L’accouchement à domicile, c’est un choix de l’écologie

LE MONDE se refuse à toute propagande en faveur de l’accouchement à domicile. Car entre lemonde.fr* et la parution papier**, il a entre autres sucré cette phrase de Carole Rossow, jeune accouchée « maison » : « C’est cet accompagnement (par une sage-femme) que je recherchais, accoucher chez soi, dans l’intimité et la douceur, et non à être accouchée dans un protocole strict, avec un rythme d’usine et par des gens inconnus. » Il a sucré aussi le fait des manifestations en faveur de l’accouchement à domicile. Il ne reste que des considérations bassement financières : attestation d’assurance de 19 000 à 25 000 euros par an, l’équivalent du revenu total moyen d’une sage-femme, pour un acte facturé moins de 314 euros. La prime d’assurances est en effet calquée sur les accouchements à risque alors que l’accouchement à domicile ne peut être envisagé qu’après une grossesse normale. Triste collusion avec les assurances, c’est le ministère lui-même qui a exigé des sages-femmes qu’elles transmettent leur attestation d’assurance. Notons qu’il n’y a que 72 personnes en France qui déclarent pratiquer des accouchements à domicile.

Pourtant la naissance est un processus physiologique naturel sur lequel il convient d’interférer le moins possible. Les écologistes véritables ne veulent pas de l’hyper-contrôle des personnes du berceau à la tombe, ils ne veulent pas de la main-mise des spécialistes dans tous les domaines de leur existence, ils veulent retrouver une certaine autonomie, ils crient « halte à la technique pour la technique ». C’est sous la pression des médecins que les pouvoirs publics ont déconseillé en France dès 1972 les accouchements à domicile. Pourtant l’accouchement dans son propre lit était la règle pour les générations antérieures. Pourtant aux Pays-Bas cette pratique est encore courante. Pour des associations féministes et écologistes, la femme doit pouvoir accoucher « comme elle veut et où elle veut ». Rappelons que l’acte de donner la vie n’est pas une maladie ! Rappelons que les techniques dures, technicisée, remplacent de plus en plus dans tous les domaines les techniques douces et conviviales. Notre société, en s’éloignant toujours plus de la nature, se dénature. Notre société ignore que la raréfaction des énergies fossiles va entraîner la simplification drastique de notre appareillage médical  et même la disparition des compagnies d’assurance…

Cf. nos articles antérieurs sur les accouchements  à domicile :

Accouchement, désert médical ou société surmédicalisée ?

Donner la vie n’est pas une maladie

Bien naître, bien-être

*Le Monde.fr | 29.10.2013, Des sages-femmes et des parents jugent l’accouchement à domicile menacé

** LE MONDE du 30 octobre 2013, Des sages-femmes et des parents jugent l’accouchement à domicile menacé

Partagez ...