épuisement des ressources

Philippe prône le 80 km/h, Macron le 130 km/h

Le passage au 80 km/h sur les routes voulu par le 1er ministre Édouard Philippe était une limitation de notre démesure, le président Emmanuel Macron n’en veut pas pour les autoroutes : «  Joker, il faut reporter le débat sur les 110 kilomètres/heure. Ce serait profondément injuste que tout votre travail (celui de la convention citoyenne) soit résumé à cette proposition. Je vous le dis très sincèrement : pour que ça marche, il ne faut pas stigmatiser les gens. Il ne faut pas les diviser. Il faut réussir à les embarquer tous ensemble. Si on fait ça, je vous l’écris, nos concitoyens qui sont dans les territoires les plus enclavés, qui parfois mettent tous les jours 45 minutes, une heure en utilisant les grands axes pour aller travailler, qui ont besoin pour retrouver leur famille de les utiliser, dont la vie s’organise par ces transports, ils vont dire : « OK, leur projet est un projet où il n’y a pas de place pour moi, c’est un projet d’urbains, il n’existe pas. » Ce n’est pas la réponse que vous voulez apporter. Ce n’est pas vrai. Ce n’est pas la caricature. Je pense qu’il faut faire maturer ce débat dans la société, celui de la vitesse. Ne donnons jamais le sentiment à certains de nos concitoyens qu’on les culpabilise. Et donc je propose de repousser ce débat. Je ne voudrais pas que vous connaissiez le même sort que moi, c’est à dire avoir des mois de travail qui s’abîment dans une polémique. »

Noun : Pour le 110 il a évidemment raison, ça nous promettait une deuxième saison du feuilleton gilets jaunes, et c’est pas le moment !

Hil92 : La plupart des mesures proposées ont un coût économique plus ou moins important. Mais il y en a UNE qui ne coûte quasiment rien, c’est le passage de 130 à 110km/h max sur les autoroutes. Et on sait que c’est très efficace. Et, qui sera étonné ?, c’est la première qui est abandonnée… Courage, fuyons !

StephaneB : Humm…il n’est pas interdit de chercher à comprendre la fin de non-recevoir soulevée par Emmanuel Macron avec un peu de bonne foi…parce qu’on peut raisonnablement admettre que notre President n’ignore rien des effets positifs d’une réduction de vitesse sur toute… Il se trouve juste qu’à l’hiver 2019, une grosse majorité de Français a eu la glorieuse et lumineuse idée de soutenir la jacquerie des Gilets Jaunes, qui, sous couvert d’un prétentieux projet de réforme sociale, n’avait en réalité pour autre dessein que d’être à nouveau autorisé à rouler à 160 km sur départementale, et d’obtenir un coup d’pouce financier pour rembourser l’emprunt sur l »ecran plat acheté à la rentrée… Bien…en tant que politique, il a donc bien le droit de se prémunir contre la bêtise des français !

-Alazon- : Cela coûte du temps, qui est un bien précieux. On passe deux ans par an dans une voiture en moyenne, 10% de réduction des vitesses c’est deux mois de plus. La mesure touche principalement les gens en zone rurale, déjà pénalisés par le 80 km/h. Ces mesures sans effet sérieux sur le climat sont défendues par des urbains nantis qui veulent les imposer aux autres.

Démocrate @ Alazon : au collège, on a dû vous apprendre que l’énergie cinétique est égale à 1/2 x masse x vitesse AU CARRE. Donc rouler à 110 km/h c’est 8% plus lent, mais environ 16% plus économe en énergie (donc aussi moins cher et moins dangereux en cas d’accident). Sans compter le temps gagné en réduisant les effets d’accordéons, générateurs de bouchons. En revanche là où vous avez raison, c’est qu’en allant très très très vite, le temps s’écoulera plus lentement pour vous que pour les autres, mais je ne suis pas certain que votre véhicule puisse s’approcher assez de la vitesse de la lumière pour que ce soit notable. Si c’est le cas cependant, vous ne risquez pas l’amende : les flashs des radars ne pourrons pas vous rattraper, inutile donc de les vandaliser. Et toc pour les urbains nantis!

Teknofan : Notre hyperprésident refuse le 110 km/h ! Dommage car rouler à 110 plutôt qu’à 130 permet de diminuer la consommation de 25 % (c’est pas moi qui le dit, mais un site de fana de l’automobile qui a fait l’essai). Que tout ceux qui croient encore notre président soucieux de l’écologie se rassurent ; il s’en fout. Il veut se faire réélire, point !

ChP 2 : Pour faire simple, dans ce domaine de vitesse, la principale force de résistance à l’avancement d’un véhicule est la traînée aérodynamique, Fx,q ui est proportionnelle au carré de la vitesse. L’énergie dépensée, la consommation donc, est proportionnelle à Fx et à la distance parcourue (C’est pour cela qu’elle s’exprime en l/100 km). Si l’on passe de 130 km/h à 110 km/h, on va donc économiser dans le rapport (110/130) au carré soit 72 %. C’est bien sûr un résultat du 1er ordre. La vérité n’est pas très loin.

Don Lope : Malheureusement ce quinquennat comme celui qui l’ont précédé, montre que si on veut de décisions écologiste, il faut… un pouvoir écologiste. Pour tous jusqu’à aujourd’hui, gauche, droite, ou LREM, l’écologie a toujours été un faire-valoir et aucune décision difficile en faveur de la préservation de l’environnement n’a été prise au détriment des intérêts économiques. Si les industries et in fine le consommateur devait payer le vrai coût environnemental évidemment ça changerait beaucoup de choses. <l’environnement appartient à tous et pourtant personne ne s’en soucie.

Michel SOURROUILLE : Passer aux 110 km/h va donc dans le bon sens, comme cela s’est fait pour le 80 km/h sur routes. Les automobilistes conscients des limites de la biosphère devraient se rendre compte que ce n’est là qu’une étape vers le dévoiturage, c’est-à-dire l’abandon à moyen terme de la voiture individuelle comme moyen de déplacement. Nous devons nous préparer à cet événement géo-physique inéluctable, quand il n’y aura presque plus de pétrole, essence ou gas-oil seront à des tarifs dissuasifs. Des évolutions favorables qui limitent notre usage de la voiture sont déjà en cours, le covoiturage, les ralentisseurs qui se multiplient, le recours aux transports collectif. Le bridage des moteurs à 110 km/h serait le nec plus ultra.

Un spécialiste prévoit la fin du pétrole

La crise liée à la pandémie de Covid-19 va-t-elle accélérer la transition énergétique, et donc la fin rapide du pétrole ? Le journaliste Jean-Michel Bezat estime que oui, la planète pétrole n’est plus dans la situation des contre-chocs précédents de 1986, 2008 et 2014. Il n’y a pas si longtemps, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) prévoyait une production à 120 millions de barils par jour en 2030. Mais au plus fort de la récession d’avril-mai, la demande quotidienne est tombée de 100 millions à 70 millions de barils. Elle reculera de l’ordre de 8 % sur l’année. Et après ? Des tendances réduisent sa consommation, la limitation des voyages en avion, la percée des véhicules électriques, le développement de l’hydrogène comme à la SNCF, la réduction du transport maritime sous l’effet de relocalisations industrielles. Le directeur général de Shell admet qu’il est « très difficile » de dire si la consommation retrouvera rapidement son niveau d’avant-crise. Au sein des compagnies pétrolières, l’ambiance n’est plus à l’euphorie des heures fastes. Depuis cinq ans, elles ont réduit leurs dépenses d’exploration et n’ont jamais découvert aussi peu de brut : 10 milliards de barils en 2019, deux fois moins qu’en 2015. Dissipés les mirages des sables bitumineux du Canada, la multiplication exubérante des forages par 7 000 mètres de fonds marins, les projets fous dans l’Arctique, région déclarée « no-go zone » par Goldman Sachs fin 2019. La Bourse est un juge de paix implacable, les valeurs pétrolières reculent depuis des années. Les investisseurs institutionnels tiennent de plus en plus compte du risque systémique du réchauffement climatique : une partie importante des réserves, qui constituent l’actif de ces « zinzins », devra rester sous terre si l’on veut réduire les émissions de CO2.

Jean-Michel Bezat, le spécialiste énergie du MONDE, peaufine sa conversion aux réalités biophysiques. Adepte autrefois du tout-pétrole, militant du court-termisme du prix du baril fixé par le jeu de l’offre et de la demande, il se penche maintenant sur les problèmes structurels de la merde du diable, c’est-à-dire la raréfaction des ressources en énergie fossile, la contrainte climatique, la chute des cours en bourse. Bienvenue Jean-Michel au pays des militants de la descente énergétique liée au fait qu’on a déjà dépassé le pic du pétrole conventionnel depuis 2006. Pour en savoir plus grâce à notre blog biosphere :

10 avril 2020, post-Covid, une société sans pétrole ?

extraits : L’éditorial du MONDE titre : « Après la crise, sortir de notre addiction au pétrole. » Il s’intéresse au conjoncturel, le contre-choc pétrolier, une baisse du prix du baril manigancé politiquement par la Russie et l’Arabie saoudite. Il s’intéresse à la baisse de la demande qui risque d’être durable confinement oblige, et qui accentuera un cours à la baisse de l’or noir. Pourtant l’éditorial constate que le climat exige une diminution de la consommation de pétrole… mais il ne dit pas que le prix du baril doit augmenter !…

21 février 2019, Beyond Petroleum, des mouvements vers cet objectif

extraits : Jean-Michel Bezat, journaliste au MONDE, était un « spécialiste » du pétrole qui se contentait de commenter l’état du marché, c’est-à-dire le jeu de l’offre et de la demande. Aucune perspective à long terme, aucune mention des dangereux rapports entre pétrole et réchauffement climatique. Il était un adepte du court-termisme. Dans une chronique récente, il donne au slogan de BP, « Beyond Petroleum », une toute autre dimension. Sa prise de conscience des enjeux écologiques est réelle…

17 janvier 2016, Le juste prix du pétrole, le même en 2009 et en 2016 !!!

extraits : Le journaliste Jean-Michel Bezat* se contente de ce qu’il connaît, le jeu marchand de l’offre et de la demande : « juste prix du baril, prix qui assure la rentabilité des investissements de production sans tuer la demande de pétrole ». Donc pour faire plaisir à tout le monde, « un cours oscillant autour de 70 dollars ». Rien de nouveau sous le soleil, Bezat avait écrit exactement la même chose… en 2009 : Sous la rubrique matières premières (29-30 mars 2009), il s’interrogeait doctement sur le juste prix du pétrole ou optimum économique. Avait-il la réponse ? Oui, il avait la réponse : « Le prix équitable se situe autour de 70 dollars ». Pour l’affirmer, il suffisait au journaliste de recopier ce que réclame les pétromonarchies du Golfe. Mais n’occultons pas la conclusion que faisait Jean-Michel : « Le sursis que les pétroliers s’accordent ne fera que rendre plus difficile la résolution de l’équation climatique. »…

25 septembre 2011, Jean-Michel Bezat occulte la fin du pétrole

extraits : Jean-Michel Bezat occulte la fin du pétrole en laissant trop de place à un écolo-sceptique, Daniel Yergin. Son article du MONDE* est d’autant plus biaisé qu’il dévalorise les analystes du pic pétrolier, traités d’adeptes du peak oil alors que ce sont des géologues confirmés…

La responsabilité des MBA, fermer Air France

Air France est incompatible avec les enjeux écologiques. Or notre monde organisé est peuplé de milliers d’organisations similaires, c’est-à-dire d’entités qui ont fait proliférer des réseaux de dépendance offrant, dès lors, très peu de prises au politique. Nous ne pouvons pas imaginer la fermeture d’Air France comme nous ne pouvons pas imaginer la fermeture d’une compagnie pétrolière, d’une entreprise de croisière ou d’une société qui promet des voyages spatiaux. La compagnie pétrolière est encore plus essentielle qu’Air France pour faire tourner nos économies sous perfusion aux énergies fossiles. L’entreprise de croisière offre des milliers d’emplois et des vacances bon marché à des cohortes de classes moyennes du monde entier. Les voyages spatiaux, du point de vue de la construction de nouvelles mythologies cherchant à forcer le possible, ne sont pas mal non plus ! Cette impossibilité nous dit beaucoup de cette incapacité du management à penser autrement que par la continuité. Pourtant l’avion, comme milles autres réalités de notre héritage industriel, est une « technologie zombie » à cause de sa dépendance à des énergies fossiles. Pour assurer notre mode de vie à l’occidentale, nous dépendons d’organisations qui sont elles-mêmes dépendante d’une source d’énergie en voie d’épuisement et source de réchauffement climatique. Comment résoudre cette contradiction ? 

Actuellement les formations MBA (Master of Business Administration) abordent les problèmes écologiques sous l’angle de l’économie. Les concepts mobilisés (développement durable, compensation, RSE, externalités, capital naturel…) renvoient à une conception soumise au « business as usual ». Les business schools ont une faculté extraordinaire à détourner tout ce qui pourrait contraindre la croissance du profit : faire de l’éthique une « éthique des affaires » ; faire de la pauvreté dans le monde un secteur d’« opportunités » ; une innovation intensive pour résorber le CO2 , le géo-entrepreneuriat ; créer des start-up en intelligence artificielle pour sauver les glaciers des Alpes… Or ces écoles de gestion ont un atout essentiel face à l’urgence écologique, elles sont en prise directe avec les firmes multinationales et les infrastructures technologiques qui ont été à la racine du développement industriel responsable de l’explosion des émissions de CO2 depuis plus d’un siècle. Elles doivent désormais former à la « redirection écologique », s’inscrire non plus dans le paradigme du développement durable, mais dans celui d’une « transition anthropocénique ».

Un protocole de redirection écologique consiste à imaginer la fin de ces entreprises pour des raisons d’urgence écologique. Il ne s’agit plus de maintenir en vie coûte que coûte, mais de penser le protocole de soin dans l’accompagnement d’une fermeture d’entreprise qui ne soit pas une faillite brutale. Le projet de décroissance va devenir le principal sujet des écoles de management. La redirection écologique offre aussi un nouvel horizon d’intervention aux pouvoirs publics, accompagner lucidement la fermeture d’organisations incapables d’envisager autre chose que la persévérance coûte que coûte dans leur être. En d’autres termes, il faut organiser la rupture avec le système thermo-industriel. Cela ne se fera pas en manifestant dans la rue.

NB : article librement composé à partir de la matière donnée au MONDE par des enseignants-chercheurs qui pilotent le projet « Closing Worlds Initiative »

https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/06/05/inaugurer-le-temps-des-arbitrages-ou-tout-ne-pourra-heureusement-ou-malheureusement-etre-maintenu_6041915_3232.html
https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/10/04/les-grandes-ecoles-doivent-former-a-la-redirection-ecologique_6014262_3232.html

La publicité dévore la planète et nous avec

La publicité dévore la planète et pollue nos sentiments. Vingt-deux associations, dont Les Amis de la Terre France, Foodwatch, l’institut Veblen, Résistance à l’agression publicitaire (RAP), Sherpa, Communication sans frontières…, dénoncent dans un rapport l’influence des milliards d’euros investis en dépenses publicitaires sur les comportements, en contradiction avec la transition écologique. Les dépenses annuelles mondiales de publicité et de communication des grandes entreprises dépasseront les 1 500 milliards de dollars (1 320 milliards d’euros) en 2021. En France, elles seraient de 46,2 milliards d’euros. D’autant plus que le pouvoir d’influencer est complètement déséquilibré. Parmi les quelque trois millions d’entreprises en France, moins de 1 % ont accès au marché publicitaire. Le secteur automobile se dispute chaque année avec celui de la grande distribution la place de premier investisseur publicitaire. Propositions des associations : « Dans le cadre d’une approche progressive, il s’agirait d’interdire la publicité uniquement pour les véhicules plus polluants, pour les offres de voyage à haute intensité de transport ,pour tous les aliments de la malbouffe ». On demande des mesurettes alors qu’il faudrait supprimer complètement la publicité !

Il est regrettable que le mouvement écologiste ne soit pas tellement à la manœuvre pour combattre la publicité, cet instrument décisif de la surconsommation et du gaspillage de ressources naturelles. Nous saluons les ouvrages de référence, De la misère humaine en milieu publicitaire (par le groupe Marcuse) et Le bonheur conforme (essai sur la normalisation publicitaire) de François Brune. Nous avons aussi réalisé des synthèses sur la publicité, ainsi ce Biosphere-info de juin 2013, écologie et publicité, ou cette autre référence à François Brune, Nature et publicité. Mais vous pouvez agir avec le R.A.P (résistance à l’agression publicitaire) ou les déboulonneurs…  A chacun d’entre nous de trouver sa voie, collective ou individuelle, pour se libérer de la publicité.

Pour en savoir plus grâce à notre blog biosphere :

2 février 2016, Faire disparaître les riches, l’innovation… et la publicité

18 janvier 2016, Un premier pas vers la fin de la publicité… pour enfant

30 décembre 2015, Ascèse ou désir, l’emprise de la publicité sur nos vies

26 novembre 2014, Action municipale contre la publicité, autres actions…

6 septembre 2014, Halte à la publicité sur les chaînes publiques et privées

3 décembre 2013, « déboulonneurs » de publicité, des publiphobes ?

4 septembre 2013, Publicité, désinformation et dévastation du monde

3 septembre 2013, Publicité, règne des marchands et de la propagande

2 septembre 2013, La publicité ne relève pas de la liberté d’expression

Le sentiment qui m’habite, c’est l’angoisse

« Le sentiment qui m’habite, en vérité, et qui habite plein de gens, c’est l’angoisse : quel monde terrifiant va-t-on laisser à nos enfants ? » Les anti-écolos qu sévissent dans les médias devraient méditer un peu plus cette phrase de Ruffin. De source sûre depuis le rapport sur les limites de la croissance en 1972 et toutes les études scientifiques qui, depuis, ont confirmé le mauvais état dans lequel nous mettons la planète, tout le monde devrait savoir que ce monde thermo-industriel court à sa perte. Les illusionnistes anti-écolo ne font qu’accélérer un peu plus la vitesse à laquelle on fonce vers le mur. Voici quelques textes récents de référence :

1) Le sentiment qui m’habite, en vérité, et qui habite plein de gens, c’est l’angoisse : quel monde terrifiant va-t-on laisser à nos enfants ? Nous fonçons droit dans le mur écologique, à vitesse accélérée. On le sait, et on sait pourquoi : avec le triptyque croissance-concurrence-mondialisation, on rend l’air irrespirable, l’eau imbuvable et la planète invivable pour nos enfants. Il nous fallait appuyer sur le frein, changer de direction, mais nous ne faisions rien. A la tête de notre pays, nous avons des gens qui sont psychologiquement, idéologiquement et culturellement incapables de rompre avec la main invisible du marché, et avec la mainmise des firmes. Depuis trente ans, la mondialisation a tracé une frontière entre vainqueurs et vaincus. Nos dirigeants parlent de souveraineté alimentaire, et en même temps, ils signent des accords pour importer du bœuf mexicain ! Laissée libre, la main invisible du marché élève les uns, écrase les autres. Elle ne va pas naturellement relocaliser l’agriculture, les vêtements, les aliments. Aujourd’hui, il faut une direction à l’économie, comme aux États-Unis durant la guerre : toute l’énergie, tous les capitaux, tous les savoir-faire du pays étaient dirigés vers la production de chars, de bombardiers, de porte-avions. Il nous faut une économie de guerre climatique. Que veut-on produire ? Il y a des tas de productions inutiles, qu’il faut cesser. Nous devons rompre avec la croissance. Comme but poursuivi pour l’industrie, je pose l’impératif écologique. L’enjeu, aujourd’hui, est d’ouvrir un chemin d’espérance entre l’extrême droite et l’extrême argent. » (François Ruffin dans LE MONDE du 30 mai 2020)

2) Certains acteurs arguent de leur incapacité à mettre en œuvre ces mesures écologiques en temps de crise économique. Mais les difficultés des entreprises ne doivent pas faire perdre de vue l’impératif de la transition vers une économie circulaire plus sobre en ressources qui favorise l’allongement de la durée de vie des produits. En France, la loi anti-gaspillage a posé les jalons d’une consommation plus durable en facilitant les solutions grâce à des mesures comme l’indice de durabilité, le fonds réparation, la priorité au réemploi et à l’économie circulaire dans la commande publique, la disponibilité des pièces détachées, l’écoconception, etc. Nous, associations et entreprises conscientes de l’urgence écologique, demandons à ce que le cap de la loi anti-gaspillage soit au minimum maintenu pour passer enfin au monde d’après, un monde dans lequel les produits sont conçus pour durer, être donnés, loués, reconditionnés ou réparés, en cohérence avec l’existence d’une seule planète terre sur laquelle prospérer. (collectif du Club de la durabilité dans LE MONDE du 2 juin 2020)

3) Après le prolétaire le planétaire, les radicalités ont trouvé leur nouveau cheval de bataille, et ce n’est que réalisme face au libéralisme économique. Rappelons que ce libéralisme est une doctrine qui repose sur le désengagement de l’Etat, la responsabilité des chefs d’entreprise, la loi du marché et les inégalités. Faire le plus de fric possible le plus rapidement possible ! L’enjeu écologique au contraire nécessite une vision du long terme qui est complètement absente des mécanismes de l’offre et de la demande. L’enjeu écologique nécessite de casser la spirale néfaste imitation/ostentation qui découle de la différence des normes de consommation entre riches et pauvres. L’enjeu écologique nécessite une forte intervention de l’État et sans doute une planification écologique. L’enjeu écologique nécessite la participation de tous aux efforts nécessaires. (biosphere)

Post-covid à la gloire du libre échange, NON

Idée fausse : « La spécialisation et la production à grande échelle génèrent des bénéfices économiques importants. »

Idée pas claire : « La mondialisation permet aux consommateurs d’avoir accès à des biens sophistiqués à un coût faible. »

Idée fataliste : « Les politiques protectionnistes sont très coûteuses pour ceux qui les mettent en place, surtout dans des systèmes de production très fragmentés. »

Idée fantaisiste : « L’Europe a beaucoup tiré profit du libre-échange. »

Idée absurde  : « Les normes sociales et environnementales sont indispensables à une croissance durable sur le long terme. »

Ces propos d’Isabelle Méjean, professeure à l’Ecole polytechnique, sont largement commentés sur lemonde.fr :

Marredesc : Ca tourne en rond, façon hamster. Il faut « diversifier les sources d’approvisionnement », mais cela suppose de « réviser la concentration très importante de la production dans un petit nombre d’entreprises et de pays ». Or cette concentration « génère des bénéfices économiques importants », et si on revient en arrière c’est « le consommateur [qui] paiera la note ». Et çà il ne faut pas cher.e.s ami.e.s, car dans le modèle dont elle cause, c’est votre consommation effrénée de tout un tas de produits inutiles et toxiques (qui finissent dans de vastes dépotoirs) qui fait marcher le bazar.

Walden58 : Cette « jeune » économiste de 39 ans nous repropose la vieille lune de la mondialisation comme un résultat win/win. Quand on voit le résultat en matière d’explosion du chômage dans les pays occidentaux, l’exploitation féroce d’un salariat de misère dans les pays de délocalisation et la course tout aussi féroce aux riches dividendes par les actionnaires, on voit bien que les tenants de la mondialisation ne se préoccupent que de la bonne santé des dividendes et non des besoins réels de la population mondiale non détentrice de capitaux.

Super Sara : Si on relocalise en France, on payera plus cher. Mais on aura des emplois, des retombées fiscales et l’assurance qu’on ne sera pas tenu par les c… par la Chine et autres cinglés exotiques.
NGO : Ce qui est inquiétant c’est qu’elle enseigne à Polytechnique. Je doute que des profs d’économie puissent être neutres, ils propagent surtout leurs idées.

Michel SOURROUILLE : Si on rentre dans le détail des propos de Méjean, il faudrait croire à cette idée folle qu’une croissance durable sur le long terme est encore possible sur une planète dont on a déjà dépassé toutes les limites. Il faudrait croire à cette idée éculée d’un bénéfice du libre-échange pour l’Europe alors que celle-ci a pratiquement abandonné toutes ses activités industrielles, du textile aux gants chirurgicaux, au prix d’une dépendance absolue aux importations et d’un chômage de masse. Il faudrait encore désirer des « biens sophistiqués à un coût faible » alors que l’avenir est à la simplicité volontaire. Il faudrait refuser le protectionnisme mais instituer une taxe carbone aux frontières. Rappelons à cette économiste que la démondialisation pour une relocalisation des activités est la seule alternative à un libre échange qui impose la loi du plus fort, chose connue depuis Ricardo et la prédominance de l’Angleterre dans son empire au XIXe siècle.

Izy : Cette dame n’a pas l’air d’intégrer la nécessité d’une transition économique décarbonée dans ce qu’elle nous dit sur la relocalisation (laquelle s’impose tout simplement déjà pour réduire les coûts en carbone des transports). Je ne sais pas ce qu’elle raconte aux polytechniciens mais si c’est pour les maintenir dans l’idée complètement fausse que l’économie est indépendante des systèmes physiques et des équilibres biologiques terrestres , ça craint un maximum…

C. du Lac : Un prix bas pour les consommateurs n’est pas le nec plus ultra. Certains économistes oublient que le but de la politique économique, c’est la distribution juste du bonheur. La mondialisation, quant à elle, a pour destin la mort par le lingchi (supplice en usage en Chine qui consistait à entailler et retirer successivement, par tranches fines, des muscles et des organes du condamné avant de lui couper la tête).

Roymacaille : Mon grand père qui ne roulait pas sur l’or avait coutume de dire :  le bon marché revient cher. A quoi sert un prix bas pour un produit dont on n’a pas besoin ? Un prix bas au moment de l’achat signifie-t-il un prix bas sur la durée d’utilisation ? C’est loin d’être évident avec tous ces produits dont la principale caractéristique est la recherche du plus bas prix. Et je ne parle pas des conséquences sociales et environnementales…

Jean Kazadi : C’est la course effrénée à qui versera plus de dividendes aux actionnaires qui a justifié la délocalisation des entreprises, pas le souci de vendre des produits moins chers. Dans les années 1960 mon père qui n’avait pas plus étudié que moi pouvait faire des économies de quelques mois pour s’acheter une VW produite en Allemagne ; aujourd’hui je dois recourir à un crédit bancaire pour m’acheter la même Coccinelle dont la production a été délocalisée au Brésil, « pays à la main d’œuvre moins chère ».

G.Martin : Pas un mot sur le pic de production de pétrole qui a été dépassé alors que notre économie dépend entièrement du pétrole. Pas un mot donc concernant la préparation à l’après pétrole par la relocalisation. Jancovici a encore bien des conférence à faire avant de toucher les économistes… courage !

Gandalf : Relocaliser c’est créer des emplois ici et se rendre indépendant des aléas internationaux. Une vraie bonne idée alors que la catastrophe écologique est bien là et que le local est une vraie réponse pour y faire face. Peut-être un peu trop de lobbying dans ses propos ?

RAS : Merci pour cet article intéressant aussi par les réactions qu’il suscite. On pourrait bien sur inviter tous les « indignés » à planter leurs pommes de terre pour la récolte qui les nourrira l’année prochaine, et à se demander d’où viendront le coton et le polyamide de leurs futurs masques. Plus sérieusement il est évident que la question posée est celle de l’échelle adéquate pour une production efficace, et la diversification (en localisation, qualité, prix) semble essentielle.

Ana Chorète : Ouaip, j’ai planté mes pommes de terre. Sans indignation mais avec cohérence. Sans hystérie. Sinon, le lin et la laine, c’est bien aussi, pas pire que le polyester. N’est pas remise en question « une croissance durable sur le long terme ». Dans un monde fini ? Long terme… vingt, cinquante ans ? Un siècle ? Jusqu’à épuisement de toutes les ressources disponibles ?

Post-covid, rien ne changera-t-il vraiment ?

Un « expert en innovation » qui ne sait que prêcher la continuité, Vincent Charlet : « La pandémie a-t-elle encouragé au détachement matériel ? Bien au contraire, dans moins de deux ans les Français achèteront encore plus sur Amazon et seront encore plus nombreux à s’envoler au soleil pour leurs vacances. La seconde perspective est celle qui voudrait que les entreprises décident de rapatrier une part substantielle de leur production à proximité de leur pays d’origine. Mais déplacer ne veut pas dire relocaliser, surtout si les acheteurs restent peu enclins à payer le surcoût d’une fabrication locale… C’est le changement climatique qui obligera les principales puissances à se rasseoir à la table des négociations. »*

Les commentaires sur le monde-fr nous éclairent :

Xavier : Ce monsieur Charlet nous explique que rien ne changera parce que nous ne le voulons pas vraiment. Mais si cette crise dure, il est question d’endettement public stratosphérique en Europe, de chômage aux US, d’inflation peut être… pas sûr qu’il soit seulement possible de reprendre la même route après ça.

Michel Sourrouille : Vincent Charlet est un fin dialecticien, il dit que rien ne changera à cause du coronavirus, mais que tout changera à cause du changement climatique. Il ne croit pas que nos consommations ostentatoires vont cesser après le confinement, mais il croit qu’on va enfin s’asseoir autour d’une table pour réguler les émissions de gaz carbonique. Il a à la fois tort et raison, tout dépend de l’échelle de temps qu’on considère. ll y a eu une vie sans voiture individuelle il y a un siècle, il n’y aura plus de voiture individuelles dans un siècle. Sauf que le changement ne sera pas du principalement à la Covid-19, on s’accommode très bien des morts humaines pendant une guerre ou une pandémie ; mais on n’évitera pas la déplétion pétrolière et les autres contraintes biophysiques dues à l’épuisement des ressources naturelles. Vincent Charlet d’ailleurs n’est pas dupe : « La catastrophe annoncée se sera matérialisée sous nos yeux sans que nous n’ayons sans doute rien fait. »

Claude Danglot : La pandémie du Covid-19 est l’illustration caricaturale de l’effet dramatique de la mondialisation et du libéralisme sur les équilibres écologiques de la planète et sur son réchauffement climatique. S’imaginer que les choses vont pouvoir continuer « comme avant » alors que l’économie s’effondre est d’une naïveté affligeante. L’économiste américain Kenneth Ewart Boulding avait coutume de souligner : « Celui qui pense qu’une croissance exponentielle peut continuer indéfiniment dans un monde fini est soit un fou, soit un économiste ……… Dans un système ouvert, il est possible de concevoir n’importe quelle activité humaine. Dans un système fermé, l’homme ne peut plus agir comme bon lui semble s’il ne veut pas disparaître, dans le cas extrême, de la surface de la Terre. »

GERONIMO : Loin de la « pensée magique » habituelle des collapsologues, Charlet décrit bien le monde tel qu’il est. Le consommateur qui ira toujours acheter au meilleur prix et le marché qui ira toujours produire au moins coûteux, l’emporteront toujours sur le citoyen (qui n’est qu’un consommateur comme un autre). Et pour les sceptiques, deux choses : 1/ Renoncerez-vous à vos ordinateurs bourrés de métaux rares et produits en Asie pour $5/jour ? 2/ La terrible Peste Noire du XIVème siècle qui a tué 50 % de la population européenne n’a changé ni les institutions, ni les habitudes alimentaires, ni les échanges et n’a pas mis fin ni même ralenti l’évolution de nos sociétés vers une sortie lente du Moyen-Âge, deux longs siècles plus tard. Elle a juste renforcée la peur en la « Colère de Dieu »… Ca ne vous rappelle rien?

G RICH : Le monde va changer graduellement même si les lobbys se mettent en travers. On ne parle pas forcément d’autosuffisance mais de sécurité d’approvisionnement. Il sera bientôt impossible à des grands groupes pharmaceutiques d’avoir un seul fournisseur au mépris des règles les plus élémentaires d’assurance qualité. Il y aura des relocalisations pour raisons stratégiques. Le vrai coût du transport sera progressivement affecté au prix des produits. Enfin, les moyens digitaux vont amputer une partie de la demande en voyage (voiture et avion).

Rosemonde : Une partie de la population a déjà changé ses habitudes de consommation, qui boycotte Amazon et l’agriculture intensive au profit des AMAP, prend son vélo plutôt que sa voiture, prend des locations en France plutôt que du all inclusive à Punta Cana, etc. Beaucoup déjà consomment moins mais mieux, c’est à dire ne s’achètent plus l’énième blue-jeans fait au Bangladesh mais payent leurs tomates plus chères. Bref, des hommes et des femmes qui ont une conscience et s’en servent. Il me semble que cette minorité va croissante, et qu’elle est, en plus, portée par plusieurs catégories sociales dont celle des leaders d’opinion…

Bergeist : Sans dévoiler mon identité, je peux dire que j’enseigne dans des très grandes écoles d’ingénieurs. Un constat : les 18-25 ans qui ont tous (pour les français) le bac avec mention TB ont la ferme volonté de changer ce monde, non pas du fait du coronavirus mais parce qu’ils le considèrent comme pervers (il se trouve que c’est le même mot en allemand et en français). Ainsi, 1/3 d’entre eux s’étaient déjà engagés à ne plus JAMAIS prendre d’avion hors obligation professionnelle à la rentrée d’octobre 2018. Un an et demi plus tard, ils avaient tenu bon…

NKN : Je confirme observer aussi dans les derniers recrutements des jeunes diplômés bac+5 qui devraient être le fer de lance de nos industries productivistes sont en fait déjà largement engagés dans une évolution des modes de vie : plus d’avion, pas ou presque de viande, vêtements d’occasion, etc. Ils n’ont pas attendu l’évolution de l’offre des multinationales pour changer. Bien sur il faut que jeunesse se passe mais parmi eux sont peut-être des dirigeants de demain.

Pm42  : Oui, ils sont jeunes. Rien de nouveau. Voyez le bon coté des choses : à une autre époque et dans un autre pays, ils auraient fait gardes rouges pour améliorer le monde et vous auraient flagellé en public afin de se débarrasser du passé.

Christophe M : A l’issue de cette crise, et par effet cumulatif de prises de conscience précédentes, non, Monsieur Charlet, la majorité des Français ne se précipitera pas dès septembre pour acheter un nouveau SUV, oui, une petite partie de la population aura définitivement changer sa manière de s’alimenter, non, le dogme économique financier ne sera plus l’unique étalon de la vie réelle pour certains, oui l’utilité sociale de la vie économique deviendra un critère de plus en plus prégnant. Ce n’est pas un grand soir qui s’annonce mais plutôt une longue journée.

Marius Albufera : L’ idée de relocalisation se heurte à un constat: nous n’ avons pas suffisamment de ressources naturelles et l’ opacité de la finance a été le moyen que nous avons trouvé de les payer à ceux qui les possèdent au lieu de continuer à leur extorquer comme nous avons fait depuis la colonisation (le pétrole…). De la même façon, nous travaillons une heure pour nous procurer un bien que d’ autres mettent 10 heures à produire: là aussi, le tour de passe-passe financier nous permet de faire travailler les autres pour nous. Sans mondialisation et sans masque financier, c’ est la vraie taille de notre richesse qui va se révéler…

* https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/04/17/apres-le-coronavirus-un-autre-monde-est-peut-etre-possible-mais-il-n-adviendra-pas_6036908_3232.htm

post-Covid, l’espoir ténu de l’autosuffisance

Nous sommes déjà avertis de l’effondrement civilisationnel prévisible depuis le rapport au club de Rome en 1972 sur Les limites de la croissance. Aujourd’hui popularisée en France par Pablo Servigne, la collapsologie explore à à nouveau la vulnérabilité de notre société thermo-industrielle face à divers risques systémiques. La crise du coronavirus fait donc écho à des scénarios connus : un monde d’autant plus fragile qu’il est complexe, un monde rendu invivable par la surpopulation humaine, un monde non durable qui va rencontrer pénuries, crise pétrolière et financière, sans oublier le réchauffement climatique, la chute de la biodiversité, la guerre, la famine et les épidémies. Les commentateurs sur lemonde.fr se partagent entre effondristes et anti-écolos :

Ursus speleus : Le monde se divise en deux: le collapsologue qu’a une pelle et le gonze qu’a un revolver, et donc le collapsologue creuse.

Du Joli : Et quand il n’a plus de balles, le gonze prend un coup de pelle.

MaxBoltz1954 : La collapsologie : variante moderne du « Repentez-vous, pauvres pêcheurs » avec quelques scientifiques perdus ou en mal de reconnaissance.

As1 : La collapsologie, c’est un terme à la mode. Le réchauffement climatique et l’extinction rapide du vivant, ce sont des réalités. Les anti-ecolos croient qu’il s’agit d’un positionnement politique. Non, c’est juste un constat. Ne pas voir, c’est simplement du déni.

Alazon : L’exposition donnée par LE MONDE à ces illuminés collaspsos est indécente. Heureusement que face à cette crise on a des TGV médicalisés, Tesla, PSA ou Renault qui font des respirateurs, des produits chimiques pour les anesthésies, LVMH pour faire du gel, Facebook pour nous aider à pister le virus… Cela sauve des vies. Tout cela c’est l’avenir. Le boboécolo, lui, ne comprend rien à son époque. Il est terré au fond de son appartement à manger des graines bio, confit dans la peur et dans la nostalgie d’un passé fantasmé, amoureux transi de la nature qui vient de nous envoyer une belle saloperie. Les collapsologues sont les derniers soubresauts de ce monde qui meurt : celui de la France moisie et recroquevillée, celui du poujadisme, celui de Zemmour et Hulot.

Fep : On vous laisse manger votre TGV et boire votre gel hydroalcoolique alors… bon app’ !

ca_alors : Oui Alazon. Vos termes sont un peu violents, mais je les partage, car sérieux, il y en a marre. La rédaction du MONDE n’est pas folle cependant, car elle sait que certains sujets déchaînent des passions. Depuis peu, j’entends des amis se plaindre franchement d’avoir des enfants qui les accusent d’avoir détruit la Terre. Des enfants à qui on aimerait leur proposer un stage d’un mois (n’exagérons pas) de chasseur cueilleur (espérance de vie de 30 ans), sans téléphone (les ondes), sans médecine (la technologie), et bien sur sans électricité. Un peu comme les 800 millions de personnes qui attendent eux, avec une immense impatience, d’avoir de l’eau potable dans leur maison.

As1 @ca_alors : Vous êtes superbe de déni. Entre deux romans, lisez le dernier rapport du Giec.

GERONIMO : Les collapso sont des curés. Ils ont troqué la Peur de Dieu par la Colère de Gaïa. Ils sermonnent, nous devons faire pénitence, nous blasphémons quand nous achetons une simple tranche de steak et nous ne serons jamais assez digne de la nouvelle divinité.

Transition_necessaire : Je m’inquiète de la non soutenabilité de notre monde depuis 15 ans. J’ai eu une phase de peur/sidération il y a 1 an. Et je vis la crise COVID comme un soulagement (et pardon pour ceux touchés par la surmortalité ou une crise éco sociale violente). Le virus nous a permis de ralentir globalement. Et jusqu’ici les services vitaux restent disponibles, même s’il y a des exceptions tragiques. Surtout j’ai espoir que des changements voient le jour. Mais nos moyens d’action seront beaucoup plus limités si on attend des chocs (inertie climatique sur 30 ans, s’il fait 50° c’est trop tard), ou de subir des pénuries de pétroles incontrôlables. Construisons une résilience hors croissance.

Clovis : Je pense le contraire de tous ces rêveurs : les petits groupes rousseauistes n’ont aucune chance de survie. Les sociétés complexes, avec une forte industrie, un gros budget de recherche, une armée et une police bien payées, des hôpitaux bien équipés, des greffes d’organe, et donc une industrie chimique pour fabriquer les médicaments antirejet sont les seules à pouvoir résister. On peut faire remarquer qu’actuellement il existe une société qui vit en petits groupes, et plus ou moins en parasite des grandes sociétés : c’est les Rom. Perspective peu encourageante pour nos collapsologues, mais c’est pourtant ce qui les menace : la clochardisation, comme à ND des Landes.
Vetruvio : Je ne crois pas à un effondrement proche. Mais je crois que d’ici 20 ou 30 ans nous allons être confronté à des problèmes de ressource gigantesque. Et on a beau traiter les collapsologues de bobo naif…Il suffit de lire un rapport du giec , un rapport sur les réserves de pétroles et de gaz, un rapport sur les terres rares et métaux pour s’apercevoir que l’on va vers un gros problème. Et pour tous ceux qui parle d’un switch vers les renouvelables , je vous laisse faire comparer les ressources nécessaires pour faire avancer un camion d’un kilomètre avec du pétrole, et de l’autre avec de l’électricité issue de moyen de production renouvelable. Oui la technologie progresse, mais les lois de la physique et de la thermodynamique ne changeront pas.

ChP : Je ne pense pas que nous serons victime d’un effondrement quelconque, je pense plutôt que nos sociétés partiront en déliquescence. En effet nous avons largement les moyens de retarder la fin au lieu de préparer un monde d’après, durable, acceptable et accepté par tous. Cette impréparation conduira a des luttes interminables entre les différentes zones d’influence du monde et entre les différents pays de ces zones. Cela prendra peut-être un siècle. L’attitude de l’UE, des pays membres, de leurs dirigeants à l’ego surdimensionné, que l’on observe en cette période de crise du Covid-19, en est un triste présage. Les nationalismes conduiront à porter au pouvoir des fous illuminés tel que Trump qui ne pense que rapports de forces et non pas coopération. Le voila le monde de demain.

Thierry Oiseau : Gaïa tient le chronomètre. Ainsi, à mon avis, elle nous laisse 10 ans, 20 tout au plus, pour créer le monde de demain : écologique et paisible. Oui le défi est colossal.

Vince : Se nourrir et s’approvisionner en énergie, eau… au plus proche est très bien. Réduire ses consommations aussi. La croissance actuelle est mortifère, car elle consomme trop de ressources et détruit notre maison commune. Ceci dit, l’autonomie est un leurre complet. La vie EST inter-dépendance, depuis les bactéries jusqu’aux êtres les plus évolués. La solidarité et l’entraide sont les seules solutions. Le repli sur soi n’a aucun sens car nous ne savons quasiment RIEN faire par nous-mêmes. Faites la liste des chose que vous pouvez faire ENTIEREMENT par vous-même et vous comprendrez.

Charly : Ces gens planent totalement. Comment peut-on être à ce point en dehors des réalités ? Ils n’ont aucune autonomie, c’est une illusion, ils restent dépendants pour tout (santé, éducation, matériels, logistique…). Le repli sur soi ou sa tribu serait l’avenir de l’humanité ? C’est plutôt le passé… Et puis surtout, si nos sociétés devaient s’effondrer comme l’écrit de manière aberrante Yves Cochet, tout serait balayé : tout. Rien n’y résisterait. Ces gens se croient en sécurité dans leurs rêves et leur éco-hameau ? Ils seraient pillés, massacrés avant les autres. Vous croyez au scénario Cochet ? Apprenez le maniement des armes, cela vous sera d’un meilleur secours que la permaculture…

Guillaume Landes : Ne pas confondre collapsologie et survivalisme, parfois c’est compliqué… La résilience des territoires avec autonomie alimentaire et autonomie politique locale parce que small is beautifull, ça existe depuis longtemps. Du phalanstère en passant par la coopérative agricole, du municipalisme libertaire à la commune, du monastère cistercien à la recherche du Siddharta d’Herman Hesse, on connaît toutes ces belles utopies. Ce qui change avec les collapsologues, c’est juste qu’il nous disent qu’ils ont besoin d’une mega-crise pour se justifier… mais pas la peine ! Pas besoin d’être dos au mur pour faire la révolution.

François C.H. : Je ne sais pas si nos civilisations finiront par s’effondrer d’un coup, par morceau ou pas du tout, mais il faudrait être sacrément sourd pour ne pas voir que la probabilité d’un grand crash est relativement élevée. Dans ces conditions on comprend que certains prennent les devants. C’est une vie difficile, mais sûrement mieux remplie et plus satisfaisante qu’une vie de fourmi boulot/Netflix/dodo/shopping/etc.

zorglub : « partager les ressources et les compétences à l’échelle d’un petit territoire, afin de satisfaire l’essentiel des besoins fondamentaux « . Ça a été tenté avec la communauté anarchiste de Longo Maï. Echec, ils sont obligés de mendier en Suisse pour subsister. En fait les collapsos ne mesurent pas à quel point ils sont dépendants de l’industrie. C’est dramatique parce que ça crée une forme d’écologie totalement esthétisante, romantique, peuplée de totems et de tabous, et pour le coup hors sol. Il faut faire des calculs ; par exemple un vélo à vitesse, c’est en réalité une réalisation hautement moderne et industrielle.

Alain PANNETIER @ zorglub : Vous avez tout à fait raison. Avant de venir taper mon commentaire, je quitte mes chaussures en écorce de bouleau (histoire de ne pas salir le sol de la caverne), j’enlève mon gilet en peau de chèvre et je colle mammouth (« mammouth » c’est mon chien) dans la cage tournante pour générer un peu de courant avec quelques cristaux de galène sur l’axe rotatif (la science !!!). Bon allez, faut que je vous quitte. C’est pas tout ça mais j’ai encore 5 chèvres à traire 3 mouflets à torcher, quelques silex à finir, et un lapin à dépecer. Ce soir c’est la fête : soirée macdo. J’ai déterré des tubercules dans la clairière à côté de la cascade et on va se faire des frittes dans de la graisse de sanglier, par Toutatis.

TO : Les collapsologues que je fréquente ne craignent pas l’effondrement de notre civilisation : Ils en rêvent! Ils fantasment d’un retour à la terre, d’une vie plus simple, plus communale, … bref une autre manière de vie. Sans croire à leurs théories, je me dis parfois la même chose…

Shakti : Votre problème, TO, c’est de croire à l’idée même de civilisation ! Car celle que vous nommez, c’est un fantasme de conquérants illusionnés par un croissancisme hypocrite qui n’aboutit qu’à la hausse des inégalités sur une planète aux ressources saccagées.

Stéphane : Le plus grand problème dans l’effondrement assuré de notre Civilisation tiendra dans ses nombreux soubresauts et la violence croissante que cela engendrera. La gestion de cette violence par l’Etat n’est pas garantie.

DDom : Ils mettent la barre très bas, au niveau du sol qu’ils devront gratter et disputer aux ravageurs. Ils mourront à 40/50 ans, épuisés par une vie de labeur et de pénuries. Ils auront oublié que leur pays avait produit Pasteur. Moliére…, construit Versailles , Vézelay…. Et s’habilleront de haillons, sentiront la crasse et la misére. Tandis qu’ailleurs dans le monde des ingénieurs, des scientifiques, des artistes et d’autres continueront à toujours élargir les frontières de l’ignorance.

Pffff : C’est oublier un peu vite, Ddom, que ce sont ces gueux qui vous nourrissent… La nourriture ne se produisant pas seule sauf dans vos rêves d’un futur qui n’existera jamais.

Pessicart : Pour ce qui est des légumes, à Nice, donc dans une région privilégiée, un potager à l’air libre ne produit quasiment rien entre début novembre et fin mai. Pour les fruits, c’est à peu près pareil hormis les agrumes. Celui qui veut se nourrir de sa production doit donc produire beaucoup pendant peu de temps puis stocker ou faire des conserves et il faut accepter ensuite pendant 6 mois de manger toujours la même chose et du pas frais. Ensuite, les fruits et légumes contiennent très peu de calories, la plus grosse part de l’énergie que nous engloutissons vient des sucres lents, principalement des céréales, de la viande et de l’huile (ça on a chez nous). Dans les Alpes maritimes, plus d’un million d’habitants, la production de céréales comme de viande est quasiment nulle, même la production de poissons est très faible. Pour vivre en autosuffisance, sur le plan de l’alimentation, bonjour l’angoisse.

Constanze @pessicart : Renseignez-vous un peu avant de dire des bêtises, il y des productions hors des périodes que vous citez : poireaux, carottes, pomme de terre, noix, noisettes, kiwis, kaki … Ce ne sont pas les mêmes et il y en a moins mais de là à dire qu’il n’y a rien. Quand à stocker et faire des conserves pour manger de bons produits, je ne vois pas ce qui vous pose problème par rapport à acheter de la bouffe industrielle dans une surabondance d’emballages plastiques. Certains aliments aussi se font sécher, se conservent avec le sel et sans doute d’autres moyens.

Pessicart : @constanze, j’ai écrit « quasiment rien ». Pour votre info à Nice les pommes de terre se sèment fin janvier et se ramassent en juin, les garder jusqu’au mois de janvier suivant c’est pas facile vu les chaleurs. Les carottes ne passent pas l’été, les poireaux il faut en planter au 15 août et bien s’en occuper, pour ce qui est des noix et noisettes ça ne pousse pas ! Il y a effectivement des kakis, on les cueille en octobre et on les garde au garage un mois ou deux. Vous pouvez chipoter, le principe c’est que quand il y a peu d’ensoleillement et pas de chaleur rien ne pousse. Mon grand père stockait des melons dans de l’orge en septembre, il en mangeait jusqu’à Noël. On peut trouver des combines mais c’est du travail et il faut beaucoup de technique. Mon propos était seulement de moquer les gens qui prétendent se nourrir avec leur jardin, ils ne savent pas ce qui est mis en œuvre aujourd’hui pour, par exemple, qu’ils aient des carottes toute l’année.

Esclave moderne : Pour ce qui est de la viande, nos aïeux avaient des lapins, cochons, poules etc. mais il faut accepter de se salir les mains et d’autres moyens de conservation que le congélateur existent.

Marcus78 : Mes grand parents étaient paysans (pas agriculteurs, paysans) et franchement je n’envie pas leur vie. Que les collapsologues collapsent en paix. Personnellement je pense que le monde d’après sera encore plus globalisé, les grands gagnants seront (sont déjà) les GAFA et consort qui nous permettent de survivre pendant cette période grâce aux nouvelles technologies. Les perdants : les vieilles technologies et industries, le tourisme, les transports collectifs.

VeritasOrigine : Le système actuel pourrait très bien se perpétuer si l’on avait une politique volontariste de diminution de la population mondiale. Cependant cette politique se heurterait à de multiples religions ( croissez et multipliez, tabou de la contraception…) et aux extrêmes, donc elle ne se fera pas.

Une femme : Ne vous inquiétez pas ! Après les quelques famines et guerres que vont entraîner l’effondrement des ressources, vous l’aurez votre diminution de la population mondiale.

post-covid, à quel prix le baril après-demain

Ubuesque paradoxe, la valeur du baril cotait à New York le 20 avril au-dessous de 0 dollar, un prix négatif. Autrement dit, les spéculateurs cherchaient à se débarrasser de leurs barils tellement le marché était saturé. La Covid-19 a fait chuter a demande de 30 %, les déplacements en voiture ou en avion sont réduits au minimum. Cette chute illustre aussi la financiarisation du pétrole ; les spéculateurs qui avaient acheté un contrat pétrolier n’ont pas de lieu pour stocker le pétrole et attendre des jours meilleurs. Enfin les considérations géopolitique sont toujours présentes, l’Arabie saoudite et la Russie s’étaient lancées dans une violente guerre des prix en augmentant leur production pour remporter des parts de marché. Bien que spectaculaire, ce prix négatif pour le contrat à terme WTI (West Texas Intermediate) n’est qu’anecdotique. Les économistes sont très forts, ils peuvent expliquer une chose et son contraire, la prospérité éternelle et la crise profonde… après que les faits se soient déroulés. Sur ce blog biosphere, nous ne nous intéressons qu’aux déterminants du long terme et pas à l’écume des jours présents.

A moyen terme le pétrole pas cher va inciter beaucoup de pays à pratiquer une relance « grise », basée sur les énergies fossiles, dès la fin des mesures de confinement. Et donc que les émissions de CO2 vont repartir à la hausse. Exit la lutte contre le réchauffement climatique, place aux politiques de relance, au soutien des compagnies aériennes et aux incitations à consommer à crédit. Pour un écologiste, le monde d’après ressemblera étrangement au monde d’avant, quelques problèmes de passage aux différentes frontières exceptés. Situation ubuesque, certes, mais toute l’économie mondiale est actuellement ubuesque…. l’argent continue et continuera à ruisseler sur les murs des banques, quelques spéculateurs vont s’enrichir encore plus, d’autres s’appauvrir beaucoup plus, le Peuple retournera à l’usine et l’État ne pourra qu’accentuer la pression fiscale pour compenser notre arrivée en récession post-covid. Et tout le monde trinquera face à une inévitable envolée des prix, peut-être même une hyper-inflation…

De tout façon à long terme le prix du baril va exploser, un immense choc pétrolier est inéluctable et ses conséquences seront encore plus dévastatrices pour la société thermo-industrielle que le SARS-cov-2. C’est inéluctable car le pétrole est une ressource non renouvelable dont nous consommons 100 millions de barils par jour pour faire travailler nos esclaves énergétiques à notre place. Quand il n’y en aura plus, il n’y en aura plus, c’est aussi simple que cela, on peut l’expliquer à un enfant de 5 ans avec des bonbons dont on mange le dernier devant lui. Voici quelques extraits de nos écrits sur ce blog biosphere :

19 septembre 2018, Le baril de pétrole à 80 dollars, ridiculement bas !

Pour la première fois, la barre historique des 100 millions de barils produits par jour a été franchie au mois d’août, soit 15 900 000 000 litres, soit environ deux litre par jour et par habitant au niveau mondial ! C’est vertigineux, démentiel, non durable. La prise de conscience planétaire pour le climat, le fait de devoir laisser les ressources fossiles sous terre pour éviter la catastrophe est encore loin. Pour rester en dessous de la barre symbolique de 2°C d’augmentation de la température mondiale, il faudrait en effet s’abstenir d’extraire un tiers des réserves de pétrole, la moitié des réserves de gaz et plus de 80 % du charbon disponibles dans le sous-sol mondial. Or les pays membres de l’OPEP, le cartel des exportateurs de pétrole, ont pourtant augmenté leur production ces derniers mois…

3 juin 2018, Quel est le véritable prix du baril de pétrole ?

Le prix du baril Brent était de 74,75 dollars le 29 mai 2018, le marché du système libéral ne sait pas si demain il sera à 20 dollars ou à 1000 dollars. Tout ce qu’on prévoit quand on raisonne en fonction des réalités géophysiques, c’est que le pic du pétrole conventionnel est déjà dépassé depuis 2006, ce qui aurait dû entraîner une hausse constante de prix car plus c’est rare, plus c’est cher. Quel est le véritable prix du baril de pétrole ? Il va tendre vers l’infini au fur et à mesure qu’on se rapprochera des dernières gouttes de pétrole à extraire.

11 mars 2017, Le quadruplement du prix du baril, une bonne nouvelle

Nous vivons actuellement un contre-choc pétrolier, les cours du baril sont tombés de 114 dollars mi-juin 2014 à 55 dollars… Pourtant nous avons dépassé le pic pétrolier, le moment où nous avons atteint le maximum de production possible avant le déclin, comme l’avait déjà signalé l’AIE : « La production de pétrole conventionnel a atteint son pic historique en 2006, elle ne le redépassera jamais. »… N’oublions pas que lors du choc pétrolier de 1973, le prix du baril a quadruplé dans l’année. Et nous sommes aujourd’hui à 55 dollars le baril… Comme les conférences sur le climat n’ont servi à rien depuis 22 ans, comme les entreprises ne pensent qu’en termes de profit à court terme, il faudra attendre l’affolement des cours du pétrole pour que l’économie retrouve sa vraie définition, l’art d’économiser. Prévoyez dès aujourd’hui d’avoir besoin dans votre mode de vie le moins possible d’une voiture. Sinon, catastrophe !

30 mars 2009, juste prix du baril

Les spécialistes n’ont pas vu venir l’envolée des prix du baril (147,5 dollars à la mi-juillet 2008) ni son effondrement (35 dollars mi-décembre).Pourtant le spécialiste du Monde (rubrique matières premières, 29-30 mars) s’interroge doctement sur le juste prix ou optimum économique. A-t-il la réponse ? Oui, il a la réponse : « Le prix équitable se situe autour de 70 dollars ». Pour l’affirmer, il suffit à Jean-Michel Bezat de recopier ce que réclame les pétromonarchies du Golfe…Les générations futures se passeront de pétrole, elles n’avaient qu’à naître au moment des Trente Glorieuses, période qu’on surnommera plus tard les années toxiques.

Covid-19, une crise plus profonde qu’en 1929 

Si nous ne faisons pas de décroissance maîtrisée, alors nous aurons une décroissance forcée qui peut être très brutale. Souvenons-nous de la crise de surprimes en 2008, rappelons-nous de la profondeur de la crise de 1929 qui a débouché sur une guerre mondiale. La décroissance, c’est le résultat inéluctable de l’inertie politique et sociétale face à détérioration de la planète. La décroissance, c’est une condamnation de la société croissanciste et c’est surtout un comportement à suivre. C’est ce que nous écrivions sur ce blog biosphere le 31 mai 2019, bien avant l’apparition de la pandémie. Aujourd’hui ce sont les milieux officiels qui abordent le sujet.  « Ce que nous vivons n’a pas d’autres comparaison que la Grande Dépression de 1929″, a déclaré le ministre de l’économie, Bruno Le Maire le 24 mars*. Comparaison effrayante. La crise économique née à la suite du krach boursier du 24 octobre 1929 a provoqué un cataclysme financier sans égal dans le XXe siècle, qui se transmettra à la planète entière et attendra la deuxième guerre mondiale pour disparaître complètement. Avec son cortège de morts et de troubles socio-politiques, dont l’avènement du nazisme. Les deux événements sont similaires. Entre 1929 et 1932, le commerce et la production industrielle ont baissé de 30 % un peu partout dans le monde ; les estimations actuelles font état d’une perte de PIB de l’ordre de 30 % dans la zone euro au deuxième trimestre 2020 par rapport au premier trimestre. En 1933, le chômage touchait 25 % de la population américaine ; en 2020 le taux d’utilisation des capacités industrielles est de 25 %. Un salarié sur quatre est au travail.

Mais comparaison n’est pas raison, il s’agit aujourd’hui d’une crise de l’économie réelle et non d’un krach financier comme en 1929 ou en 1929. Pas de banques fragiles, mais un arrêt brutal et simultané de la demande – les personnes confinées n’achètent plus de voitures – et de l’offre – toutes les usines automobiles européennes sont désormais à l’arrêt. Le risque est donc inverse : que cette paralysie contamine la finance par le biais des difficultés des entreprises. Va-t-on à nouveau sauver le système thermo-industriel en le noyant à nouveau sous un flot de liquidités ? Donald Trump déverse des milliards sous forme de chèques aux particuliers, l’Allemagne s’engagea à dépenser plus de 1 000 milliards d’euros ; le retour de la bonne vieille planche à billets. C’est le mantra, « business as usual » après la crise économique. Mais si les États peuvent payer toutes les factures du Covid-19, cela ne change rien au fond du problème qui est constitué à la fois par une crise climatique, une crise de la biodiversité, une crise par épuisement des ressources naturelles, une crise hydrique, etc.

Rappelons notre écrit de juillet 2005 : Les Américains ont refusé de ratifié le protocole de Kyoto parce qu’ils ont d’abord nié la réalité du changement climatique. Puis ils ont mis en cause le lien entre le réchauffement climatique et les émissions de gaz à effet de serre, tout cela à l’encontre de l’évidence scientifique. Ils ont aussi prétexté de l’absence de contraintes sur les grands pays du Sud, exclu en effet des efforts recommandés par le protocole d’ici 2012, mais il fallait bien que le pays le plus pollueur de la planète montre l’exemple : les USA génèrent 21 à 25 % des GES pour seulement 5 % de la population mondiale. Enfin les Américains ne veulent pas voir leur croissance amputée, les emplois détruits et la modification d’un mode de vie si agréable que les prisons américaines sont les plus pleines de la planète. La Biosphère s’exclame : « Vivement la pétro-apocalypse pour que les Américains se souviennent de la crise de 1929. » Peut-on aujourd’hui s’exclamer « Vive la virus-apocalypse » ?

* https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/03/25/coronavirus-le-spectre-du-krach-de-2008-voire-de-1929_6034349_3234.html

Covid-19, les mécanismes boursiers mis à nu

Les principales places boursières européennes se sont effondrées jeudi, peu convaincues par les annonces de la Banque centrale européenne. Wall Street a également connu sa pire séance depuis 1987. Rappelons notre article, Avertissement aux boursicoteurs du 7 juillet 2019 :

Avertissement aux boursicoteurs, la fin de leur monde approche. Ces dernières années, le PIB mondial progresse de près de 3 % l’an, un doublement tous les 23 ans environ, une impossibilité majeure alors qu’on puise déjà dans notre capital naturel (cf. calcul de l’empreinte écologique). Rappelons que la bourse n’a presque plus rien à voir avec la valeur réelle des entreprises, c’est un jeu d’argent comme cela se pratique dans un casino. Rappelons-nous l’amoncellement des dettes avant le krach boursier de 1929 dont on n’est sorti que « grâce » à une guerre mondiale. Le boursicoteur pense à très court terme, la planète nous attend au tournant, elle a le temps ! Voici quelques précisons.

Aujourd’hui (juillet 2019) c’est l’euphorie, Wall Street vit le plus long cycle de hausse de son histoire, les banques centrales ont réduit artificiellement les charges d’intérêt de la dette avec les taux bas, on est en plein « paradoxe de la tranquillité ». Ce moment théorisé par Hyman Minsky, où il suffirait d’un choc sur la croissance ou sur les taux pour que tous les problèmes se révèlent. Depuis la crise des subprimes de 2008, les entreprises et des Etats ont largement profité des très bas leurs taux directeurs et multiplié les liquidités comme les petits pains.Les bulles spéculatives gonflent, l’écart entre l’économie réelle et la valorisation des actifs s’approfondit. Le succès des prêts à effet de levier (accordés à des entreprises très endettées) depuis cinq ans aux Etats-Unis illustre l’évolution vers les actifs plus risqués. Résultat : l’endettement mondial a augmenté d’environ 50 % depuis dix ans. La dette totale (publique et privée) mondiale représente aujourd’hui 234 % du PIB, contre 208 % en 2008. Qui pourra rembourser cette dette, personne. La mathématisation extrême de la finance, bardée d’instruments informatiques de trading à haute fréquence (des centaines d’ordres passés par un unique opérateur en l’espace d’une fraction de seconde), a rendu les marchés fondamentalement instables et volatils. Ils ont perdu toute faculté à délivrer la moindre information sur l’état du monde réel. Le battement des ailes d’un papillon à l’autre bout du monde peut alors entraîner un affolement général. Ce sera le krach boursier qui remettra les pendules à l’heure, mais l’activité des entreprises s’en ressentira durement, le chômage explosera…

Après le choc boursier provoqué aujourd’hui par le Covid-19, les réactions sur lemonde.fr* confirment notre analyse passée :

Mister Z : Pire journée de l’histoire ? Peut être simplement parce que ce krach a été précédé de la pire période de spéculation effrénée, et la plus longue, non ?

Jacofee : Les mouvements de la bourse ne font pas peur aux traders. Ces derniers ne détiennent aucun titre ni aucun produit financier plus d’une journée. Ils démarrent à zéro le matin et finissent de même le soir. Les opérations réalisées en journée se soldent en bénéfice ou perte indépendamment du sens de l’évolution des prix. Plus il y a de mouvement à la hausse ou la baisse et plus ils font d’affaires. Une bonne journée est donc une journée mouvementée, dans un sens ou dans l’autre. Quant aux fonds spéculatifs, ils ont tous les outils pour tirer parti de la situation et ne s’en privent pas. La baisse des cours est un marché aux bonnes affaires. Par contre, les entreprises qui voient leurs réserves fondre comme neige au soleil risquent de ne pas terminer le mois. Cette situation peut être très rapidement source d’un chômage massif. Les travailleurs craignent pour leur emploi.

J.Dupont69 : Les subprimes par ici, le coronavirus par là. Je suis étonné que le dernier prout de Trump n’est pas provoqué un « séisme » économique. Le système (délocalisation à outrance, économie virtuelle) dans lequel nous vivons est à bout de souffle, c’est un cadavre que l’on maintient en vie. Il a permis à quelques roublards bien placés de s’enrichir grassement sur le dos de populations exploitées (Chine, Inde, Bangladesh etc…), mais il faut revenir à la réalité : les ressources ne sont pas infinies et on ne peut tout déplacer d’un point à l’autre du globe sans prise de risque. Il faut revenir à une consommation locale (idéalement régionale), rapatrier les industries délocalisées pour les réinstaller en région, recalculer les prix quant à la valeurs réelles (non, on ne peut pas avoir deux bagnoles, trois smartphones, deux tablettes et trois ordi dans un même foyer).
Il faut changer dès maintenant. Ou la prochaine tarte à la crème en 2030 sera violente.

Une flâneuse : Quand je pense qu’il y quelques semaines on s’efforçait de convaincre les Français de placer leurs économies en bourse pour capitaliser pour leur retraite… Plouf, la tasse.

Sapiens : C’est stupéfiant la perception qu’on les gens de ce qui est en train de se passer sur les marchés financiers dont les conséquences seront infiniment plus regrettables que celle du coronavirus. En voulant lutter contre un virus qui ne fait que peu de morts, on va sacrifier l’économie avec des conséquences incalculables .
Peu importe que vous ayez des actions ou non…quand les taux remonteront et ils vont remonter, quand l’économie va se figer…que pensez-vous qu’il va arriver aux recettes de l’état et sur le coût budgétaire d’un endettement qui représente plus de 100% du PIB.

JFA : Un virus vient semer la panique dans le monde des affaires. C’est triste, mais ça m’amuse. Je vois la situation climatique se dégrader à une vitesse folle, et rien ne se passe, même les gens qui ont voté écolo continuent à prendre leur voiture pour aller acheter leur pain à 100 m de chez eux. J’imagine la panique quand, dans une décennie tout au plus, il deviendra indispensable de tout arrêter dans l’urgence parce que notre incurie aura atteint la catastrophe et qu’il n’y aura plus aucun moyen d’y échapper.

As1 : Je me fais la même réflexion. Mais le problème semble insoluble. On voit bien que la moindre baisse d’activité a des conséquences économiques désastreuses et immédiatement bien trop douloureuse pour les populations, alors même que quand tout va bien, on fonce vers le désastre écologique. Je crois que tout le monde le sait, mais que le déni est le seul moyen de continuer à vivre, sans avoir à se reprocher chaque jour de ne pas se contenter d’élever des chèvres et de se laver à l’eau froide.

* LE MONDE du 13 mars 2020, Coronavirus : krach boursier en Europe et à Wall Street, pire journée de l’histoire pour la Bourse de Paris

Horloge de l’apocalypse, on va tous sauter

L’horloge de l’apocalypse annonce minuit moins cent secondes. En 1991, à la fin de la guerre froide, grâce à la détente elle avait pourtant reculé jusqu’à dix-sept minutes avant minuit. Sur le front nucléaire, les concepteurs ont constaté le démantèlement du socle de contrôle international des armements avec le retrait en 2019 des Etats-Unis et de la Russie du traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire. Les Etats-Unis de Donald Trump menacent aussi de ne pas renouveler le traité New Start de réduction des armes stratégiques nucléaires, conclu en 2010. Sans compter la nouvelle militarisation de l’espace. Concernant le climat, les experts ont pointé la déception après les grands sommets consacrés au climat, qui n’ont pas suscité les engagements nécessaires pour infléchir la courbe des émissions de gaz à effet de serre. Les « horlogers » s’inquiètent aussi du délitement sociétal tels que les campagnes de désinformation et les deepfakes (vidéos trafiquées).* Et encore, ces experts ne disent rien de la descente énergétique qui s’amorce ni le l’effondrement de la biodiversité qui s’accélère !

La « Doomsday Clock » du Bulletin des scientifiques atomiques a été imaginée en 1947 pour symboliser l’imminence d’un cataclysme planétaire. Un groupe d’experts, dont treize lauréats du prix Nobel, fixe chaque année la nouvelle heure. A chaque mouvement de l’horloge correspond une période de tension ou d’espoir dans les relations diplomatiques. Le 26 janvier 2017, les scientifiques mettaient par exemple en garde l’opinion après les propos du nouveau président américain, Donald Trump. : « les “faits alternatifs” ne feront pas magiquement disparaître les défis dus aux changements climatiques ».**

Bon, on peut penser ce qu’on veut de ce système d’horloge à l’américaine, mais au moins il a l’objectif de chatouiller un peu les consciences, ce qui vaut mieux que ceux qui lisent, boivent un coup, rotent et tournent la page. Il y a beaucoup de gens, décideurs aveugles ou consommateurs effrénés, qui sont responsable de la situation de plus en plus inquiétante où nous sommes arrivés. Les premières classes du Titanic ont continué de danser jusqu’à ce que la dangereuse gîte du bateau réputé « insubmersible » devienne incontestable… Il n’y a pas que l’horloge de l’apocalypse qui nous aura averti. Ainsi le rapport sur les limites de la croissance en 1972, l’empreinte écologique qui montre dès 1996 qu’on explose la planète, le syndrome du Titanic de Nicolas Hulot en 2004, les avertissements de 10 000 scientifique ici ou 15 000 scientifiques là, etc. Les contraintes écologiques, climatiques et démographiques, par leurs conséquences déjà observables (désertification, stress hydrique, famine, guerres civiles, dirigeants corrompus ou inconséquents…) ont déjà fait basculer l’aiguille au-delà de minuit dans bien des pays. Douter, se moquer, parler d’élucubrations ou de grand guignol apocalyptique ne grandit pas les commentateurs qui profèrent sur lemonde.fr ces phrases toutes faites.

* LE MONDE du 22 janvier 2020, L’horloge de l’apocalypse avancée de vingt secondes, plus près de minuit que jamais

** LE MONDE du 28 janvier 2017, Qu’est-ce donc que cette « Horloge de l’apocalypse » qui a changé avec Trump ?

Forum à Davos, le bal des hypocrites

Davos, Forum économique mondial en Suisse où décideurs économiques et socio-politiques se rencontrent. 3 000 participants à partir du mardi 21 janvier. Il y a des tables rondes du type « Eviter l’apocalypse climatique ». 119 milliardaires, américains, indiens ou russes, défileront au cours de cette édition, pesant ensemble près de 500 milliards de dollars. Des centaines de militants marchent vers la station transformée en forteresse et dénoncent « une farce » pour sauver la planète… C’est un choc des titans, avec des préoccupations diamétralement opposées et des milliards là où ça fait mal.

Greta Thunberg à Davos : « le climat et l’environnement sont un sujet d’actualité aujourd’hui, mais en pratique, rien n’a été fait, les émissions de CO2 n’ont pas diminué »

Donald Trump : « En route pour Davos, pour rencontrer les Leaders du monde et des affaires, et ramener des centaines de milliards de dollars aux Etats-Unis ! Nous sommes le NUMERO UN dans l’univers, de loin »*.

Il n’y a donc rien à retrancher de notre point de vue sur Davos en 2011 : L’oligarchie se réunit régulièrement, le groupe Bilderberg depuis 1952, la commission Trilatérale depuis 1973, le Forum économique mondial depuis 1987. Ces hommes et ces femmes partagent des convictions : la globalisation, la libre circulation du capital, le marché interconnecté pour permettre aux multinationales de progresser. L’oligarchie ne se dissimule plus. Dans la débâcle de 2008, la branche politique de l’oligarchie a mobilisé l’épargne publique pour éviter l’effondrement, la branche financière a continué à piller. Quand le profit est placé au-dessus de l’intérêt général, la morale est pervertie. Comme l’écrit Hervé Kempf, « les puissants ne sont pas les meilleurs, ils visent d’abord la conservation de leur puissance, ils gouvernent en vue de leur propre but qui est, dans le capitalisme finissant, une accumulation sans limites de richesses et de prestige ostentatoire. En Egypte la classe dirigeante, qui pressure le peuple avec un cynisme éhonté, fait éduquer dès le plus jeune âge ses enfants en anglais ou en français, et non en arabe, la langue du pays. L’oligarchie mondiale n’a pas d’autre patrie que celle de l’argent »**. Notons que les forums antérieurs n’avaient rien vu venir de la crise financière de 2008, l’oligarchie ne peut envisager que sa prospérité à court terme. Cette oligarchie n’est pas prête à assumer les responsabilités que le pic pétrolier et autre épuisement des ressources imposent. Mais comment la remplacer quand on sait que le pouvoir ne sera jamais dans la rue ?

* LE MONDE du 22 janvier 2020, En attendant Trump à Davos, Greta Thunberg estime que « rien n’a été fait » pour le climat

** L’oligarchie, ça suffit, vive la démocratie d’Hervé Kempf (Seuil, 2010)

Bernard Stiegler lutte contre l’effondrement

Bernard Stiegler mise sur les expériences locales pour lutter contre l’effondrement systémique. Il est interrogé par le journal La Croix : 

Le collectif de scientifiques « Internation », que vous avez co-fondé en 2018, lance ce vendredi 10 janvier un appel à Antonio Guterres, sous la forme d’une « méthode » d’action contre l’effondrement. Expliquez-nous votre démarche.

Bernard Stiegler : En 2018, nous avons créé un collectif international de scientifiques issus de nombreuses disciplines (biologistes, mathématiciens, économistes, ingénieurs, juristes, philosophes, etc.) pour répondre aux exhortations du secrétaire général de l’ONU à agir afin d’éviter une catastrophe climatique. Le Giec rendait alors un rapport décisif, appelant à des « changements sans précédent ». Puis la jeunesse est descendue dans la rue. Le travail de notre collectif est une réponse à toutes ces interpellations. Avec une conviction que nous partageons tous, du mathématicien Giuseppe Longo au sociologue Richard Sennett, en passant par le juriste Alain Supiot.

Laquelle ?

B. S. : Notre thèse est la suivante : si rien ne se passe, alors même que Guterres n’a de cesse, depuis deux ans, de rappeler au monde la gravité de la situation, ce n’est pas seulement en raison du poids des lobbys pétroliers ou financiers, des calculs politiques ou des contradictions des citoyens. Tout cela existe, certes. Mais l’obstacle majeur vient du fait que les problèmes sont mal posés et que l’on ne propose pas de méthode d’action.

Comment, dès lors, considérer la crise que nous traversons ?

B. S. : Il est crucial de partir de la notion d’entropie, qui est un principe fondamental du vivant… Ou plutôt, de ce contre quoi il lutte. Car ce qui caractérise notre époque – et ce qui se passe dans la biosphère – est une augmentation vertigineuse de l’entropie. Il s’agit au départ d’un concept de la physique, qui renvoie à la dissipation de l’énergie d’un système, menant à son dépérissement. De ce point de vue, la dissipation énergétique conduit à l’heure actuelle à une augmentation délétère de la température, qui détruit notre planète.

Mais l’entropie est aussi biologique. Elle se traduit par une chute dramatique de la biodiversité – on parle aujourd’hui de sixième extinction des espèces. Enfin, l’entropie est « informationnelle ».

C’est-à-dire ?

B. S. : Avec la montée en puissance des algorithmes et du « big data », le savoir humain est remplacé par les calculs de la machine. Ces derniers sont très efficaces à court terme. Mais pas au-delà, car ils ne prévoient pas l’improbable. Or le processus à travers lequel l’univers se déploie produit toujours de l’improbable. Et comme l’a montré le physicien et philosophe Erwin Schrodinger, la vie n’est pas réductible aux calculs. Le problème, c’est que nos systèmes – et en particulier nos modèles économiques – y sont aveugles. Il faut inventer autre chose, ce que nous tentons de faire, en mettant des solutions sur la table.

Quelle « méthode » le collectif propose-t-il ?

B. S. : Tout en travaillant sur ce cadre théorique, nous menons des expérimentations de terrain, en particulier en Seine-Saint-Denis. Puisque l’entropie est systémique, nous y avons lancé des chantiers dans différents domaines, en prenant le contre-pied du modèle économique actuel. Comment ? En se fondant sur les « savoirs » – car c’est bien le savoir humain qui permet de lutter contre l’entropie : celui de la mère qui élève son enfant, du jardinier qui cultive, du mathématicien qui conçoit des constructions extraordinaires, etc.

Donnez-nous des exemples.

B. S. : En Seine-Saint-Denis, nous avons créé une clinique mère-enfant, pour des parents ayant perdu le « savoir » de la filiation en raison d’une invasion des écrans numériques, dont on abreuve les petits. Dans le secteur du bâtiment, où l’emploi est menacé par les robots, nous préparons les jeunes à cette révolution des métiers, en lien avec le rectorat de Créteil. Par exemple, on pourrait utiliser l’argile crue, un excellent matériau de construction, aujourd’hui considéré comme un déchet, alors qu’on en extrait des milliers de tonnes par an. Autre illustration : le travail mené avec des mécaniciens de rue, formés pour être en première ligne de la motorisation électrique – allons-nous bientôt jeter nos voitures thermiques en bon état ou les réemployer ? Je pourrais multiplier les exemples, car nous travaillons aussi en Équateur, en Irlande, etc. Mais le véritable enjeu, c’est de promouvoir ces contre-modèles locaux à l’échelle mondiale, en misant sur les spécificités des territoires. D’où notre interpellation de l’ONU.

Que visez-vous ?

B. S. : Dans une lettre rendue publique ce vendredi 10 janvier, nous proposons à Antonio Guterres de lancer un appel d’offres vers les territoires, partout dans le monde, en s’appuyant sur le cadre théorique et pratique que je viens de décrire brièvement (2). Autrement dit, de débloquer des financements pour une durée de trois ans renouvelable, avec l’impératif d’évaluer les actions menées. Pourquoi une région menacée par la montée des eaux comme le Kerala, en Inde, ne deviendrait-elle pas un lieu pilote ? L’idée est que des réseaux de collectivités, d’entreprises, de scientifiques, de citoyens puissent candidater. Et engager ensuite un partage d’expériences locales entre territoires, certes différents, mais confrontés aux mêmes problématiques – agricoles, climatiques, d’emplois – au sein de ce que nous appelons une « Internation ». Selon l’intuition même de l’anthropologue Marcel Mauss, il y a cent ans, à la création de la SDN.

Propos recueilli par Marine Lamoureux

(1) Auteur de Qu’appelle-t-on panser ? Tome 2 La leçon de Greta Thunberg,
à paraître le 16 janvier,
Les liens qui libèrent.
(2) Un livre issu de ces recherches interdisciplinaires sera publié
le 31 janvier.

NB : appel à Guterres à lire dans La Croix du Vendredi 10 janvier 2020

Bonne année 2020, ça va chauffer

L’argument collapsologue : L’Australie flambe, la COP 25 de décembre 2019 a été un échec… Il est plus que temps de transformer nos incantations outrées sur le dérèglement climatique en actes. Or ce réveillon est une catastrophe écologique programmée : pensons à ces centrales à charbon qu’il va falloir remettre en marche pour fournir toute cette électricité afin de vous permettre de danser jusqu’au petit matin à Berlin dans une boîte de nuit ­surchauffée, à cette débauche de viande issue d’élevages qui épuisent la planète, et aux mangues venues en avion du Pérou pour agrémenter la salade de fruits ­censée vous aider à digérer… Trop, c’est vraiment trop. (M le magazine du MONDE)

Le contre-argument de bon sens : Si 2019 a été triste à mourir, 2020 s’annonce excitante. Vous êtes mordu de politique ? Les municipales seront une merveilleuse saga qui promet moult trahisons. Vous êtes footeux ? Chouette, 2020, c’est l’Euro. Pour les théâtreux, c’est le retour de Joël Pommerat, quatre ans après son génial Ça ira (1) Fin de Louis. Pour les fanas de cinéma, c’est le premier film de Wes Anderson tourné en France avec un casting insensé et la première série musicale de Damien Chazelle, The Eddy, elle aussi tournée dans l’Hexagone. Et cerise sur la bûche de Noël : Christo a prévu cette année d’emballer l’Arc de triomphe. Alors ? Champagne ! (M le magazine du MONDE)

Le malthusien Nicolas Sarkozy : Je veux souligner l’ampleur pharaonique du défi démographique qui est devant nous. La population mondiale passera dans les 30 prochaines années de 7,5 à 9,5 milliards d’habitants et atteindra 11 milliards à la fin du siècle. Jamais la planète n’a connu une explosion aussi violente, aussi rapide, autant à même de mettre en cause l’avenir de l’humanité. Tous les autres défis globaux, qu’il s’agisse du réchauffement climatique ou des migrations, y sont directement liés. Il en va de même du décollage du continent africain, qui dépendra de sa capacité à faire face au doublement de sa population dans les 3 prochaines décennies, le plus puissant choc démographique de toute l’histoire humaine. Cette angoissante question est quasiment absente de nos débats. Pour preuve, il n’est pas un seul organisme international qui soit chargé du suivi de cette évolution. Cela ne peut plus attendre. (Paris-Match décembre 2019)

Mister Z : Finalement, et si le meilleur argument pour fêter l’An nouveau était celui de la continuité ? Rien de plus angoissant qu’un monde qui change, non ? Alors, soyons sereins : ils seront encore là, nous les retrouverons en pleine forme ! Trump, Poutine, Xi Jinping, Kim Jong un, Duterte, Modi, Bolsonaro, Le Pen, Salvini, Boris Johnson, Abdel Fattah al-Sissi, Bashar al-Assad, Al Khamenei et les Gardiens de la révolution, Maduro, Ortega, Orban et j’en oublie… De quoi envisager avec sérénité 2020 et fêter dignement son avènement ! Alleluia ! J’oubliais : Benyamin Netanyahou, sorry. (commentateur sur lemonde.fr)

IPAT, soit I = P x A x T, désastre en vue

Entre décroissance économique, décroissance démographique ou enterrement des technologies nouvelles, que choisir ? L’équation d’Ehrlich, dite IPAT, nous donne une approche globale. I = PAT (P x A x T) montre que l’impact environnemental, noté I, est le produit de trois facteurs : la taille de la Population (P), les consommations de biens et de services ou niveau de vie (A pour « Affluence » en anglais) et les Technologies utilisées pour la production des biens (T). Si l’on regarde ce qui se passe en ce moment, on constate au niveau mondial que le taux annuel de la croissance de la population est de 1 % (x 1,01), le taux de croissance du PIB est en moyenne de 3 % (x 1,03). L’amélioration de l’intensité énergétique des techniques est difficile à estimer, si ce n’est par le rapport entre tonnes équivalent pétrole et PIB. Considérons pour simplifier que T est égal à 1, neutre par rapport à la croissance démographique et l’explosion consumériste. L’impact environnemental est donc de 1,01×1,03×1, soit environ 4 % (pour simplifier, l’approximation 1 % + 3 % + 0 % = 4% est assez bonne pour ce genre de taux assez proches). On voit les conséquences de ce taux de croissance global tous les jours dans les médias, dérèglement climatique, épuisement des ressources, pollutions diverses, etc. Que faire ? L’équation nous montre la voie, il faut agir en même temps sur P, A et T. Aucun des termes ne peut être considéré indépendamment des deux autres. La population est un multiplicateur des menaces tout comme la croissance économique, l’automobile ne peut pas se concevoir sans son conducteur ni le nombre de chevaux de son moteur.

Il importe de conseiller aux couples de ne pas avoir trop d’enfants, y compris dans les pays dits développés où un bébé est beaucoup plus « lourd » pour les écosystèmes que des naissances multiples dans un pays pauvre. Dire et redire « Un enfant ça va, trois enfants, bonjour les dégâts » est une vérité. Un seul enfant par femme devrait devenir un objectif connu de tous. Il faut mettre fin aux politiques natalistes en France et faire du planning familial un volontarisme politique dans tous les pays. Facile à dire, difficile à appliquer tant le culte de la fécondité se retrouve partout. Pour le facteur « A », la notion de décroissance économique est encore un repoussoir puisque le culte de la croissance est généralisé au niveau mondial, il faudrait interdire la publicité. Allez dire aux Gilets jaunes français qu’il faut instituer une forte taxe carbone pour changer le mode de déplacement, allez dire aux syndiqués que la hausse du pouvoir d’achat ne doit plus être mis en avant, allez dire aux retraités présents et futurs que leur niveau de vie doit baisser, allez dire aux milliardaires qu’un écart de revenu de 1 à 3 est le maximum admissible ! De plus au niveau « T » joue un phénomène pervers  : avec l’adoption de technologies moins consommatrices d’énergie, on n’observe pas de ralentissement des dégâts environnementaux, c’est l’effet rebond. Bien que les véhicules automobiles consomment moins qu’il y a 20 ans, la consommation de carburants des ménages a augmenté car les gens parcourent plus de kilomètres vu le moindre coût que cela représente pour eux… Il apparaît même aux yeux de nos contemporains que le « toujours plus de technologies innovantes » entraîne un gaspillage d’énergie insensé, mais que c’est si bon de changer de modèle de smartphone.

Autant dire pour conclure que l’humanité veut accélérer, mais que le mur (ou le précipice) est de plus en plus proche car nous voulons mener à toute vitesse la marche du « progrès » pour une société d’abondance factice. « En marche », dit Macron, le « niveau de vie des Américains avant tout » dit Trump, bousillons la forêt amazonienne dit Bolsonaro, bientôt on n’aura plus besoin de lutter contre le froid en Sibérie dit Poutine… et nous sur ce blog biosphere qui indiquons gentiment que l’équation IPAT devrait être connu de tous, dirigeants et dirigés, c’est à mourir de rire.

Un jour de réveillon en 2050, la galère

En ce jour de réveillon de 2050, Léa confectionne un repas 100 % local, ce qui réduit considérablement la variété des mets possibles. Elle se souvient comme d’un rêve des papayes que ses parents lui achetaient à la fin du XXe siècle, sans se soucier du fait qu’il avait fallu dépenser pour cela plusieurs litres de pétrole. De toute façon elle est bien seule, il ne lui reste plus qu’un dernier descendant. Ses deux autres petits-enfants sont décédés il y a trois ans, ils ont succombé à l’une de ces nouvelles maladies à côté desquelles l’épidémie de grippe aviaire, qui avait frappé la France en 2010, n’avait été qu’une discrète entrée en matière. Ils avaient été victimes d’un virus apparu en Sibérie du Nord, là où le permafrost a cédé la place à des marais à partir de l’année 2025. Léa a renoncé depuis longtemps à l’idée d’acheter une automobile ; en 2035, l’Union européenne avait réservé l’usage des biocarburants aux véhicules utilitaires. Même l’utilisation du charbon liquéfié a été proscrite car les sols et surtout les océans qui séquestraient le carbone depuis toujours, ne jouaient plus leur rôle, renforçant ainsi très brutalement l’effet de serre anthropique et les dérèglements du climat. Cet été, Léa avait appris par une amie que le thermomètre était monté jusqu’à 45°C à Caen. Maintenant des millions de personnes sont au chômage. Le gouvernement français vient d’interdire toute manifestation et même les rassemblements de protestation. Le ministre de l’Intérieur vient de prendre un de ces décrets maudits, c’est l’armée qui réprimera d’éventuels troubles de l’ordre public.

Deux caractéristiques du changement en cours rendent plus difficiles notre perception du phénomène et notre aptitude à agir : l’inertie et l’irréversibilité. L’inertie renvoie au temps long de réponse de la biosphère aux dégradations que nous lui infligeons. Une fois que nous aurons réchauffé les océans, ce réchauffement perdurera durant des millénaires, et nous n’aurons aucun moyen de les refroidir ; c’est l’irréversibilité. Nous nourrissons de grandes illusions quant à la résistance de nos sociétés. En effet, la sophistication des technologies modernes a deux conséquences : une intensification de la division sociale du travail ; des infrastructures et des équipements de plus en plus nombreux et coûteux. L’une comme l’autre ont accru la vulnérabilité de nos sociétés. Au XIVe siècle, la peste noire avait emporté un Européen sur deux sans entraîner un effondrement total. Les trois quarts de la population se composaient en effet de paysans qui, pour la plupart, se nourrissaient eux-mêmes. Qui en revanche nous nourrirait si la moitié des quelques centaines de milliers d’agriculteurs qui nous alimentent venaient à disparaître ? Quelle entreprise résisterait à la disparition d’un salarié sur deux ? Quelle société contemporaine pourrait faire face aux coûts financiers induits par des ouragans, des sécheresses et des inondations extrêmes à répétition ? (Extraits du livre « Le développement durable, maintenant ou jamais » de D.Bourg et G.Rayssac)

La Biosphère vous souhaite un bon réveillon 2019, coloré de sobriété joyeuse.

état de guerre, la planète ne négocie pas

1971, message (dit de Menton) remis à U Thant, alors Secrétaire général des Nations unies, le 11 mai 1971 : « Nous savons que la Terre et tous ses habitants sont mal-en-point et que nos problèmes se multiplieront si nous négligeons de les résoudre. Nous vivons en système clos, totalement dépendants de la Terre, et pour notre vie et pour la vie des générations à venir. » Il était signé par 2 200 hommes de science de 23 pays. Il était adressé aux « trois milliards et demi d’habitants de la planète Terre ». Nous sommes 7 800 000 000 aujourd’hui, nos problèmes présents sont dix fois plus grave qu’en 1971 et les perspectives sont encore plus sombres.

2019, le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres affirme, à la veille de l’ouverture de la conférence sur les changements climatiques (COP25) : « L’espèce humaine est en guerre contre la planète et la planète rend coup pour coup. » Il a présenté la liste effrayante des effets dévastateurs de plus en plus « meurtriers » du réchauffement : hausse du niveau des océans, fonte des calottes polaires, sécheresses… « Le point de non-retour n’est plus loin à l’horizon, il est en vue et se rapproche de nous à toute vitesse », a-t-il souligné. Il a dénoncé les engagements « totalement insuffisants » de la communauté internationale pour réduire les gaz à effet de serre. N’en doutons pas, les politiques vont continuer à se regarder le nombril à Madrid du 2 au 13 décembre.

L’écologie scientifique nous dit depuis les années 1970 que notre futur va tendre au cauchemar dans une course à l’abîme. Quatre réactions intéressantes sur lemonde.fr qui montrent la difficulté de faire cause commune. Mais qu’on se le dise, c’est un état de guerre dans lequel la planète ne négociera jamais.

Sheg : Ce n’est pas une guerre contre la nature… mais un déni de nature. Les gros pollueurs ont oublié que nous ne sommes que des mammifères terrestres totalement dépendants d’un écosystème dont l’équilibre est fragile. Nos technologies hyper-connectées ne nous permettent pas de nous déconnecter de cet écosystème, nous restons asservis à lui. C’est un changement de civilisation dont nous avons besoin car nous ne respectons pas l’ordre des choses en privilégiant le présent sur le futur.

Untel : Sophie Marceau pourra un jour être secrétaire générale de l’ONU.

Gambetta : “Le mode de vie des Américains n’est pas négociable “ dixit Georges W Bush il y a 12 ans. En fait c’est tout le mode de vie des économies libérales, puisque basée sur la surconsommation. Un exemple tout simple de notre ineptie : les enfants de 12 ans ont-ils besoin d’avoir leur smartphone ? A quoi peut donc bien servir un SUV genre Q5 ? Quelle est l’intérêt de manger une pomme du Chili, alors que nous avons plus de 20 espèces chez nous…. mais c’est vrai, au nom de la liberté voyons. Ce concept de liberté ne résistera pas, car nous parlons de survie, et beaucoup accepteront de moins en moins de voir leurs efforts anéantis par quelques uns.

Pm42 @ Gambetta : Vous pensez que le problème ce sont les smartphones et les Q5 ? Non, c’est infiniment plus compliqué que cela mais vous êtes enfermé dans une pensée religieuse judéo-chrétienne qui croit qu’en se privant, on progresse vers le paradis. Ceci explique aussi pourquoi vous ne supportez pas la liberté, elle ne convient pas bien à votre religion qui avec le temps s’est transformée en pensée « gaucho/écolo ».

Collapsologie, foutaises ou prévision ?

La collapsologie fait vendre. Ce néologisme a le mérite d’aborder frontalement l’hypothèse d’un effondrement de notre civilisation thermo-industrielle sous l’effet conjoint du réchauffement climatique et de la surexploitation des ressources. Même le premier ministre, Edouard Philippe, en est convaincu : « Si on ne prend pas les bonnes décisions, c’est une société entière qui s’effondre littéralement, qui disparaît », déclarait-il en juillet 2018, Mais à prédire « ad nauseam » la fin du monde, ces prophètes du malheur risquent de rendre leur discours contre-productif. Considérer le désastre comme inéluctable, c’est favoriser l’« aquoibonisme » ? La sociologue Alexandra Bidet a donc exploré les motivations des Collapsonautes. De cette incursion au pays des « effondrés numériques », elle est revenue avec une certitude : loin d’exercer un effet démobilisateur ou dépolitisant, la perspective du désastre les amène à « explorer en commun les relations concrètes qui les font exister », et favorise « la radicalisation de leur rapport au réel ». Mais la politique des petits gestes n’est-elle pas dérisoire face à la crise écologique en cours ? Peut-on se contenter de dire que faire face à une catastrophe est une affaire de “cheminement intérieur” ? (Catherine Vincent, journaliste du MONDE)*

Quelques réactions sur lemonde.fr :

Michel Lepesant : La collapsologie est d’abord une critique radicale du « trop ». Alors le choix du titre du MONDE « Les collapsologues en font-ils trop ? » fait basculer le « trop » du côté de l’accusation et non plus du côté de l’accusé. Cela participe d’une politique (délibérée ?) de l’enfumage. La réaction au soi-disant « trop » de la collapsologie manifeste une promptitude qui contraste tellement avec l’inertie en faveur du « business as usual ».

Chardon Marie : Notre modèle qui consomme en 8 mois ce que la planète produit en 12. Les scientifiques nous expliquent qu’il n’y a jamais eu autant de production de CO2 qu’en 2018. Les vents sont de plus en plus violents. Les événements climatiques extrêmes (sécheresses, canicules, feux, inondations, cyclones…) deviennent une nouvelle norme : c’est ça le changement climatique. Il faut cesser d’écrire « réchauffement climatique », c’est un terme impropre et à la limite de l’infox. Les ponts s’effondrent, les habitations et les récoltes sont détruites, la biodiversité est en déclin. Mais le microcosme parisien se demande si c’est n’est pas tellement de l’an dernier tout ça ma chérie. Et puis c’est déprimant, allez viens, on va se faire les soldes et un resto.

DCLT : Encore un débat inutile, et pendant ce temps les aiguilles de l’horloge tournent, irrémédiablement. C’est toujours comme ça. Peu importe que les catastrophes annoncées arrivent brutalement ou graduellement, elles arrivent. Discuter si le niveau de la mer montera dangereusement d’ici la fin du siècle ou durant les suivants, il le fera. Pareil pour les pénuries alimentaires, de matières premières, elles viendront. La question est, voulons-nous freiner puis arrêter le bus lancé à pleine vitesse contre le mur. Pour l’instant nous ne faisons rien et le mur est toujours plus près.

HdA : face aux politiques et à la société en général, il faut en faire des tonnes pour être écoutés. Prenez le mouvement féministe. Quels hommes va s’y intéresser si les femmes demandent le respect et l’égalité? Celles qui font dans l’excès sont bankable, elles ont un langage stérile mais elles forcent à nous positionner sur les demandes légitimes. Une catastrophe soudaine n’arrivera pas mais en parler fait prendre conscience des dépendances et des petits gestes que nous pouvons faire pour éloigner les problèmes.

Jean-Pierre Dupuy : Les simplismes de l’écologie catastrophiste attirent l’attention générale sur des problèmes considérables, mais c’est un « flou conceptuel ». En effet annoncer que la catastrophe est certaine, c’est contribuer à la rendre telle… Mais la passer sous silence ou en minimiser l’importance conduit au même résultat . C’est sur la ligne étroite qui sépare ces deux attitudes que je propose une posture philosophique : considérer la possibilité de cet avenir (et non sa réalité) comme certaine pour qu’il n’advienne pas. C’est « la sagesse du pire ». (ndlr : Jean-Pierre Dupuy a publié, en 2002, « Pour un catastrophisme éclairé ».)

Arthur : Il y a actuellement un déficit de communication majeur entre les aspects climatiques (les effets de la fumée), et les aspects ressources (le carburant disponible pour alimenter le « feu », feu c’est à dire l’économie, ou civilisation industrielle si vous préférez). Mais de fait les aspects ressources (ou pics de production, maximum de flux, de débit) vont nous tomber dessus avant les conséquences climatiques « majeures » ; l’AIE cache de plus en plus les aspects ressources, recherchez par exemple l’analyse de l’ASPO Allemagne sur le dernier rapport WEO de l’AIE.

Electron : Le plus grave, la fin programmée des réserves du pétrole, sans lequel notre société n’existe plus. Comment remplacer les 80% de dépendance aux énergies fossiles, si avantageuses, et qui vont disparaître, dans une humanité qui va tendre vers 10 milliards d’individus? En France on augmente de 15 centimes le prix de l’essence et on a une révolte, alors que chaque année il faudrait diminuer notre consommation de 5%.

* LE MONDE du 30 novembre 2019

Günther Schwab, nous dansons avec le diable

Le Diable, sous les traits d’un homme d’affaires, explique : « J’ai imprégné tous les domaines de la vie humaine de mes principes. Dans toutes les administrations, les associations, quelle que soit la fonction qu’elles remplissent, j’ai placé mes agents et mes hommes de confiance. J’empoisonne méthodiquement tout ce dont l’homme a besoin pour son existence : l’air respirable et l’eau, l’alimentation humaine et le sol qui la produit. J’empoisonne les animaux, les plantes, les campagnes, toute la Nature sans laquelle l’être humain ne peut vivre et je fais passer cette misère criante pour de la prospérité, les hommes ne remarquent pas qu’ils sont bernés. » Le Diable fait venir différents démons qui font un exposé circonstancié de leurs activités. D’abord, le démon du « Progrès » se félicite notamment de voir que ses « délégués » s’appliquent à apporter aux peuples « « sous-développés » le poison du « Progrès » afin qu’ils tombent eux aussi malades de corps et d’âmes ». Puis le responsable du service Soif et Sécheresse, explique sa stratégie : « Sous le slogan de l’hygiène, je rends obligatoire dans les HLM les salles de bains et les WC à chasse d’eau et je pousse ainsi non seulement à un gaspillage intensif de l’eau et de matières organiques hautement fertilisantes, mais je pollue encore les rivières et les fleuves. » Morf, impliqué dans la dégradation de l’alimentation, a « éliminé de l’alimentation humaine des substance de grande valeur pour les transformer artificiellement ». Les aliments raffinés, comme le sucre blanc, sont notamment désignés comme déclencheurs de cancers. Un autre démon, Karst, décrit la déforestation, incitant « à la construction des scieries et des fabriques de cellulose et de papier ». Il se réjouit ainsi « des mouchoirs en ouate de cellulose qui ne servent qu’une seule fois, des couches de bébé et bien d’autres objets qui sont jetés aussitôt après leur utilisation ». En outre, Karst loue « le démon du Mensonge qui est occupé à la prolifération croissante du livre, des éditions, et, en général, de tout ce qui est imprimé ». La question agricole est longuement abordée, avec trois démons : Dust, Tibu et Spray. Le premier a incité l’homme à moderniser l’agriculture et à utiliser des engrais et des pesticides chimiques, affirmant que « plus les récoltes sont impressionnantes, plus profonds et durables sont les dommages causés au sol ». Pour lui, « la mort de la vie organique dans la terre représente la dernière phase de vie de l’humanité (…) ». Le deuxième est « chargé de procéder à l’élimination de la culture rurale et de la paysannerie » tandis que le troisième se vante d’avoir « donné aux hommes l’idée de lutter contre les mauvaises herbes à l’aide de ces poisons chimiques que l’on nomme les herbicides. »

A la fin du livre, Gunther Schwab avance ses idées eugénistes et malthusiennes. Un démon affirme que les médecins œuvrent pour le Diable parce qu’en « enrayant les épidémies, vous empêchez l’élimination des faibles, de ceux qui ne sont pas biologiquement résistants, et vous affaiblissez le potentiel biologique de votre peuple et de l’humanité en général. » Le Diable termine alors avec « la source de toutes les puissances de destruction », à savoir l’explosion démographique : « Jusqu’alors, la bonne mort, due aux épidémies, aux serpents venimeux, aux tigres ou aux famines avaient maintenu la fécondité naturelle des hommes à l’intérieur de certaines limites. Mais maintenant, mes mesures sanitaires de protection et de développement des productions alimentaires sont partout, et, de plus en plus, mises en application. Le taux de mortalité baisse dans le même temps où le nombre des naissances augmente. » Et il conclut : « L’homme obtiendra le succès qu’il a si longtemps cherché à atteindre en violant la Nature dans tous les domaines, avec son prétendu « Progrès » ! A la fin, l’humanité ne sera plus qu’un immense troupeau de milliards d’individus bornés, tarés, infirmes, malades, faibles et idiots (…). Une misère sans nom, les épidémies, les souffrances et la faim seront la récompense de votre belle humanité. »

NB : « La danse avec le Diable, une interview fantastique », de Gunther Schwab a été publié pour la première fois en 1958. Peu connu du grand public, il aura principalement un impact auprès des premiers militants écologistes.