Arrêtons l’aide alimentaire structurelle

Dès qu’on parle de Malthus et de Démographie Responsable, des esprits mal informés s’insurgent, par exemple en remettant en cause la loi de Malthus : « Lorsque la population n’est arrêtée par aucun obstacle, elle va doubler tous les vingt-cinq ans, et croît de période en période. » Un doublement de la population tous les 25 ans est la conséquence d’un taux d’accroissement annuel moyen de 2,8 %. En 2020 selon les statistiques officielles, la loi de Malthus est plus qu’en vigueur dans un certain nombre de pays. Exemple : Niger (3,8 %) ; Guinée équatoriale (3,4) ; Ouganda (3,3) ; Angola (3,2) ; Congo (3,1) ; Tchad et Mali (3) ; Mozambique, Somalie, Tanzanie et Zambie (2,9) ; Burkina-Faso et Guinée (2,8). De plus Malthus prend ses précautions en précisant que le doublement tous les 25 ans ne s’opère qu’en l’absence d’obstacles à la fécondité humaine. Dans plusieurs pays, on s’occupe de planning familial, de contraception à la disposition de tous, de liberté d’avorter, de libération de la femme, etc.. Dans d’autres pays actuellement on fait le contraire sous l’emprise de diktats religieux, d’incompétence politique ou d’idéologies natalistes réactionnaires. Disons-le alors tout net, tout pays qui ne fait pas l’effort de maîtriser sa fécondité, et subit en conséquences des problèmes économiques et socio-politiques structurels, n’a pas droit à une aide alimentaire. Malthus était très clair sur ce point :

« N’oublions pas que l’humanité et une vraie politique requièrent impérieusement que dans des circonstances de famine, les pauvres reçoivent tous les secours que la nature des choses permet de leur donner. Il est donc de notre devoir de leur donner dans les années de détresse quelques secours temporaires. »

Il s’agit donc d’une aide de court terme, on ne peut soutenir éternellement des pays ou des personnes qui se complaisent dans leur misère sans rien faire pour s’en sortir.

Lire, Biosphere-Info, les textes de MALTHUS

Une autre critique malintentionnée est de balancer une accusation sans preuve, de poser toujours la même question préalable : « Que les malthusiens nous expliquent COMMENT nous pourrions arrêter le Paquebot (10 milliards en 2050 etc.). COMMENT (concrètement) nous pourrions ramener la population mondiale à je ne sais combien de terriens… afin de retrouver ce fameux équilibre. » Malthus au début du XXe siècle répondait clairement à cette question.

 »  Des obstacles qui s’opposent à l’accroissement de la population. Les obstacles à la population qui maintiennent le nombre des individus au niveau de leurs moyens de subsistance, peuvent être rangés sous deux chefs. Les uns agissent en prévenant l’accroissement de la population, et les autres en la détruisant. La somme des premiers compose ce qu’on peut appeler l’obstacle privatif ; celle des seconds, l’obstacle destructif. L’obstacle privatif, en tant qu’il est volontaire, est propre à l’espèce humaine et résulte d’une faculté qui le distingue des animaux ; à savoir, de la capacité de prévoir et d’apprécier des conséquences éloignées… Pour les obstacles privatifs, l’abstinence du mariage, jointe à la chasteté, est ce que j’appelle contrainte morale. »

Les méchants critiques en rajoutent alors : «  Et puis qu’ils nous disent comment ils voient le Monde d’Après. Non pas ce monde de chaos, de guerres et de famines, que prédisait Malthus… mais celui d’après la Pluie et la Tempête. » Comme l’exprime Malthus, guerres et famines arrivent fatalement si on ne fait pas obstacle à l’exubérance de la fécondité humaine.

« Les obstacles destructifs qui s’opposent à la population sont d’une nature très variée. Ils renferment toutes les causes qui tendent de quelque manière à abréger la durée naturelle de la vie humaine. Ainsi on peut ranger sous ce chef toutes les occupations malsaines, l’extrême pauvreté, la mauvaise nourriture des enfants, l’insalubrité des grandes villes, toutes les espèces de maladies et d’épidémies, la guerre, la peste, la famine. Dans un pays où la population ne peut pas croître indéfiniment, l’obstacle privatif et l’obstacle destructif doivent être en raison inverse l’un de l’autre : c’est-à-dire que dans les pays malsains, l’obstacle privatif aura peu d’influence. Dans ceux au contraire qui jouissent d’une grande salubrité, et où l’obstacle privatif agit avec force, l’obstacle destructif agira faiblement et la mortalité sera très petite. »

En 2009 sur ce blog, nous avions donné nos réponses à des questions similaires du type « comment faire » posées par Bruno Clémentin, rédacteur au mensuel La Décroissance.

Lire, décroissance démographique

Malgré toutes nos explications détaillées de l’époque, Bruno pouvait encore écrire dix ans plus tard : «  On l’a déjà dit, on va le répéter : il n’y a pas trop de monde sur notre planète, il y a trop d’automobilistes et de motards) » (éditorial du mensuel La décroissance de novembre 2019). Il en est des anti-malthusiens comme des négationnistes du climat, en l’absence de contre-argumentation plausible ils se contentent de répéter la même chose… Le plus triste dans l’histoire, c’est que si on critique la maîtrise malthusienne de la fécondité, on se retrouve automatiquement dans le camp des natalistes, en compagnie de religieux, d’extrêmes de droite, du patronat, des militaristes et même de quelques décroissants… en fait tous des partisans de l’effondrement en cours

Partagez ...

8 réflexions sur “Arrêtons l’aide alimentaire structurelle”

  1. Pour information

    Le fantasme de l’explosion démographique
    Entretien avec Hervé Le Bras qui bat en brèche les généralités et les idées reçues concernant une invasion 
due à une hausse de la natalité qui participent du discours politique. Il affirme au contraire 
que l’on se dirige vers une stabilisation de la population mondiale.
    ( Publié le 12 Octobre 2015 sur l’Humanité)

    Le fantasme de l’explosion démographique
    Macron pointe les « 7 à 8 enfants par femme » en Afrique : un raccourci qui passe mal
    ( 12/07/2017 sur resistancisrael.com )

    1. Marcel Duterte

      Hervé Lebras a toujours été un manipulateur (socialiste , pléonasme) au service fellateur des divers gouvernants mondialistes (encore un pléonasme ).
      Un magnifique personnage dont nous attendons avec impatience le départ vers le néant qu’ il n’ aurait jamais dû quitter .
      Lisez les propos de M. Tribalat , démographe à l’ INED , sur ce très « reluisante  » personne .

      1. – « Il y aurait donc deux camps. Les universitaires béni-oui-oui, tripatouillant des séries statistiques faussées, pour louer, dans un grand moment orwellien, les bienfaits de l’immigration, sous les applaudissements de la gauche « Terranovienne ». Et puis Michèle Tribalat. »

        ( Immigration : qui est Michèle Tribalat, la démographe adulée par le FN ?
        L’OBS avec Rue 89 – 18 novembre 2016 )

  2. C’est avec intérêt que je viens de lire ces réponses de Biosphère à Bruno Clémentin en 2009. Avec intérêt d’abord parce que je n’ai aucun souvenir de cet article, comme si je le découvrais. Et de ce fait on peut donc me qualifier de «mal informé». Ou comme si je l’avais rangé aux oubliettes, et qu’il n’en ressortait qu’aujourd’hui. Parce que tout ça… ces réponses, pour la plupart partielles, quand elles ne sont pas à côté de la plaque… bref tous ces arguments, je les ai déjà entendus maintes fois.
    Et ils ne n’avancent à rien ! Ne nous avancent à rien ! On peut donc comprendre pourquoi Bruno, dix ans plus tard, en est toujours au même point (de vue).
    Tout ça ne fait que renforcer mes convictions. Déjà celle qu’évoque Bruno Clémentin : les malthusiens tournent en rond. Et encore s’il n’y avait que ça… (à suivre)

    1. Le plus triste (ou rigolo, question de point de vue) dans l’histoire … c’est bien cet esprit binaire. Poussé jusqu’au dogmatisme et donc jusqu’à l’absurde. Jusqu’au grand n’importe quoi ! Exprimé jusque dans cette conclusion : « Le plus triste dans l’histoire, c’est que si on critique la maîtrise malthusienne de la fécondité, on se retrouve automatiquement dans le camp des natalistes, en compagnie de religieux, d’extrêmes de droite [etc.] en fait tous des partisans de l’effondrement en cours »
      Autrement dit, plus binaire que moi tu meurs ! Choisis ton camp camarade !
      C’est blanc ou noir ! Blanc c’est blanc et noir c’est noir ! Ce n’est pas blanc et noir, c’est comme ci et comme ça, ou tu veux ou tu veux pas !

    2. Misère misère !

      Résultat, non seulement je me retrouve dans le camp des curés, mais dans celui des andouilles qui ne comprennent rien, bref dans celui des partisans de l’effondrement en cours. Mais le pire, pour moi… c’est qu’en plus et en même temps je me retrouve avec Marcel et Duterte. Misère misère !
      N’empêche que lui, pour répondre au COMMENT, lui il ne se dérobe pas.
      Lui il n’a besoin d’user de tel ou tel stratagème, lui au moins je ne peux pas lui reprocher un manque d’honnêteté et de franchise.
      – « le Niger et les pays d’ Afric sont en général des shitholes dégueulasses […] dès lors, la cessation de toute aide médicale ou alimentaire à ces crevards s’ impose vu leur absence de politique antinataliste […] On pourrait aussi y créer des conflits , ce qui conduirait à des famines et à des épidémies dévastatrices .»
      (MARCEL DUTERTE DIT LE MISÉRABLE 22 JUIN 2022 À 16:40 )

      1. Marcel Duterte

        En effet , je n’ ai pas pour habitude la pratique jésuitique de la dissimulation
        Les guerres tribales de jadis sur ce continent étaient nombreuses et fréquentes , dès lors , les taux de natalité de l’ époque étaient compensés par une terrible mortalité : n’ oublions pas la « sélection naturelle » où sur 10 enfants mis au monde , 2 au plus survivaient .

  3. Michel C - Parti d'en Rire

    Oui, tout ce vous voudrez ! Seulement les zantis-pas gentils-mal informés etc. que nous sommes… pouvons vous répliquer EXACTEMENT les mêmes reproches.
    Si vous ne comprenez pas, lisez Malthus ! On croirait entendre les Témoins de Jéhovah.
    AUCUN DÉBAT POSSIBLE ! Bref ce n’est que du ping-pong ping-pong !
    Et comme par hasard… les zantis-pas gentils-mal informés etc. parlent alors de débat pipé, de terrain miné, ou glissant, de faux-débat, de dialogues de sourds et j’en passe !
    Et du côté de la Raison, de la Vérité, du Bien, bref de Malthus… on parle du TABOU !
    C’est FORMIDABLE !!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.