Apprendre l’essentiel par les décroissants

mensuel La décroissance, juin 2024

Christian Bonnet : Je comprends de moins en moins la raison d’être d’Homo sapiens. Que fait-on d’autre, si ce n’est attenter à la vie sous toutes ses formes au nom d’un supposé progrès ? Où est la cohérence quand il est unanimement choisi d’investir davantage dans l’armement et dans l’extractivisme ? Est-ce vivre que d’être des heures durant rivés sur un portable ? D’être progressivement télécommandé par une IA ? Je ne comprends plus mon espèce et sa civilisation.

Philippe Pongy : L’usage des écrans connectés par les adultes en présence des enfants a un pouvoir de contamination majeur sur ces derniers et il serait illusoire d’envisager une restriction de l’appétence infantile pour ces outils sans proposer une restriction de leur usage par les adultes… Tout est donc prêt pour la généralisation de l’Idiotie Augmentée (IA).

Bernard Charbonneau : Parce qu’il y a des machines, sur sa machine l’homme fuit la machine.

Denis Baba : Nombre de Français rechignent de plus en plus à certaines conséquences du programme d’industrialisation sans limites. Voici un terreau fertile pour la national-libéralisme. Lequel ne conteste pas une seule seconde le monde-machine. « La croissance, la croissance, la croissance »  psalmodie, tel un possédé, ce qu’il est (comme nous tous) Jordan Bardella. Mais il prétend la mettre au service exclusif des Français (« de souche » [sic])

Clive Hamilton : Gabriel Attal n’est qu’un homme politique accro à la croissance. Tout le reste doit venir après la croissance. Le capitalisme ne peut exister sans une croissance sans fin. Pour Attal, il est plus facile d’imaginer la fin du monde que la fin du capitalisme.

François Jarrige : Les secteurs high tech ajoutent des strates supplémentaires d’accaparement de l’eau, pour refroidir les centrales nucléaires, les centres de données. Chaque année ce sont plus de 16 milliards de litres d’eau qui sont absorbés par les centres de données de Google aux États-Unis pour leur refroidissement.

Marine Le Pen : On finit par s’interroger tout de même sur l’objectif de ceux qui entretiennent des prix de l’énergie aussi hauts. N’ont-ils pas comme objectif la réduction de l’activité humaine, ce qui en réalité correspond à l’idéologie très en vogue à l’Union européenne de la décroissance généralisée. Il faut moins de tout, moins d’industrie, moins d’énergie, moins de voitures, moins de maisons individuelles, même moins d’enfants nous disent certains.

Elle, 8 mai 2024 : Emmanuel Macron veut accélérer la procréation médicalement assistée. Dans le même entretien, il veut instaurer le « droit de visite » des pères divorcés. Mais si le père est le frigo, comment faire ?

Paul Hawken : Tout électrifier, c’est la solution. Nous pouvons garder nos voitures, mais il faut qu’elles soient électriques. L’énergie du réseau doit être entièrement issu de sources renouvelables, ce qui est faisable. 20 millions d’emplois seront créés. Les coûts diminueront, les bénéfices s’envoleront. Le ciel s’éclaircira, le bruit dans les villes s’estompera. La vie continuera, plus belle qu’auparavant… (ndlr, Hawken nous refait le coup de « demain on rase gratis »)

7 réflexions sur “Apprendre l’essentiel par les décroissants”

  1. Parti d'en rire

    Force est de constater que La Décroissance n’inspire pas grand monde. C’est dommage, parce que c’est vrai qu’elle nous enseigne l’Essentiel. Tout en nous faisant rire, et en même temps. Tiens par exemple, dernière page, je cite :

    – « Notre vision de l’Europe […] Elle croit au progrès, car nous croyons que c’est le progrès qui sera la solution aux problèmes que peuvent [sic] poser l’activité humaine au regard des exigences environnementales. Elle croit au progrès, elle croit en la science. PAS À LA DÉCROISSANCE ! » (Marine le Pen, 1er mai 2024 : En bref, le lepénisme est un macronisme)

    – Amaury mon fils, donne-moi ma canne, mon genou me fait un peu mal.
    => Oh mère, ta souffrance semble insoutenable, et moi je ne peux être toujours présent à tes côtés, quelle situation terrible… As-tu pensé au suicide assisté ?

  2. Esprit critique

    Si le programme du NFP ne dit rien sur le nucléaire… les autres se chargent de lui faire dire ce qu’il ne dit pas. Et la décroissance dans tout ça ?
    Hausse du SMIC, du Pouvoir d’Achat, des impôts sur les entreprises… c’est ça la décroissance ?
    Non bien sûr, la décroissance c’est la baisse de 40% du prix de l’énergie, comme l’a “promis“ Jordy. C’est aussi la baisse du nombre de migrants. Sauf que comme le NFP c’est la hausse du pouvoir d’Achat. Et comme Manu c’est aussi plus de centrales nucléaires, plus de Croissance et patati et patata ! Que demande le Pôple ? J’avoue ne plus rien y comprendre…
    Au fait… j’avoue et en même temps ne pas avoir encore lu l’intégralité de ce programme… mais qu’est-ce qu’il en dit le NFP de la Croissance ? Quelqu’un peut-il m’éclairer ? ( à suivre )

    1. Esprit critique

      (suite) Par contre ce que je sais (à ce qu’ON raconte…), c’est que s’il était appliqué… ce programme provoquerait une CATASTROPHE. Comme d’ailleurs celui du RN.
      Par contre celui de Manu non ! Ben non, depuis le temps qu’ON nous chante que la décroissance est synonyme de catastrophe… ON en oublie la CATASTROPHE.
      Bref, tout ça c’est de bonne guerre, comme ON dit. Tremblez braves gens !
      Ceci dit, ne pensez pas que je ne sache plus faire la différence entre une vessie, une lanterne, et une baudruche.

  3. Pourquoi L’Homme se veut-il l’esclave des machines ?
    La raison d’être (la destinée) d’Homo sapiens serait-ce l’Homme-machine ?
    De construire un monde-machine… Est-ce que tout ça a un sens ?
    Vous avez 4 heures.

    Hélas les philosophes ne pèsent pas lourd sur ce blog. Les lecteurs de La Décroissance encore moins. Seulement 2 … pas plus ? C’est peut-être dommage mais c’est comme ça.
    ON ne s’étonnera donc pas que l’intelligence collective n’y progresse pas mieux. Pire, qu’elle régresse aussi misérablement. Pas seulement sur ce blog, bien sûr.
    Et pourtant, je l’ai souvent dit, ce journal est un excellent remède. Il traite tous les maux, tous les sujets. Les décroissants savent très bien que tout est lié. ( à suivre )

    1. (suite) Comme là encore : Merde aux J.O, lisez Charbonneau !
      Mais bien sûr, pour faire le lien encore faut-il connaître Charbonneau. Entre autres.
      Ceux qui ne comprennent toujours pas n’ont qu’à acheter le journal.
      Page 11 Denis Baba nous dit les RAISONS (National-libéral, nous voilà !)
      Page 2 (courriers des lecteurs) Hervé Colnus nous dit sa tristesse (Au mérite).
      Comme je le comprends, ce brave Hervé ! C’est vrai que c’est triste de se sentir seul. D’ailleurs je me demande toujours à quoi ça sert que Ducros il se décarcasse.
      À quoi ça sert de donner de la confiture aux cochons. Misère misère !

  4. Le Parti Pour La Décroissance soutient le Nouveau Front Populaire réunissant les forces de gauche, écologistes, sociales et décroissantes autour d’un projet de rupture pour les élections législatives à venir. La situation critique dans laquelle nous sommes avait été annoncée depuis des années par le mouvement décroissant. Que ce soit d’un point de vue écologique, énergétique, économique et social, nous savons que nous arrivons à la fin d’un modèle civilisationnel toxico-dépendant à la croissance.

    Mais nous ne perdrons pas de vue que sans une réflexion plus profonde sur les enjeux civilisationnels auxquels nous faisons face, un tel front ne serait au mieux qu’une rustine palliative, certes nécessaire et salvatrice, mais insuffisante…

    1. J’ai vite fait bien fait une petite recherche, sur le Net, pour essayer de voir les réactions à cette bonne nouvelle… Seulement je ne trouve rien. Ben oui, qui connait le PPLD ? Finalement il faut aller sur leur site pour lire “Le Parti Pour La Décroissance soutient le Nouveau Front Populaire“. Merci Biosphère de relayer l’info.
      Je serais également curieux de savoir où en est le MEI (Mouvement écologiste indépendant, dit « Les Écologistes »). Quelqu’un pourrait-il m’éclairer ?

      Blagounette : Antoine Ledénat entre dans une pharmacie et pose sur le comptoir un préservatif utilisé et troué. Il demande au vendeur de lui vendre une rustine.
      Celui-ci lui répond que ça n’existe pas, et qu’un préservatif, ça se jette après usage.
      Antoine lui demande alors UN préservatif. Le pharmacien lui dit qu’il n’en a qu’en paquet de cinq. Antoine part en disant : « Je dois faire voter cette dépense à tous les membres du club. » 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *