Le choix végan, discutable ou fiable ?

Se mettre à la place d’un végan, c’est probablement se sentir très seul dans un monde de fous : « Confectionner des chaussures, des canapés, des sacs avec un ventre, s’envelopper d’un pelage pour se réchauffer, manger un corps, le découper en morceaux puis le faire frire dans l’huile, est-ce possible que ces monstruosités aient vraiment lieu ? Cette tuerie gigantesque organisée, cruelle et impassible, mécanique, sans aucun remords, sans la moindre réflexion… Avons-nous perdu la tête ? » (Dernière phrase d’un article de Stéphane Foucart). Les commentateurs sur lemonde.fr s’en donnent à cœur joie :

Le Dingue : Ne confondons « manger de la viande » ou sans euphémisme « manger des animaux » avec « abattre les animaux » de manière indigne. Avec la philosophie Vegan (végétalienne) il faudrait faire sortir des milliers d’espèces carnivores du jardin d’Eden : tigres, ours, poissons par centaines, lézards de toutes tailles, grenouilles et …..tous les oiseaux !

Buber : Un peu fouillis cet article de Foucart car végétarisme et véganisme sont différents. Oui les humains ont toujours mangé de la viande et ont des dents adaptées pour ce faire–ce qui ne dit rien sur les quantités absorbées ni sur l’industrialisation de la mort. Oui les vegans doivent prendre des compléments alimentaires (vitamine B 12) et dépendent de la chimie pour leur équilibre alimentaire. Oui nous mangeons trop de viande rouge ce qui a un impact négatif sur l’environnement. Mais on peut être flexitarien avec un peu de viande, surtout blanche, dans son assiette.

Hermès32 : Qu’il faille diminuer fortement notre consommation de viande n’est aujourd’hui plus guère contesté par personne. Par rapport au véganisme il ne faudrait tout de même pas oublier deux choses : il y a un monde entre les élevages de poulets en batterie ou de porcs industriels et les pratiques de l’agropastoralisme où la nourriture bio donnée aux animaux (élevés en plein air) et leur bien-être sont des critères essentiels ; ce serait une grossière erreur de prendre les végans pour des victimes, il ne faut pas oublier qu’il y a derrière ce mouvement des lobbys financiers très puissants qui avancent soigneusement cachés.

Lucius V : Sur les trois végans que j’ai connus, une est revenue à une consommation très modérée de produits carnés et une autre au végétarisme pour cause de carences. Ce qui pour moi soulève surtout une inquiétude pour les enfants nourris à ce régime. Pour le reste, entre un viandard invétéré et un végan, il y a des attitudes médianes bien que pour beaucoup de gens il n’y a que Paradis ou Enfer.

Paco : Végan/carnivore. Féminin/masculin. Capitale/territoire. Racisé/universaliste. Privé/public. Nordiste/sudiste. Régionaliste/jacobin. etc. Riches/pauvres, ah, ça non!!! Continuez à vous déchirer sur des parcelles, nous on s’occupe du reste : le pognon et votre exploitation.

Citoyen Lambda : Rien contre les végans du moment qu’ils n’essaient pas d’imposer leur conviction aux autres.

Azerty : Et combien de parents sont jugés pour nourrir leurs gosses aux burgers et au soda à les en rendre obèses ? Aucun, alors qu’ils sont bien plus nombreux. Et range, non?

Citoyen étonné : Et qu’est-ce qu’on fait avec le gentil petit chat de mémère, carnivore exclusif qui, passe ses nuits à pourchasser mulots et musaraignes, ou attend au pied du nid qu’un bébé mésange rate son envol ? On lui explique qu’il doit devenir vegan et changer son intestin ? L’animal humain lui est omnivore, et son intestin ne lui permet pas de digérer les fibres.

Gaston : de toute façon avec la démographie délirante de notre espèce le végétarisme deviendra la norme question de survie

Pour en savoir plus grâce à notre blog biosphere :

8 janvier 2019, Paul Ariès accuse les végans de mentir sciemment

02 juillet 2018, Les végans occultent notre rapport complexe à la mort

31 octobre 2017, Entrée du véganisme dans la collection « Que sais-je ? »

14 octobre 2017, Pour ou contre… la viande de substitution

12 octobre 2017, Le véganisme est-il contre les animaux domestiques ?

28 septembre 2017, Demain tous vegans ? Ce serait une catastrophe

28 août 2017, Végan, l’art de l’ersatz et de la confusion des valeurs

Partagez ...

10 réflexions sur “Le choix végan, discutable ou fiable ?”

  1. Les Nouveaux fermiers

    Le 21 septembre, nous avons annoncé le démarrage au début du mois de septembre 2020 de la première usine de viande végétale française, avec une capacité de production de 6 à 10 tonnes par jour. La promesse est de reproduire le goût de la viande, avec des produits 100 % végétaux, pour aider les consommateurs à diminuer leur consommation de viande… le lait végétal, qui représente aujourd’hui plus de 11 % des produits laitiers, est bien implanté. Les experts s’attendent à une progression similaire pour la viande végétale…
    la France, possède sur son territoire agricole tous les ingrédients nécessaires à cette nouvelle filière : blé, pois, soja, tournesol… 1 kg de viande végétale génère onze fois moins de CO2 que 1 kg de viande animale. La viande végétale serait-elle une des solutions pour enfin atteindre nos objectifs environnementaux ?

    Guillaume Dubois et Cédric Meston(Fondateurs de l’entreprise Les Nouveaux fermiers)

  2. – « Rien contre les végans du moment qu’ils n’essaient pas d’imposer leur conviction aux autres. » (Citoyen Lambda)
    Oui mais, s’ils n’essaient pas d’imposer leur conviction, du moins plus qu’ils ne le font actuellement, c’est seulement parce qu’ils ne pèsent pas lourd.
    Le problème avec ces gens là c’est qu’ils ne font pas semblant, ils sont parfaitement sincères, ils sont convaincus d’être dans le Vrai et d’incarner le Bien. Ce problème est très vieux, il porte un nom, DOGMATISME.
    C’est pour ça que je souhaite qu’ils restent ce qu’ils sont, de pauvres petits rigolos.

    1. Les Vegan renoncent à s’habiller avec du cuir, LOL, mais ils remplacent le Cuir par du Pétrole pour fabriquer leur perfecto, quel miracle ce cuir Vegan, mais c’est pareil pour leurs chaussures à base de Cuir Vegan pétrolier. Sans oublier non plus tous leurs pantalons (quand ils ne sont pas en cuir Vegan eux aussi), leurs chemises, leur tee-shirt, leurs cravates, leurs pijamas, leurs nuisettes et autres sous-vêtements fabriqués avec tous les matériaux dont le nom commence par poly-quelque chose (polyamide, polyester, etc) qui sont à base de pétrole. En outre, tous ces vêtements sont aussi acheminés d’autres continents vers l’Europe par navires, avions et camions qui utilisent des énergies fossiles pour parvenir à leur supermarché. Enfin, on rigolera aussi de leurs canapés en Cuir Vegan…

      1. Personnellement ils ne me dérangent pas, au contraire ils me font rire. Je souhaite donc qu’ils ne changent rien, qu’ils restent comme ils sont, pas plus pas moins, la juste mesure quoi. 🙂

  3. On restera omnivore c’est clair, mais seule la polyculture reste valide. En effet, un régime Vegan implique la monoculture, or sans la monoculture sans phosphate et/ou sans énergies fossiles, ce n’est pas viable.

    D’ailleurs l’article ne mentionne pas tous les aliments de substitution à la viande, mais aliments de substitution qui proviennent des 4 coins du monde. Si je retire aux Vegans, les kiwis, les bananes, le soja, la noix de coco, le gingembre, et bien d’autres fruits, légumes et condiments exotiques, autant dire que leur modèle n’est pas absolument pas viable. D’autant que la plupart des terrains, si ce n’est tous, ne sont plus fertiles sans engrais, et que bien souvent il n’y a pas plus d’humus et pas même 1 seul ver de terre.

    Certes, même en restant omnivore, il faudra tout de même réduire de manière conséquente la consommation de viande, et en manger beaucoup moins qu’aujourd’hui, mais on ne pourra jamais y renoncer totalement.

    1. Le végan va bien plus loin que le végétarien, qui lui ne regarde que l’assiette. Faut dire qu’entre les végétaRiens, les végétaLiens, les flexitariens et les végans il y a de quoi se mélanger les pinceaux. Nous parlons donc ici du véganisme, qui est (et que ça leur plaise ou non) une position extrême. Ainsi qu’une idéologie (système d’idées), pour ne pas dire plus. Eux diront que c’est juste un mode vie. On pourrait en discuter longtemps mais à quoi bon ?
      Le véganisme exclut la consommation (et pas seulement dans l’assiette) de tout produit d’origine animale : viande, lait, poisson, insectes, oeufs, miel, cuir, laine etc. ainsi que toute forme d’exploitation animale. Interdiction donc de faire des expériences sur des animaux, de les atteler à une charrue etc. interdiction de monter à cheval !

      1. Eh oui ça va loin, leur histoire. Imaginons un monde sans pétrole où nous serions tous végans. Eh ben quelle merde ! Adieu les boeufs et bonjour les bisons ! Reste à voir si on aurait le droit de leur voler leurs bouses, aux bisons, pour fertiliser les champs de patates et de tofu.
        En attendant on trouvera certains végans qui acceptent, peut-être même qui pratiquent, l’équitation. Ce qui fait qu’on ne peut pas dire qu’ils sont TOUS pareils, que ce sont TOUS des extrémistes, des dogmatiques et patati et patata. Comme quoi il existe aussi des dogmatiques modérés. 🙂

  4. Ce qui est fou, c’est qu’aujourd’hui on ne sait plus qui est fou et qui ne l’est pas. Qui est en pleine dissonance cognitive etc. Même les psys ne savent plus, c’est fou non ?
    Si on écoute Stéphane Foucard et d’autres (fous ?) les fous sont ceux qui (comme moi) ont un canapé et des godasses en cuir. C’est fou, non ?
    Ce qui est sûr, c’est que les fous ce sont les autres, en tous cas pas moi. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *