La transition vers une économie durable en 2009

Une société développe normalement tout un ensemble de dispositifs d’engagement : des mécanismes sociaux et institutionnels influencent l’équilibre des choix au détriment du présent et à l’avantage du futur. Le mariage, les comptes épargne, les normes de comportement social, tous ces éléments constituent des dispositifs d’engagement. Le problème est que l’opulence érode et sape les dispositifs d’engagement : augmentation des ruptures familiales, déclin de la confiance et même attaques contre la parentalité. L’individualisme du laisser-faire ne constitue pas un mécanisme de gouvernance pour une prospérité durable. Face à la crise de l’engagement, l’Etat se doit de réagir. Là où les structures sociales favorisent l’altruisme et la tradition, les comportements égoïstes peuvent être pénalisés. Nos sociétés modernes doivent favoriser la coopération plutôt que la compétition. Le rôle principal du gouvernement est de veiller à ce que les biens publics de long terme ne soient pas menacés par les intérêts privés à court terme. Il serait légitime que le gouvernement renforce et protège les dispositifs d’engagement qui empêchent les choix court-termistes et qu’il réduise les impacts structurels pernicieux qui augmentent les inégalités. Les politiques doivent inclure la fixation de niveaux de revenus minimum et maximum.

Face à des chocs économiques, il est particulièrement important de créer des communautés sociales résilientes. Comme l’affirme l’institut pour l’autosuffisance locale, les communautés devraient avoir le droit de protéger certains espaces de tout esprit de commerce et de la publicité. Il faut que des activités économiques sobres en carbone contribuent vraiment à l’épanouissement humain. Les germes d’une telle économie existent dans des projets énergétiques communautaires, des marchés agricoles locaux, des coopératives Slow Food, des services locaux de réparation et d’entretien, des ateliers artisanaux, et pourquoi pas, dans la méditation et le jardinage. En étant à la fois producteurs et consommateurs de ce genre d’activités, les gens atteignent un niveau de bien-être et de satisfaction supérieur à celui qu’ils retirent de cette économie de supermarché, matérialiste et pressée, dans laquelle nous passons le plus clair de notre temps. Mais en termes formels ces activités, appelons-les entreprises écologiques, comptent encore à peine. Tant que la stabilité économique dépendra de la croissance économique, les changements nécessaires n’auront pas lieu.

Tim Jackson

Prospérité sans croissance (la transition vers une économie durable)

(1ère édition 2009, Earthscan, Prosperity without Growth – Economics for a finite planet (Traduction française de boeck, 2010))

Partagez ...