu, ensuite vous pourrez vous exprimer sur un sujet dont vous ne connaissez rien. Comme bonne résolution pour 2021 : regardez les conférences de jean-marc Jancovici, ça vous apprendra quelque chose sur l’avenir de l’humanité (et vous serez moins surpris quand le choc arrivera).

O-Sidartha @Genius : Quand vous n’aurez plus d’eau potable vous savez ce qui va se passer? C’est la règle de 3 : Sans O2, 3 minutes / sans flotte, 3 jours / sans bouffe, 3 mois … puis quick !

Jacques Brejoux : L’ extraordinaire connaissance du monde dans lequel nous vivons s’accroît d’année en année mais semble inversement proportionnelle à nos possibilités d’en contrôler la marche. Plus nous savons, moins nous agissons.

L’événement marquant du mois de décembre

Choisir l’événement le plus significatif de ce mois de décembre 2020, placé sous le signe du covid-19, n’était pas simple. Mais, si on se place dans le cadre d’une analyse structurelle, l’échec constaté cinq ans après de la COP21 à Paris (décembre 2015) nous paraît lourd de conséquences. Ci-dessous deux permaliens vers ce funeste anniversaire :

Après la COP21, la (dé)route vers la COP26

https://biosphere.ouvaton.org/blog/apres-la-cop21-la-deroute-vers-la-cop26/

Nous envoyons l’article du mois à tous nos correspondant(e)s,

pour le recevoir, il suffit d’écrire à biosphere@ouvaton.org

Faites-nous connaître, merci.

CLIMAT, qu’est-ce qui est « acceptable » ?

Modification de l’article 1 de la Constitution pour y intégrer la préservation de l’environnement ? Une telle réforme « doit d’abord passer par l’Assemblée nationale puis le Sénat et être votée en des termes identiques», a déclaré le chef de l’État. Autant dire qu’on enterre l’idée aussitôt qu’émise. D’autant plus que Macron ajoute : « Les choix pris pour l’écologie doivent être acceptables par les Français. »

Comme par hasard, les innovations technologiques sont mises en œuvre par l’appareil techno-industriel, qu’elles soient acceptables ou non. Par contre lutter contre nos émissions de gaz à effet de serre ou protéger la biodiversité pourrait être inacceptable ! Les commentateurs sur lemonde.fr en font des gorges chaudes :

Mam : Convention citoyenne pour le climat : « Les choix pris doivent être acceptables par Emmanuel Macron», prévient Emmanuel Macron.

Rickroll : « les choix pris pour l’écologie doivent être acceptables pour les Français ». Tout à fait, et jamais je n’accepterai qu’on me taxe parce que j’ai envie d’une voiture de près de deux tonnes pour me déplacer seul dans Paris. Sinon ce serait liberticide…

iphigenie : La plupart des gens n’ont pas le temps de digérer des cours sur le climat, l’énergie et la thermodynamique. Ils s’en remettent à leurs dirigeants. Ceux-là leur disent : « ne vous en faites pas, avec 3 éoliennes qui font de l’hydrogène, tout va continuer ». Quand des gens normaux passent 40 heures à étudier les questions scientifiques, ils sont effrayés par les risques systémiques immenses. Ils demandent alors au président de prendre des mesures pour mitiger les risques. Celui-ci dit « ben, non les gens n’en veulent pas ». Bref, on tourne en rond. Cette logique mortelle va continuer. Quand la forêt de Fontainebleau sera en feu et qu’il fera 50°C à Paris, on changera.

Lavig5k : Procrastination : Pourquoi attendre ? Autant prendre dans l’urgence des mesures préventives pour gérer le réchauffement climatique, comme en mars dernier avec la décision du confinement. D’ailleurs, vous, je ne sais pas, mais moi on ne m’a pas demandé à l’époque si le confinement était « acceptable » par la population…

philgo : Si feu Giscard avait attendu l’assentiment des Français sur ses réformes essentielles, si feu Mitterrand avait attendu que nous soyons tous contre la peine de mort, etc, etc, etc.

CFranck : « la taxe carbone n’a pas été acceptée par les français » Faudrait voir à ne pas confondre 8% de gilets jaunes avec l’ensemble des français. Mais ça en dit long sur le poids des minorités violentes dans notre République…

Laur3nce : C’est simple, quand le président dit que « les choix pris pour l’écologie doivent être acceptables pour les Français « , il apparaît comme raisonnable alors qu’en fait le dernier baromètre de l’Ademe montre que les français sont largement d’accord avec l’ensemble des mesures. Bref, les 150 sont conscients des enjeux et ont fait des propositions acceptables par tous (l’idée de départ) mais les politiciens n’ont pas l’air de le comprendre.

Genius : Et bien qu’ils fassent un référendum et on verra ce que pense vraiment les français et pas seulement les bobos ou les intégristes certes très bruyants mais qui n’ont réussi qu’à réunir 415000 signatures sur 66000000 de français… ce n’est qu’un énième comité Théodule

PHILEMON FROG @ Genius : 415 000, c’est considérable aux yeux de quiconque a le sens des réalités et connaît les hésitations du citoyen lambda à prendre expressément des engagements politiques. Du reste, peu importe le nombre de pétitionnaires : l’enjeu climatique va bien au-delà de cette convention. Il est devenu la 4ème préoccupation des Français après la pandémie, le terrorisme et l’emploi et surtout toutes les institutions internationales et tous les experts en font l’enjeu majeur des 50 prochaines années.

Lithopedion : Le but de cette convention était de prendre le pouls de la France d’en bas, et d’éviter de refaire le coup des gilets jaunes. Manque de pot, ces citoyens une fois correctement informés sont devenus plus verts qu’un sapin de Noël, c’était contre toute attente. Le problème est donc l’éducation des français. Oui, une fois qu’on a les bonnes données sous les yeux on vire écologiste radical, c’est un fait. Le monde court à la catastrophe, c’est un fait.

Dromois : Mais pourquoi ne pas poser les 149 propositions directement à l Assemblée Nationale ? Est ce que les députés qui devront se prononcer sont moins intelligents collectivement que le président de la République individuellement ?

Alain29 : Un échantillon tiré au sort est certainement plus représentatif qu’une chambre des députés ! Le renvoyer au niveau d’un simple groupe de travail illustre l’attitude de Macron devant ces conventionnels !

Vieux : En affirmant protéger les plus pauvres au nom d’une idéologie fondée sur le dogme de la croissance économique, on retarde leur sacrifice car il n’y a plus de croissance possible. Alors que les choses doivent être pensées autrement : l’écologie n’est pas l’ennemie de l’économie. En revanche, le capitalisme consumériste est l’adversaire de la planète. Nous vivons de plus en plus longtemps dans un monde de moins en moins habitable. Acceptabilité ou non des mesures nécessaires.

Du point de vue des écologistes, la société thermo-industrielle est inacceptable, et pourtant on nous gave de gadgets :

6 décembre 2020, Votons pour un confinement climatique

11 janvier 2020, La 3G évitable, 4G superflue, 5G inacceptable

24 mars 2019, Le nucléaire, inacceptable dans un pays démocratique

27 novembre 2017, Moins de viande, moins de tout, est-ce acceptable ?

L’équation de KAYA à la conférence climat

Plutôt que de diplomatie internationale sans effet sur le climat, la prochaine conférence sur le climat devrait expliquer à la population que tout est relié, que les politiques ne peuvent rien si la population refuse la taxe carbone, que la décroissance du niveau de vie est nécessaire et qu’il faudrait même parler de maîtrise de la fécondité humaine. Une manière simple d’expliquer ces interrelations complexes, c’est l’équation de Kaya que tous les citoyens devraient connaître. Elle met en relation le poids de l’activité humaine dans ses différentes composantes et son influence sur les émissions de gaz à effet de serre :

CO2 = (CO2 : TEP) x (TEP : PIB) x (PIB : POP) x POP => CO2
(CO2 : TEP) : contenu carbone d’une unité d’énergie (qui peut s’exprimer en TEP, tonnes d’équivalent pétrole)
Cela correspond à un choix de ressources naturelles, charbon ou gaz, électricité, énergie renouvelable ou non, nucléaire
(TEP : PIB) : quantité d’énergie requise à la création d’une unité monétaire (qui peut correspondre au PIB)
C’est l’intensité énergétique de l’économie ou inverse de l’efficacité énergétique (qui serait PIB : TEP)
(PIB : POP) : production par personne ou niveau de vie moyen
POP : nombre d’habitants.

Tout est interdépendant, on ne peut agir sur un des termes sans considérer ce qui se passe ailleurs.
– Si on divise par 3 les émissions de gaz à effet de serre, il faut aussi que l’ensemble des autres éléments soit divisés par trois. Peu importe mathématiquement ce qui est réduit.
Cette division par 3 au niveau mondial est une approximation liée à un seuil (politiquement décidé) de 2°C de réchauffement. Les dernières indications scientifiques montrent qu’il ne faudrait pas dépasser le seuil de 1,5°C d’ici 2050, soit une division par 4 (c’est-à-dire – 75%). Ce facteur 4 était envisagé par la premier ministre Raffarin dès 2003.

– La tendance moyenne d’augmentation démographique est de 30 % d’ici 2050, soit un peu plus de 9 milliards d’habitants. Il faudrait donc diviser les autres indicateurs par 4, ce qui veut dire par beaucoup plus que 4 pour les pays les plus émetteurs. On mesure les efforts à demander à la population, gigantesque, sachant qu’on ne peut avoir du succès à court terme sur l’évolution démographique étant donné son inertie.

– Avec l’hypothèse d’une croissance annuelle moyenne du PIB de 2 % sur 40 ans, il y une multiplication des richesses produites de 2,2. Notons que 2,3 % a été atteint en 2012 et 2013, et le score est encore à 2,9 % en 2018. La population selon les tendances prévues devrait être multipliée par 1,33. Il faudrait donc diviser les autres indicateurs par 9. Or le « contenu en gaz carbonique de l’énergie » a juste diminué de 10 % sur les 40 dernières années. D’autre part le découplage entre TEP et PIB se heurte à l’effet rebond.

Jean-Marc Jancovici : « Quand Bush a annoncé qu’il allait diminuer l’intensité énergétique de l’économie américaine de 18% en 10 ans, il est facile de voir que cela ne porte que sur l’un des termes de cette égalité (TEP/PIB). Et le reste ? Si la production économique par personne (PIB/POP) augmente de 25% dans le même temps (ce qui représente une croissance de 2,5% par an, soit un objectif conservateur pour n’importe quel gouvernement), avec une population (POP) qui augmente de quelques % dans le même temps (simple prolongation des tendances aux USA), et un contenu en carbone qui reste constant (assertion raisonnable compte tenu des tendances actuelles aux USA), le résultat sera une hausse des émissions de CO2, pas une diminution ! »

CONCUSION : étant donné ce qui précède, on est voué à une décroissance économique (récession, voir dépression) ET démographique (épidémies, guerres et famine) forcée qu’il s’agit politiquement de maîtriser le mieux possible. Il est donc politiquement absurde d’ignorer la variable démographique et le concept de décroissance économique lors de la COP26. La solution au réchauffement climatique passe obligatoirement par ces deux axes. Mais jusqu’à présent la variable démographique est le tabou dont il ne faut pas parler, lire sur notre blog biosphere :

22 décembre 2005, La Surpopulation, absente des résultats de la COP21

17 novembre 2015, la question démographique, un tabou

Conseil de lecture : « Arrêtons de faire des gosses (comment la surpopulation nous mène à notre ruine) » de Michel Sourrouille aux éditions Kiwi (collection lanceurs d’alerte)

Après la COP21, la (dé)route vers la COP26

12 décembre 2015, adoption par 195 pays d’un traité international lors de la COP21 visant à réduire les émissions mondiales de gaz à effet de serre afin de contenir le réchauffement climatique. Embrassades, applaudissements, larmes. L’accord de Paris sur le climat avait pour objectif de limiter le réchauffement climatique « nettement en dessous de 2 °C par rapport aux niveaux préindustriels » et prévoyait d’accroître tous les cinq ans les engagements de réduction des émissions. Qu’en est-il, cinq ans après ? Les émissions de gaz à effet de serre ont atteint, en 2019, un record historique de 59 milliards de tonnes équivalent CO2, soit une augmentation de 5 % par rapport à 2015. La concentration de CO2 dans l’atmosphère a atteint 410 parties par million (ppm) en 2020, un niveau inégalé depuis plus de 3 millions d’années. La production de charbon, de pétrole et de gaz va augmenter de 2 % chaque année jusqu’en 2030, alors qu’elles devraient diminuer de 6 % par an pour s’aligner sur l’accord de Paris. Le monde pourrait connaître un réchauffement de 4 °C à la fin du siècle.

12 décembre 2020 : Le secrétaire général de l’ONU), Antonio Guterres, a appelé le monde à « déclarer l’état d’urgence climatique », lors de l’ouverture d’un petit sommet (virtuel) censé relancer les efforts de lutte contre le réchauffement climatique. La COP26 ne se tiendra qu’en novembre 2021 à Glasgow (Ecosse).

Pour en savoir plus sur le (dés)accord de Paris grâce à notre blog biosphere :

20 novembre 2014, Paris 2015, les températures ne seront pas à la baisse

23 novembre 2014, François Hollande quitte les habits du climatosceptique

13 décembre 2014, A Lima le climat agonise, en 2015 à Paris c’est l’euthanasie

10 juin 2015, COP21, l’article le plus perspicace enfin dans la presse

« Les engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre par les pays qui en sont responsables ne seront pas tenus… Le système de gouvernance climatique mis en place voilà plus de vingt ans est complètement déconnecté du monde réel… Ce formidable hiatus, ou « schisme de réalité », en temps de crise, entre d’un côté la continuation apparente du processus démocratique et de l’autre la violence et l’arbitraire… D’un côté l’enchaînement des conférences sur le climat, de l’autre l’exploitation forcenée des ressources d’énergie fossiles et l’affirmation farouche des souverainetés… Le Protocole de Kyoto, signé en 1997 avec entrée en vigueur en 2005, n’a eu aucun effet : en 2005, le monde émettait 29 milliards de tonnes de dioxyde de carbone (CO2) ; en 2013, il en émettait près de 37 milliards de tonnes… Une forme de schizophrénie conduit les responsables politiques à rivaliser de déclarations alarmantes sur le climat tout en continuant à subventionner massivement les énergies fossiles : 5 000 milliards de dollars par an au niveau mondial.. Nous voici dans la « double pensée » imaginée par Orwell dans 1984, cette faculté à mettre en veilleuse la plus élémentaire logique pour accepter des faits contradictoires, et pour cela être capable d’« oublier tout ce qu’il est nécessaire d’oublier, puis le rappeler à sa mémoire quand on en a besoin, pour l’oublier plus rapidement encore ». » (Stéphane Foucart)

25 octobre 2015, COP21 : accord préparatoire de Bonn, le fiasco

17 novembre 2015, la question démographique, un tabou pour la COP21

26 novembre 2015, COP21 : interdire les manifs, c’est un abus de pouvoir

27 novembre 2015, COP21, manifestons à Paris malgré les interdictions

4 décembre 2015, François Hollande préfère l’état d’urgence à la COP21

14 décembre 2015, COP21, encore un succès d’apparence, le 21ème !

22 décembre 2005, La Surpopulation, absente des résultats de la COP21

17 mai 2017, COP21, un des nombreux échecs de François Hollande

11 décembre 2020, Laurent Fabius s’inquiète pour le climat (cinq ans après la COP21)

12 décembre 2020, François Hollande prévoit la catastrophe (cinq ans après la COP21)

Les commentaires sur lemonde.fr s’échauffent :

BM68 : Vous et moi nous réunissons dans un bon restaurant pour discuter et nous sommes d’accord sur l’objectif d’être heureux, riches dans un monde en paix. Chacun rentre chez soi, voilà une bonne journée de travail derrière nous. Elle est pas belle, la vie?

K.P. : Je serais toujours marqué par la phrase qu’a tenu un de mes professeurs de droit, « Si tout le monde est d’accord pour ratifier un traité international, c’est qu’au fond il ne dérange pas grand monde ». Je mets de côté Donald Trump, mais même au moment des négociations de l’accord sous Obama nous avons eu droit à un psychodrame autour de l’utilisation des termes « shall » et « should » dans la version anglaise de l’accord, c’est dire.

JPH-35 : Soyons lucides. L’accord de Paris n’était contraignant pour personne. C’est bien pour cela que tout le monde a signé.

Lacannerie : Un jolie mise en scène de vœux pieux pour mieux cacher notre incapacité collective à changer le système mortifère dont nous sommes les esclaves consentants. Les générations futures vont payer très cher notre pathétique duplicité et notre immobilisme coupable. Affligeant.

Frog : Triste espèce humaine, accrochée à ses vacances en Thaïlande, ses applications amusantes et son intérieur meublé avec le made in China nécessaire…

Peps72 : Il est évident qu’on n’est pas près de sacrifier la croissance pour les pissenlits. ranchement, on devrait sauter l’étape « transition écologique » et passer tout de suite à l’étape « résilience civilisationnelle », en contrôlant la natalité, rationnant l’eau et les ressources essentielles, et en se préparant à gérer des flux migratoires ingérables…

Brancas : Pour qu’il y est une vraie adhésion, il faudrait démontrer que les efforts faits ici ne vont pas être réduits à néant ailleurs. Que la remise en cause des voyages par avion ne serve qu’à compenser la grosse centrale chinoise fonctionnant avec du charbon australien afin de produire de l’acier exporter en Europe. Les taxes carbone sont indispensables. Mais les Gilets jaunes et les écolo-gauchistes ne veulent pas toucher au « pouvoir d’achat ». Si la Grande Bretagne prétend pouvoir baisser de 65% sa production de CO2 c’est qu’elle n’utilise plus le charbon et n’a donc plus d’industrie. La France idem.

Boltzmann : Chacun sait que la baisse des émissions demande un changement total de nos modes de vie, et que ce changement fera beaucoup de perdants sur le plan économique (baisse de salaire, de confort de vie, etc…). Tant qu’on a pas un plan clair pour transformer l’économie, mettant en œuvre baisse des émissions et conservation de l’emploi (car pour les salaires c’est foutu), personne ne se lancera.

Alex Viroth : Vu la croissance démographique, on peut s’agiter autour de « l’urgence climatique », ça ne sert pas à grand-chose.

Après la COP21, la route vers la COP26

« Il y a cinq ans, jour pour jour, après des années d’efforts collectifs auxquels je rends hommage, j’avais l’honneur et l’émotion de frapper ce petit marteau sur la tribune de la COP21 en décembre 2015 : « l’Accord de Paris est accepté ! ». Quand je repense à ces moments, trois mots : le travail intense qui l’a précédé, comme il devra précéder la COP26, l’écoute car c’est une co-construction où, selon l’esprit des Nations Unies, chacun doit être écouté, et l’ambition, car il en fallait, 29 articles, 140 paragraphes de décisions, pour définir l’objectif et les moyens de lutter contre ce tueur qu’est le réchauffement du climat. Depuis, l’Accord de Paris est devenu la référence climatique mondiale. Mais on est encore loin du compte. Les températures augmentent, des catastrophes climatiques multiples se produisent, frappant en particulier les régions et les populations précaires. Il faut donc continuer et amplifier notre action.

Depuis 2015, pas mal de choses ont changé qui rendent le chemin vers Glasgow 2021 à la fois voisin et différent de Paris. A l’époque, nous avons réussi la conjonction de plusieurs planètes : la planète scientifique et technologique, qui continue d’avancer. La planète société civile (villes, régions, entreprises, associations, tous les acteurs non-étatiques) : elle aussi est au rendez-vous, avec en particulier les mobilisations de la jeunesse. En revanche, ce qui avait fait la force de la COP21, l’union de tous les Etats du monde s’est affaiblie. Le retrait, en particulier, de la présidence américaine, a favorisé un relâchement d’autres Etats, pourtant signataires de l’Accord de Paris.

Mais depuis quelques semaines, un vent plus favorable semble souffler. La Chine, le Japon, la Corée du Sud, l’Union européenne, d’autres, riches ou pauvres, rehaussent leurs ambitions, bien qu’ils ne soient pas encore assez nombreux. La nouvelle présidence américaine va apporter toute sa détermination. L’espoir renaît. Ce sera la feuille de route de Glasgow de ne pas décevoir cet espoir, en honorant concrètement les engagements de Paris (financements publics et privés accrus, en direction notamment de l’Afrique, innovations technologiques, mesures pour l’adaptation et pas seulement pour l’atténuation, article 6, transition juste, …). Il faudra étendre notre action à tous les secteurs et être clairs sur les trois horizons à respecter : le long terme, 2050, la neutralité carbone ; le moyen terme, 2030, des engagements nationaux rehaussés ; le court terme, l’immédiat, des plans de relance « verts » et non pas « bruns », à la fois contre les conséquences de la pandémie Covid-19 et pour une société décarbonée. Et il faudra vérifier tout cela, en ligne avec nos engagements de Paris, 2 degrés d’augmentation maximale, et si possible 1,5 degré à la fin du siècle.

Chers amis, contre le réchauffement du climat, il n’y a pas de vaccin mais il y a un antidote : l’application intégrale, concrète et mondiale de l’Accord de Paris. Les clés, maintenant, ce sont l’ambition et l’action. »
Laurent Fabius, 12/12/2020 : ‘Climate Ambition Summit 2020 – Road to COP 26)

François Hollande prévoit la catastrophe

«  Le réchauffement climatique sera bien supérieur à 2 degrés Celsius d’ici à la fin du siècle. Il pourrait dépasser 3,5 degrés, voire atteindre 5 degrés. Les catastrophes naturelles, les tempêtes, les sécheresses s‘ajoutent à la dégradation irréversible de la biodiversité. Les plans de sortie de la crise du Covid doivent devenir des plans de sortie de l’économie carbonée. Il ne s’agit rien de moins que de diminuer les gaz à effet de serre de plus de 7 % par an, de 2020 jusqu’à 2030…Elu président en 2012, je n’avais pas pris alors la mesure de l’ampleur et de la rapidité de la dégradation climatique. »

C’est le constat actuel de François Hollande qui a pourtant régné entre 2012 et 2017 et organisé en décembre 2015 à Paris la COP21 sur le climat. Il livre ici son propre cheminement et parle même de conversion. A ce nouveau converti aux réalités biophysiques, voici quelques commentaires sur le monde.fr, pas très tendres envers lui :

Argonne : « Élu président en 2012, je n’avais pas pris alors la mesure de l’ampleur et de la rapidité de la dégradation climatique…. » Lire ceci sous la plume d’un ancien chef de l’État est sidérant. Confierait-on le pouvoir à des non-voyants, à des mal-entendants, à des gens moins bien informés que les lecteurs de la presse écrite ou que les téléspectateurs ? M. Hollande n’a–t-il pas entendu un de ses prédécesseurs dire « la maison brûle » (Chirac, 2002) ? N’a-t-il pas entendu parler de Al Gore ? N’a-t-il jamais rencontré Nicolas Hulot ? Ignore-t-il l’existence du GIEC ?

ChP : Ce qui compte c’est ce qui se décide lors des COP. Or il n’y s’y décide rien. Rappels : COP3 à Kyoto, décembre 1997: Objectifs: réduction de 5% des GES en 2008-2012, par rapport à 1990. En 1997 les USA ( Bush) refusent de ratifier le protocole de Kyoto. En 2012, le Canada quitte le protocole de Kyoto. COP15 à Copenhague, décembre 2009. Il doit être l’accord qui prend la suite de Kyoto, c’est un échec complet. Les parties conviennent de fournir d’ici à 2015 leurs propositions chiffrées (intentions et non engagements) de réduction des émissions de GES. COP21 à Paris, décembre 2015 : gros succès, diplomatique seulement ! Les parties s’accordent à contenir le réchauffement climatique sous la barre des 2 °C, voir même 1,5 °C. Ridicule car même les INDC (Intended Nationally Determined Contributions) conduisent à un réchauffement de 3°C. COP26 à Glasgow, novembre 2021. Devrait définir les règles de mise en œuvre de la COP21 ! A l’évidence les températures vont continuer à monter !

Ttt Ttt Ttt : C’est drôle, c’est jamais quand ils sont président et avec les pleins pouvoirs qu’ils sont lucides et efficaces! Désespérant.

Munstead : Il y a des choses qu’un président ne devrait pas dire… Saison 2. Durcir les objectifs d’un accord international que les signataires n’arrivent déjà pas à respecter est un curieux conseil. Ne pas dire comment, que faire, signale une absence de réflexion.

Bachibouzouk : D’une manière plus générale, je suis toujours sidéré de constater l’inculture scientifique du citoyen lambda, pourtant indispensable à un début de compréhension du double pb climat/biodiversité qui se pose à nous. Ex.: combien parmi vous connaissent la persistance d’une quantité x de CO2 dans l’atmosphère ? Ex.: Combien parmi vous savent quelle quantité d’O2 est produite par le plancton océanique (plancton que l’acidification des océans menace directement)? Ne pas savoir répondre à ces questions de base signifie qu’il y a un sérieux défaut d’information. Qu’on ne me dise pas que « l’info est disponible ». Certes, mais combien font l’effort d’aller vers l’info, même parmi les « écolo-sensibles »? Cela devrait être affiché sur les panneaux publicitaires à la place de pubs à la noix, à la une des journaux et au JT.

Melvin : Par contre l’âge de Kim Kardashian, le nom des enfants de Kate et William et la différence entre K-pop et Hip-Hop tout le monde connait. C’est à ça qu’on reconnait un âge d’or de l’humanité.

Electron : aucune piste proposée par Flamby. L’empreinte CO2 du français moyen est de 12t environ par an. Il faudrait d’ici 30 ans l’avoir ramené à 3. Un véhicule électrique équivalent, neuf, c’est déjà près de 10t de CO2, même si ensuite il n’émet pas. Vous rajoutez l’amortissement lié au béton de votre appartement, le CO2 induit par la consommation de viande, d’électronique, de cadeaux de Noël, le chauffage au gaz etc, et cela même sans prendre l’avion. Comment diviser sans induire une baisse drastique du niveau de vie et des millions de chômeurs ? Et si certes les riches émettent plus, le français moyen émet considérablement plus que 3t, et il est donc totalement concerné. C’est à cela qu’il faudrait s’atteler.

Pour en savoir plus sur Hollande grâce à notre blog biosphere :

17 mai 2017, COP21, un des nombreux échecs de François Hollande

4 décembre 2015, François Hollande préfère l’état d’urgence à la COP21

11 mai 2015, Le vide des appels de François Hollande sur le climat

23 novembre 2014, François Hollande quitte les habits du climatosceptique

7 mai 2012, tout savoir sur le président François HOLLANDE

Laurent Fabius s’inquiète pour le climat

« Il y a cinq ans quasiment jour pour jour – c’était le 12 décembre 2015 – la COP21 accouchait d’un historique Accord de Paris, censé, grâce à une coordination mondiale, limiter le réchauffement climatique et ses effets délétères. Je me trouvais, en tant que ministre des Affaires étrangères, à la tête de ce grand rendez-vous de l’ONU. Je regrette aujourd’hui que l’inquiétude climatique ait été reléguée derrière celle née de l’épidémie de coronavirus. Il y a un giga-paradoxe ! D’un côté, vous avez le Covid-19 et a plupart des gouvernements du monde ont pris des décisions extrêmement fortes, parfois dures en matière sociale, en matière économique, en matière de liberté, pour lutter contre la pandémie. Et de l’autre, on ne fait pas le même effort pour lutter contre la mutation climatique. Or la mutation climatique est beaucoup plus grave que le Covid, y compris en termes de santé.  Il n’y a pas de vaccin, d’accord, mais il y a un antidote. L’antidote s’appelle l’application intégrale de l’Accord de Paris. Il faut que dans les mesures de relance, e ne soient pas des relances brunes, comme on dit, mais des relances vertes ». (Laurent Fabius, Europe1, 08 décembre 2020)

En 2003 Fabius avait fait fort, laissant écrire que le PS deviendrait « le premier parti écologiste de France » (LE MONDE du 7.01.2003). Mais les Verts traversaient à l’époque une période de fortes turbulences et Fabius voulait récupérer la mise. Simple opportunisme d’un professionnel de la politique ! En 2000, le gouvernement Jospin avait présenté un programme de lutte contre le changement climatique qui avait rapidement sombré tandis que le ministre de l’économie Fabius supprimait la vignette automobile, un impôt progressif qui aurait instauré un certain malus sur les émissions de carbone. Lors du Congrès de Reims (14 au 16 novembre 2008), Fabius osait cette phrase dans sa contribution générale : « Certains ont longtemps prétendu qu’une croissance exponentielle infinie dans un monde qui ne l’est pas était possible. Nous affirmons avec force que la croissance économique et l’impératif écologique constituent un seul et même enjeu. » En novembre 2014, sa présentation aux entreprises de la Conférence Climat était désastreuse : « L’état d’esprit est que cette COP21 ne soit pas une conférence des contraintes, parce que l’une des raisons pour laquelle cette affaire ne marche pas, c’est que nous donnons le sentiment aux gens que l’on va multiplier les contraintes. »

La duplicité des hommes (et femmes) politiques est à la fois un inconvénient, mais aussi un avantage. Ils sont comme des caméléons, prenant la couleur du temps présent, croissanciste un jour mais pas croissanciste toujours, anti-écolo à une époque, champion du climat à une autre. Heureusement tous les élus ne sont pas des Trump/Bolsonaro. Le problème, c’est que nos élites édicteront ce qu’il faut vraiment faire uniquement quand leurs électeurs auront de l’eau jusqu’au genou à cause du réchauffement climatique…

pour en savoir plus sur Fabius grâce à notre blog biosphere :

18 avril 2015, Laurent Fabius, un converti du climat ? On n’y croit pas