Que vive La Décroissance en septembre 2020

– Qu’est-ce que la vie à travers un écran qui fait écran ? Pare-brise de bagnole, téléviseur, smartphone, masque chirurgical, même combat pour fuir l’Autre ! Il est des morts vivants et des vivants morts. (Vincent Cheynet, rédacteur en chef de La Décroissance, page 3)

– Dans son essai intitulé « On achève bien les enfants », Fabien Lebrun n’y va pas par quatre chemins : il constate la destruction totale de l’enfant par les écrans. Non seulement ils laminent le psychisme, mais ils ramollissent les corps, de plus en plus passifs. Les écrans éloignent du réel et enferment les esprits dans une bulle virtuelle. (rubrique « lectures » page 9)

– La 5G fait partie de ce phénomène d’accélération qui nous entraîne dans le cauchemar du totalitarisme numérique à la chinoise (rubrique « la saloperie que nous n’achèterons pas)

– Quand on voit le débat et le combat des élus Verts contre le développement de la 5G, on voit bien les dégâts d’une idéologie du déclin et du refus du progrès. Je suis un défenseur de la croissance verte – les deux mot sont importants. (Yves Jego, secrétaire d’État chargé de l’Outre-mer, Le Point du 22 août 2020)

– Le système s’effondre sous les conséquences du fanatisme des croissancistes et ils insultent les décroissants. C’est vraiment la double peine. Ainsi le premier ministre Jean Castex : « L’écologie est-elle une priorité ? La réponse est clairement oui. La netteté de cette réponse a été retardée par les tenants d’une écologie décroissante et moralisatrice, voire sectaire qui continue de desservir la cause. (Ouest-France, 27 juillet 2020)« 

– L’ambition écologique du premier ministre est affichée, mais comme un levier de réindustrialisation, pas comme un marteau de la décroissance. (éditorial du Figaro, 16 juillet 2020)

– N’oublions pas comment s’impose toujours une idéologie. Pour dominer, la violence ne suffit pas, il faut une justification d’une autre nature. Lorsqu’une personne exerce son pouvoir sur une autre – que ce soit un dictateur, un colon, un mari ou un patron -, sa justification est toujours la même : cette domination est faite pour le bien du dominé. (citation de Chomski)

– La promotion régulière de la maternité de substitution s’inscrit dans cette tendance, hélas trop durable, qui veut faire croire que les femmes choisissent librement, par « plaisir », des activités qui ont représenté pendant des siècles la raison de leur domination. (Ana-Luana Stoicea-Deram)

– La vérité n’intéresse plus personne. A savoir que les États ne sont pas maîtres de la valeur de l’argent. Pour que celle-ci ne se détériore pas, toute dette doit financer une production de richesses marchandes pour une valeur équivalente… Tôt ou tard, la faillite universelle est le bel avenir de la dette perpétuelle. Ses experts se passeront sans problème de mes félicitations. (Denis Baba page 11)

– Je pense qu’une fois que vous couchez avec ces gens dont l’objectif est le profit, ce ne sont pas eux qui changent, mais vous. Nous n’avons pas d’autre choix que d’affronter l’effondrement en préparant un atterrissage en douceur. (Jeff Gibbs, réalisateur du documentaire Planet of the Humans)

– Quand j’étais adolescente, je me lavais avec une bassine, en utilisant l’eau que je faisais chauffer sur le poêle. Il n’y avait pas de salle de bain. On vivait du jardin et des produits de la ferme… Si on a une carte bleue assez alimentée et qu’on peut acheter ce qu’on veut immédiatement, on n’a plus en tête la valeurs des choses. (Danielle, rubrique « Simplicité volontaire »)

– « La science trouve, l’industrie applique, l’homme se conforme » : telle était la devise de l’Exposition universelle de Chicago en 1933. Ainsi les lois de la bioéthique sont régulièrement révisées pour adapter l’homme et la société aux évolutions techno-scientifiques ? (introduction de l’interview de Jacques Testart page 8)

(extraits du mensuel La Décroissance de septembre 2020)

Partagez ...

9 réflexions sur “Que vive La Décroissance en septembre 2020”

  1. Ce mois-ci je suis un peu en retard, merci Biosphère de me le rappeler, il faut vite que j’aille l’acheter.
    « Le journal de la joie de vivre ; Le 1er journal d’écologie politique»… ah ça oui c’est de saine lecture ! Que dis-je, de la sainte lecture ! Ma Bible, quoi. 🙂
    Entre autres, je pense que ça ne ferait pas de mal de réfléchir sur cette citation de Chomsky. Je n’ai pas le souvenir d’avoir lu sur Biosphère quoi que ce soit à propos de Noam Chomsky, du moins depuis que je m’y promène. Et pourtant, ce vieux penseur toujours vif et vivant est plus qu’intéressant. Lui aussi voit ce monde vers lequel nous allons, sorte de 1984 avec le réchauffement en plus.
    Alors bien sûr, comme ils le font régulièrement à l’encontre du journal La Décroissance, certains lui reprocheront d’ignorer «Le Problème N°1», c’est de bonne guerre comme on dit. Qu’ils commencent à lire Chomsky, avant de le critiquer. 😉

    1. Didier BARTHES

      Oui, on va le leur reprocher, comme à un médecin qui constatant une égratignure et un cancer chez un de ses patients lui dirait d’aller vite faire soigner son égratignure.
      J’étais assez favorable moi aussi au journal de la décroissance, puis, pour l’avoir approché de plus près, je suis vite revenu de ma première impression.

      1. En tout cas la décroissance, pour l’organiser et ben ça va être le bordel ! En effet, si les gens consomment moins, et ben l’état va percevoir beaucoup moins de TVA (en sachant que c’est la principale recette).
        Autrement dit, le gouvernement va devoir dégraisser les fonctionnaires, soit en réduisant leurs effectifs soit en réduisant leurs salaires, voir même les deux, et je pense même que c’est le cocktail détox qui va s’imposer ! Bref, les fonctionnaires vont brailler place république avec Mélenchon ! et ils vont scander « On veut du pognon avec Mélenchon, Ouais ! Ouais ! Tous ensemble Ouais ! Ouais !
        Le gouvernement qui devra organiser la décroissance devra affronter des dizaines de millions de gilets jaunes ! (et les blacks blocs)
        Mais je reste optimiste sur mon souhait de décroissance, je l’aurai mon Paris en cité d’Angkor !

        1. Didier BARTHES

          A long terme vous aurez certainement raison BGA80 nous aurons des ruines (hélas les ruines des grandes zones commerciales n’auront pas la splendeur des ruines antiques), il est vrai qu’elles dureront moins
          C’est vrai que la décroissance est la seule solution, mais qu’en même temps elle semble impossible à organiser, bon elle sera donc subie…

          1. Bah sois plus optimiste Didier, regarde Anne Hidalgo prépare le terrain à Paris, elle chasse les voitures pour y mettre quelques arbres et plantes, bon ce n’est pas encore suffisant, mais à terme on l’aura notre cité d’Angkor à Paris… Après quelques brouhaha de Mélenchon, on les aura nos ruines… Certes notre cité d’Angkor à Paris est encore au stade de germination, mais patience, car les choses pourraient bien accélérer (surtout que l’UmPs ne cesse d’empiler les bêtises, alors soyons optimistes)

          2. Mais oui on l’aura (ou ils l’auront) la décroissance, mais oui elle sera subie. Elle n’aura donc rien à voir avec la joie de vivre, mais alors rien du tout. De celle là quasiment personne n’en veut, que voulez-vous elle ne fait ne pas rêver. Surtout pas les Macron, Castex, Roux de Bézieux et Compagnie. Essayer de convertir ceux-là c’est comme essayer de mettre 13 oeufs dans une boite de 12, faut pas se moquer de ceux qui croient que c’est possible, n’est-ce pas Nicolas ? Du côté de EELV on n’en veut pas non plus. Et chez les petits-bourgeois n’en parlons même pas. Et c’est comme ça. Eh ben tant pis !

      2. Ah, je vois que Didier Barthès connait Chomsky. Questions :
        – Si mon cancer est en phase terminale et que mon égratignure menace de s’infecter… que me conseillez-vous, Docteur Barthès ?
        – Qu’est-ce qui vous gène dans ce journal (de la joie de vivre), vous le trouvez trop, ou pas assez… sectaire ? 🙂

        1. Didier BARTHES

          Trop et complètement irréaliste et puis le comportement des dirigeants, …bref je préfère ne pas en parler.
          Mais je suis décroissant aussi, simplement quand je lis ce journal j’ai envie de ne plus l’être.
          Laissez tomber l’égratignure,

          1. – «Trop et complètement irréaliste»
            Ah bon !? C’est à dire ? Vous voulez dire que votre «programme» l’est beaucoup moins, irréaliste… qu’au contraire le votre est complètement en phase avec la réalité ?
            Et puis quoi le comportement des dirigeants… vous voulez parler des guéguerres internes, des querelles d’ego ? Mais ça, c’est la même chose partout, hélas. Ou alors vous voulez parler de leur côté sectaire, c’est ce que je vous demandais, et c’est ce qu’on leur reproche le plus souvent. Mais vous préférez ne pas en parler. Un tabou quoi.
            – «Mais je suis décroissant aussi, simplement quand je lis ce journal j’ai envie de ne plus l’être.»
            Avant tout vous êtes dénataliste, voire malthusien, pour moi décroissant c’est autre chose. D’autre part, pour vous le Capitalisme ne représente pas un problème. Je comprends donc très bien que le journal La Décroissance ne peut pas être votre Bible. 😉

Les commentaires sont fermés.