Amis de la Terre, négationnisme démographique

Au niveau des partis politiques, le MEI semble le seul à présenter la question démographique. Et toutes nos recherches incitent à constater que l’association Démographie Responsable est vraiment la seule en France à prôner la sobriété démographique. Si vous en connaissez une autre, vite, dites-le nous… Même Les Amis de la Terre, des malthusiens historiques, sont devenus des adeptes du négationnisme démographiqueDémonstration :

Les Amis de la Terre en 1971

« Les Amis de la Terre est une association fondée en 1970… espèces en danger, pollution sous toutes ses formes, encombrement urbain, la première cause en est l’explosion et le dérèglement démographique. Ceux-ci sont donc la préoccupation numéro un des Amis de la Terre qui travaillent en relation avec Zero Population Growth. Rejoignez les rangs de ceux qui partagent nos inquiétudes. Adhérez, militez… »

source : la bombe « P » de Paul Ehrlich p. 236, livre traduit de l’américain par une équipe des Amis de la Terre

Les Amis de la Terre en 2022

Si on tape « Malthus » sur le moteur de recherche de leur site, aucune réponse… idem si on tape « démographie ». La question démographique n’existe pas.

Leur présentation de lhistorique de l’association occulte soigneusement toute référence à la surpopulation : « L’aventure commence en 1969 aux États-Unis sous l’impulsion de David Brower, un écologiste reconnu. A l’époque, les associations de protection de la nature ou de l’environnement existent, mais il manque une organisation qui chercherait à combattre la nature profonde des atteintes environnementales, et à lier enjeux environnementaux et justice sociale. C’est le navigateur, écrivain et journaliste Alain Hervé qui propage la greffe en France, soutenu par des figures aussi connues que les ethnologues Claude Levi-Strauss et Théodore Monod. Très vite, l’organisation s’attaque à de grands sujets de société et contribue à donner corps à l’écologie en France : campagne contre le commerce des fourrures animales, lutte contre le nucléaire, défense des espaces verts urbains ou campagne internationale pour un moratoire sur la chasse à la baleine… »

Dans cette présentation,qui occulte la surpopulation, il s’agit là vraiment d’un abus d’autant plus volontaire que toutes les personnes citées sont des malthusiens convaincus :

David Brower (dans sa préface à la bombe P) : « L’homme possède en lui-même la force de se détruire. La Bombe P démontre que cette nouvelle brutalité a ses racines dans la débâcle démographique. Nous voulons croire que toutes les organisations de protection de la nature, encore obnubilés par des actions limitées de protection, des animaux ici, de hommes là – vont se rendre compte que tout procède d’une seule et même cause, la prolifération humaine. Si nous ne nous attaquons pas à la cause, c‘est-à-dire la prolifération de l’homme, aucun force au monde n’empêchera la disparition d’une espèce animale après l’autre, d’un espace sauvage après l’autre, et finalement des hommes eux-mêmes.. On espère un monde de plus en plus désirable, au lieu d’un monde de plus en plus peuplé. »

Alain Hervé : « Nous sommes trop nombreux. Écologiquement parlant, les superprédateurs au sommet de la chaîne alimentaire ont toujours un très faible taux de reproduction dans les écosystèmes en équilibre Il est probable que les superprédateurs prolifiques du passé ont détruit leurs écosystèmes et leur espèce par la même occasion. La décroissance de la présence humaine semble devoir être préalable ou concomitante à toute autre décroissance. Oui ou non ? »

Claude Levi-Strauss dans une interview au MONDE : « A la question « Que diriez-vous de l’avenir ?, Claude Lévi-Strauss répondit à 96 ans : « Ne me demandez rien de ce genre. Nous sommes dans un monde auquel je n’appartiens déjà plus. Celui que j’ai aimé avait 1,5 milliard d’habitants. Le monde actuel compte 6 milliards d’humains. Ce n’est plus le mien. Et celui de demain, peuplé de 9 milliards d’hommes et de femmes, même s’il s’agit d’un pic de population, comme on nous l’assure pour nous consoler, m’interdit toute prédiction ».

Pour agir, rejoindre l’association Démographie Responsable :

https://www.demographie-responsable.org/

Partagez ...

9 réflexions sur “Amis de la Terre, négationnisme démographique”

  1. Réponse au BGA À 13:10 :
    On mélange tout, on touille, et voilà comment du négationnisme on passe au gauchisme, à la fainéantise etc. N’importe quoi !
    Hier il était question ici de la décroissance… «un tabou politique», qui trouve toutefois moyen de s’inviter à HEC. À 19:27 j’ai invité les nuls (en la matière) à commencer par plancher sur la page Wikipédia (Décroissance).
    Pour pouvoir parler de certaines choses, la décroissance ou la valeur-travail par exemples… la moindre des choses est déjà de savoir de quoi on parle. Ce qui évite évidemment de débiter bon nombre d’âneries.
    ( à suivre )

    1. Le travail c'est la santé ...

      De la même façon que le révisionnisme (l’attitude critique) ne doit pas être confondu avec le négationnisme, la valeur-travail (concept d’économie) ne doit pas être confondue avec l’idéologie du travail. Combattre cette idéologie n’est en rien un encouragement à la fainéantise, bien au contraire.
      Alors halte au Sketch, comme tu te plais souvent à claironner !

      – « Cette idéologie du travail présente un intérêt tout particulier dans la mesure où c’est un exemple parfait de l’idée (qu’il ne faut pas généraliser) que l’idéologie dominante est l’idéologie de la classe dominante. Ou encore que celle-ci impose sa propre idéologie à la classe dominée. En effet cette idéologie du travail est, avec l’expansion de l’industrie, une création intégrale de la classe bourgeoise. Celle-ci remplace toute morale par la morale du travail. [etc.] »
      ( Jacques Ellul – Pour qui, pour quoi travaillons-nous ? )

    1. Pourquoi Lévi Strauss était-il plus lucide que Pierre, Paul ou Jacques ? Que Sénèque ou le Pape François par exemples. Pourquoi le fait de ne pas se focaliser sur la question démographique, de refuser de faire de cette question Le Problème N°1… serait-il un manque de lucidité ?
      Prenons l’exemple de notre propre mort, inévitable etc. Pourquoi la lucidité nous imposerait-elle de penser et de parler de ça à longueur de journée ? Voire d’en faire notre principal problème.

  2. Les négationnistes démographique et les anti-malthus sont les ennemis de la Terre ! Ces sont même des criminels ! En freinant la transition démographique voir même en la mettant en échec dans des pays (comme en Algérie où les autorités ont réaugmenté le taux de natalité dans le pays en mettant en échec le planning familial), ils génèrent des conflits meurtriers pour l’accès aux ressources naturelles. En Afrique, il n’y aura pas de dividende démographique, puisque la croissance de population est supérieure à la croissance économique soit à la croissance matériel et alimentaire. Or ça fait près de 15 ans qu’on a franchi le pic pétrolier conventionnel, en l’occurrence nous sommes déjà entré en décroissance. Surtout il s’avère qu’on n’a pas réussi à éradiquer la misère en période de croissance ! Ça n’a pas été possible en période de croissance, alors il n’y aucune raison à ce que cela soit possible en période de décroissance.

    1. En Afrique, tous ces jeunes n’ont pas d’emploi et ceux qui ont un boulot n’ont pas une qualité d’emploi très mirobolant non plus ! A présent avec la décroissance les conflits vont non seulement se multiplier mais aussi s’amplifier en nombre de morts dans la souffrance… Bref les négationnistes et anti-malthusiens propagent la souffrance humaine à travers le globe; autrement dit en plus d’être des criminels ils sont aussi des bourreaux et des sadiques ! Et même fourbes car ils font semblants d’être bienveillants auprès de ces populations malheureuses alors qu’ils ne font strictement rien pour les sortir de leurs sorts très précaires !

  3. Ce ne sont pas les mots qui manquent pour nommer les menteurs, les faussaires, les hypocrites, les andouilles et j’en passe. Personnellement j’évite de parler de négationnisme en dehors du cadre étroit qui le définit. Certains se sont permis d’utiliser le terme «négationnisme» dans le cadre du dérèglement climatique. Je n’ai jamais trouvé ça très malin.
    Le mot «négationnisme» a une histoire, il a été inventé dans le but d’éviter l’ambiguïté avec l’utilisation inadéquate du mot «révisionnisme».
    Pour nommer ceux qui doutent de la réalité climatique, nous avons «climato-sceptique».
    Si pour vous ce mot n’est pas assez explicite, si vous pensez qu’il ne permet pas de bien faire la différence entre les révisionnistes sincères et les autres… comme ceux qui font seulement semblant de douter… il vous suffit alors d’appeler un chat un chat.
    ( à suivre )

    1. Négationnisme ?

      Et voilà que le négationnisme s’invite chez Malthus. Je trouve là encore que c’est dommage, pour ne pas dire plus.
      Le négationnisme est un concentré de tout ce qui a de pire : bêtise, mauvaise foi, dogmatisme etc. Qualifier quelqu’un de «négationniste» (en dehors du cadre) est le pire qu’on puisse faire. Déjà ça rend tout débat impossible. Ce qui certes n’est pas grave quand on n’a aucune intention de débattre. Ensuite c’est risquer de s’embrouiller encore plus soi-même. Non, le révisionnisme n’est pas le négationnisme !

    2. Misère misère !

      – « Les négationnistes démographique et les anti-malthus sont les ennemis de la Terre ! Ces sont même des criminels ! » (BGA À 10:54)

      Nous avons là le Summum de cette bêtise totalement incapable de juste mesure. D’un côté les amis, de l’autre les ennemis. D’un côté les vertueux, de l’autre les criminels. Et bien évidemment, il n’y a que ceux qui résonnent comme ça qui détiennent la Vérité. Et eux-seuls sont des Gens Bien.

Les commentaires sont fermés.