sciences et techniques

OGM, limites de la recherche-développement

A un scientifique versé dans les biotechnologies végétales, on peut objecter cette remarque préalable : devenir un spécialiste dans un domaine empêche trop souvent d’élargir son point de vue. Se présenter du haut de sa chaire, « écoutez-moi je suis un grand scientifique et j’ai fait plein de choses pour les OGM », cela peut irriter dès le départ et entraîner un blocage inter-relationnel. Sans compter l’accusation de « conflits d’intérêt » ! Il suffit de se rappeler le refus total de Jacques Testart (et d’autres) de participer à un débat contradictoire avec l’AFBV (association française de bio-technologie végétale). Le blocage est bien installé car les pro-OGM sont considérés comme dogmatiques, enfermés dans leurs certitudes de chercheurs es techno-science. Cf les archives biosphèrique :

à qui profitent les OGM ? Débat entre Deshayes et Testart (2013)

Tout savoir sur la perversité des pro-OGM (2020)

Sur le fond de la question technologique, le blocage résulte de la difficulté de fixer des limites à l’application dans la vie courante de découvertes scientifiques. A l’extrême règne pour certains le principe d’innovation, une croyance aux bienfaits du progrès technique totalement opposée au principe de précaution : tout ce qui a été inventé doit avoir son application (même la bombe atomique). A l’autre bord extrême, d‘autres vont dire qu’il fallait s’arrêter à l’épée pour en rester au contact direct pour faire la guerre et au cheval de labour pour garder le lien avec la nature. Choisir un moyen terme entre le retour à la bougie et la conquête de Mars reste une interrogation qui reste sans réponse si ce n’est par le débat démocratique. L’introduction d’une nouveauté parmi les Amish, soumise entre eux à controverse « en présentiel », montre que si on dialogue vraiment, on en reste à des techniques très simples. Par contre les lobbyistes de l’appareil techno-industriel veulent nous faire gober la dernière nouveauté à la mode (qu’ils fabriquent eux-mêmes par la publicité et la médiatisation) ; dans ce cas il n’y a plus de frein au « progrès » technique, c’est le « sans limites » qui mène la société thermo-industrielle à sa perte. Technophiles contre technophobes, impossible de concilier les points de vue alors qu’il y a bien un entre-deux, le monde n’est pas en blanc et noir. Des tentatives de trouver le seuil à partir duquel une technique devient contre-productive ont été faites ;, les appellations diffèrent, mais il y a la même idée directrice, Mumford distingue technique démocratique et technique autoritaire (1962). Ivan Illich parle d’outil convivial ou non. Teddy Goldsmith utilise les termes, techniques « enchâssées » contre techniques « branchées ». Ted Kaczynski parle de technologie cloisonnée et de technologie systémique. En termes plus simples, on peut parler de techniques douces et de techniques dures.

Voici par exemple la position de Theodore J. Kaczynski : « Nous faisons une distinction entre deux types de technologies : la technologie cloisonnée et la technologie systémique. La première, qui se développe au niveau de petites cellules circonscrites, jouit d’une grande autonomie et ne nécessite pas d’aide extérieure. La seconde s’appuie sur une organisation sociale complexe, faite de réseaux interconnectés. En ce qui concerne la technologie cloisonnée, aucun exemple de régression n’a été observé. Mais la technologie systémique peut régresser si l’organisation sociale dont elle dépend s’effondre. »

En termes contemporains, on peut parler de low tech :

Bihouix, Low tech contre High tech (2019)

Résilience, un passage nécessaire par les low tech (2014)

Venons-en au débat spécifique sur les OGM. Ce blog biosphere a présenté plusieurs fois cette controverse, entre autres :

équivalence en substance des OGM, manipulation du réel (2017)

dialogue avec un partisan des OGM, membre de l’AFBV (2011)

Conclusion : La seule ambition d’une recherche éthique en matière technique, c’est de se contenter de développer la connaissance, et non d’asservir les autres humains ou la Nature. L’objectif de la recherche sans développement, c’est de rendre le monde plus intelligible, pas de le transformer. En janvier 2005, tout début de ce blog biosphere, Il n’y avait que trois articles dont celui-ci, « Quelle recherche ? ». Cet article ne semble pas avoir vieilli :

« Il faudrait considérer la recherche non comme un tout dont l’objectif serait d’accaparer au moins 3 % du PIB, mais comme des études spécifiques dont les domaines d’application seraient réellement utiles et sans danger pour la société humaine et pour le reste de la planète. Par exemple, faut-il financer principalement la biologie moléculaire et les OGM ou faut-il favoriser la recherche des naturalistes sur les avantages de la biodiversité dont on nous a rappelé lors de la dernière conférence internationale à Paris qu’elle était en péril extrême. Faut-il consacrer plus de 80 % du financement de la France en matière d’énergie à la recherche nucléaire et laisser seulement quelques miettes pour les énergies renouvelables. Faut-il toujours plus de recherche en tous genres sans s’interroger sur les risques pour la santé humaine de nos applications techno-scientifiques alors que nous accumulons déjà des tas de produits chimiques dans notre corps et que les cas de cancers et d’allergie se multiplient. Finalement notre polarisation sur d’éventuels sauts technologiques dans la recherche à la mode (une mode déterminée par les industriels) nous empêche de consacrer toutes nos forces et notre attention à l’endiguement des dégâts que nous infligeons aujourd’hui à notre planète, donc à nous-mêmes. Le débat politique ne peut plus porter sur une enveloppe financière globale qui va sauver quelques emplois de chercheurs, mais sur notre manière de penser et de vivre qui pèse beaucoup trop sur la Biosphère et pénalise le sort des générations futures. »

L’écran pharmakon, à la fois remède et poison

L‘objet technicisé à outrance est à la fois la solution à un problème et la source d’un nouveau, conséquence de la résolution du premier. L’écran n’échappe pas au statut de pharmakon, remède et poison. Exemple.

2018, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) intègre le jeu vidéo à sa classification internationale des maladies (« trouble de l’usage »). Dans notre société de l’excès, la numérisation des relations entraîne dégradations du cerveau par captation de l’attention, du sommeil, de la vue et même troubles du comportement. Le monde numérique est un cocon dont il est difficile de sortir, une source d’addiction à l’égal du tabac ou de l’alcool.

2021, dans le contexte du confinement, L’OMS promeut lusage des écrans, notamment pour faire du sport ou gérer son stress. Face aux « mises à distance physique », la numérisation du lien s’est révélée une aide, les écrans deviennent un espace relationnel de substitution. Le télétravail évite de longs et coûteux trajets.

Difficile dans ce contexte de définir un discours cohérent bénéfices/risques, de faire admette des périodes sans écran, de définir des limites en tant que parent. Cet exemple particulier de la schizophrénie de notre époque, cultivant en même temps le bien et le mal, n’est pas nouvelle et accompagne toutes nos innovations humaines. Dans le Phèdre, Platon, persuadé de la supériorité de l’instruction par le discours oral et vivant sur l’écrit, comparait déjà l’écriture à une « drogue » (pharmakon : poison). Derrida proposera, quant à lui, que l’écriture relève à la fois d’un remède et d’un poison. C’est toute l’ambivalence du mot grec pharmakon, on choisissait une victime expiatoire pour trouver le bien. Nous avons aussi ait le choix du feu, une impasse avec un précipice au bout par manque de ressources fossiles. Le choix « vapeur-chaleur » qui a été fait il y a deux siècles allait fermer toutes les ouvertures qu’offrait l’usage durable des énergies renouvelables. Aujourd’hui c’est le choix des écrans et la décérébration à grande échelle.

Concluons avec Dmitry Orlov : «  En dernière analyse, peut-être que nous, et toute la vie sur Terre, aurions été davantage en sécurité si les êtres humains n’avaient pas évolué vers le langage. L’usage de la connaissance qu’offre le langage, poussé à son extrême, nous permet seulement de parvenir à un plus haut niveau général de stupidité suicidaire (…) Avec la diffusion de l’écriture, la charge de la mémoire a été allégée. La facilité avec laquelle l’information peut être récupérée par les moteurs de recherche a réduit la quantité de renseignements que les gens retiennent. Commencez à marcher avec une béquille, et vous développerez une claudication. Un second effet délétère de l’alphabétisation est qu’elle cause une profusion débridée d’informations sans entraîner un accroissement de la connaissance. La plupart des individus ne possèdent plus de connaissance réelle, mais véhiculent simplement de l’information. La conséquence paradoxale de ce trop-plein est que tout le monde se voit contraint de patauger dans la confusion, en devenant de plus en plus impotent. Il y a un danger que la culture numérique s’achève avec des groupes humains agrippant désespérément leur portable en panne, ne sachant plus où ils sont, qui sont les autres, ni même où déjeuner. »

Voiture autonome et démesure technologique

Du point de vue des écologistes, l‘innovation technologique nous amène à une impasse. Même le journal LE MONDE doute maintenant : La voiture autonome de la folie à l’âge de la raison (10 avril 2021). Extraits : « En 2015, on rêvait que des « robots-taxis » remplaceraient bientôt les chauffeurs d’Uber. Ou que la voiture des particuliers deviendrait autonome. En 2015, Elon Musk, estimait que cette perspective « est un problème réglé, nous savons exactement quoi faire et y arriverons dans quelques années ». En 2016 l’institut McKinsey disait que 15 % des véhicules vendus en 2030 seront « totalement autonomes ». En décembre 2020, McKinsey écrit que les voitures autonomes de niveau 5  «  ne seront disponibles ni techniquement ni commercialement dans l’avenir prévisible ». Faire rouler une voiture sans chauffeur se révèle plus difficile que lancer une fusée… »

commentaires sur le monde.fr

Credo Quia Absurdum : Une telle débauche d’intelligence humaine et de moyens financiers pour un gadget inutile qui renforcera encore la fragilité de nos sociétés, où tout s’arrête à la moindre coupure de courant ou cyberattaque. Lamentable et obscène quand on pense à l’utilisation qui pourrait être faite de ces ressources.

Laurent : L’autonomie de la voiture, cela risque de coûter tellement cher que les personnes qui pourront se payer pourront aussi bien se payer une voiture normale et le chauffeur qui va avec.

Tarnais : Et l’environnement dans tout ça ? La voiture autonome généralisée dans le monde nécessiterait la fabrication de centaines de millions de capteurs et calculateurs supplémentaires, impliquant minerais, usines, déchets, etc. Elle augmenterait la consommation d’énergie, aussi bien au stade de la fabrication qu’à celui de l’exploitation.
Elle générerait partout des transmissions par ondes qui ne seraient sans doute pas sans effet sur la biodiversité. Elle accélérerait l’obsolescence des véhicules. Enfin, et c’est peut-être le pire, elle signerait quasiment l’arrêt de mort des transports ferroviaires, puisque ceux-ci perdraient leur atout essentiel par rapport à la voiture, celui de pouvoir se déplacer tout en faisant autre chose. Pour les industriels et les financiers qui se moquent complètement de l’environnement, la voiture autonome n’est qu’un relais de croissance.

Hugues : Une vraie flotte de véhicules autonomes permettraient de régler le problème des « derniers kilomètres » des transports en commun. Le TGV va beaucoup plus vite qu’une voiture et coûte moins cher (quand on compte bien tout), en revanche, il faut allez de chez soi à la gare.

Zahnstocher @Hugues : e que vous conseillez s’appelle un taxi. Ça fait moins rêver, mais ça consomme moins de ressources naturelles qui s’épuisent et utilise ce que nous avons en trop grand nombre : des humains.

Trismus : « Une alternative est le convoi de camions autonomes mené par un chef de file avec chauffeur ». Çà existe déjà et ça roule sur des roues et des rails en acier. Çà s’appelle un train !

Michel SOURROUILLE : Du point de vue des écologistes, la voiture autonome et les robots-taxis sont un des signes que notre démesure technologique arrive enfin au bout de ses fantasmes. On a voulu nous faire croire qu’après avoir artificialisé complètement la nature, les humains n’attendaient qu’une chose, remplacer les humains par des machines. Cela n’a été rendu possible que par l’abondance énergétique (charbon, pétrole, gaz…) qui nous a donné profusion d’esclaves mécaniques, à commencer par le lave-linge. Avec la descente énergétique inéluctable qui s’annonce puisque nous allons connaître une descente énergétique par disparition des ressources fossiles, une énergie non renouvelable dont nous extrayons les derniers lambeaux du ventre de notre Terre-mère. Sans compter que la lutte contre le réchauffement climatique implique qu’il faudrait laisser beaucoup de ces donc du diable sous terre afin de ne pas accentuer les émissions de gaz à effet de serre. Trop de monde croit encore au « progrès technique » !

Ulugh Beg :Soyons fou, faisons de l’anticipation : – les super-constellations de satellites type Starlink ne seront pas rentables, la voiture autonome pour tous et partout ne sera jamais une réalité, la filière hydrogène sera durablement limitée à des marchés de niche (flottes, camions, trains..), un humain ne mettra pas le pied sur Mars avant 3160, – il y aura des black-outs en Europe dès la 2e moitié de la décennie, l’Europe sera loin de l’objectif 2050 pour ses émissions de GES.

Commentaire de biosphere : Le véhicule autonome est une « opportunité » pour des mobilités « plus propres et plus solidaires », croit fermement le gouvernement. Dans un rapport, le think tank La Fabrique écologique arrive à la conclusion contraire : les « discours prometteurs » cachent « des conséquences écologiques potentiellement catastrophiques ». L’étude relève ainsi un « contraste important » entre le « fantasme » d’un véhicule au service de la mobilité durable et la perspective probable d’« une entreprise énergivore, polluante, consommatrice de ressources et d’espaces, coûteuse et risquée pour les libertés publiques ».  La voiture autonome sert d’alibi pour renforcer la présence de la voiture tout court . Du point de vue des écologistes, nous pensons que faute de carburants fossiles on va vers un dévoiturage inéluctable, que la voiture individuelle soit thermique, électrique, autonome ou à vapeur.

Covid, sauvons d’abord femmes et enfants !

Tri médical, un bon ou un mauvais choix ? Le 28 octobre 2020, Emmanuel Macron annonçait aux Français le deuxième confinement :  L’objectif, c’est de protéger nos soignants. Si nous ne donnons pas aujourd’hui un coup de frein brutal aux contaminations, les médecins devront choisir, ici entre un patient atteint du Covid et une personne victime d’un accident de la route, là entre deux malades du Covid. » Depuis la boussole ne varie pas. « Nous ne laisserons pas saturer les hôpitaux. Nous ne laisserons pas les médecins en situation de devoir trier les malades, c’est impossible », a affirmé le 30 mars 2021 le ministre de la santé, Olivier Véran. « Il y a une ligne rouge absolue, c’est le tri des patients », a tenté de convaincre Bruno Le Maire. Mais le ministre de l’économie ajoute que le gouvernement devait aussi éviter des actions aux « conséquences sociales, économiques, humaines, morales qui soient trop lourdes ». En clair, le degré d’acceptabilité du confinement dans l’opinion compte autant que la possibilité d’un triage des malades.

Les soignants concernés par les réanimations en chaîne estiment que c’est au gouvernement de prendre ses responsabilités : « Il y a un an, Emmanuel Macron disait : « Nous sommes en guerre. » Chacun sait qu’il n’y a pas de guerre propre et que les dégâts collatéraux de cette crise dépassent la dimension sanitaire, puisque son impact est aussi économique, sociétal, psychologique et philosophique. Ce n’est pas tant la stratégie de réponse sanitaire qui est en cause. Ce qui est en cause, c’est l’absence de transparence sur ses conséquences. Le gouvernement a choisi une stratégie et il doit en assumer les arbitrages devant la société tout entière. En la matière, il se doit de prendre la responsabilité des conséquences de sa stratégie. » En fait l’exercice de la médecine se fait en conformité avec les moyens dont dispose le médecin, et cela est très différent d’un endroit à un autre. De plus le comportement des malades est aussi un fait incontournable. Combien d’hospitalisations abusives en réanimation ? Dans certains hôpitaux, au moins 25 % ? Mais certaines personnes que nous saluons pour leur courage et leur exemplarité ont pratiqué un auto-tri en refusant la réanimation. Il n’existe aucune convention internationale qui fixe le contenu de la déontologie médicale. Celle-ci est réglementée au niveau national par les règlements des associations des professionnels de santé, qui assurent également les sanctions disciplinaires au sein de la profession. L’Association médicale mondiale (AMM) a cependant adopté en novembre 1983 un Code international d’éthique médicale dont voici ce qui a trait à la protection des blessés et malades (Article 12) :

3) Seules des raisons d’urgence médicale autoriseront une priorité dans l’ordre des soins.

4) Les femmes seront traitées avec tous les égards particuliers dus à leur sexe.

Lorsque le Titanic a heurté un iceberg le 15 avril 1912, le capitaine a ordonné aux hommes de laisser les femmes et les enfants embarquer en premier à bord des canots de sauvetage. Il a également donné comme consigne de tirer sur tout homme qui désobéirait à cet ordre. Par conséquent, 70% des femmes et des enfants présents à bord du paquebot ont pu être sauvés, contre seulement 20% des hommes. Le Titanic a plutôt été l’exception à la règle, des chercheurs ont analysé une base de données contenant des informations sur les 18 plus grands naufrages survenus entre 1852 et 2011. Ils en ont conclu que les enfants affichent le taux de survie le plus faible, alors que ce sont les membres de l’équipage et les capitaines qui présentent le taux de survie le plus élevé. C’est la règle du «chacun pour soi» qui l’emporte quand la situation devient dramatique.

Pour en savoir plus sur le point de vue des écologistes :

10 décembre 2020, Priorisation, tri médical, des gros mots ?

Extraits : L’obligation de sélection est un mot-clé pour comprendre les sociétés complexes. Tout le monde ne peut pas gagner à l’Eurovision, tout le monde ne peut pas entrer librement à l’École Normale Supérieure, tout le monde ne peut pas diriger une multinationale, tout le monde ne peut pas devenir milliardaire. Mais « sélection » est un gros mot, utilisé ad nauseam par le système concurrentiel qui est le nôtre. Nous préférons l’idée écologique de « sens des limites », et de cela tout le monde devrait en être conscient. Nous devrions mettre en place collectivement une sobriété partagée et ce dans tous les domaines, y compris pour notre dernière heure…

CLIMAT, la solution passe (pas) par Bill Gates

Biosphere : Bill, tu n’es vraiment pas réaliste, la généralisation du niveau de vie américains nous mène à la catastrophe climatique et à l’effondrement de la civilisation thermo-industrielle.

Bill Gates : Je reste optimiste. Plus on s’éloigne de l’équateur, plus ce sera possible de s’adapter au réchauffement climatique. Mais je suis bien d’accord sur un point, si on ne fait rien, on aura cinq fois plus de morts par an que la pandémie actuelle à ses pires moments.

Biosphere : Bill Gates, écoute-moi, toi un nucléocrate, n’oublie pas les déchets nucléaires, l’insécurité des centrales, l’impasse de la 4e génération…

Bill Gates : Les nouveaux réacteurs nucléaires sur lesquels nous travaillons, avec un refroidissement par le sodium, seront beaucoup moins chers et plus résistants. Dans cinq ans, on devait même avoir un réacteur pilote en Chine, mais cet accord a été annulé. L’espoir fait vivre, je vis d’espoir..

Biosphere : Tu radotes, dormez tranquilles la technologie qui n’existe pas encore va nous sauver. Je crois vraiment que tu es instrumentalisée par les milieux d’affaire, trop content avec toi de rassurer les populations à bon compte. D’ailleurs tu ne parles jamais de sobriété. Tu n’as pas encore compris qu’il nous faut changer radicalement nos modes de vie et de consommation, surtout dans les pays développés.

Bill Gates : Bien sûr, les émissions par habitant sont très élevées aux États-Unis, mais le niveau de vie des Américains n’est pas négociable. Rien ni personne ne m’empêchera de rouler dans ma Porsche électrique. En fait les problèmes viennent des pays à revenus intermédiaires. En Chine ou en Inde, les gens ont aussi le droit d’avoir l’électricité la nuit, le chauffage ou la climatisation, tout ce que nous considérons comme des acquis. Il faut donc se mettre d’accord sur le fait que le monde aura besoin de plus d’acier, de ciment ou d’énergie.

Biosphere : Tu finances des technologies de rupture, mais elles ne seront pas prêtes avant longtemps, si elles le sont un jour ! Face à l’urgence climatique, ne faut-il pas plutôt investir dans celles qui existent déjà ?

Bill Gates : Je suis un visionnaire, il faut travailler sur les sujets de plus long terme, comme l’acier, le ciment ou l’aviation.

Biosphere : Ah ! Tu prends encore l’avion, ce « plus lourd que l’air » qui carbure aux fossiles ?

Bill Gates : On pourra un jour utiliser des avions électriques pour des courtes distances. Pour mon propre avion, j’utilise un kérosène entièrement végétal, c’est un green premium * très cher. Les pays riches ont la responsabilité d’utiliser leur puissance d’innovation pour inventer des solutions. Si on arrive à baisser drastiquement le prix des green premium, idéalement de 95 %, même les habitants de l’Inde pourront construire autrement, cultiver autrement, voyager autrement.

Biosphere : Je parie que tu vas me dire que la taxe carbone n’est pas une bonne solution.

Bill Gates : Une taxe carbone généralisée à tous les produits serait la solution la plus simple, mais ce n’est pas faisable politiquement. J’ai personnellement une empreinte carbone scandaleusement élevée, mais j’ai les moyens de financer des mécanismes de compensation de mes dépenses. Ah, si tout le monde pouvait faire comme moi !

Biosphere : Tu es un gros mangeur de burgers, je suis sûr que tu as aussi prévu de les manger sans viande.

Bill Gates : La viande cultivée permet d’avoir un produit similaire du point de vue de la qualité, avec un prix plus faible. C’est une amélioration du point de vue environnemental et du point de vue du bien-être animal. Je t’invite à essayer.

Biosphere : Merci bien, je préfère la polyculture liée à l’élevage. Quant aux technologies bas carbone, on se passe des énergies fossiles mais on dépend des métaux rares. Cette fois tu ne pourras pas me dire le contraire.

Bill Gates : Les terres rares ne sont pas si rares que ça. Avec l’innovation, on pourra en utiliser moins, trouver d’autres approches. Aujourd’hui, on en exploite ailleurs qu’en Chine, on le fait de manière responsable. Je ne pense pas que la disponibilité de ces matériaux soit un facteur limitant.

Biosphere :Tu reste donc un incorrigible technophile, bercé par ton passé Microsoft, incapable de voir les réalités biophysiques, pic pétrolier, pic des métaux, pic de tout.

Bill Gates : Peut-être, mais je suis aussi un humaniste. Avec ma fondation, on rêvait de réduire de moitié la mortalité des enfants : objectif atteint. Pour le défi climatique, je concède que ma pensée relève de l’acte de foi.

Biosphere : Tout est dit, tu verses dans la croyance. Alors je te raconte cette parabole, l’histoire d’une petite fille qui fait un dessin. La maîtresse lui demande ce qu’elle est en train de tracer. La petite fille lui répond qu’elle est en train de dessiner Dieu. La maîtresse lui fait remarquer que l’on ne sait pas à quoi ressemble Dieu. Elle lui répond alors que tout le monde le saura quand le dessin sera terminé.

* green premium, surcoût lié à l’usage d’une technologie propre par rapport à son équivalent fossile

Voiture autonome, autonomie de la technique

Le véhicule autonome est une « opportunité » pour des mobilités « plus propres et plus solidaires », croit fermement le gouvernement. Dans un rapport, le think tank La Fabrique écologique arrive à la conclusion contraire : les « discours prometteurs » cachent « des conséquences écologiques potentiellement catastrophiques ». L’étude relève ainsi un « contraste important » entre le « fantasme » d’un véhicule au service de la mobilité durable et la perspective probable d’« une entreprise énergivore, polluante, consommatrice de ressources et d’espaces, coûteuse et risquée pour les libertés publiques ».  La voiture autonome sert d’alibi pour renforcer la présence de la voiture tout court . Du point de vue des écologistes, nous pensons que faute de carburants fossiles on va vers un dévoiturage inéluctable, que la voiture individuelle soit thermique, électrique, autonome ou à vapeur. En attendant, technophiles et techno-sceptiques s’écharpent sur le monde.fr :

César Bistruk : Les media redécouvrent le Paradoxe de Jevons*, théorisé en 1865. Mêmes causes (innovation et technologies plus efficaces), mêmes effets (augmentation de la consommation d’énergie). Il faudrait pour y échapper restreindre volontairement l’usage de ce nouveau type de mobilité. Je doute que cela soit faisable, politiquement. Mais sait-on jamais ?

GERONIMO : Quel obscurantisme moyenâgeux à tous les étages ! Ça devient grave. On résume : 1/ Le véhicule autonome sera un espace de vie où l’on peut à la fois travailler avec des amis ou se reposer. Quel scandale en effet. 2/ Pourrait inciter les ménages à s’installer plus loin de leur lieu de travail. Quelle horreur de ne pas vouloir s’entasser dans des tours en banlieue. 3/ Inciter à laisser rouler leur véhicule à vide pour éviter de payer une place de stationnement. Mais quel cerveau TORDU a imaginé un truc pareil ? Bref, article délirant. Et si vous essayez les chars à bœufs histoire de vivre avec votre temps ?

Martin-s : Nous sommes très proches du pic pétrolier (2030), donc le temps de voir arriver ces bestioles autonomes le problème ne se posera même plus (car la disponibilité énergétique va rapidement décroître. Chers amis, merci de prendre une heure pour regarder la vidéo de Jancovici « Pourquoi certains commentateurs ne comprennent-ils rien aux questions d’énergie ? ». C’est important que vous le fassiez, merci !

Domnick : La voiture a détruit les emplois et la vie locale ; elle a reconfiguré l’espace urbain au profit des centres commerciaux sans âme, rendant tous les abords de villes identiques. Les villes moyennes sont mortes, ou abandonnées à une population déshéritée et traficottante. Elle a rendu possible d’habiter très loin de son lieu de travail : de nombreux jeunes couples s’installent à la campagne, faisant de nécessité vertu : ils n’ont de toute façon pas les moyens d’habiter plus près. Alors ils invoquent « le bon air pur », et passent leur WE a sillonner les routes du Lot, du Tarn, de l’Aveyron etc (dont ils ne regardent plus les paysages) pour conduire leurs enfants à leurs diverses activités, parfois une par soir : on a fait des enfants des consommateurs parfois contraints, d’activités pseudo-culturelles (judo, danse, piano, foot….), alors qu’une ou deux d’entre elles suffiraient amplement. La voiture a offert bien des avantages, mais nous en avons usé immodérément.

Reggio : Voiture autonome, un exemple quasi-parfait de la fuite en avant dans la technologie…Maintenir à tout prix un hyper-consumérisme de masse désastreux en donnant l’illusion que tout va continuer, en bien mieux évidemment…

alainb : L’amélioration des conditions de vie a toujours résulté de la découverte de nouvelles sources d’énergie. Il en faut toujours plus pour réduire les inégalités, premier combat de la période que nous vivons. Vers 2050 ont pourrait commencer à bénéficier de la fusion nucléaire, énergie propre, quasi illimitée en plus de toutes les autres solutions technologiques… ça pourrait marcher surtout si on apprend à gérer la crise démographique principale source de rejet de CO2…

Dtc : Rien de nouveau. Avec une population allant croissant, il est évident que la baisse des émissions passe par une baisse de la natalité, le développement des logements collectif voir des dortoirs (encore plus économes) la suppression de toute possession privé et l’utilisation exclusive de biens communs et partagés (transports, logements, équipements, vaisselles, vêtements, …), la fin de l’avion et du tourisme, la fin des loisirs et du travail émettant des GES… Il est aussi évident que ça ne va pas faire rêver grand monde. Donc on continuera à réchauffer et la raréfaction des ressources alimentaires permettra in fine de réduire la population dans des conditions dramatiques. Reste à savoir quel sera le moindre mal. En attendant, on continue de rêver avec 3 éoliennes, 2 panneaux solaires et une isolation du bâtiment comme si cela allait résoudre le problème. Questions : les écolos au pouvoir seraient-ils prêt à interdire l’avion et la voiture individuelle en France ?

Michel SOURROUILLE : A quel moment une technique devient-elle contre-productive se demandait Ivan Illich. Philippe Bihouix, dans son livre « l’âge des low tech » constatait qu’un million de véhicules autonomes exigeraient autant d’échanges de données que trois milliards de personnes connectées sur leurs tablette. Impossible techniquement à mettre en œuvre ! ll nous faut arriver à définir collectivement quelles sont les limites de l’innovation technique, il nous faut rechercher une norme du suffisant. Le problème du monde super-branché qui nous est imposé, c’est que le mythe du progrès technique infini s’est implanté (par la publicité et le lobbying) dans le crâne de beaucoup de nos contemporains et les commentateurs sur lemonde.fr ne font pas exception : « Il n’y a pas de limites, et vive la voiture autonome, peu importe toute analyse contraire. » Que l’étude soit commanditée par la SNCF ne devrait pas être une fausse justification pour ne pas aborder l’essentiel, la question de notre démesure !

Electron : Si l’on comprend entre les lignes du rapport, une bonne partie des craintes concerne l’effet rebond, c’est à dire une augmentation de la circulation qui contrebalancerait les gains liés à l’efficacité et à l’électrification du système. Solution: une taxe carbone efficace.

* Paradoxe de Jevons : Stanley Jevons a analysé la dépendance de l’économie britannique à l’égard d’un charbon bon marché, mais épuisable dans The Coal Question (1865). Il trouve ailleurs que dans la  terre un facteur limitatif de la production. Le charbon n’est pas un fonds renouvelable, mais un stock (les ressources minières) dont la perspective de l’épuisement annonce un avenir autrement plus sombre que l’état stationnaire : le déclin ! Jevons formule alors le paradoxe qui a gardé son nom : l’accroissement de l’efficacité technologique dans l’utilisation d’une ressource naturelle comme le charbon ne réduit pas la demande pour cette ressource, mais l’accroît au contraire. La consommation est déchaînée par l’accélération technologique du fait de la baisse des coûts que celle-ci entraîne : « Le système économique accroît indéfiniment notre richesse et nos moyens de subsistance, et conduit à une extension de notre population, de nos productions, de nos échanges, qui est appréciable dans le présent, mais nous mène nécessairement vers une fin prématurée ».

Détechniciser le surdéveloppement technique

Il nous faut construire, du latin dis-, indiquant la séparation ou même la négation. Il nous faut tous devenir adepte de la Déconstruction du système thermo-industriel , il nous faut pratiquer toute la palette des «  », consommation, mobilité, mondialisation, nucléariser, surbaniser, voiturer… pour lutter contre le règne des SUR (surabondance, surcommunication, surconsommation, surdéveloppement, suremballage, surendettement, suréquipement, surmédicalisation, surpâturage, surpêche, surproduction…). En d’autres termes, il nous faut réduire nos besoins et reconsidérer nos pratiques. Rajoutons aujourd’hui à notre liste le terme techniciser. faire perdre son caractère sur-technique à notre environnement matériel.

Le terme « Détechnicisation » n’est pas encore connu du journal LE MONDE. Cette expression a été proposé par D. Wolton : «  détechnicisation de la communication au profit de la relation », c’est-à-dire moins d’outils et plus de temps consacré au face à face. L’information est du domaine de la transmission des données, du sens unique A vers B ou B vers A. La communication doit donner confiance, transmettre un message construit, pensé, pesé ; on se situe dans l’ouverture à l’autre, la possibilité du dialogue et de l’explicitation. L’information est caractérisée par l’instantanéité, la communication par la longue durée. Les mails ne peuvent plus arriver à gérer des situations complexes. D’autant moins que l’avalanche des mails nous oblige à instaurer des filtres qui trop souvent reposent sur notre propre système de valeurs, sur notre propre vision du réel. Faire cohabiter l’ensemble de nos perceptions est devenu impossible avec l’usage des techniques numériques. La moindre pensée écologiste déposée sur la toile se retrouve dans un fouillis innommable de remises en cause diverses depuis les climato-sceptiques jusqu’aux ayatollahs du progrès technique adeptes du croissancisme. Détechnicisons nos pensées et nos actions.

Le terme détechniciser n’était pas employé au début des années 1970, on parlait plutôt de techniques douces contre les techniques dures. Dans une société vernaculaire, la technique est « enchâssée » dans les relations sociales, elle est socialement contrôlée et écologiquement appropriée. Quand les Portugais ont introduit le mousquet dans le Japon du XVIe siècle, son emploi fut désavoué et il fallut attendre longtemps avant qu’il soit autorisé à remplacer les armes traditionnelles. Son efficacité en tant qu’instrument de guerre n’était pas mise en doute. Mais il ne  correspondait pas à la tradition culturelle japonaise, pour laquelle l’utilisation d’un engin permettant à un gamin de tuer un samouraï chevronné était tout à fait inadmissible. Le mixer électrique extrait les jus de fruits en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Quelle merveille ! Mais il suffit de jeter un coup d’œil sur le fil électrique pour s’apercevoir qu’on est en face du terminal domestique d’un système mondialisé. L’électricité arrive par un réseau de lignes alimenté par des centrales nucléaires dont l’approvisionnement en uranium dépend principalement du Niger. L’ensemble de la chaîne ne garantit un approvisionnement adéquat et rapide que si chacun des maillons de cette chaîne de production est encadré par des bataillons d’ingénieurs reliés aux administrations quand ce n’est pas à l’armée. En mettant le mixer en marche, on n’utilise pas simplement un outil, on se branche sur tout un réseau de systèmes interdépendants. Le passage de techniques simples à l’équipement moderne avait impliqué la déstructuration des sociétés traditionnelles, la technicisation impliquera une construction des infrastructures actuelles et une Relocalisation des activités humaines. Le mieux que nos techniciens puissent faire aujourd’hui, c’est mettre au point des techniques moins destructrices, dont l’impact sur l’environnement soit minimes et le recours aux énergies fossiles marginal.

A ceux qui pourraient craindre que technicisation compromette notre capacité de résoudre les problèmes socio-économiques, rappelons que la technologie, malgré la multitude de ses usages, est incapable de résoudre les problèmes sociaux et écologiques auxquels nous sommes aujourd’hui confrontés. Aucune technologie ne peut recréer une forêt tropicale, aucun artifice ne peut reconstituer une communauté disloquée. A chacun de nos lecteurs de pratiquer les à son rythme… mieux vaut se préparer à l’effondrement civilisationnel en prenant de l’avance.

Les mirages de l’innovation technologique

Croire dégoûte. La croyance religieuse, c’est l’opium du peuple comme l’écrivait Karl Marx. La foi au communisme institué, c’est l’espoir que tout dément mais que rien ne peut détruire sauf à admettre qu’une vie entière de militant n’était que leurre. Autre temps, autre croyance, ne faisons plus confiance aveugle aux mirages de l’innovation technologique.

Ruptures partout – médicales, musicales, gastronomiques… une fièvre d’innovation transforme nos existences, nos écrans, nos conceptions, triomphent dans les entreprises, bouleversent les organisations, les institutions et nos pratiques sociales. Mais pour quel bien ? Avec quelle démesure ? Le philosophe Thierry Ménissier dans son livre* démêle l’amalgame abusif existant dans nos représentations communes entre « innovations » et « progrès ».

Le progrès technique n’est qu’une économie de la promesse. Dans un numéro de la revue « Socio », intitulé « La technique y pourvoira ! »**, historiens, sociologues et politistes analysent les travers des progrès technologique sensés apporter des solutions à tous nos problèmes, sans que ni le pouvoir politique, ni la société ne puissent en questionner le rôle et le contrôle. L‘« économie de la promesse » n’est que l’avatar contemporain des paradis religieux et des utopies sociales des siècles antérieurs. Cette promesse doit contenir un tiers de prouesse scientifique, un tiers de rêve de progrès humain for good (pour le bien), et un grand tiers de profitabilité exponentielle. Et tout problème posé par la technique est réglé par la promesse… d’une nouvelle technique. Les auteurs soulignent aussi les caractéristiques réelles des technologies innovantes : leur extrême vulnérabilité face aux catastrophes naturelles et aux malveillances humaines ; leur ambivalence fondamentale dans la production simultanée d’effets positifs ou néfastes.

Le progrès technique est présenté comme un dogme indiscutable par l’ensemble des dirigeants et des médias. Il a infusé dans l’état d’esprit de la population, « on trouvera bien quelque innovation pour s’en sortir ». Quand on l’élève au rang d’un culte, toute remise en cause, tout débat rationnel deviennent impossibles et ceux qui osent élever la voix sont aussitôt considérés comme des apostats. Nous sommes dans la configuration que décrivait Jacques Ellul, dès 1960, dans La technique ou l’enjeu du siècle, où la démocratie n’a plus sa place puisqu’il faut croire sans poser de questions. Dans un monde où le discours enchanté de la technique s’écarte de plus en plus d’une réalité faite de limites, d’effets indésirables, de pannes et d’accidents,  la question de la délibération politique autour des choix techniques ne peut plus être éludée. Vive les techniques douces contre les techniques inappropriées.

Pour en savoir plus, cette synthèse :

en finir avec le progrès technique

https://biosphere.ouvaton.org/blog/en-finir-avec-le-progres-technique/

* « Innovations. Une enquête philosophique », de Thierry Ménissier, 276 p., 19 €.

** « Socio », « La technique y pourvoira ! », numéro 12, 2019, 240 pages, 20 euros.

La sobriété en médecine au temps du Covid

Il faut faire décroître le système de santé. C’est ce qu’on envisage dans le mensuel « La décroissance » de février 2021. Voici quelques extraits.

Sylvie Cognard : Quand je démontre que la plupart des maladies sont dues aux inégalités sociales, aux conditions de travail, aux problèmes environnementaux et à l’utilisation de certains traitements (Médiator, Dépakine, Distilbène), on me demande de me taire. Il est plus facile de « tout faire » pour tenter de guérir dans une débauche de moyens. Les autres combats sont bien trop vastes et dus à mener…il faudrait changer de système, alors il est préférable d’entretenir les causes. Quant à la mort, il n’est plus question de mourir de « mort naturelle ». Les vieux Inuits qui choisissent de s’éloigner de leur groupe pour aller finir leur vie sur la banquise, impensable de nos jours ! La Némésis médicale d’Ivan Illich est magnifiquement illustre par la pandémie actuelles ; bien que la mort due à la famine dans le monde soit infiniment plus tueuse, il faut combattre le virus comme si l’on été en guerre ! Le mythe de l’immortalité entretenu par la médecine occidentale fait tourner à plein la roue du hamster. La sobriété n’aurait-elle pas consisté à laisser ce virus circuler, accompagner dignement et avec empathie les malades, renforcer les capacités immunitaires des individus ? L’effondrement de la société thermo-industrielle qui s’annonce va forcer la monde à la sobriété de façon brutale, dans le domaine des soins comme dans les autres.

Alain Masquelet : Il est vain et illusoire de réclamer des moyens supplémentaires qui ne peuvent être sérieusement envisagés sans une croissance continue. Ce qui n’est pas souhaitable car la croissance ne peut être poursuivie indéfiniment. Il semble donc que nous ayons atteint un pic, du moins dans les pays occidentaux, en matière d’équipements médicaux et d’exercice médical. Par ailleurs il a été beaucoup question dans le discours politique se rapportant à la pandémie de sauver des vies. Or la vie est une notion abscons à laquelle il faudrait substituer l’idée de préserver le vivant. Des moyens pour parvenir à une médecine sobre peuvent être identifiés. Désescalade technologique, contre la robotisation des actes chirurgicaux et les bio-prothèses complexes, entretenant le mythe du dépassement des limites. Recentrage de l’activité clinique sur la parole du patient, expert de sa maladie qui permet de contextualiser le trouble. Réforme du système sanitaire, à décliner en unités géographiques fonctionnant sur une demande locale et non plus sur une offre centralisée.

Alexandra Laignel-Lavastine : Ériger la vie en souverain bien n’est pas anodin. La vie est certes un bien précieux, mais si elle était le premier d’entre eux, nous n’aurions eu ni l’appel du 18 juin, ni résistants à prendre les armes, ni dissidents sous le communisme, ni Dr Li à Wuahan pour nous alerter sur la gravité de la pandémie. La vie est l’alpha, pas l’oméga. Il existe des principes supérieurs au principe de survie, comme la liberté, le courage et l’honneur. Une vie qui n’est pas disposée à se sacrifier pour donner du sens à sa vie ne mérite pas d’être vécue.

Pour en savoir plus grâce à notre blog biosphere :

18 avril 2020, Covid, regardons sans ciller la mort en face

dévoiturage, dépublicité, détwitter

Le changement est en cours, en arrière toute, précipice en vue… Nous allons vers la fin de la voiture individuelle, vers un monde sans publicité, vers l’abandon des réseaux sociaux. Cela ne va pas assez vite à notre goût, mais les prémices sont là.

1) Dans l’industrie automobile, la longue marche vers la fin du moteur à combustion a commencé

La firme General Motors ; celle qui fabrique les énormes pick-up ou encore les « muscle cars », GM donc, cinquième constructeur mondial, a annoncé fin janvier 2021 son intention de ne plus fabriquer de voitures essence et diesel à partir de 2035… Paris a ordonné une interdiction des véhicules thermiques en 2030, Bruxelles en 2035. Des villes comme Madrid, Rome, Athènes ont décrété la fin du diesel dans leurs rues de façon imminente… Mais le directeur R&D de la filière automobile française rêve encore : « Après 2035, on considère qu’en Europe on n’utilisera plus de carburants issus d’énergies fossiles. Toute l’énergie qu’on mettra dans un objet de mobilité sera décarbonée de façon nette. Cela signifie que les véhicules qui auront encore un moteur thermique rouleront avec du biogaz, des biocarburants ou de l’essence synthétique. »

Pour en savoir plus, Nous n’en poumons plus, vite le dévoiturage !

2) La publicité se vend en acteur crédible de la transition écologique

La convention citoyenne pour le climat voulait interdire la réclame pour les produits les plus émetteurs de gaz à effets de serre et obliger à la publication d’incitations à moins consommer. Le Conseil économique, social et environnemental recommande de « réexaminer la question de la publicité sur les véhicules les plus polluants », osant le parallèle avec la pub pour le tabac et l’alcool, qui a pu être interdite « malgré l’importance des recettes qu’elle générait ». Mais la proposition de loi « Cimat et résilience » se contente de mesurettes, par exemple un « code de bonne conduite » pour les publicitaires. Qui peut croire encore que les agences de publicité joueront un rôle positif dans la transition écologique alors que le cœur de leur métier est de travestir la réalité pour vendre toujours plus ?

Pour en savoir plus, Tout savoir sur la publicité qui nous dévore

3) « J’ai vu naître le monstre » ou la chronique d’une addiction à Twitter

Samuel Laurent raconte sa décennie d’immersion au sein du réseau social : « Twitter me permet d’exister, de compter professionnellement. Je tweete, donc je suis, donc j’existe, donc je pèse. Il me pousse à continuer, à tweeter et à retweeter sans trêve, sur tout et n’importe quoi… Sans m’en rendre compte, j’ai basculé dans des joutes rhétoriques où l’idée n’est plus tant de convaincre l’autre que de lui montrer qu’il a tort. Tout y passe : caricaturer son argumentation, user de cynisme, d’exagération, souligner les faiblesses de son raisonnement… Sur un réseau social, la meute n’a jamais conscience qu’elle en est une. Chacun pratique sa propre indignation individuelle, sans prendre en compte le caractère collectif qu’elle finit par revêtir… Le 6 juillet, j’annonce ma décision : je quitte Les Décodeurs, le fact-checking, ma chronique sur France 5 et Twitter. Je sais que j’y jouais ma santé physique et mentale. » Ah, si tout les accros aux réseaux sociaux pouvaient faire de même !

Pour en savoir plus, Twitter encore et toujours, il n’en restera rien !

Tout savoir sur la conquête spatiale

« Coloniser Mars ? Le fantasme d’un exode vers d’autres mondes nourrit nos imaginaires », dixit Stéphane Foucart. Des informations décontextualisées laissent croire qu’il y aurait dans le cosmos une multitude d’ailleurs vivables et accessibles…

1) Le mirage de la technologie qui va nous faire échapper d’une planète qu’on a rendu invivable, ça marche! L’idée que nous pourrions ruiner la Terre avant de partir tranquillement vers d’autres soleils séduit des esprits parmi les plus éclairés. Le sociologue médiatique Gérald Bronner : « En quittant la Terre, il deviendrait évident que nous sommes humains avant d’être terriens. C’est là un rappel essentiel car l’idéologie précautionniste, en nous proposant un rapport empreint de sentimentalité à la planète, nous contraint à penser que le problème fondamental est de ne surtout pas risquer de détruire l’espace qui nous permet de vivre ». Autres exemples chez les lecteurs du monde.fr :

JCM : Le rêve d’un ailleurs est vieux comme le monde, il faut être bien amer pour le croire toxique.

Rust Cohle : Oui, il existe des contraintes énormes et pour l’instant indépassables pour aller sur Mars. C’est d’ailleurs pour ça que les Sky Crane de Curiosity et Perseverance sont une impasse. Mais l’Humain a cette capacité de dépasser les limites techniques, même si ça prendra 10 ans, 30 ans ou 100 ans.

Obéron : Coloniser significativement d’autres planètes, à commencer par les plus proches, c’est affaire de siècles (au moins un ou deux). Les terraformer, sans doute affaire de millénaires. C’est enthousiasmant pour l’esprit, cela fait rêver.

Nawak : Qui peut savoir quelles technologies nous maîtriserons dans deux siècles ? Regardons deux siècles en arrière pour avoir une idée de notre ignorance…en 1821, celui qui disait que l’homme irait sur la Lune ou volerait d’un continent à un autre en quelques heures aurait été traité de la même manière que cet article parle de ceux qui pensent que l’homme peut coloniser Mars.

2) « Nous ne vivrons pas sur Mars, ni ailleurs ». Dans ce livre, Sylvia Ekström et Javier G. Nombela mettent les points sur les i. En conclusion, ils écrivent : « Là-bas au bord du champ, vous réaliserez que nous ne pouvons pas vivre sans la beauté multicolore de la nature terrestre. » Voici quelques commentaires perspicaces sur lemonde.fr :

AliceM : Merci Stéphane Foucart pour cet article. Les hommes sont bien fous de se penser indépendants de la Terre. Cela révèle une déconnexion pathologique d’avec leur essence même. Remarquez qu’aucune femme n’entretient ce complexe mégalomane et suicidaire.

Francis.C : Elon Musk, l’homme qui fait fortune en vendant quelques voitures électriques pour « sauver la planète », et qui veut utiliser cet argent pour du tourisme spatial, soit à peu près l’activité la plus polluante qu’on puisse imaginer. Difficile de le prendre au sérieux.

Man from Blacksea : Vivre sur une autre planète: le confinement éternel. Non merci.

Pour en savoir plus grâce à notre blog biosphere :

29 août 2019, Notre frontière est terrestre, pas martienne

22 juillet 2019, Conquête spatiale, rêveries extraterrestres

9 février 2018, Branson ou Musk, l’idiotie de la conquête spatiale

PMA, ce n’est pas l’affaire du siècle !

Le Sénat a rejeté [dans la nuit du mercredi 3 au jeudi 4 février 2021] la possibilité des couples de femmes homosexuelles et des femmes seules d’accéder à la procréation médicalement assistée (PMA). Le gynécologue obstétricien François Olivennes défend son gagne-pain : « Certains de nos élus restent ratatinés dans leurs certitudes vieillottes. La composition du Sénat, avec seulement 30 % de femmes et un âge moyen de 61 ans, explique peut-être cette décision incompréhensible… Depuis quatre-vingts ans, les groupes conservateurs, l’Eglise catholique en tête, s’opposent à toutes les avancées scientifiques dans le domaine de la procréation… L’Eglise catholique refuse toujours le diagnostic génétique préimplantatoire (DPI) qu’elle qualifie d’« eugéniste », alors que cette technique permet d’éviter que des couples aient des enfants atteints de mucoviscidose… On ne peut que souhaiter que la liberté l’emporte sur l’intolérance, et que ces femmes puissent enfin arrêter d’aller à l’étranger pour bénéficier à prix d’or de la PMA interdite en France. Ces opposants dénient à des individus le droit d’avoir un enfant, désir humain universellement partagé, au nom de postulats moralisateurs dénués de toute preuve scientifique.« 

François Olivennes, spécialiste des traitements de l’infertilité, milite depuis longtemps dans les médias pour la fécondation in vitro (FIV), le don d’ovocytes, la possibilité généralisée pour les femmes de congeler leurs ovocytes et l’AMP (assistance médicale à la procréation) pour les femmes seules. Il se croit donc respectueux du désir d’enfant à tout prix. Être contre son avis, c’est vouloir que « Notre pays reste un petit village gaulois campé sur ses positions rétrogrades mais surtout hypocrites, car des milliers de femmes se rendent à l’étranger, parfois à une heure de Paris, pour bénéficier de ces techniques ». (LE MONDE du 19 février 2014)

Mais est-ce vraiment rétrograde que d’accepter sa stérilité ? Au nom de quoi la morale devrait reposer sur des preuves scientifiques ? Depuis quand le désir d’avoir un enfant est-il universellement partagé ? Et l’enfant, quel est son droit ? Ce n’est pas réservé aux bigots des Églises de se poser ces questions. Il y a motif à pugilat, ainsi sur lemonde.fr :

Michel SOURROUILLE (10/02/2021 – 22h38) : La procréation médicalement assistée est une technologie systémique, cloisonnée, réalisable uniquement dans une société complexe. Elle n’est pas durable parce qu’elle repose sur des moyens médicaux importants, liés à un taux d’échec non négligeable, et donc seulement à la portée de couples riches ou pris en charge par le reste d’une société très développée. Ce n’est pas ce type de société que l’écologie désire. La PMA ne devrait pas être à l’ordre du jour d’une société consciente des limites de la technique et de la convivialité nécessaire entre ses membres. En toutes choses, il faut savoir raison garder, c’est-à-dire respecter les limites que nous donnent la nature. Et si on éprouve absolument le besoin d’avoir un enfant, l’adoption d’un enfant déjà fait est à disposition des femmes en détresse.

françois olivennes (11/02/2021 – 10h52) : Monsieur, contrairement a ce que vous dites la PMA ne concernent pas que les pays riches. Il y a des centres en Inde, en Chine, en Afrique et partout dans le monde car le désir d’enfant est le même partout et pour tous les couples riches ou pauvres Contrairement a ce que vous dites adopter un enfant n’est pas simple et n’est pas équivalent a faire en un enfant Si l’on « respectait la nature » notre espérance de vie serait de 50 ans… car la médecine passe sa vie à aller contre nature Le type d’écologie (sic?) que vous semblez souhaiter, n’est pas la société que souhaite beaucoup de gens et en tout cas pas moi !

Pour ne pas en dire plus, lire cette synthèse sur un copain à Olivennes :

9 juillet 2020, Frydman, promoteur infatigable de la PMA

Quelles sciences pour le monde à venir ?

Il y a la science pure, la recherche pour déterminer comment le monde est fait, ce qui nourrit la connaissance pour le seul plaisir de connaître. Avec la civilisation thermo-industrielle, la techno-science a pris le pouvoir, les scientifiques sont devenus des esclaves de l’innovation qui rapporte aux entreprises. Cette science croissanciste et aveugle aux limites biophysiques de la planète a induit tellement de désastres que certains scientifiques deviennent des lanceurs d’alerte. Ce sont les climatologues qui nous informent du réchauffement climatique, ce sont les naturalistes qui nous avertissent de la disparition de la biodiversité, etc. Mais la situation est jugée tellement grave de la part de scientifiques de tous horizons que l‘alerte devient dénonciation.

Cette évolution est d’autant plus pertinente que les pseudo-scientifiques à la solde du business s’ingénient à dénigrer les scientifiques lanceurs d’alerte. Ils deviennent au niveau médiatique des marchands de doute ou des remparts d’un progrès technique sans conscience de ses effets pervers. Tout ce qui est inventé doit pouvoir être réalisé, bombe atomique, poisons chimiques, numérisation sans limites, etc. Sinon, selon eux, ce serait le retour à la bougie, si ce n’est à l’âge des cavernes.

Ces scientifiques vendus au système se transforment en religieux qui nous annoncent le paradis… dans un futur indéterminé. Pour eux la science est la solution alors qu’elle a créé le problème. Mais c’est eux qui recueillent les fonds des entreprises et des gouvernements dans un monde formaté par la croyance au progrès. Ils sont aidés dans leur propagande par les pseudo « sciences » économiques, une économie politique qui s’est mise au service du pouvoir des marchands du temple. Sans compter les médias de masse qui sont aussi une grande part du problème car, dépendant des ressources publicitaires et rachetés par des industriels, sont devenus eux aussi les complices des marchands. On n’est pas encore prêt à sortir de ce monde aveugle aux conséquences à long terme de l’activisme désordonné des humains

Pour en savoir plus sur les techniques appropriées face au techniques délétères :

1er novembre 2019, synthèse : Biosphere-Info : l’écologie, technophobe ?

23 décembre 2008, techniques douces contre techniques dures

8 octobre 2007, techniques douces

Pour en savoir encore plus, lire : « Quelles sciences pour le monde à venir ? Face au dérèglement climatique et à la destruction de la biodiversité », dirigé par Alain Grandjean et Thierry Libaert (Odile Jacob, 268 p., 22,90 €).

Faut-il incendier les émetteurs radio/télé ?

L’information fait-elle l’action ? Un incendie, revendiqué par un comité « pour l’abolition de la 5G et de son monde », a endommagé un émetteur radio, privant 1,5 million de personnes de radio et de télévision. D’après le comité, « Le sabotage de l’antenne a eu lieu dans le cadre de l’opération voix du vent et chants d’oiseaux. Nous ne sommes qu’une poignée, pourchassées, terrifiées, mais nous vaincrons malgré notre faiblesse ».

Cette information du quotidien LE MONDE ne fait pas l’action, mais elle y contribue. Est-ce du terrorisme écologique ? Fallait-il ne pas en parler ? Les réactions sur lemonde.fr portent pour partie sur l’intérêt ou non de l’innovation technique.

Benoit Croquinard : Quelques heures de télé en moins, action salutaire

MD : Les écolos radicalisés ont frappé, ce n’est qu’un début. Rien de surprenant de la part de gens qui refusent tout progrès technique.

Mais le débat de fond porte aussi sur la validité de la destruction de biens jugés néfastes pour l’humanité.

Mort de rire : J’imagine 2 ou 3 anciennes baba-cool qui ne supportent plus la bêtise dont nous sommes abreuvés quotidiennement. Et qu’on veuille nous en imposer encore plus pour pour pouvoir dire encore plus de bêtises, encore plus vite. Alors elles ont eu le courage de s’engager pour le bien de l’humanité. Je les comprends.

Fredh : Vous savez, vos anciens baba cool ont tout à fait le droit de ne pas avoir et regarder la télé, de ne pas avoir de smartphones 4G ou 5G, de ne pas avoir de voiture, de ne pas prendre l’avion, de ne pas se faire vacciner… mais il faut aussi respecter les désirs des autres personnes… Ils ne sont pas si cool que ça, mais plutôt fachos, vos babas.

Ces échanges résument parfaitement les contradictions du monde contemporain et la difficulté de l’action. Dans une société d’homo economicus, l’aliénation n’est plus extérieure, elle a été intégrée, digérée par les sujets. La société de consommation est devenue la raison d’être d’une grande partie des gens aujourd’hui. Lutter contre l’aliénation est donc difficile, il faut risquer la prison, si ce n’est sa vie. Ainsi l’exemple des luddites, débattu aussi sur lemonde.fr :

gbouvier : Révoltes insignifiantes mais pénibles de luddites qui brandissent leurs fourches garnies de fumier. Ce qui rassure, c’est que les fourches n’ont rien pu faire contre les fusils.

Michel SOURROUILLE : Monsieur Bouvier, votre remarque sur les luddites du XIXe siècle est intéressante. Les artisans ont brisé des machines automatiques qui mettaient au chômage beaucoup d’artisans à domicile pour le plus grand profit de l’industrie textile en formation. Deux siècles plus tard, on constate que cette industrialisation à marche forcée a entraîné la croissance économique sans limites et la détérioration brutale des conditions de vie sur Terre. Les luddites avaient donc raison. Mais on a fait à l’époque des lois condamnant à mort pour bris de machines, et des luddites sont passé sous les fourches caudines. Ce qui veut dire que dans notre système techno-industriel, la protection des machines a plus de valeur que la vie humaine. Pensez-vous encore, Monsieur, que l’écrasement des luddites a été une bonne chose ?

Synthèse : Tous les écolos ne sont pas adeptes du sabotage, sinon il y a bien longtemps qu’on ne trouverait plus une seule centrale nucléaire, plus un seul SUV, plus un seul bateau de milliardaire, etc. La question de la destruction de biens pour le bien de la planète a été posée par l’action contre une centrale nucléaire de Françoise d’Eaubonne et contre les SUV par le livre d’Andreas Malm, lire sur notre blog biosphere :

16 septembre 2020, Contre-violence par destruction de biens

Faut-il se faire vacciner… ou pas ?

Fiabilité des vaccins contre le SARS-CoV-2 ? Les Phases des essais cliniques sont faits sur des groupes de personnes volontaires de faibles nombres ( quelques dizaines ) en phase 2. La phase 3 évalue l’efficacité et les effets secondaires sur des groupes de l’ordre de 1000 personnes ( peut-être plus pour les vaccins). La phase 3 détermine la mise sur le marché du vaccin mais ne donne pas la libération de mise sur le marché définitive. Cette libération est conditionnée par l’étude de phase 4 sur des groupes de 10 000 à 100 000 personnes ou plus. C’est pourquoi les vaccins actuels ne seront fait qu’après consentement du patient comme pour toute étude clinique.

Actuellement au 23 décembre 2020, aucun vaccin covid n’a complété la phase 4. Au contraire, elle ne fait que commencer. De plus le vaccin à ARN est nouveau et n’a jamais été utilisé. Problèmes potentiels ? Multiples car non connu. Tous ceux d’un vaccin normal plus ceux spécifiques à l’ARN : non reconnaissance de l’ARN comme molécule étrangère (antigène), confusion avec des ARN propre à la cellule, réaction exagérée provoquant la destruction de la cellule contaminée et des autres cellules non contaminées, etc. Précisons que la mortalité de la covid-19 n’est que de moins de 0,1%, mais 20% pour les personnes de plus de 80 ans. Si vous souhaitez faire avancer la connaissance médicale, participez aux vaccinations, mais en toute connaissance de cause.

13 novembre 2020, Covid, vacciner beaucoup ou pas du tout ?

Extraits : L’écolo Yannick JADOT a dit de façon elliptique que le vaccin devra être obligatoire. Face à cette position, l’écolo Antoine Waechter rétorque qu’il ne soutiendra pas la candidature Jadot à la présidentielle. Mon voisin a été plus précis, il estime qu’il n’y a pas besoin d’obligation, les gens sont assez concernés pour se vacciner si le vaccin est bon, efficace et sans effets contraires…

25 mars 2015, La vaccination obligatoire contre la sélection naturelle

extraits : La vaccination est d’abord un frein à la sélection naturelle. Homo sapiens est une espèce biologique née de cette sélection naturelle. C’est pour cela que nous ne sommons pas restés des singes. Selon la thèse de Darwin, une partie seulement des naissances atteignent l’âge de la reproduction car seuls les mieux adaptés résistent. Mais grâce à ses capacités cérébrales, l’être humain sait outrepasser les barrages qui pourraient limiter son expansion démographique….

Priorisation, tri médical, des gros mots ?

L’obligation de sélection est un mot-clé pour comprendre les sociétés complexes. Tout le monde ne peut pas gagner à l’Eurovision, tout le monde ne peut pas entrer librement à l’École Normale Supérieure, tout le monde ne peut pas diriger une multinationale, tout le monde ne peut pas devenir milliardaire. Mais « sélection » est un gros mot, utilisé ad nauseam par le système concurrentiel qui est le nôtre. Nous préférons l’idée écologique de « sens des limites », et de cela tout le monde devrait en être conscient. Nous devrions mettre en place collectivement une sobriété partagée et ce dans tous les domaines, y compris pour notre dernière heure. La deuxième vague de la pandémie repose l’épineuse question du « tri » des patients admissible en réanimation.

La priorisation, dans un système contraint, est inhérente à l’exercice de la médecine. Lorsque les premiers appareils de dialyse, les premières trithérapies sont arrivés, il a fallu choisir. En temps normal, déjà seuls les plus robustes (dont un sur cinq ne se relèvera pas) sont admis en « réa ». A plus forte raison avec le Covid-19. Des grilles aident à évaluer le degré d’autonomie d’un patient – « peut s’habiller sans aide », « se nourrit sans aide sauf pour couper la viande » – ou mesurer son « score de fragilité clinique ». Il est un autre tri qui ne dit pas son nom, c’est le refus d’accès à l’hôpital aux patients non atteints du Covid-19. « Doit-on maximiser le nombre de vies sauvées, maximiser le nombre d’années de vie sauvées, ou maximiser le nombre d’années de vie qualitative sauvées ?, interroge Frédérique Leichter-Flack.

Certaines personnes que nous saluons pour leur courage et leur exemplarité ont même pratiqué un auto-tri en refusant la réanimation. Voici l’essentiel des commentaires sur lemonde.fr :

Fredus : «  Une vie égale une vie, la question de l’utilité sociale ne se pose pas » s’exclame Daniel Mathieu. Ce professeur de réanimation ferait bien de lire « Qui vivra, qui mourra – Quand on ne peut pas sauver tout le monde » de Frédérique Leichter-Flack. Le plus mauvais critère de tri, c’est la compassion.

Michèle de Dordogne : Pour les médecins, c’est dur d’avoir à choisir à qui donner sa chance quand il est impossible de réanimer tout le monde. Il faut rappeler cette cruelle vérité à tous ceux qui chouinent de ne pas pouvoir skier à Noël ou faire la nouba à la Saint Sylvestre.

PJV : Régis Aubry enseigne qu’il faut ajouter de la vie aux jours et non des jours à la vie,.

tom : même si c’est difficile à accepter, chacun peut comprendre la priorité en ce qui concerne les chances de survie. Et c’est pas de l’inhumanité c’est du bon sens face à une situation extrême. S’acharner sur quelqu’un qui a 80 ans et deux ans d’espérance de vie n’a pas de sens. D’ailleurs sans la médecine on en serait même pas là en espérance de vie… Ce que je dis est humainement inacceptable, j’en ai bien conscience, mais c’est très pragmatique… et logique.

Elie Arié : Toute médecine (pour en rester à ce domaine ) est nécessairement un système de rationnement : la liste des médicaments remboursés implique une liste de médicaments non remboursés; le nombre d’hôpitaux, de médecins, etc., est nécessairement toujours et partout limité; les patients devant bénéficier de certaines prestations hors de prix font nécessairement l’objet d’un tri; le nombre d’organes à transplanter a beaucoup diminué depuis la baisse du nombre d »accidents de la route, etc. Il est étonnant qu’il ait fallu cette pandémie pour faire prendre conscience de ce problème qu’on préférait ignorer.

Pour en savoir plus, ce que notre blog biosphere écrivait lors de la première vague :

19 mars 2020, Covid-19, le droit de vivre ou de mourir

11 mars 2020, Covid-19, nécessité d’un triage médical

Le soldat « augmenté » sans limites !

Le comité d’éthique du ministère de la défense plaide pour l’ouverture de travaux sur les méthodes « invasives » d’amélioration des performances physiques des militaires. Vive le « soldat augmenté ». En clair, l’injection ou l’absorption de substances et des opérations chirurgicales: substances conçues pour améliorer « la résistance face au phénomène d’isolement », » intégration de puces sous la peau pour être géolocalisé en cas de capture », opération des oreilles pour entendre des fréquences très élevées ou très basses, opération pour améliorer l’acuité visuelle ou encore implants « permettant de prendre le contrôle d’un système d’armes ». Les seules méthodes « invasives » employées aujourd’hui au sein des armées françaises sont le recours à un certain nombre de produits facilitant la récupération après l’effort ou diminuant le stress.

De longue date, l’être humain comme un imbécile cherche à accroître ses capacités à guerroyer. On croyait que la bombe nucléaire et les drones avaient atteint le summum de son inventivité, on découvre qu’il faut rendre le soldat encore plus terrifiant. La question des limites et celle des seuils à ne pas dépasser est essentielle, mais le comité « d’éthique » évacue le problème sans état d’âme car il faudrait « éviter tout risque de décrochage capacitaire (par rapport aux autres pays) de nos armées. » Ses considérations restrictives du type «  ne pas provoquer une perte d’humanité » ou « contraire au principe de respect de la dignité humaine » est un leurre. Une fois engagé dans l’engrenage de la robotisation du soldat, les frontières de l’humanisme ne peuvent que reculer. Parler du « consentement éclairé » des militaires est à mourir de rire, un troufion est fait pour tuer ou être tué, alors quelques implants de plus ou de moins, rien à foutre. Dans un discours d’octobre 2017, le président Valdimir Poutine a ostensiblement annoncé l’avènement prochain d’un soldat « génétiquement modifié ». En Chine,  l’éthique du groupe et de l’efficacité prime toujours sur celle de l’homme. Voici quelques réactions salutaires sur lemonde.fr :

JoelP : La question est : puisque les autres le feront, il faut bien qu’on s’y mette aussi. Robocop est en marche. C’est fou comme l’être humain est capable des pires horreurs pour écraser son voisin. Et il serait fait à l’image de Dieu ? Me tarde d’aller lui dire deux mots à celui-là.

René : Le comité d’éthique du ministère de la défense utilise le concept de « libre arbitre » comme s’il s’agissait de quelque chose de scientifique. Or ce n’est pas le cas. Nous devons ce concept à un théologien – Saint Augustin – qui l’a fabriqué pour exonérer Dieu d’une responsabilité face au mal. La conscience c’est l’art de se faire un film, c’est du domaine de la subjectivité

Izy : Le transhumanisme est en marche.

Georges-Henri : Le soldat augmenté de 14 c’était juste la gnôle (pas terrible, mais il est vrai que le soldat était comme une allumette, il ne servait qu’une fois). Des milliers de soldats augmentés du Vietnam clochardisent encore dans Los Angeles et San Francisco … Maintenant on parle d’éthique, tartufferie non ?

Vivelacolo : Deux trois réflexions comme ça, en passant. L’association avec le service de santé ! Ce service a mis des années à reconnaître nous avoir fait prendre de la pyridostigmine dans le Golfe? Un cacheton toutes les 8 heures: 8h00, 16h00 et chouette… 00h00! Réveil pour prendre le médoc…

Interweb : Chez nous ça fait un moment que les forces spéciales et armée de l’air se chargent au Modafinil (testé en masse en 1991) et les russes au Mesokarb, ça permet de fonctionner 3 jours le temps d’un déplacement trans-continental par exemple ou sur une LRRP. Toute technologie qui permet d’augmenter le tempo opérationnel (Optempo) est déjà utilisée.

Danger pour les uns, risque pour d’autres

Notre protection contre l’industrie chimique repose sur des termes inaccessibles au commun des mortels : phtalate, bisphénol A, parabens, éthers de glycol, retardateurs de flamme bromés, composés perfluorés (PFC), Chrome VI, HAP (hydrocarbure aromatique polycyclique) aux effets cancérogènes, mutagènes, reprotoxiques et perturbateurs endocriniens. Les polluants sont présents dans tous les objets du quotidien. Même les institutions censées prendre en charge notre protection se révèlent dépassées par la complexité des problèmes. A Bruxelles, la nouvelle stratégie du Green Deal vise un « environnement sans substances toxiques » à l’horizon 2030. A l’échelle de l’Union européenne (UE), environ 300 millions de tonnes de substances chimiques sont produites chaque année et la grande majorité (74 %) est considérée comme « dangereuse pour la santé ou l’environnement » par l’Agence européenne pour l’environnement. La direction générale chargée du marché intérieur et de l’industrie a pesé de tout son poids pour freiner cet élan réformateur. La chimie, quatrième secteur industriel en Europe (28 000 sociétés, dont les géants Bayer et BASF, un million d’emplois), est aussi un enjeu dans la bataille économique mondiale. Plus surprenant, la direction générale de la santé et de la sécurité sanitaire (DG Santé) s’oppose également au projet porté par la DG Environnement.

La DG Santé se dit « préoccupée » de « l’extension de l’approche fondée sur le danger dans la gestion des produits chimiques », proposée par la DG Environnement. Derrière ce jargon technique se cache une question fondamentale : l’approche fondée sur le danger (hazard based) consiste à réglementer un produit selon ses propriétés intrinsèques (par exemple cancérogène, reprotoxique, perturbateur endocrinien, etc.). La DG Santé, elle, dit préférer une approche fondée sur le risque (risk based) : dans ce cas, une molécule peut être utilisée, indépendamment de ses propriétés, si les évaluateurs du risque estiment que l’exposition de la population y sera très faible. Les commentateurs sur lemonde.fr nous éclairent :

Jean Jouet : Lla présentation du débat ‘approche DANGER , versus RISQUE’ interpelle. En sécurité, on identifie les dangers et on analyse les risques : si on se fie seulement au danger, alors on arrête tout travaux en industrie, mais on arrête aussi le ski de piste, l’alpinisme, la moto , etc… Pour la chimie : quid des médicaments ? à ce que je sache, la plupart si pas tous ont des dangers , parfois très graves. C’est pourquoi on analyse les risques et définit une posologie. Et pour les plus dangereux, on ne peut les acheter sans avis médical. Distinguer DANGER et RISQUE, c’est aussi faire une balance coût / bénéfice , et on doit être capable de prononcer ces deux mots sans y voir de suite la main du libéralisme débridé, mais simplement la traduction de ce que nous faisons tous les jours en tant qu’humain avant de décider.

Izy : Traduisons la novlangue orwellienne. La DG Santé est en fait la DG Maladie, la maladie étant son filon d’exploitation. Cela est conforme au fait que n’importe quel citoyen peut constater : l’industrie de la maladie a remplacé la politique de la santé.

Le sceptique : Aujourd’hui, on parle d’un environnement sans substances toxiques à l’horizon 2030. Hier, on parlait de mettre fin à l’érosion de la biodiversité à l’horizon 2030. Avant hier, quelques avait sûrement dû lancer qu’on pouvait stopper le réchauffement climatique à l’horizon 2030. Pourquoi l’environnement est-il un thème où l’on trouve normal d’énoncer des objectifs absurdes? En santé, on ne dit pas qu’il n’y aura plus de maladies en 2030. En économie, on ne dit pas qu’il n’y aura plus de chômage ou de crise en 2030. En diplomatie, on ne dit pas qu’il n’y aura plus de guerre en 2030. Je trouve que cela indique une certaine immaturité démocratique du thème de l’environnement. Soit c’est resté le truc superficiel où le technocrate se dit : « tiens, je dois combler un vide, pourquoi pas une grande promesse en l’air? ». Soit c’est un thème qui bloque une partie de la raison et conduit à des pensées sans recul.

Camille Pol @ le sceptique : Il demeure néanmoins plus réaliste de mettre en place une réglementation européenne interdisant les produits toxiques (et y parvenant) que de mettre en place une politique publique visant à supprimer le chômage ou la guerre (et y parvenant). Votre commentaire est effectivement révélateur d’une certaine immaturité démocratique du thème de l’environnement. Vous nous avez au moins épargné un argument de tendance néolibérale du type “Ces activités créent des emplois” (en se focalisant sur ceux qui permettent à des capitalistes de s’enrichir) sans prendre en compte les coûts supportés par la collectivité en terme de santé, bien évidemment !

Izy : À la décharge du sceptique, il faut noter que, pour paraître prévoyant et rationnel sans avoir la moindre volonté de l’être, le baratin technocratique ambiant fixe d’autant plus d’objectifs qu’il reste incapable de mettre en œuvre quelque moyen que ce soit pour les atteindre.

Pour en savoir plus grâce à notre blog biosphere :

Chimiquement contaminé… et il n’y a pas de solution

4 mars 2018, Néocotinoïdes, le gourdin d’une agriculture chimique

15 décembre 2016, La pollution chimique imprègne nos corps et nos esprits

10 mars 2016, Collusion éhontée des pouvoirs avec l’industrie chimique

14 juin 2013, le point de non-retour grâce aux produits chimiques !

8 novembre 2011, Nanotechnologies, l’industrie passe avant la santé

Ingénieur et écologiste, c’est incompatible

Être ingénieur et écologiste est une nécessité, une nouvelle génération de jeunes s’engage dans les grandes écoles. Mais que peut-elle faire ?

Benoît, 22 ans, aux Mines de Paris et à Polytechnique : « A raison de dix à vingt heures par semaine, avec l’équipe du Manifeste pour une transition écologique, je m’engage à faire pression sur les dirigeants d’entreprise avec l’objectif de révolutionner leur modèle économique.  Loin d’être antinomique, je suis convaincu qu’être ingénieur et écologiste est devenu une nécessité.»
Hugo, 22 ans, étudiant à l’école d’ingénieurs de Mines ParisTech: « Ce qui a déclenché mon sursaut écologique, c’est un cours sur l’énergie de Jean-Marc Jancovici ; il nous a enseigné que l’économie est très dépendante des énergies fossiles et qu’on ne peut pas les substituer en ayant la même énergétique. Il faut donc faire preuve de sobriété. J’ai donc rejoint le collectif Pour un réveil écologique, qui a pour but d’encourager les écoles et les universités à intégrer les enjeux environnementaux dans les programmes scolaires, mais aussi de mettre au défi les entreprises en analysant leurs politiques environnementales. »
Alexandrine, 20 ans, étudiante à CentraleSupélec : « J’ai adhéré à une association étudiante Forum Ingénieurs responsables. Le Forum aura lieu le 18 février 2021, réunira des entreprises engagées dans la transition écologique qui proposeront des stages ou des emplois aux étudiants. Pour moi, être ingénieure et engagée dans la cause écologique, c’est l’avenir. Ce que j’aimerais faire plus tard : utiliser ma technique pour contribuer à résoudre des problèmes mondiaux. »
Caroline, 23 ans, ingénierie du développement durable à l’INP de Toulouse : « Mes recherches étaient axées sur le côté environnemental pur, l’étude des phytosanitaires, les problèmes de nappes phréatiques… mais il n’y a personne qui me donne la possibilité d’agir efficacement face aux enjeux environnementaux. Dans notre cursus, on nous répète que 90 % des emplois qu’on occupera n’existent pas encore, que c’est à nous d’agir. En réalité, ce n’est pas nous, avec nos petits bras, qui allons tout changer. »

Commentaire de biosphere : Ce ne sont pas 4 clairvoyants qui peuvent s’opposer à leurs condisciples qui préfèrent le commerce et la finance. Mais les temps changent. Autrefois leurs aînés ayant fait les mêmes cursus montraient une même foi à réformer la société et à guider le peuple vers le bonheur, sauf que cette foi était techno-productiviste alors que la leur est écologiste. On ne connaissait pas à l’époque le mot sobriété et l’écologisme était considéré comme obscène. Le problème, c’est que la presque totalité des emplois offerts aux ingénieurs sont issus de cet ancien temps croissanciste, ils sont plutôt nocifs pour la planète et/ou la vie humaine. L’idéal, c’est que le tout nouveau diplômé ingénieur retourne à la terre ou à l’artisanat local. Certains super-diplômés font déjà cette démarche.. .Pour compléter cette analyse, lire sur notre blog biosphere :
22 avril 2019, Les ingénieurs doivent démissionner (suite)

Les ingénieurs doivent démissionner (suite)

21 avril 2019, Les ingénieurs doivent-ils renoncer à leur métier ?

Les ingénieurs doivent-ils renoncer à leur métier ?

9 novembre 2017, Les Écoles d’ingénieurs au service des entreprises

Les Écoles d’ingénieurs au service des entreprises

18 octobre 2018, Appel à démissionner de tous les métiers inutiles

Covid, vacciner beaucoup ou pas du tout ?

L’écolo Yannick JADOT a dit de façon elliptique que le vaccin devra être obligatoire. Face à cette position, l’écolo Antoine Waechter rétorque qu’il ne soutiendra pas la candidature Jadot à la présidentielle. Mon voisin a été plus précis, il estime qu’il n’y a pas besoin d’obligation, les gens sont assez concernés pour se vacciner si le vaccin est bon, efficace et sans effets contraires. Le député LFI Alexis Corbière plaide pour un vaccin « universel et gratuit », mais sans dimension obligatoire. Dans l’électorat du Rassemblement national, 56 % ne se feraient pas vacciner, contre 22 % dans l’électorat macroniste. Alors un vaccin obligatoire seulement pour un nombre limité de cas ? La question du consentement au vaccin est fondamentale et attire plus de 100 commentaires sur le monde.fr, extraits  :

Pelayo Decovadonga : « Le consentement au vaccin contre le Covid-19, un sujet inflammable » ? C’est le drame de la démocratie libérale, où les ânes ont voix au chapitre. En Chine, personne ne demande l’avis des antivaccins. Résultat, le pays à récupéré son rythme d’avant l’épidémie.
P.coryn : Même si certaines personnes le refusent, il me semble probable que l’acceptation du vaccin sera large et au-dessus des 60 %, permettant une immunité collective. Par contre il serait souhaitable que le vaccin soit exigé pour travailler usuellement avec un public, ainsi que pour le personnel soignant.
Super-dupont93 : débat ridicule. Les enfants doivent obligatoirement être vaccinés contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite pour être inscrits dans une école française. Conditionnez le consentement au vaccin à la garde des enfants et aux allocations et vous verrez que le taux de vaccination va être proche de 100%.
Letaxa : Contrairement au refus de respecter les mesures sanitaires (dont distanciation, masque, pas de rassemblement), le refus du vaccin ne mettra en danger que la vie de ceux qui le pratiqueront. C’est leur problème, c’est seulement leurs propres vie et santé qu’ils mettront en danger.
Gilab63 : D’accord avec ceux qui sont contre les vaccins ! A une condition : signer un document de refus officiel, de sorte que s’ils sont infectés par le covid 19, que tous les frais de la sécurité sociale leurs soient facturés………..!
Eloha : n’importe quoi Gilab !! Ou alors on fait preuve de cohérence : les fumeurs signent un papier acceptant de ne pas être soignés en cas de cancer du poumon ! On pourrait parler aussi de ceux qui mangent très riche… on nous l’a pourtant dit : manger équilibré et du sport, du coup les obèses signeront un papier aussi en cas de maladie liée à l’hygiène de vie par exemple… idée de génie non !
AMARI : Naguère, on ne demandait pas l’opinion des gens pour les mobiliser en cas de conflits. Là, on est en conflit avec un virus, donc, quand on sait qu’on a une arme efficace sur le virus, on fait tous ce qui doit être fait. Marre qu’on donne une mégaphone aux gens non qualifiés qui n’ont rien à apporter au débat.
Georges-Henri : Si une loi venait décider pour moi ce que je dois faire de mon corps, ce serait l’équivalent d’une mobilisation générale et je serais alors objecteur de conscience. Je sais qu’actuellement le bétail a à son oreille une étiquette jaune obligatoire, mais justement, je ne suis pas du bétail. Avec tout le respect que j’ai pour le bétail en question.
Stéphane : Il faut aussi comprendre les craintes d’effets secondaires potentiels, pour un vaccin dont on a pas de recul, contre un virus sur lequel on ne sait pas tout, loin de là. Il me semble légitime de se questionner. Et je dis ça en tant que médecin profondément pro-vaccination, et qui se fera vacciner contre le COVID quand il le pourra. Réduire ce questionnement aux anti-vax pro-gaïa, c’est plus que caricatural…
In varietate concordia : un côté obligatoire va vachement donner envie. Il suffit de voir comment les Français réagissent à ce qui est obligatoire depuis le début de la pandémie (voire depuis les gilets jaunes, mais on ne va pas revenir sur les sujets qui fâchent, hein). Souvent, laisser le choix est plus productif, ça laisse l’illusion au citoyen qu’il a encore quelques libertés. On fait plus facilement avancer un âne avec une carotte qu’en tirant sur son licou.
Adrien : La balance risque bénéfice ne justifie absolument pas d’imposer ce vaxin. C’est d’ailleurs pour ca que le vaxin de la grippe n’est recommandé que pour les personnes fragiles.
Ne rien lâcher : Il faut laisser les antivax libres de mourir du Covid 19,faut toujours laisser sa chance à la sélection naturelle… C’est écologique.
pour conclure, une référence sur notre blog biosphere :

La vaccination obligatoire contre la sélection naturelle