conflit d’intérêts

Notre civilisation doit trancher entre des principes contradictoires. Ainsi les Etats-Unis ont placé l’ours polaire sur la liste des espèces en danger dans un langage si équivoque que la protection de l’ours pourrait en être minée (LeMonde du 17.05.2008). Il s’agit dans ce cas de trancher entre la lutte contre le réchauffement climatique qui menace le territoire de chasse des ours et l’approvisionnement en énergie des Américains. Quelques ours d’un côté, des millions d’électeurs de l’autre… La décision ne peut qu’être difficile !

En France, le préfet du Périgord doit trancher entre quelques  emplois créés par un circuit automobile qui s’installerait dans le parc naturel régional et quelques avis opposés : gaspillage d’énergie fossile par la compétition automobile, déboisement de 40 hectares riches en espèces animales et végétales protégées, bruit, augmentation du trafic routier dans le parc, risques de pollution des eaux souterraines, assèchement d’une zone humide, risques de perturbations du sous-sol… La décision ne peut qu’être difficile, vous pensez, quelques emplois en plus et un promoteur privé face à la détérioration de la Nature.

 La lutte entre la Nature et l’Homme est disproportionnée. Quels que soient les arguments, ce sont les intérêts humains à court terme qu’on privilégie jusqu’à présent même si c’est à l’encontre de l’intérêt des générations futures. Mais penchons-nous plus attentivement sur ce couple de britanniques passionnés de voiture qui tiennent à installer le circuit sur leur territoire. Certains idéologiques du capitalisme pensent que c’est l’appropriation privée qui peut le mieux permettre la protection de l’environnement. Pourtant, que ce soit aux USA, en France ou ailleurs, la Biosphère constate à chaque fois que la possession d’une voiture individuelle et d’un territoire duquel tirer un profit personnel empêchent d’accéder à une réelle conscience de la fragilité de notre planète face à la démesure de l’Homme.

Partagez ...