l’effet Giffen

Le président de la Banque mondiale, Robert Zellick, s’alarme de la montée du prix des denrées alimentaires de base, 80 % depuis 2005 (LeMonde du 12.05.2008). Il nous rappelle que la nourriture représente 50 à 75 % de la consommation des pauvres, contre moins de 15 % en moyenne pour les Français. Il est vrai que ce coefficient budgétaire, c’est-à-dire la part des consommations de première nécessité dans la consommation totale, diminue au fur et à mesure que le revenu s’élève : c’est la loi d’Engel, une loi qui peut s’inverser quand le revenu diminue. Pour les plus pauvres, c’est encore plus terrible ; les spécialistes parlent de l’effet Giffen, situation parfois subie au XIXe siècle en Europe. Lorsque le prix de biens essentiels, comme le pain, augmente, il reste moins d’argent pour acheter d’autres aliments et la consommation de pain augmente malgré la hausse de son prix. Cet effet s’explique par l’impossibilité de substituer d’autres aliments au pain, car aucun n’est aussi bon marché.

 Encore faut-il que le gouvernement contrôle le prix de la denrée alimentaire de base : le prix du pain (ou du maïs pour la tortilla) doit être juste selon les normes collectives, c’est-à-dire qu’il doit rester accessible. Les émeutes de la faim ont donc de l’avenir alors que la Banque mondiale et la théorie économique avaient oublié depuis des années que ce qui permet aux hommes de vivre résulte d’abord du soin apporté à la productivité de la Biosphère, la quantité de biomasse produite par unité de surface. On a préféré bétonner ou goudronner les terres cultivables ; en Egypte, on arrive même à construire dans la nuit une maison au milieu des champs. Les anciens étaient plus prévoyants, ils construisaient à l’orée du désert. Nous préférons transformer la terre en désert.

Partagez ...