réduisons la surface de nos logements

La transition énergétique que rend nécessaire la fin des énergies fossiles ne sera pas facile. Deux obstacles principaux s’opposent en effet aux indispensables économies d’énergie dans l’habitat, la pression du confort et la taille des logements.

La première expérience d’écoquartier français a été lancée en 2003. Une enquête récente met en lumière des surconsommations de chauffage. En effet la culture de basse consommation n’a pas été intégrée. On ne respecte pas en hiver la norme de chauffage préconisée, soit 19 °C. Sous la pression des habitants, les gestionnaires augmentent la température des chaudières. Là où les thermostats ont été bridés, certains habitants ont même acheté des chauffages d’appoint ! Comme le dit l’article*, « Faire entendre à des gens habitués à vivre avec 23 ou 24 °C qu’ils doivent se chauffer à moins, c’est compliqué ». La température de confort est donc une variable plus subjective qu’objective. Mieux isoler thermiquement les maisons ne sert à rien si cela ne s’accompagne pas d’une sensibilité citoyenne écologisée. D’ailleurs en Allemagne, les objectifs énergétiques au sein des écoquartiers sont placés plus bas encore et ils sont parfaitement respectés.

Quant à la superficie des logements, prenons l’exemple des Etats-Unis**. Après la Seconde Guerre mondiale, les soldats démobilisés et leurs familles emménageaient dans des logements de 90 mètres carrés. Dans les années 1970, la taille moyenne des maisons était de 150 m2. Aujourd’hui elle est de 233. En 2007, Laura Turner a achevé l’équipement de son modeste EcoManor de 575 m2 à Atlanta. Cette maison a été la première à recevoir la norme environnementale LEED (Leadership in Energy and Environmental Design). Avec 27 panneaux solaires sur le toit, la récupération complète des eaux de pluie, de la géothermie partout, une isolation en mousse de soja et des portes en aggloméré de paille de blé, la baraque consomme de 80 à 90 % de moins d’énergie qu’une maison de la même taille dans la région. Mais une grande maison où vivent peu de personnes ne peut se revendiquer d’un mode de vie durable. Les plus grosses économies d’énergie dans l’habitat sont à chercher d’abord dans la superficie.  La meilleure façon de s’afficher comme un citoyen responsable vis-à-vis de l’environnement est donc de choisir une petite maison, qui consommera automatiquement moins de tout. En plus, il faut savoir garder son pull même dans la maison…

* LE MONDE du 10 novembre 2011, Les ratés du premier écoquartier français.

** AMERICAN ECOLO d’Hélène Crié-Wiesner (éditions delachaux et niestlé, 2011)

Partagez ...