François Bayrou et l’impact démographique

François Bayrou, 6 enfants et grand-père de vingt-et-un petits-enfants. Il voudrait que tout le monde fasse comme lui. Ce « haut-commissaire au plan » estime que la natalité et l’accueil de personnes étrangères pour améliorer le rapport actifs-retraités sont les « deux voies » pour « assurer l’avenir démographique » de la France. Ce pacte démographique à la con, les commentateurs sur lemonde.fr le descendent en flèche :

Camtaoij : Il serait temps de changer de logiciel. Comment peut-on craindre de manquer de bras alors qu’on a des millions de chômeurs ?

Castanea : Pffffff… augmenter la natalité alors que la planète court à la catastrophe avec d’un côté un changement climatique qui s’annonce apocalyptique et des pays incapables de s’entendre efficacement pour utiliser les dernières années qui nous restent afin de prendre les mesures radicales qui s’imposent… et de l’autre, un début d’effondrement d’une partie du vivant annonçant une crise de la biodiversité dont nous n’avons pas fini de payer les conséquences sur nos vies, le Covid n’en étant qu’une illustration bénigne mais évidente… Et l’autre, Bayrou, il nous parle de… natalité !

Electron : F Bayrou oublie un point fondamental dans son raisonnement : le développement durable de l’Humanité. L’espèce humaine est en train de surexploiter et détruire sa planète, et les conséquences risquent d’être plus que critiques. Aujourd’hui encore 80 % de notre énergie est d’origine fossile: que sera demain un monde dans lequel le pétrole, qui permet l’agriculture et le ravitaillement, sera épuisé? Et la disponibilité en eau ? La surpopulation, nous y sommes.

Audrey : Bayrou, c’est n’importe quoi ! Aujourd’hui un gosse est une charge pour la société. Plus de gosses, ça veut dire plus de personnes au RSA et plus de chômeurs.

Heinrich Von Zimmel : C’est beau cette course en avant. Accueillons plus de personnes qui devront faire plus d’enfants et accueillir encore plus de personnes pour assurer la continuité. On nage en plein désastre après la vague migratoire des années 60-70 et 90-00, il faut en plus encore accueillir de nouvelles personnes ? alors même qu’on a du mal à intégrer les précédentes vagues et que celles-ci refusent de s’assimiler ? On marche sur la tête.

Viviane17 : Faut-il baser le modèle démographique sur une pyramide de Ponzi ? À l’évidence il faut une décroissance démographique mondiale, et en France soutenir la natalité avec des allocations dès le premier enfant, plafonnées à deux ou trois selon les projections. Au delà, c’est un choix personnel qui n’a pas à être financé par la société.

Le Dingue : Bayrou retrouve la magie de la martingale en oubliant son risque : miser toujours plus tant qu’on gagne…jusqu’à ce que le dernier tour fasse perdre d’un coup un multiple de tous les gains accumulés. Ou bien la facilité du tas de sable qu’on déplace…dans le futur. Sachant que si toute la population mondiale avait le profil de consommation du français moyen, il faudrait quatre planètes Terre pour subvenir aux besoins et recycler les déchets (le profil des USA est de dix planètes!). Donc il faudrait en fait diviser la population française par quatre si on veut stabiliser la dégradation de la Terre et de ses ressources.

Maclen : On reste abasourdi par les propositions de M. Bayrou : la chair à enfanter immigrée remplace la chair à canons d’autrefois et ce monsieur phosphore une martingale d’équilibre des retraites qui donne des sueurs froides. Je me lance (pourquoi pas moi ?) : 1/ La planète va mal. Et si nous, la France, donnions l’exemple au monde d’une maîtrise de long terme de notre population ? ; 2/ J’ai remarqué que l’immigration posait des problèmes (« la France c’est pour les papiers », Bataclan…) : pas vous ? 3/ La France vieillit mais un nouvel équilibre viendra, pas de panique ; c’est arithmétique toute chose égale ; 4/ On demande aux femmes, vraiment, intimement, les yeux dans les yeux, ce qu’elles souhaitent et leurs conditions pour enfanter.

GR : Me BAYROU, Il faut se calmer. Vous êtes vous promenez dans les cités de nos grandes villes ? Je ne le pense pas. Il faut arrêter cette course en avant, tout ça pour empiler les gens les uns sur les autres. Revoyez vos modèles économiques pour arriver à l’équilibre, sans augmentation de notre population, svp.

Ithilglin : Sérieusement ? On en est encore à parler de politique nataliste, et on en est encore à en faire une condition de notre modèle social ? Alors que l’impact humain sur les écosystèmes est aujourd’hui intenable et qu’il faut absolument songer à réduire la pression de manière organisée faute de quoi cela se fera de manière désorganisée, donc beaucoup plus violente. Le concept de croissance économique ET démographique est tout simplement stupide dans l’environnement fini qu’est la terre. Aussi dur que cela soit, il faut développer un modèle qui n’a pas besoin de croissance. Ce n’est pas une idéologie, c’est une nécessité physique. On a beaucoup utilisé la science pour justifier les mesures de restrictions ces derniers mois, mais bizarrement toujours quand cela allait dans le sens de l’idéologie au pouvoir.

Partagez ...

20 réflexions sur “François Bayrou et l’impact démographique”

  1. Communiqué de presse de Démographie Responsable.
    En bref : «  Le pacte pour la démographie  de François Bayrou nous entraîne dans la mauvaise direction… La France est loin de l’hiver démographique, nous avons gagné plus de 25 millions d’habitants depuis 1950 et nos effectifs ont cru en moyenne de 250 000 personnes chaque année au cours de la dernière décennie soit la population d’un département tous les deux ans… M. Bayrou envisage également de relancer l’immigration. Or, la population française semble aujourd’hui majoritairement défavorable à cette politique : est-il nécessaire d’ajouter un élément de discorde supplémentaire dans la société française ?
    L’association Démographie Responsable engage la France comme les autres pays à se lancer dans une politique de modération démographique, excluant toutes compétition entre les nations, afin de favoriser la protection de l’environnement et la durabilité de nos sociétés. »

    1. Que la population (le peuple) soit favorable ou défavorable à ceci ou cela (ex. les soldes, les jeux du Cirque, la taxe carbone, le modèle Amish) ne veut évidemment pas dire que le Gros Animal a raison. Maintenant je comprends qu’ON veuille lui faire plaisir, surtout en ce moment, on appelle ça le populisme. Parfois on peut dire aussi, hypocrisie.
      Quant à ne pas rajouter un élément de discorde, je le con cède. Cependant je vois là encore une certaine forme de populisme. Les éléments de discorde ce n’est pas ça qui manque, de tous les côtés et pour tout et n’importe quoi. PRO-ceci et PRO-cela CONTRE ANTi-ceci et ANTi-cela ! Vieux CONTRE jeunes, citadins CONTRE ruraux, travailleurs du privé CONTRE fonctionnaires, etc. etc.
      Maintenant nous allons avoir, en plus, les vaccinés CONTRE les non vaccinés. Et demain les pucés CONTRE les non-pucés. Mais ça c’est pas grave, c’est pas comme l’immigration ou le (sur)nombre, n’est-ce pas ?

  2. #Viviane17 ; #Le Dingue
    Vous avez raison. On n’est pas obligé comme beaucoup le serinent de tout ramener à l’immigration. Imaginons le système d’allocations familiales suivant :
    INCITATION – 1 enfant : allocation d’un montant M
    NEUTRALITE – 2 enfants : allocation M supprimée
    MODERATION – Plus de 2 enfants : taxe d’un montant = M x nbre d’enfants
    Pour les mâles semeurs de progéniture et les pondeuses de marmaille invétérées -> inculpation pour écocide.
    Pourquoi avoir peur d’une politique écologique autoritaire ? Ce sera vraisemblablement la seule sortie possible avant la guerre civile.

    1. Le Dingue dit qu’il faudrait diviser la population française par 4 (=> 16 millions).
      Ceci afin de «stabiliser la dégradation de la Terre [etc.]» Georgescu Roegen dit que «l’état stable est un mirage à la mode».
      En attendant faudra m’expliquer comment yaca. Une «politique écologique autoritaire» pourrait en effet planifier ce genre de folie.
      En divisant par 4 (ou par 10 aux US) on pourrait ainsi conserver (un certain temps) le modèle actuel. Notre petit confort (de petits-bourgeois), la Bagnole etc. Je suppose la croissance et le Business et en même temps (pour l’emploi etc.) Ce qui ferait que nous serions alors con damnés à être toujours trop nombreux (déjà dit).

    2. (Désolé pour la suite, MAIS !)
      La peur, de tout et n’importe quoi, la haine, des uns et des autres, la fatigue, la bêtise et le grand n’importe quoi, qui enflent chaque jour, toujours plus… pour ne rester qu’en France j’ai bien peur que la guerre civile soit en train de couver. Ne serait-ce que pour maintenir un semblant d’ordre (ordre établi), une dictature (qui n’aura rien d’écolo) nous pend au nez. Ce sera alors non seulement la perte de nos libertés les plus fondamentales (se déplacer, parler, penser…) mais la perte de ce qu’il nous reste d’humanité.

  3. Évoquer la progéniture de Bayrou c’est comme évoquer le nombre de bagnoles, de bateaux à moteur et de vols en hélicoptères de Nicolas Hulot. C’est tuer le messager et se foutre du message. Évoquer ses convictions religieuses n’a pas plus de sens que d’évoquer celles de Pierre Paul ou Jacques. Les religions c’est comme les dieux et les saints, ce n’est pas ça qui manque. Saint Thomas et sainte Greta, priez pour nous pauvres prêcheurs jusqu’à l’heure de notre mort, et patati et patata !
    Ce «nouveau» Commissariat au Plan c’est du flan. On le sait pourtant, on en a parlé ici le 12 Septembre 2020. Depuis il n’y a que Canteloup qui nous parle de Rantanplan. Alors pour une fois qu’il pond quelque chose ne soyons pas trop cons avec lui, et essayons déjà de nous mettre à sa place, au fond de ce placard à chiottes.

    1. On lui demande de tracer des plans avec des règles tordues, des règles à la con. Comment pourrait-il alors nous pondre autre chose que des plans à la con ?
      Ne serait-ce que pour régler ce soit disant problème du financement des retraites, on nous dit qu’il n’y a pas trente six solutions mais seulement deux. Á force de répétitions on a bien sûr intégré le truc, c’est tout con :
      1) Cotiser plus (oh non pas ça !) 2) Cotiser plus longtemps (amen).
      Faire payer les jeunes robots et les vieilles machines largement amorties, prendre le pognon où il est, ça c’est pas possible ! Pourquoi ? Parce que s’y on faisait ça, ils s’en iraient sous d’autres cieux plus cléments. Mais nom de dieu qu’ils s’en aillent tous !

  4. M. Bayrou oublie le problème majeur de l’humanité qui est l’écroulement de la biodiversité. La surpopulation constitue la cause essentielle de cet effondrement. La vie sauvage est réduite à presque rien par notre occupation de tous les espaces habitables.
    Toute mesure nataliste est donc un non sens pour l’avenir de la planète et notre espèce. Nous avons multiplié nos effectifs par 5 depuis 1900, n’est -ce pas suffisant ? Doit-on transformer la Terre en une gigantesque mégapole ?
    Pour la France, le projet de M. Bayrou conduirait à artificialiser de plus en plus d’espaces et à nous lancer dans une course sans fin où l’équilibre du pays ne pourrait être atteint que par une croissance permanente de nos effectifs
    C’est une impasse. La France a d’ailleurs gagné plus de 20 millions d’hab. depuis 1950. Là aussi, n’est-ce pas suffisant ?
    De plus, l’immigration à laquelle il souhaite faire appel est largement rejetée par nos concitoyens.

    1. Les 20 millions supplémentaires sont liés à l’immigration puisque le seuil de renouvellement des autochtones est négatif depuis 1970. Quand on regarde la courbe démographique,la majeure partie de la population va mourir dans les 30 prochaines années. Il serait temps de redresser le taux de natalité pour rajeunir notre population. Ça fait déjà 50 ans que la France fait des efforts de baisse.

      1. Didier BARTHES

        Bonjour BGA 80 ,
        Rajeunir la population ? Pourquoi ? En quoi est ce mieux ?
        Vous oubliez tout simplement que les jeunes d’aujourd’hui sont les vieux de demain, si nous avons beaucoup de vieux aujourd’hui, c’est parce que nous avons eu beaucoup de jeunes il y a 70 ans, c’est un cercle sans fin et en plus les jeunes constituent des inactifs pour au moins les 20 prochaines années et donc pèseront sur les comptes sociaux

        1. C’est évidemment un cercle sans fin, un cercle infernal. Le Top serait alors un état «stable» ou «stationnaire». (voir hier 16 MAI 2021 À 14:57 et lire Georgescu Roegen)
          Il s’agirait donc de maintenir une population de X individus, pas un de plus, pas un de moins. Dans un premier temps on essaiera donc de se mettre d’accord sur ce chiffre. (20 millions ?) Afin que ces individus ne deviennent pas une charge trop lourde pour la collectivité (ne pèsent trop sur les comptes sociaux), on fera en sorte qu’ils ne dépassent pas un certain âge. Là encore on fixera l’âge à partir duquel les soins de santé ne seront plus pris en charge (par exemple) et/ou qu’il convient de les euthanasier. Si maintenant en plus on tient à conserver une certaine stabilité quant à notre culture, notre couleur de peau, et en même temps une certaine aptitude aux travaux manuels, et des champs, et à l’élaboration des plans, et à la réflexion etc. etc. là ça commence à se compliquer.

          1. Didier BARTHES

            Michel C, ne m’attribuez pas ce genre de propos  » Afin que ces individus ne deviennent pas une charge trop lourde pour la collectivité (ne pèsent trop sur les comptes sociaux), on fera en sorte qu’ils ne dépassent pas un certain âge.  » je n’ai jamais dit ça.

        2. @ Didier
          On ne peut pas indéfiniment baisser notre natalité, ça fait 50 ans qu’on le fait déjà de baisser. Dans 30 ans, les 3/4 de la population française sera morte de vieillesse, bref on se dirige vers la voie d’extinction.

          La France est capable de tenir une population de 45 à 50 millions d’habitants sans énergies fossiles puisqu’on l’a fait depuis plusieurs siècles. Et comme je dis il faudra des bras et des cerveaux jeunes pour faire tourner le pays. Notamment pour s’occuper des personnes âgées. Tout est basé sur l’équilibre, on a diminué notre natalité pendant 50 ans pour éviter la surpopulation, à présent il faut relancer la natalité pour éviter la sous-population en Europe

          1. Vive la France !

            Mais non faut pas avoir peur, la population française n’est pas du tout en voie d’extinction. Sauf bien sûr si vous tenez absolument à n’avoir que des françaises zé des français d’un certain type.
            Marcel, slip petit bateau, avec un gros mât, pull Marine, béret et baguette sous le bras

          2. Donc on est bien d’accord qu’on tue les européens par étouffement démographique. Parce que c’est pas parce que tu mets une vache dans une écurie de cheval que la vache ne devient véritablement un cheval, falsifier les papiers de la vache n’en fait pas un cheval alors le principe est idem pour l’identité des français.

  5. Le problème de fond, c’est que les convictions religieuses de Bayrou rejaillissent sur sa position officielle en tant que « haut-commissaire au plan ». Un tel organisme, chargé du long terme, devrait prendre en considération la chute de biodiversité et l’épuisement des ressources liées à la surpopulation, la capacité de charge de la France, le réchauffement climatique provoqué par le nombre de conducteurs d’automobiles, etc.
    Notre nombre, le poids des humains, est une donnée qui multiplie les dégâts de la croissance économique. Ignorer les contraintes biophysique qui vont peser lourdement sur les générations futures, ce n’est pas faire preuve de prospective intelligente, mais d’aveuglement coupable.

    1. Quant à la mode de la retraite par répartition, elle a été le résultat de l’ère de l’abondance. Pendant une brève période, les pays riches ont considéré qu’il était rationnel de payer les aînés pour qu’ils quittent le marché du travail afin de maintenir le chômage à un niveau acceptable politiquement. Avant cette période, un peu moins de la moitié de toute l’activité économique était le fait de l’économie de marché. La plupart des personnes trop vielles pour occuper un emploi travaillaient dans l’économie domestique. La fin de l’énergie abondante et bon marché signifie que de telles économies domestiques redeviendront nécessaires…
      Si vous êtes comme moi à plus de trente ans de la retraite, oubliez le financement de la retraite, vous ne la prendrez probablement jamais. Si vous avez une grande famille avec laquelle vous vous entendez bien, vous gagnerez votre place en s’occupant des petits et du potager…(Jean-Marc Jancovici)

  6. Oui il faut redresser la natalité en France, non pas pour augmenter de manière exponentielle, mais pour remplacer les personnes âgées qui vont mourir en masse dans les décennies à venir, autrement dit rajeunir la population, surtout qu’il va falloir établir l’exode urbain vers les campagnes, car il faudra bien des bras (jeunes) pour l’agriculture dans un monde sans pétrole. Ça fait 50 ans que la population autochtone française et européenne décline, il s’agit de ne pas disparaître non plus. Ce n’est plus à nous de faire des efforts de baisse de natalité, de faire les efforts à la place de ceux qui ont une natalité non responsable que l’on constate sur d’autres continents.

    1. Et il faut aussi une population rajeunie prête à lutter férocement contre l’ envahisseur démographique et agressif afromuzz !(guerre civiloethnique à venir)
      Je suis pourtant malthusien !
      Rien ne sera fait par le gouvernement macrondelle pour enrayer la ponte délirante du 1/3 monde venu en masse au Frankistan avec l’ aide de politiciens déments

    2. Du côté malthusien on nous dit qu’en France comme ailleurs nous sommes trop nombreux, et qu’il faut donc aller plein pot vers la Dénatalité. Jusque là c’est un point de vue qui se défend. Et en même temps, on nous dit qu’ «il faut redresser la natalité en France». Je trouve ça marrant.
      Ce qui est marrant aussi, c’est quand on pleurniche parce qu’en France il y a trop de vieux, et qu’en même temps on pleurniche aussi parce qu’il y a trop de jeunes étrangers. Imaginez le «bon» vieux français, bien réac et bien facho jusqu’au trognon, avec le béret et les charentaises, devenu totalement dépendant d’un(e) jeune basané(e). Ne serait-ce que pour lui changer la couche parce qu’il ne sent pas la rose. C’est vrai que c’est con de finir comme ça. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *