La honte du pétrole, c’est pas pour demain

En 1892 Mendeleïev, l’inventeur de la classification périodique des éléments, présentait cet avis au tsar : « Le pétrole est trop précieux pour être brûlé. Il faut l’utiliser comme matière première de la synthèse chimique ». Aujourd’hui le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, exhorte à « mettre fin à toute nouvelle exploration et production de combustibles fossiles ». La ministre norvégienne de l’énergie et du pétrole s’agace : « Que la Norvège, qui fournit 2 % du pétrole et 3 % du gaz utilisés dans le monde, arrête, ne va pas résoudre le problème du climat ». Mais si personne ne commence à faire ce qu’il faut faire, qui le fera ?

C’est grâce à l’argent du pétrole que la Norvège finance l’Etat-providence et que les Norvégiens ont un emploi. Le secteur des hydrocarbures représente à lui seul 14 % du produit intérieur brut, 20 % des exportations et 160 000 emplois. Equinor, né Statoil en 1972, est contrôlé à 67 % par l’État norvégien. Le plus gros fonds souverain du monde pèse désormais près de 1 170 milliards d’euros. Que faire de cet argent ? On fait semblant d’investir dans les énergies renouvelables, hydrogène et éolien flottant. Actuellement, 5 % seulement des investissements de l’entreprise sont consacrés aux nouvelles énergies. Mais le gouvernement a accordé cette année 65 licences d’exploration aux compagnies d’extraction. La « oljeskam » – « honte du pétrole » – reste marginale. Les jeunes sont divisés. Une infime minorité milite à l’association Natur og Ungdom. La majorité rêve encore de métiers offshore. L’avenir du pétrole pour le moment, c’est conforme au slogan de Sarah Palin, l’ancienne candidate à la vie-présidence des États-Unis : « Drill, baby, drill » ! On est au cœur des problèmes ingérables de notre civilisation : besoin croissant d’énergies indispensables à notre mode vie et mise en péril structurelle de ce même mode vie par la dilapidation de l’or noir. C’est un moment de l’histoire où les problèmes écologiques sont clairement posés et les solutions clairement inacceptables. L’abondance actuelle contre des restrictions volontaires pour préserver le futur, le résultat des élections législatives du 13 septembre en Norvège était couru d’avance. La gauche norvégienne a remporté les élections. Le multimillionnaire de gauche Jonas Gahr Store a énoncé ses priorités : « La lutte contre les inégalités sociales, l’emploi, les investissements dans l’Etat-providence ». Le parti des Verts voulait imposer la sortie du pétrole, annonçant un calendrier jugé « irréaliste » par leurs opposants. Avec 3,8 % des voix, ils devront se contenter de trois sièges au Parlement. Et c’est vers le parti centriste et la gauche socialiste que Jonas Gahr Store va se tourner pour former un gouvernement. Nos réservoirs boiront jusqu’à la dernière goutte de pétrole.

Thomas More en 1516 , à propos de l’or et l’argent, écrivait « La nature, cette excellente mère, les a enfouis à de grandes profondeurs, comme des productions inutiles et vaines, tandis qu’elle expose à découvert l’air, l’eau, la terre et tout ce qu’il y a de bon et de réellement utile. » On sait aujourd’hui ce qu’il en a été ! Mendeleïev, Thomas More, ce sont des points de vue éclairés que la société thermo-industrielle est incapable d’écouter. Tant pis pour elle, tant pis pour tous ceux qui croient encore que notre niveau de vie n’est pas négociable ! Demain régnera la décroissance subie, la grande crise finale… le monde post-pétrole, on commence juste à percevoir qu’il sera invivable.

Partagez ...

8 réflexions sur “La honte du pétrole, c’est pas pour demain”

  1. – “ La gauche norvégienne a remporté les élections. Le multimillionnaire de gauche Jonas Gahr Store [etc.]“
    C’est comme ça que les me(r)dias présentent les choses, participant ainsi à entretenir cette grave confusion entre gauche et droite. Comme si déjà un multimillionnaire pouvait être réellement de gauche. Comme si le national-socialisme était un parti de gauche… comme si l’étiquette faisait le produit, comme si l’habit faisait le moine, etc.
    Le Parti travailliste Norvégien est un parti social-démocrate. La social-démocratie a sa définition et son histoire, le social-libéralisme aussi… et le Parti socialiste Français, le Parti travailliste Norvégien etc. etc. ont eux aussi leur histoire.

    1. Ceci dit la gauche existe en Norvège, comme en France. Bien sûr elle ne pèse pas lourd et bien sûr elle n’est pas au pouvoir. La gauche, la vraie, fait les frais de ces faussaires, de droite comme de “gauche », dont il ne faut pas espérer grand chose, que ce soit sur le social ou sur l’écologie. Maintenant pour le Business, la Croissance etc. là c’est autre chose.

      1. Comme l’exprimait Serge Moscovici en 1978, la gauche et la droite sont des notions relatives : « Nous (les écologistes)sommes à la gauche de la gauche. Cela veut dire que nous sommes proches de la gauche sur un certain nombre de points (rémunération, organisation des entreprises, internationalisme, etc.) ; mais sur d’autres points, c’est nous qui représentons la gauche, notamment pour tout ce qui a trait aux rapports à la nature, à l’utilisation des ressources, à l’autonomie des collectivités, au productivisme, à la croissance.
        Car, bien souvent, les hommes et les partis de gauche se sont éloignés de ce qu’on appelle le socialisme et, ce faisant, ont laissé un vide qu’on nous appelle à combler. »

        1. Serge Moscovici, très bonne référence. Pour moi c’est clair depuis longtemps, l’écologie (politique) ne peut être que de gauche. Maintenant, est elle à la gauche de la gauche… autrement dit à l’extrême gauche ? Et pourquoi pas !? En tous cas ça ne me gène absolument pas.

    2. Pourtant Mélenchon est multimillionnaire et communiste, soit d’extrême-gauche, autrement dit il fait parti des 1% des plus de France ! En France on a surtout une bonne vieille gauche caviar !

      1. MULTi… tant qu’à faire ! Ben voyons ! Mais est-il déjà millionnaire, comme nous le racontent certains merdias ? Certes il n’est pas à plaindre de ce côté là. Comme tant d’autres, Marine et Jean Passe.
        Méluche fait partie des 1% des plus riches de France, comme en font partie les heureux possesseurs d’une bicoque sur l’île de Ré.

        1. Le patrimoine de tous les candidats à la présidentielle de 2017 avait été présenté pour rappel ! Et Mélenchon était le plus riche avec Asselineau ! Oui oui ! Et Mélenchon n’a pas contesté les médias à ce que je sache, ni démenti d’ailleurs ! Lui qui affectionne les 1 ères classes en avion…

  2. On se passera de pétrole uniquement lorsqu’il n’y en aura plus à disposition parce que les réserves seront épuisées ! (jusqu’à la dernière goutte !) Vivre sans le parc de machines; plus personne ne sait faire en France ! Et même pays occidentaux dans son ensemble… Ce ne sont certainement pas les Baby-boomers qui se sont goinfrés d’énergies fossiles et de toutes les ressources en général, et Baby-boomers qui continuent de se goinfrer avec des retraites dorées que ma génération ainsi que les plus jeunes ne connaîtront jamais, qui vont pouvoir former les jeunes à vivre sans machine ou ne serait-ce moins de machines, pour rétablir l’artisanat et l’agriculture traditionnelle. Dès lors qu’il n’y aura plus assez de ressources fossiles, on sera confronté à des conflits sociaux d’une ampleur qu’on n’a pas encore connu dans l’histoire…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *