fauchage des OGM, obscurantisme ou démocratie ?

Le jugement des faucheurs volontaires d’OGM est mis en délibéré à Colmar *. Acte anti-démocratique ? Acte de désobéissance civile ? Obscurantisme ? Condamnation d’une recherche devenue folle ? Voici quelques précisions pour étayer notre opinion :

Jusqu’en 1990, aucune association, aucune personnalité politique, n’entreprend en France de mettre la question des biotechnologies. La France devint terre d’élection des essais d’OGM. Le rapporteur de la loi de juillet 1992, Daniel Chevallier, introduit un amendement exigeant une procédure d’information préalable du public avant autorisation d’un essai en plein champ. Cette proposition se heurte au refus du ministère de la Recherche qui estime qu’il ne faut pas « céder aux sirènes d’une pseudo-démocratie qui consiste à faire participer à la discussion sur les dangers potentiels d’une manipulation génétique des représentants d’associations qui n’auraient pas la capacité d’appréhender la nature même de cette manipulation. » Voté en première lecture avec l’amendement, la loi est votée en seconde lecture sans information du public à cause de l’action d’Axel Kahn, du lobbying des chercheurs en biologie moléculaire et des entreprises privées. Antoine Waechter, alors porte-parole des Verts, estime même que « beaucoup de manipulations génétiques sont inoffensives ». La première conférence de citoyens sur les OGM est cependant organisée en juin 1998. Son avis final juge « indispensable de développer la recherche liée au risque écologique avant de développer la diffusion des OGM ».

C’est en 1999 que la situation bascule. Alors qu’en 1998 étaient en place 1100 essais OGM, cinq ans plus tard on n’en comptait plus que 48, dont plus de la moitié furent détruits. En 2008, les 9 essais que les semenciers s’étaient risqués à mettre en place furent tous détruits. A la différence des autres pays d’Europe, la destruction s’est faite en France en groupe et à visage découvert, sur un mode d’action inspiré du répertoire gandhien de désobéissance civile. Le Parti socialiste finit en mai 2004 (non sans tensions internes) par se déclarer « contre les essais transgénique menés en plein champ, compte tenu des incertitudes et des risques de dommages irréversibles pour l’homme et pour l’environnement ».

Le débat OGM passe d’un cadrage-risques, qui impliquait une prééminence de la parole des experts scientifiques, vers un cadrage socio-économique. L’avenir des paysanneries du Nord et du Sud, l’existence du droit des peuples à choisir leur alimentation, les dangers de l’appropriation du vivant (brevets) par quelques firmes globales guidées par la quête du profit, la concentration du secteur semencier… tous ces arguments sont mis en avant. Le paysan accède à une parole plus légitime que celle des scientifiques. On comptait près de 8000 « faucheurs volontaires » en 2007. Les médias et l’opinion réagissent positivement à ces actions de destruction. L’action non-violente reçoit un bon accueil car elle respecte les personnes. Si elle s’attaque aux biens d’autrui, ce n’est que parce que son usage est devenu un danger public. La désobéissance civile est la respiration de la démocratie…

Source : Les luddites en France (Editions L’Echappée, 2010)

* LE MONDE du 2-3 octobre 2011, Les « faucheurs » de Colmar risquent la prison avec sursis

Partagez ...

2 réflexions sur “fauchage des OGM, obscurantisme ou démocratie ?”

  1. Bonjour !

    Personnellement, les OGM m’ont toujours inquiété… Le fait qu’ils puissent se disséminer partout sans que l’on ne sache les risques réels sur la santé, ça fait froid dans le dos.

    La seule façon que j’ai trouvé d’exorciser mes craintes a été d’écrire une chanson qui illustre les enjeux pour la planète des OGM, le tout avec humour afin d’en rire (jaune maïs) http://www.youtube.com/watch?v=MJw4Fxzfq9o

    En espérant que cette chanson puisse permettre d’alerter l’opinion publique !
    Musicamicalement,

    ARTisse

  2. Bonjour !

    Personnellement, les OGM m’ont toujours inquiété… Le fait qu’ils puissent se disséminer partout sans que l’on ne sache les risques réels sur la santé, ça fait froid dans le dos.

    La seule façon que j’ai trouvé d’exorciser mes craintes a été d’écrire une chanson qui illustre les enjeux pour la planète des OGM, le tout avec humour afin d’en rire (jaune maïs) http://www.youtube.com/watch?v=MJw4Fxzfq9o

    En espérant que cette chanson puisse permettre d’alerter l’opinion publique !
    Musicamicalement,

    ARTisse

Les commentaires sont fermés.