8 milliards d’humains pour le 15 novembre 2022

D’après les dernières données démographiques de l’Organisation des Nations unies (ONU), publiées le 11 juillet 2022, la planète sera occupée par huit milliards d’humains à compter du 15 novembre. Les humains n’ont jamais été aussi nombreux. C’est un milliard de plus qu’en 2010. Deux milliards de plus qu’en 1998. Et cinq milliards et demi de plus qu’en 1950.

Guillaume Delacroix : « Les démographes de l’ONU, considèrent comme « sûre à 95 % » la probabilité que nous soyons entre 8,9 et 12,4 milliards en 2100. Le cap des dix milliards pourrait être atteint dès 2059 pour se stabiliser ensuite… Dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, le Covid-19 n’a guère entraîné de changement dans le nombre de grossesses. Résultat, en Afrique subsaharienne, la population est appelée à pratiquement doubler d’ici à 2050, du fait du maintien du taux de fécondité à près de trois enfants par femme. La République démocratique du Congo et la Tanzanie devraient connaître une croissance rapide de leur population, entre 2 % et 3 % l’an sur la période 2022-2050..

Le journaliste du MONDE se contente de reproduire des tendances statistiques sans jamais s’interroger sur le fait que 8 milliards d’êtres humains, c’est trop ou ce n’est pas assez ? Les commentateurs sur lemonde.fr sont bien plus éclairants.

Démographie Responsable : Depuis les 3 milliards d’humains de 1960, les milliards suivants ont été « gagnés » de façon extrêmement rapide, dans des délais qui se sont même raccourcis : 14 ans, 13 ans, 12 ans, 12 ans et dernier en date, 11 ans. L’humanité améliore donc régulièrement ses propres records et ce n’est pas franchement une bonne nouvelle, sachant que la population mondiale soutenable se situe entre 3 et 4 milliards. Les 2 milliards encore attendus seront une charge supplémentaire qui n’atténuera évidemment pas le réchauffement climatique et ne sera pas non plus une façon raisonnable de s’y adapter.

Rhombo : Auriez-vous oublié la notion de transition démographique apprise au collège ou au lycée ?

Démographie Responsable @Rhombo : l’Afrique comptait 100 millions d’habitants en 1900 et l’ONU en prévoit un peu plus de 4 milliards à la fin de ce siècle, ce qui conduira à une multiplication par 40. Pour rappel, sur un intervalle de temps similaire (2 siècles) la population française a simplement doublé… et on compare ici un continent à un pays ! La transition démographique ne se passe apparemment pas de la même façon partout et en tous lieux.

Hein @ Rhombo : Le problème est que la notion de « transition démographique » n’est pas une notion théorique utilisable actuellement, c’est obsolète. Le terme est très mauvais car il laisse supposer quelque chose sur quoi on puisse « agir » vraiment, or les sociétés humaines sont cabochardes: elles cessent de procréer si elles veulent, et il faut vraiment qu’il n’y ait plus rien à bouffer ! Et dans un monde mondialisé, donc ouvert aux migrations, quelles raisons les-dites sociétés auraient, si elles ont l’impression qu’elles peuvent déverser leurs surplus ailleurs ? Au lieu de « transitionner », certains pays explosent ! La notion de « transition démographique », qui suppose des Etats clos sur eux-mêmes, est donc démodée au XXIe siècle.

Castanea : 8 milliards d’humains dont la majorité souhaite consommer comme l’Occident et les pays riches industrialisés (ne l’oublions pas, nous sommes les premiers responsables de l’effondrement climatique et de l’érosion de la biodiversité, érosion mortelle pour l’humanité…), c’est le naufrage de l’Humanité à très court terme…

Xavier.G : Les projections prennent-elles en compte le réchauffement climatique ? Une partie du Pakistan et de l’Inde sont déjà entrain de devenir invivable, comment la population dans ces zones là pourrait elle croître ?

Françoise B. : Il paraît que le Créateur a dit « croissez et multipliez-vous ». On peut lui répondre : « ça y est, c’est fait, on est plus nombreux que les grains de sable du désert, comme tu l’enjoignais. Et maintenant, on fait quoi? Tu as une idée, toi le Créateur, ou bien tu nous laisses nous entre-tuer pour un peu d’eau? » On n’aurait jamais du t’écouter!!

Oumuamua : Cela fait beaucoup de monde de plus depuis Adam et Eve ! Question : combien d’humains nés (et morts) sur notre planète depuis homo-sapiens ?

Bou : Question intéressante, selon l’INED ce chiffre s’élèverait à 80 milliards. Mais il est précisé que beaucoup sont mort très rapidement à la naissance. Moins de cent ans d’histoire humaine ont donc suffit à produire 1/10 des humains totaux, les 8 milliards encore vivant, ce qui est plutôt édifiant !

Hein : »World Data » donne des chiffres, avec un joli schéma en forme de sablier, d’ailleurs. Nous sommes donc 7,95 milliards, disons 8, dans la partie supérieure du sablier, pas encore morts. 140 millions d’enfants naissent chaque année, et 60 millions de gens meurent (passent en bas du sablier – ce qui engendre +80 millions de gens par an sur la terre). En bas du sablier, on a 109 milliards de morts; environ la moitié (55 milliards) ont vécu et sont morts dans les derniers 2000 ans, et donc la moitié avant. Dans les ères pré-modernes, donc pendant la majorité du temps humain, la moitié des morts sont en fait des enfants en bas age. Avant l’invention de l’agriculture (-6000 ans), la population totale de la planète est estimée à 9 millions de gens.

Edgard Wibeau : En fait, la population humaine s’accroît de façon si accélérée qu’il y a plus de personnes vivant en ce moment sur la planète qu’il n’y en a eu en tout depuis l’émergence d’Homo sapiens, voici environ 300.000 ans. Cet état de fait durera tant que la croissance de l’espèce restera exponentielle. C’est à dire plus très longtemps, car les limites physiques du globe sont en train d’être atteintes.

jean-claude meyer : La surpopulation, c’est une calamité bien pire que le réchauffement climatique. Notre terre ne peut subvenir aux besoins d’une telle multitude. Un virus exterminateur est la seule solution ! Oups, cette idée n’est pas politiquement correcte. Pardon.

Hein : « Je pense que chacun s’accorde à reconnaître que ce nombre phénoménal d’enfants pendus aux bras, au dos ou aux talons de leur mère, constitue dans le déplorable état présent une très grande charge supplémentaire (…) Un américain très avisé que j’ai connu à Londres m’a assuré qu’un jeune enfant en bonne santé et bien nourri constitue à l’âge d’un an un met délicieux, nutritif et sain, qu’il soit cuit en daube, au pot, rôti à la broche ou au four, et j’ai tout lieu de croire qu’il s’accommode aussi bien en fricassée ou en ragoût. Je porte donc humblement à l’attention du public cette proposition : sur ce chiffre estimé de 120000 enfants, on en garderait 20000 pour la reproduction, dont un quart seulement de mâles. On mettrait en vente les 100000 autres à l’âge d’un an, pour les proposer aux personnes de bien et de qualité à travers le royaume, non sans recommander de les rendre dodus et gras à souhait pour une bonne table. » (J. Swift, Modeste Proposition, 1729)

Partagez ...

6 réflexions sur “8 milliards d’humains pour le 15 novembre 2022”

  1. Citations malthusiennes
    René Dumont : « La plus grave menace pour l’avenir de l’humanité reste l’explosion démographique »
    J-Yves Cousteau : « La surconsommation et la surpopulation sont à la base des problèmes environnementaux »
    M. Yourcenar : « Aucune solution n’est viable tant qu’on n’a pas réglé la question démographique »
    I. Azimov : « La démocratie ne survivra pas à la surpopulation »
    C. Levi-Strauss : « Je ne peux avoir d’espoir pour un monde trop plein »
    H. Bergson : « Laissez faire Vénus, vous aurez Mars »
    Aristote : « Il est difficile, voire impossible de bien organiser une cité trop peuplée »

    1. Autres points de vue

      Pierre Rabhi : « Un cinquième de l’humanité consomme les 4/5e des ressources produites. Ce serait très pernicieux d’invoquer la démographie pour dire qu’on ne va pas s’en sortir. Non ! Plusieurs milliards d’humains ne s’en sortent déjà pas. »
      Serge Latouche : « Le problème, c’est d’abord qu’il y a trop d’autos, plutôt que trop d’hommes (même si chaque auto suppose un automobiliste…), que les Américains consomment trop plutôt que les Chinois soient trop nombreux, (ce qui ne veut pas dire qu’ils ne le soient pas…)»
      Contrepoints : « Le problème actuel n’est plus la croissance de la population mais son vieillissement.»

    2. Irving Rosenthal : « L’homosexualité est la solution la plus réaliste au problème de la surpopulation mondiale. »

      Conclusion : Les malthusiens savent donc ce qu’il leur reste à faire pour être crédibles.

  2. Benoît Rayski  :
    « Antoine Bueno propose qu’on instaure « un permis de procréer ». Imaginez la scène. Un mâle en rut traîne sa compagne vers sa couche, et elle lui dit : « Tu as ton permis de procréer, chéri ? ». De quoi vous couper l’envie, et rendre les plus robustes impuissants ! Reste à savoir qui délivrera les « permis de procréer ». L’onanisme a de beaux jours devant lui… »
    https://www.causeur.fr/permis-de-procreer-antoine-bueno-236753?fbclid=IwAR2O3FRHDiFXnDQXc_B_9F6PEaBsZJ5DJabuVD467VXsIt6-Dbp1FO6KKfE*

  3. Parti d'en rire

    Pour moi, c’est Hein qui nous livre le meilleur commentaire. Tout le reste n’est que du lu et entendu mille fois, qui ne nous avance à rien, rien de bon en tous cas.
    Modeste Proposition… l’ironie de Jonathan Swift … ah ça oui ça c’est bon !
    Malthus aurait bien fait de s’en inspirer, il aurait été beaucoup moins triste.

  4. Esprit critique

    Pour une fois qu’un merdia sort un article sur la question démographique… eh ben ça ne va pas. Celui-là se contente de reproduire des tendances statistiques sans jamais s’interroger sur le fait que 8 milliards d’êtres humains, c’est trop ou ce n’est pas assez. Décidément !
    Et quand bien même il la poserait… en quoi serions-nous plus avancés ?
    Et puis comment pourrait-il répondre à cette question ?
    Trop ou pas assez ? That’s the question ! Posée autrement : Où est la juste mesure, quel est le nombre idéal, optimal etc. ? Mais d’abord, trop ou pas assez… POUR QUOI ?
    En considérant alors que ce soit POUR la survie de l’espèce… notre propre espèce, la seule espèce qui se pose ce genre de questions… que peut-on dire sur le fait que plus une espèce compte d’individus, et moins elle est en danger d’extinction ?
    Comme vous voyez, s’interroger, poser des questions… ça c’est facile. Par contre pour y répondre, ça c’est autre chose.

Les commentaires sont fermés.