L’écologie est-elle un paradigme rassembleur ?

Yannick Jadot, tête de liste EELV aux Européennes : « Je veux rassembler les Français autour de l’écologie. Je me sens de gauche, l’histoire de ma famille est de gauche, mais ça ne suffit pas. Accueillons avec enthousiasme celles et ceux qui veulent construire avec nous, d’où qu’ils viennent….  Nous ne sommes pas sortis de la tutelle sociale-démocrate pour se perdre dans le marais centriste.  L’écologie est sociale, elle est la matrice qui doit permettre de repenser la solidarité en réduisant les fractures sociales, de créer des emplois locaux, d’offrir une protection aux travailleurs et aux chômeurs, d’aménager notre territoire pour que plus personne ne se sente exilé dans son propre pays… Nous connaissons nos démons. Chassons-les les zigzag tactiques, les replis sur des débats internes qui n’intéressent que nous, les petites phrases insidieuses ! Nous n’avons pas d’autre choix que le rassemblement dans le dépassement. » *

David Cormand, secrétaire national d’EELV : « L’écologie politique est une offre politique alternative face à la droite et à la gauche de ces dernières décennies. Les alliances ne doivent pas être un préalable mais un débouché de la ligne que l’on se choisit. On n’a pas de raison de limiter notre offre politique uniquement à ceux qui viennent de la gauche. Ce serait renoncer à construire une nouvelle majorité d’idées beaucoup plus large. Notre contribution au débat, ce n’est pas de choisir entre tel ou tel appareil en mutation mais de proposer une ligne claire, celle du paradigme écologiste pour devenir majoritaire et gagner, il faut un nouvel imaginaire. L’écologie doit affirmer une forme de leadership idéologique sur l’alternative à l’extrême droite et au libéralisme. L’extrême droite juge qu’il faut revenir au passé, les libéraux court-termistes englués dans le présent estiment qu’il faut accepter le monde tel qu’il est, et seuls les écologistes pensent l’avenir de la planète. L’offre de la social-démocratie est moribonde parce que son idéal de rendre juste la répartition de l’abondance est aujourd’hui dépassé. Il s’agit désormais d’établir dans la justice une société de sobriété. »**

* LE MONDE du 25-26 août 2019, EELV : Yannick Jadot veut rassurer sa base de gauche

** LE MONDE du 22 août 2019, David Cormand : « Il s’agit désormais d’établir dans la justice une société de sobriété »

Partagez ...

4 réflexions sur “L’écologie est-elle un paradigme rassembleur ?”

  1. L’écologie un paradigme rassembleur ? Je ne sais pas.
    Et pourtant, quoi d’autre que l’écologie devrait nous rassembler ?
    Nous rassembler pour enfin aller de l’avant, grandir. Et non pas pour régresser, nous enfoncer, toujours plus. Ce n’est certainement pas le racisme, la haine, bref la bêtise crasse, qui règlera quoi que ce soit et nous tirera vers le haut.

  2. « L’écologie est sociale, elle est la matrice qui doit permettre de repenser la  »

    L’ écologie , la vraie, étudie ou gère les équilibres entre monde du vivant (animaux / humains / plantes) et sa biosphère !
    Rappelons que faire du « social » pour un gaucho pseudo ecolo comme jadot (cela rime en plus) signifie notamment encouragement démagogique et électoraliste d’ une immigration galopante de parasites venus du 1/3 monde (pour profiter d’ un système durement acquis par les vrais natifs) sous prétexte fallacieux de vieillissement et difficultés à payer les retraites des vieux frenchies .
    Ce type est un politocard comme tous les autres désireux d’ assurer sa place au parlement
    et un écologiste en carton – pâte (in memoriam Duflot , Cosse , Voynet , Mamère , Joly et autres tartuffes de EELV sigle de Europe écologie les Voleurs)

    Autant j’ admire les vrais écologistes qui tentent de sauver les sites naturels admirables du pays ou les malthusiens , autant je méprise ce farfadet et son innommable parti !

    1. Vert sur la pelure, mais bien rouge pastèque à l’intérieur ! Ceci dit, il faut voir tout de même que les gauchistes ne veulent pas mélanger leurs propres enfants dans les mêmes écoles et universités que les enfants de migrants…. Bref, les fameuses écoles privées (de racailles)…. Mais les gauchistes sont retors, car d’un côté ils FLATTENT ces migrants en leur disant qu’ils sont aussi intelligents que les européens; et d’un autre côté ils ne se mélangent pas avec eux. Mais, ces migrants ont un rôle d’idiots utiles dans les faits, même s’ils les flattent, les gauchistes les prennent bien pour des abrutis, et leur rôle d’idiots utiles consistent à les utiliser contre la population française autochtone d’en bas (classes populaires et classes moyennes), c’est à dire que ces migrants servent à nous agresser et nous pourrir la vie, et pendant ce temps là, les gauchistes ont les mains libres pour pouiller fiscalement les français ou encore en les noyant de crédits. Pendant qu’ils nous agressent, les gauchistes ont les mains libres, il s’agit d’instaurer la terreur, et pendant que tu es occupé à te défendre de manière chronophage, et ben la parasitocratie rouge pastèque idéologique et vert sur la pelure électorale agit ! (pour te plumer). Et en plus, ces gauchistes vont entraver ta défense en se servant de l’anti-racisme afin de te brimer au passage, et de te transformer en coupable de la condition de ces migrants alors que ce sont ces gauchistes qui les exploitent. Ben oui ces migrants frustrés agissent sur ce qu’ils peuvent à portée de main et c’est nous qui sommes en première ligne, puisque ces gauchistes ne les prennent pas dans leurs fameux éco-quartiers ! C’est nous les paratonnerres à migrants, c’est notre rôle que de devoir catalyser toute l’agressivité de ces migrants frustrés économiquement comme des éclairs s’abattant sur nous. Bref, ces migrants servent d’armée gratuite contre les classes moyennes et populaires françaises autochtones et instaurent la terreur comme Robespierre !

  3. Ce que dit là Yannick Jadot est intéressant, j’aurais presque envie de le suivre.
    « Chassons-les les zig-zags tactiques » qu’il dit ! Mais n’est-il pas, lui le premier, englué dans ces tactiques et autres stratégies, zig-zags etc. ? Ce coup-ci il veut rassurer à gauche, stratégie là encore. De toute façon, comment pourrait-il faire de la politique à ce niveau sans stratégies, sans ralliements, sans zig-zags, sans compromis, sans propagande etc. ? Mais après tout c’est son problème, pas le mien.
    Ce que dit David Cormand est également intéressant. Par exemple « il faut un nouvel imaginaire ». Oui, c’est exactement ça. Et puis au sujet de la droite et la gauche « de ces dernières décennies ». Particulièrement la gauche… c’est sûr, celle-là n’est pas du tout à l’image de ce que doit être la gauche.

Les commentaires sont fermés.