ASPO, descente énergétique à partir de 2013-2015

Ouverture de la conférence de l’ASPO (association pour l’étude du pic péttroler et gazier) à Vienne le 30 mai 2012.

Selon son président, Kjell Aleklett, l’atterrissage risque d’être plus brutal que ce qu’annoncent les économistes : « Les lois de la physique sont plus fortes que les lois de l’économie« . La production de pétrole – non conventionnel inclus – est entrée depuis 2005-2006 dans une phase de plateau instable. Selon Robert Hirsch, ancien directeur de la prospection pétrolière chez Exxon, ce plateau arrivera à son terme et entamera une décrue de 5 à 7 % par an à partir de 2013-2015. Le monde, dont l’énergie est fournie à 85 % par les fossiles, sera confronté à des turbulences et des tensions comparables à celles qui ont accompagné les chocs pétroliers de 1973 et de 1980. A ceci près que, cette fois, il s’agit d’une évolution géologique irréversible et non pas d’une décision provisoire des pays de l’OPEP de fermer les robinets. Face à une telle urgence, les gouvernements devraient déjà préparer leurs populations à être confrontés à des pénuries.

Reste que les compagnies pétrolières gardent les données « sous le paillasson« , alors qu’il s’agit d’informations cruciales pour l’avenir. Pour sa dixième conférence, l’ASPO a invité l’OPEP et l’AIE ; les deux organisations ont décliné l’invitation. Aux Etats-Unis, c’est l’industrie pétrolière qui domine la politique et empêche la transition énergétique.

Texte complet d’Agnès Sinai sur

http://www.actu-environnement.com/ae/news/10-ans-aspo-pic-petrolier-15841.php4

Partagez ...

2 réflexions sur “ASPO, descente énergétique à partir de 2013-2015”

  1. Le journaliste Jean-Michel Bezat se réjouit avec Hollande de l’orientation à la baisse du prix du pétrole, il ne regarde que l’offre et la demande à court terme*. Bezat ne jure que par l’OPEP (un cartel de personnes qui s’octroie les richesses du sous-sol pour les dilapider en gadgets dispendieux) et l’AIE (qui ne défend que les intérêts des pays consommateurs). Bezat serait-il un fanatique du marché et de ses dérives ?

    Puisque les objectifs de notre société sont d’exploiter la nature, d’enrichir les élites et de faire fi du long terme, alors notre société développe des technologies et des marchés qui détruisent l’environnement, creusent le fossé entre les riches et les pauvres et privilégient les gains à court terme. En résumé, cette société développe les technologies et les marchés qui vont précipiter son effondrement au lieu de l’éviter. Le journaliste Jean-Michel Bezat se fait-il le complice de ce système ? A-t-il oublié les pronostics de l’ASPO sur la déplétion pétrolière ?
    * LE MONDE du 7 juin 2012, Le prix du pétrole devrait continuer à baisser

    1. Précisions de Jean-Michel Bezat :
      « Je n’ai pas cité l’ASPO, car il ne s’agissait pas d’un article sur les réserves proprement dites, mais une approche à plus court terme offre-demande. Les prévisions sur le peak oil n’ont pas d’influence sur les marchés à court terme, les difficultés d’accéder aux ressources pour diverses raisons (politiques, financières…) l’emportant sur les craintes d’un épuisement rapide des ressources. J’avais cité les thèses de l’ASPO dans un papier publié par Le Monde daté du 26 septembre 2011. J’aurai l’occasion d’y revenir. »

Les commentaires sont fermés.