banalité du mal

            L’analyse de Bordenave et Guibert (LeMonde du 19.05.2008) nous montre la banalités des monstres :  l’assassin en série Fourniret est un homme ordinaire dont ni le passé, ni le mode de vie n’explique la cruauté des actes. Sa compagne dans le crime, Monique Olivier, en rajoute dans la grisaille. L’article juste en dessous, « Eduquer à la paix », montre que la volonté moderne de paix s’est arrimée, durant les deux siècles passés, à la progression de conflits de plus en plus brutaux (guerres mondiales ou locales) ou mouvants (terrorismes). C’est ce qu’Hannah Arendt appelait, au sortir du procès des dignitaires nazis à Nuremberg, la banalité du mal. Il reste à chacun d’entre nous de se rendre compte que les amoureux de la Nature et les objecteurs de croissance mènent le même combat, combattre la banalité du mal en oubliant notre anthropocentrisme de dominants. Un écrivain comme Yves PACCALET, dans L’humanité disparaîtra, bon débarras ! a bien cerné le problème :

« Je cherche l’humanité au fond de l’homme : je n’y vois que la moustache d’Hitler. Nous ne sommes ni le fleuron, ni l’orgueil, ni l’âme pensante de la planète : nous en incarnons la tumeur maligne. L’Homme est le cancer de la Terre. Nous sommes des salauds, je dirais même plus, nous aimons nos perfidies. Nous les justifions. Nous leur trouvons toutes les excuses possibles et impossibles, nous les rebaptisons « légitime défense », « acte de bravoure » ou « choix tactique ». Les capitalistes parlent de « concurrence loyale », ce qui fait rire tous ceux qui étudient les relations entre les entreprises. Voyez ces philosophes qui se haïssent en dissertant de la bonté universelle ! Regardez ces humanitaires qui se disputent l’aide aux victimes ! Examinez ces soldats de la vraie foi qui égorgent l’infidèle en psalmodiant : « Dieu est amour ! » Que cela plaise ou non, et quelles que soient les indignations du philosophe ou du moraliste, la vérité s’impose : nazis nous sommes.

L’éthologie nous enseigne que, comme tout être vivant, l’Homo sapiens obéit à trois pulsions principales : le sexe, le territoire et la hiérarchie. C’est au territoire et à la hiérarchie que je me  réfère expressément lorsque j’évoque notre côté nazi. Du côté du territoire et de la hiérarchie, tout est permis et même encouragé. La possession et la domination sont élevées au rang des valeurs. On les récompense par des biens matériels, un salaire, une rente, des profits. Chaque fois que nous étendons notre domaine ou que nous prenons le dessus sur quelqu’un, nous en tirons une récompense chimique en dopamine et autres molécules gouleyantes. Nous n’avons qu’une hâte : recommencer. Devenir toujours plus riches et plus puissants. Voilà pourquoi nous ne lâcherons aucun de nos avantages personnels pour sauver notre mère la Terre… Nous préférons la voir crever que de renoncer à nos privilèges.

Non seulement l’homme anéantit ses semblables en braillant Lily Marlene, It’s a long way ou l’Internationale, mais il devient le bourreau de la Nature. Nous ne céderons rien (en tout cas rien d’important : les autres n’ont qu’à commencer !) pour arrêter nos saccages et nos pollutions. Le silence des oiseaux devient assourdissant, qu’il soit causé par la guerre, la dévastation mécanique ou la chimie, il préfigure celui de la vie. Quelques beaux gestes ne remplaceront pas le grand partage. Nous ne nous en tirerons que par la vertu d’une décroissance raisonnable. Sauf que c’est impossible, parce que personne n’en veut. Le vingt et unième siècle sera belliqueux, ou je ne m’y connais pas. » 

Partagez ...