eau de source ou eau en bouteille ,

Avec sa toute dernière campagne de communication et son slogan : « Qui prétend que l’eau du robinet a bon goût ne doit pas en boire souvent », la marque Cristaline a dépassé les bornes. D’autant plus que la vague suivante d’affiches publicitaires assimile l’eau du robinet à l’eau des toilettes : Cristaline pousse le bouchon vraiment trop loin !!

Alors même que le comité de déontologie du Bureau de Vérification de la Publicité avait donné un avis défavorable à ce genre de publicité, Cristaline a opté pour le maintien de sa stratégie, une campagne qui repose sur de fausses informations et qui va à l’encontre des politiques publiques visant la réduction des déchets. Dans ce contexte, la fédération France-Nature-Environnement nous rappelle que l’eau du robinet est tout à fait potable, qu’elle est contrôlée un grand nombre de fois avant d’arriver chez le consommateur et qu’elle coûte cinquante fois moins cher que l’eau de source que l’on trouve en magasin. D’ailleurs, l’eau de source ne présente pas de grande différence avec la plupart des eaux du robinet et provient parfois des mêmes nappes phréatiques (c’est le cas pour Cristaline dans la région de Saint-Nazaire). Pire, alors qu’elles contiennent parfois de l’antimoine (dû au PET constituant leur emballage), de nombreuses dérogations sont octroyées aux eaux de source embouteillées. De plus, les conditions ainsi que la durée de leur stockage avant consommation ont des incidences sur leur contenu (ce qui est  rappelé sur les étiquettes que personne ne lit). FNE précise également que les bouteilles en plastique sont fabriquées à partir de pétrole, matière première en voie d’épuisement et que leur transport par camion à travers notre pays contribue à l’émission de bruit, de polluants atmosphériques et de gaz à effet de serre, donc au dérèglement climatique. FNE alerte enfin sur le fait qu’une grande partie des bouteilles plastiques n’est pas recyclée : elles vont alimenter les nombreuses décharges qui jalonnent la France, ou même se retrouvent directement dans la nature.

 

Il est bien loin, dans le monde dit civilisé, le temps où on buvait à la source, mais on ne peut indéfiniment s’éloigner toujours plus d’un approvisionnement direct dans la Biosphère…

Conclusion : Les sociétés humaines sont plus ou moins bien adaptées au milieu environnant, la société thermo-industrielle est la moins durable car elle détruit les écosystèmes. Les amoureux de la Nature et les objecteurs de croissance ont donc un objectif commun, prendre la défense des intérêts de la Biosphère et dénoncer avec force cette société de prédation.

Pour en savoir plus, tu peux consulter le site :

http://biosphere.ouvaton.org/

 

Partagez ...