effet multiplicateur

Le célèbre économiste Keynes, père de la croissance continue des Trente Glorieuses à cause de sa volonté de relance économique par les bas taux d’intérêt et le déficit budgétaire (théorie générale, écrite en 1936), voyait dans le mécanisme multiplicateur une explication de la diffusion de la croissance. En effet un investissement supplémentaire, par exemple une nouvelle entreprise dans une ville, permet la création de revenus qui sont dépensés dans les différentes boutiques de la ville, ce qui permet la création d’une nouvelle vague de revenus qui sont à leur tour dépensés dans d’autres magasins et ainsi de suite. Malheureusement cet effet multiplicateur fonctionne à la hausse comme à la baisse. Si une ville perd une entreprise, les sous-traitants peuvent fermer leur porte, puis le boulanger et le boucher réduire leur personnel, puis… Les revenus baissent, donc les consommations baissent, il y a un effet en chaîne qui détruit les emplois.

C’est pourquoi la demande de l’industrie automobile aux Etats-Unis semble justifiée. Ils demandent 25 milliards de dollars à l’Etat américain car « il s’agit d’éviter à l’économie américaine une catastrophe dévastatrice » (Richard Wagoner de General Motors). L’automobile au sens large emploi treize millions de personnes, soit un emploi sur dix. Avec l’effet multiplicateur, tu devines déjà la catastrophe si on ne produit plus de 4×4. Mais l’essentiel pour la Biosphère n’est pas là. Examinons le discours d’Alan Mullary (Ford) : « Notre industrie automobile a-t-elle un avenir ? Est-ce qu’un prêt garanti par le gouvernement fédéral pour passer cette période difficile vaut mieux que l’inaction ? Je crois que la réponse à ces deux questions est oui » (LeMonde du 20 novembre).

En fait la réponse d’un politique digne de ce nom devrait être : « NON, l’automobile individuelle n’a pas d’avenir durable. Nous sommes en train d’atteindre le pic pétrolier, les réserves en pétrole vont fournir de moins en moins de carburant. Il n’y a pas de substitut possible pour mettre de l’énergie dans les moteurs à explosion. L’industrie automobile doit se reconvertir, la période du profit facile est terminée, l’Etat ne peut pas socialiser les pertes. Débrouillez-vous, c’est la seule loi du marché qui vaille ».

Partagez ...