Courrier, vouloir la pub, pas la subir

Chaque année en France, ce sont environ 18 milliards de publicités non sollicitées, soit 800 000 tonnes de papier, qui arrivent dans nos boites aux lettres. Chaque foyer français reçoit en moyenne 30 kg de prospectus. Fabrication, distribution, ramassage, traitement des déchets, recyclage, abandon en pleine nature… leur impact carbone peut être estimé à environ 800 000 tonnes de CO21, soit l’équivalent des émissions de 600 000 voitures neuves qui parcourraient 13 300 km dans l’année. Objets « à usage unique », ces imprimés ont une durée vie très courte. Alors que les citoyens ne demandent pas à recevoir ces publicités, ce sont eux qui, in fine, paient la facture. Trois milliards d’euros annuels dépensés par les publicitaires dans les prospectus sont au final payés par les consommateurs au travers de leurs achats, ce qui représente un coût de 200 euros pour une famille de 4 personnes. Plutôt que StopPub sur les boîtes aux lettres, un affichage « Pub acceptée » serait normal et nécessaire.

France Nature Environnement mène le combat contre le gaspillage des publicités non souhaitées dans les boîtes aux lettres depuis 1991. La fédération avait alors imaginé le dispositif « StopPub » pour permettre à chacun de refuser l’intrusion des messages commerciaux dans leur quotidien. Pas toujours respecté par les distributeurs, parfois arraché, abîmé avec le temps, difficile à obtenir ou même refusé par certaines copropriétés pour manque d’esthétisme, le dispositif a malheureusement montré ses limites. Il est donc temps d’inverser la tendance. Ce n’est pas à ceux qui ne souhaitent pas recevoir de publicité de faire un effort, mais bien à ceux qui souhaitent la recevoir, de le signaler. La logique de réduction des déchets, de préservation des ressources et l’urgence environnementale l’imposent : le geste par défaut doit être le geste vertueux. Autrement dit, pas de distribution de prospectus dans les boîtes aux lettres sans autocollant « Publicité acceptée ».

A l’occasion du projet de loi Anti-gaspillage, France Nature Environnement demande au gouvernement et aux parlementaires de soutenir sa proposition. Réduire de 50% les prospectus publicitaires serait deux fois plus efficace en termes de diminution des émissions de CO2 que de passer de 60 à 100% de recyclage sur les bouteilles plastique. Certains avanceront l’excuse de l’emploi pour reculer, alors que près de la moitié des prospectus sont actuellement imprimés à l’étranger.

Partagez ...

5 réflexions sur “Courrier, vouloir la pub, pas la subir”

  1. Le projet de loi pour lutter contre le gaspillage est débattu par les députés depuis le 9 décembre 2019.
    Résistance à l’agression publicitaire réclame l’interdiction de la publicité « pour certains produits particulièrement nocifs pour l’environnement : les SUV, les vols intranationaux, le secteur de la restauration rapide, etc. », ou encore celle des « supports polluants et imposés : écrans numériques, prospectus ». Ses propositions n’ont pas été reprises par le gouvernement.

  2. Contre la publicité, j’ai plusieurs propositions

    1/ Taxer les bénéfices des entreprises pour financer le recyclage des déchets publicitaires, ce qui serait tout à fait normal puisque ce sont les entreprises qui émettent cette pollution contre notre gré ! D’autant que ce n’est pas normal à ce que soit les victimes des publicités, c’est à dire nous tous contribuables qui payent le recyclage des déchets publicitaires à la place des entreprises, ce n’est absolument pas normal !

    2/ En outre, les institutions de la protection de l’enfance devraient pouvoir émettre des amendes et des sanctions contre les entreprises qui émettent des publicités ciblant les enfants et les adolescents ! En effet, les adolescents et les enfants ne gagnent aucun revenu puisque ce ne sont pas des actifs, ils n’ont aucun salaire, alors je ne vois pas pourquoi on les cible pour qu’ils dépensent ? A part de former les adolescents et enfants à devenir les dictateurs de leurs parents, ça n’a aucune incidence ! Ces publicités nuisent aux bons rapports de la famille entre enfants et parents…. Même pire, les marques provoquent des conflits entre adolescents entre enfants en provoquant des ségrégations de ceux qui ont accès aux marques et d’autres pas. Ces publicités génèrent des conflits à travers les marques, et les institutions de la protection de l’enfance devraient s’y opposer !

  3. On pourrait imaginer que le non respect (plus que fréquent) de l’étiquettes « stop pub »ou du même ordre) puisse entraîner l’interdiction aux annonceurs de continuer à diffuser leur prospectus dans les communes concernées
    Charge aux annonceurs de donner à leur distributeurs des consignes très strictes pour que les instructions sur la boîte aux lettre soient respectées

    1. Mais quelles consignes très strictes, Didier Barthès ?
      Je pense que les distributeurs de pubs (en général de pauvres gens qui font ça pour mettre un peu de beurre dans leurs épinards) n’ont pas envie de se faire allumer ni d’un côté ni de l’autre, je pense qu’ils n’ont pas de temps à perdre avec des querelles pour des conneries, je pense aussi que lorsqu’ils distribuent… il ne doit leur tarder qu’une chose, c’est de finir au plus vite ce boulot de merde.
      Personnellement je n’ai jamais eu l’occasion de demander à un de ceux-là s’il savait lire ou pas, je me suis d’ailleurs appliqué à écrire assez gros pour qu’on le voit de loin, mon joli «Stop-Pub».
      Par contre il m’est arrivé de remonter les bretelles, gentiment bien sûr, à ces gens qui à la veille des élections parcourent les rues et écument les boites aux lettres pour distribuer et «vendre» leur programme. Pour le coup imprimé sur du joli papier, évidemment.
      La publicité n’étant qu’une forme de propagande, sur ma boîte il est écrit : NI PUB NI PROPAGANDE ! C’est pourtant clair, non ?

  4. Je ne dirais pas qu’il est le pire, ni Le Problème N°1… mais la PUB est tout simplement un FLÉAU. Pas seulement le papier, pas seulement en terme de CO2, un fléau surtout pour nos cerveaux. Ne serait-ce que « vouloir la pub » … et ne parlons même pas de cette innovation à la con, cet autocollant « Publicité acceptée ». Faut être gravement malade pour vouloir et accepter de se faire polluer !
    Depuis des années et des années j’ai le Stop-Pub sur ma boite à lettres. Le mien résiste au temps, c’est moi qui l’ai fait, pas compliqué juste un peu de peinture. Du coup il n’est peut-être pas homologué, mais je peux affirmer qu’il remplit parfaitement sa fonction. Quel est déjà le nombre de français qui ont mis le Stop-Pub sur leur boite à lettres ? Et après ça on nous raconte qu’un tiers des français ne VEUT pas de pub papier ?
    Toutefois mon Stop-Pub ne filtre pas toutes les pubs que m’envoient pas dans leurs courriers mon banquier, mon assureur etc. Et puis comme tout le monde je subis la pub de tous les côtés, sur le Net, à la télé, à la radio, dans les journaux (sauf La Décroissance) , sur le bord des routes etc. etc. Et toujours plus !
    Et après ça on nous raconte qu’il faut (yaca) sauver la planète ? En mettant un autocollant, en triant le papier, le plastique etc. etc. Mais de qui se fout-on ? Mais quand aura t-on le courage et l’honnêteté de demander haut et fort au gouvernement et aux parlementaires d’ INTERDIRE LA PUBLICITÉ sous toutes ses formes ?

Les commentaires sont fermés.