Cour suprême, un ramassis de cinglès

Six idéologues complètement cinglès vont précipiter les USA dans le camp climato-sceptique et ajouter toujours plus de chaos sur notre petite planète. Les six juges conservateurs de la Cour suprême ont estimé, contre l’avis de leurs trois collègues progressistes, que l’Agence pour la protection de l’environnement (EPA) ne pouvait pas édicter de règles générales pour réguler les émissions des centrales à charbon, qui produisent près de 20 % de l’électricité aux Etats-Unis : « Mettre une limite aux émissions de dioxyde de carbone à un niveau qui imposerait de renoncer au niveau national au charbon pour produire l’électricité pourrait être une solution pertinente à la crise d’aujourd’hui. Mais il n’est pas plausible que le Congrès ait donné à l’EPA l’autorité d’adopter une telle mesure ».

Après la volte-face sur l’avortement la semaine dernière, cette décision est un nouveau renversement de jurisprudence. En 2007, La Cour suprême avait décidé à une courte majorité que l’EPA était compétente pour réguler les émissions de gaz responsables du réchauffement climatique, au même titre qu’elle est chargée de limiter la pollution de l’air par une loi des années 1960.

Dans un argumentaire distinct écrit au nom des progressistes on dénonce cet avis : « Aujourd’hui, la Cour a retiré à l’Agence de protection de l’environnement le pouvoir que le Congrès lui a donné de répondre au “problème le plus pressant de notre époque” » La magistrate Elena Kagan rappelle que les six années les plus chaudes ont été enregistrées au cours de la dernière décennie. Notre planète est en feu et cette Cour suprême extrémiste détruit la capacité du pouvoir fédéral de se battre.

Que le sort de l’humanité dépende de quelques individus comme des conservateurs ignares ou des dirigeants paranoïaques comme Poutine montre à quel point nous sommes une espèce homo demens  bien plus qu’homo sapiens.

Lire aussi, La Cour suprême se penche sur l’avortement

Partagez ...