CLIMAT. La Suède, marche arrière toute

Au début des années 1990, la Suède avait été l’un des premiers à adopter une taxe carbone. Élue en septembre 2022, la coalition composée de la droite et de l’extrême droite mène une politique qui va provoquer la hausse des émissions de CO₂ sans expliquer comment elle compte tenir ses engagements au niveau européen.

Anne-Françoise Hivert : « La promesse de la coalition de renforcer le pouvoir d’achat des ménages a entraîné un virage à près de 180 degrés sur la politique climatique. Le novueau gouvernement a ainsi décidé de réduire la part de biocarburants incorporés à l’essence et au diesel, d’abandonner les critères climatiques dans l’attribution des marchés publics, d’éliminer le système de bonus favorisant les véhicules propres ou les crédits d’impôt pour l’achat de voitures électriques. La prime qui devait encourager le covoiturage et l’usage des transports en commun pour se rendre au travail disparaît,l es subventions accordées par l’Etat aux énergies fossiles ont augmenté de 10 % en 2023 , le gouvernement mise tout sur le nucléaire alors qu’aucune centrale ne va voir le jour avant dix ans au moins. 

La loi imposait à la Suède de présenter avant la fin de 2023 un plan d’action climatique. Mais le plan proposé contient uniquement des propositions qui doivent être soumises à un examen, sans garantir qu’elles seront un jour adoptées. En gros, on remeuble un peu le Titanic, mais le navire continue de couler. »

Le point de vue des écolos pas rassurés

PHT : C’est sympa de voter pour l’extrême droite. On vous promet la sécurité et moins d’immigration. Et on fait tout pour encourager les dérèglement climatique, les guerres, et donc les vagues de réfugiés. Enfin, c’est le jeu de la démocratie formelle.

MachinBidule : Qui pourrait me donner un seul exemple de coalitions droite/extrême droite qui ne soient pas des fléaux pour l’humanité ?

Ricardo Uztarroz : Très sincèrement, y a-t-il une majorité dans un quelconque pays de cette planète disposée à faire des sacrifices pour que la vie humaine y demeure viable dans 1000 ou 2000 ans ? Alors préoccupons-nous de notre présent et laissons nos très lointains descendants le soin d’organiser leur survie. Il n’y a pas d’écologie acceptable, seulement punitive, car seule une dictature de fer pourrait imposer une décroissance car sans décroissance il n’y a pas de solution écologique.

Marius : Avant de jeter la pierre à la Suède, voyons ce qui se passe en France en janvier 2024 quand on demande aux agriculteurs de ne plus bénéficier des subventions pour leur gazole….

Michel SOURROUILLE : les choses changent, à toute vitesse, et presque jamais dans le bons sens ! En mai 2022, fort d’un bilan parmi les meilleurs en Europe en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre territoriales, la Suède s’apprêtait à adopter une loi climatique plus complète que la précédente. Elle couvrirait l’empreinte climatique globale des Suédois en y incluant l’impact des importations. En parallèle, le pays s’apprêtait à consolider son architecture institutionnelle de la planification… La droite arrive au pouvoir et on fait l’inverse.

7 réflexions sur “CLIMAT. La Suède, marche arrière toute”

  1. L’empreinte carbone de la fabrication de batteries électriques s’élève à 100 kg équivalent CO² / kWh : la subvention à l’achat ne devrait être accordée que dans le cas de véhicule équipé d’une batterie de puissance inférieure à 40 kWh, si on veut atteindre un remplacement efficace – sur le plan écologique – du parc de véhicules thermiques. En Suède, les véhicules électriques « haut de gamme » sont sur-représentés…
    On ne peut que se réjouir de l’abandon des biocarburants par la Suède: produits de l’agro-industrie, ils n’ont rien de bio, les terres agricoles doivent nourrir les hommes et non les machines.

    1. Diebolt, ne cherchez pas trop avec la logique du co2. Le co2 ne change rien à l’avenir de la planète.
      Et Le co2 n’a jamais été toxique pour aucun organisme dont le notre.
      Regardez plutôt, la pollution chimique potentielle et l’impact sur les ressources restantes.

    2. Pour l’empreinte carbone des batteries, les technophiles vous diront qu’il faut croire aux innovations qui innovent, et au Progrès qui progresse pour des siècles et des siècles amen.
      Les grosses bagnoles, fussent-elles électriques, rapportent beaucoup plus d’argent aux constructeurs que les petites. C’est uniquement pour ça qu’ON en voit partout dans les pubs, et ensuite sur les routes. Business as usual. Quant aux biocarburants, je ne crois pas que la Suède veuille les abandonner. Encore faut-il voir de quel type de biocarburant on parle.
      – La Suède, modèle de décarbonation du transport lourd par les biocarburants
      ( actu-transport-logistique.fr 01.06.2023)
      – Des municipalités suédoises fonctionnent à 98% sans énergie fossile
      ( fr.euronews.com 22/05/2023 )
      Par contre, là où il n’y a pas de quoi les féliciter :
      – La Suède souhaite relancer sa production d’uranium ( la-croix.com 22/08/2023 )

  2. Plus les difficultés viendront, plus l’écologie politique aura du soucis à se faire car les priorités les élimineront en premier.
    À force de dire n’importe quoi sans rien faire de constructif , on perd son influence et on ne sert plus à rien.

  3. – « En Suède, nous vivons comme si nous avions 4,2 planètes » (Greta en 2020)
    Si j’étais prof d’écologie et que je devais noter l’élève Greta… quelle note lui mettrais-je ?
    Vu qu’ON corrige ici le devoir sur le Climat, et donc sur le CO2 (n’en déplaise aux dénialistes et autres faux sceptiques)… si je compare aux 35 du Qatari, aux 16 du Yankee, et même aux 4,9 de Mézigue (Français Moyen) je peux déjà dire que les 3,82 TONNES CO2 de Greta (Suède 2021) c’est pas mal du tout. D’autant plus si je tiens compte des progrès dans la diminution (12 en 1970 ; 6,8 en 1990 etc.). Greta mérite donc une très bonne note. Des encouragements, une médaille, le Tableau d’Honneur et en même temps.
    Maintenant si je compare Greta à d’autres élèves, notamment au Nigérien avec ses misérables 100 kilos (0,1 T), là je suis bien obligé de revoir ma copie. ( à suivre )

    1. ( suite ) Mais ON s’en fout du Niger et de tous ces autres misérables, c’est pas eux qui posent problème, n’est-ce pas ? Oh mais si quand même, dira t-ON …
      Ben non voyons soyons logique, vu que c’est «nous» les riches qui fixons les critères de notations, les règles du jeu et tout et tout. Et puis c’est pas comme ça qu’ON résonne, non ?
      Même ici sur ce blog, le réchauffement climatique ça commence à bien faire… n’est-ce pas ?

      – « Même si tous les Français se suicidaient et patati et patata » (lu X fois sur Biosphère)
      – « La France représente 1 % des émissions de CO2 : nous n’avons pas à sacrifier l’industrie française sur l’autel de la lutte contre le réchauffement climatique. Que les Américains et les Chinois commencent. » (Zemmour 7 février 2022 sur France Inter)
      ( à suivre )

      1. ( suite et fin )
        – « L’écologie, ça commence à bien faire » : la montée de la menace « climato-populiste »
        (nouvelobs.com 22 décembre 2023)
        – CNews. Pascal Praud suscite l’indignation après des propos jugés misogynes et climatosceptiques (ouest-france.fr 07/05/2019)

        Comme quoi même l’indignation ne suffit pas. Ce misérable Praud, qui bien sûr se défend d’être d’extrême-droite. Et combien d’autres comme ça !?
        Eh oui brave gens, il y a déjà un moment que la bête immonde pointe sa sale gueule, même chez «nous» en Gaule. Et «nous» qu’est qu’ON FAIT ? Eh ben comme des cons ON la laisse faire… ON l’écoute raconter ses saloperies, «liberté d’expression» oblige !
        Et en même temps ON se bouffe le nez, sur tout et n’importe quoi, PRO ceci ANTI cela…
        Bref, ON fait tout pour la faire progresser. Misère misère !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *