COP28, le pape François au secours du climat !

Le christianisme doit se faire pardonner un péché écologique originel inscrit dans La Genèse : « Soyez féconds et multipliez-vous, remplissez la terre et soumettez-la, enjoint le Créateur. Soyez les maîtres des poissons de la mer, des oiseaux du ciel, et de tous les animaux qui vont et viennent sur la terre. » Ce qui avait autorisé le médiéviste américain Lynn Townsend White Jr de conclure, dans un retentissant article de Science (1967) sur « Les racines historiques de notre crise écologique », que « le christianisme est la religion la plus anthropocentrique que le monde a connu », puisqu’il considère que l’être humain créé à l’image de Dieu peut exploiter la nature à sa guise.

Dans l’histoire de l’Église, seul François d’Assise (1182-1226) avait contesté cette domination et remis l’homme sur un pied d’égalité avec les autres espèces, une vision irénique balayée par la révolution industrielle. Le dernier pape a choisi son nom de « François », explicitement en référence à ce saint. Selon son point de vue, les textes bibliques « nous invitent à “cultiver et garder” le jardin du monde », ce qui implique « une relation de réciprocité responsable entre l’être humain et la nature ». C’est totalement nouveau, c’est signe que des croyants peuvent encore réfléchir.

Lire, Laudato Si, lettre encyclique du pape François (2015)

Dans son message à la COP28 du 2 décembre 2023, le pape François confirme cette évolution. Rien de nouveau par rapport à sa lettre encyclique Laudato si, sur la sauvegarde de la maison commune, si ce n’est que la situation a empiré depuis sa publication en 2015, s’alarme le pape François. Pour le chef de l’Eglise catholique, « la dévastation de la création est une offense à Dieu ». Mais « l’heure est grave » et son discours s’est vite orienté vers une critique du système productiviste, dans une attaque à peine voilée contre le libéralisme : « La volonté de produire et de posséder s’est transformée en obsession et a conduit à une avidité sans limite, qui a fait de l’environnement l’objet d’une exploitation effrénée. » Elle justifie plus que jamais l’« écologie intégrale » de Laudato si, dans laquelle « tout est intimement lié », l’économie et l’écologie, la défense des laissés-pour-compte et la protection de la planète. Une démarche « associant le cri des pauvres au cri de la Terre ».

Publié à dessein avant la COP28, Laudate Deum dénonce les climatosceptiques et « les opinions méprisantes et déraisonnables qu’[il] rencontre au sein même de l’Eglise catholique ». Il pourfend surtout la domination d’un « paradigme technocratique [qui] nous isole de ce qui nous entoure » et fait des technologies (même s’il ne les exclut pas) le seul remède aux maux de la planète. Il s’agit là d’un « pragmatisme homicide »Jusqu’à comprendre « les groupes fustigés comme “radicalisés” », qui « comblent un vide de la société », et à prôner « un changement généralisé du mode de vie irresponsable du modèle occidental ».

lire, Laudate Deum contre les climatosceptiques (2023)

En savoir plus grâce à notre blog biosphere

Un pape écologiste ? Son nom l’indique, mais… (mars 2013)

extraits : Alors que nous nous acharnons à détériorer les conditions de vie sur notre planète, le pape précédent Jean-Paul II avait fait semblant d’écouter les gémissements de la Création. Benoît XVI était resté quasiment inaudible sur le réchauffement climatique, la sixième extinction des espèces, la stérilisation des sols, etc. Le miracle peut-il exister avec l’Argentin Jorge Mario Bergoglio, devenu « pape François » le 13 mars 2013 ? Ce pape voudra-t-il, pourra-t-il réconcilier les croyants avec la Création ? Le choix du nom du pape garde une charge symbolique importante. Le nom de « François », choisi pour la première fois dans la longue histoire de l’Eglise, fait référence à saint François d’Assise, le premier religieux à s’intéresser vraiment à la nature. Jean Paul II en avait fait le patron de l’écologie. Le pape François sera-t-il capable de plonger l’esprit chrétien dans les verts pâturages de l’ancien et du Nouveau Monde ?…

Laudato Si, lettre encyclique du pape François

extraits : L’encyclique papale sur l’environnement, Laudato Si (loué sois-tu, sur la sauvegarde de la maison commune) est importante, même pour les non-croyants : « Aujourd’hui, croyants et non-croyants sont d’accord sur le fait que la Terre est essentiellement un héritage commun, dont les fruits doivent bénéficier à tous. ». C’est d’ailleurs le premier texte de ce type exclusivement consacré par un pape à la crise écologique…

L’écologie intégrale du pape… et de Delphine Batho

extraits : L’expression « écologie intégrale » est utilisé par le pape François dans son encyclique Laudato si’. Elle signifie qu’« il est fondamental de chercher des solutions intégrales qui prennent en compte les interactions des systèmes naturels entre eux et avec les systèmes sociaux ». Il faudrait préserver l’intégrité de la Création : « L’homme aussi possède une nature qu’il doit respecter et qu’il ne peut manipuler à volonté. La nature est un don de Dieu, il faut la préserver, de la pollution. » En 2014, de jeunes traditionalistes publie un manifeste, Nos limites. Pour une écologie intégrale qui s’appuie sur le message papal. Aujourd’hui Delphine Batho laïcise l’écologie intégrale…

9 réflexions sur “COP28, le pape François au secours du climat !”

  1. François voudrait chasser les marchands du temple de la nature ? C’est très nouveau.
    Cela ressemble à une tentative de surfer sur la tendance des jeunes préoccupés par la «planète » et attirés par un pseudo retour à la nature.
    Pour moi, cela sent le coup marketing destiné à une Europe en perte de vitesse de la foi et des vocations. Business, Business … même avec les âmes.

    J’espère que La contraception reste quand même tabou et que la vie est sacré quoi qu’il en coûte. Il ne faudrait pas sacrifier un embryon, promesse d’un putatif pratiquant catholique.

    1. Non non c’est pas nouveau ! Faut suivre un peu au lieu de roupiller.
      Allez va, un petit cours de rattrapage pour les nuls : François, pas Flamby mais Jorge Mario Bergoglio a été élu le 13 mars 2013. Oui oui, élu ! Oh pas par moi, non.
      Laudato si’ ça date de 2015. Faut le lire ! Laudate Deum ça oui c’est plus nouveau.
      Dans ce texte publié le 4 octobre 2023, il dresse le bilan sur les questions environnementales et sociales, il parle entre autres de la COP 28 à Dubaï, ce qu’ON peut en espérer etc. Et au passage il con damne les climato-négationnistes. Non non c’est pas un con, en plus d’être gauchiste il est chimiste de formation le François. Eh oui !

  2. methode Duterte

    Puisse « sa saleté » , le pape gauchiste se convertir à la thèse malthusienne et recommander aux siens de modérer leur lapinisme .
    Cela dit , les chefs de la muzzerie devraient en faire autant mais vu le degré d’ arriérartion et la volonté de conquête de lise lame , j’ ai de sérieux doutes .
    Pour ce qui est de Greta Carbone l’ aspergée , qu’ elle se faire voir ailleurs 😁😁

    1. Parti d'en rire

      – « sa saleté … gauchiste, lapinisme, muzzerie … l’aspergée … »
      Mon dieu quelle misère ! Et en plus ON se croit au dessus du Lot, en avance…
      Sur tous ces arriérés. TOUS des arriérés, dégénérés !

      Chanson pour Marcel (inspirée de celle de Bénureau pour le pauvre soldat Moralès)
      – A toi, à toi mon frère… que j’ai z’aimé comme t’un père.
      Compagnon d’armes, mort sur la route du devoir ! Tu étais simple dans ta tête…
      Tu étais simple dans tes gestes. Et je te jure sur ta tombe
      Qu’un jour un mon-on-de, où la pureté triompheront.

      Car l’ennemi règn’ici-bas. Méchanceté-é-e, brutalité-é-e !
      Et les dealers et les chômeurs, les communistes, psychanalystes, tous des pédés dégénérés Au temps pour moi.

      Moralè-èse, Moralèèè-èse ! Disparu t’au champ d’honneur-e
      Pour sauver les trois couleurs, Moralè-èse, Moralèèè-èse !

  3. « Baleine », le nom donné au gisement de pétrole brut découvert en 2021 au large de la Côte d’Ivoire est aussi imagé que révélateur. L’inauguration du gisement est survenue une semaine avant l’ouverture de la COP28, alors même que la Côte d’Ivoire s’est engagée à verdir son mix énergétique. Le champ offshore situé à 60 kilomètres au large et à quelque 1 200 mètres de profondeur, a commencé à être exploité. Même si la Côte d’Ivoire restera très loin des poids lourds nigérian et angolais (plus d’un million de barils par jour), « Baleine » devrait amener la Côte d’Ivoire à des niveaux proches du Ghana ou du Gabon (autour de 200 000 barils par jour). Ce gisement va permettre au pays de renforcer l’offre intérieure d’électricité, de renforcer son rôle de hub énergétique dans la sous-région, d’engranger des devises pour l’État.

    Peut-on être contre le développement des pays pauvres ?

    1. Peut-on être contre le développement des pays pauvres ?
      Toujours pareil, ça dépend du genre de développement que l’on recherche.
      Si ce développement est du même genre que celui du Nigéria (où 62,9% de la population, soit 133 millions de personnes, sont considérées comme multidimentionnellement pauvres), ou de l’Angola (41% de la population en dessous du seuil de pauvreté, contre 37% en 2008), alors mieux vaut laisser tomber.
      Et puis toujours pareil aussi, regardons à qui profite le crime :
      – Quelle part pour l’État ivoirien dans le pétrole du gisement «Baleine» ?
      ( rfi.fr 17/12/2021 )
      Bref, si le Développement consiste à enrichir toujours plus les grosses compagnies et quelques gros nababs locaux, alors misère misère !

  4. Maintenant qu’ON a bien cassé ces pauvres riches, ET ces salauds de pauvres… et si ON se payait une bonne tranche de cathos pour changer.
    – « C’est totalement nouveau, c’est signe que des croyants peuvent encore réfléchir. »
    Alors là je vous arrête, ne mettons pas TOUS les croyants dans le même panier !
    Parce que là encore, comme pour tout, et n’importe quoi, surtout n’importe quoi, il y a croyant ET croyant ! Et je peux vous assurer, et même vous démontrer, par a+b, que certains croyants sont absolument incapables de réfléchir.

    – « COP38, le pape François au secours du climat ! » (titre)
    Moi j’aurai plutôt titré : COP38, le pape François au secours des gauchistes !
    Ou alors : François au secours du climat , et des gauchos et en même temps !
    Ben non rien de nouveau, ON le sait que François a le cœur à gauche. Même que certains lui ont même collé l’étiquette «gauchiste». ( à suivre )

    1. Et tous ces défendeurs des pauvres, de la veuve et de l’orphelin… les Jésus, Robin des Bois, Zorro et Jean Passe… des gauchistes eux-aussi ? Ben oui, logique !
      Seulement vu que les gauchistes sont des antis-écolos (ON nous l’a brillamment «démontré» hier À 14:52)… que va t-ON bien pouvoir dire de François ?
      Tout en restant logique ça va de soi, et fidèle à sa religion, et en même temps !

      – « Le christianisme doit se faire pardonner un péché écologique originel inscrit dans La Genèse : « Soyez féconds et [patati et patata]» »
      C’est donc parce qu’il n’est pas malthusien… et que l’anti-malthusianisme est un péché mortel… que François se croit obligé de faire pénitence en faisant ce pèlerinage à Dubaï. Pas comme Greta quoi. Bref, François n’est qu’un faux-cul ! ( à suivre )

      1. Et qui plus est, il se débine à la dernière minute ! Pour cause de santé… qu’il dit.
        Alors que la Vérité c’est que Greta a fini par le con vaincre, à la dernière minute :
        – « Eh François, si t’y vas… je passe pour quoi, moi ? » (Touiteur)
        Quelle bande de rigolos tous ces zécolos ! 🙂
        En attendant, à moins de passer pour encore plus con… ON est bien obligé de reconnaître que François a réalisé la prouesse de réconcilier l’Église avec la Création. Quant à attendre qu’il réconcilie les croyants avec la Création, surtout certains, autant attendre de lui un miracle. Misère misère !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *