L’effet débond et la définition du suffisant

« Nous consommons trop, nous produisons trop, nous polluons trop, nous détruisons trop, collectivement. La décroissance doit être une décroissance des inégalités. Cette décroissance des inégalités ne doit en aucun cas se traduire par une augmentation du pouvoir d’achat global , cela ne saurait constituer un objectif raisonnable. Comment croire sérieusement qu’il ne faudra pas réduire aussi la production et, avec elle, faire baisser le revenu moyen ? Il nous faut abandonner le mécanisme d’ostentation, cette logique de « compétition positionnelle », cette volonté de vouloir dépasser les autres qui est un moteur de la croissance économique et qui devient un jeu à somme négative. Cette logique digne des Shadoks démontre l’incapacité à appréhender la question du suffisant … (Baptiste Mylondo) » 

Bien entendu certains commentateurs sur lemonde.fr y vont de leur méchanceté gratuite : « On a déjà essayé dans les pays communistes… Bienvenue en URSS… En général, définir le et limiter au suffisant aboutit à ce que le nécessaire ne soit pas produit… Ce rêve égalitaire de décroissance supposerait la fin des libertés pour tous… On a le cours du prof de philo, manque juste celui du prof de TP. Une paille… ça commence à devenir lassant ces tribunes du Monde qui disent la même chose… » Les commentaires du genre « bienvenue en URSS » me font franchement rire ! Ils ne voient pas qu’aujourd’hui, les producteurs et leurs publicitaires décident pour nous, ce qu’on appelle la filière inversée. Mais d’autres vont à l’essentiel : « Qui va définir ce qui est suffisant? Quel contenu mettre dans ce terme? Est-ce avoir un toit, trois repas par jour et un service de santé ? Y ajouterait-on la culture, mais là on entre dans une spirale infernale ? » Si on considère que la croissance est un choix de société, la décroissance pourrait en être un autre. Voici quelques modalités du suffisant rapportées par le livre qu’a supervisé Mylondo en 2009 :

Les stratégies de débond vont à l’opposé des stratégies de rebond. Il faut identifier les facteurs limitant : temps, monnaie, infrastructures, propriété, aliénation, inégalités. Des activités telles que le jardinage, la randonnée, les repas qui s’étirent en longueur, l’usage de la bicyclette réduisent le temps disponible pour d’autres activités polluantes ; elles créent un « débond temporel ». La baisse du temps de travail et le partage du travail est incontournable. Une période de crise est un moment privilégié pour passer par exemple à la semaine de trois jours. Il s’agit globalement d’allouer plus de temps à la rencontre humaine, à la relation avec la nature, plutôt qu’à produire et consommer. Limiter la monnaie, c’est réduire la capacité financière d’exploiter. Ce serait une politique de décroissance post-keynésienne, dans le sens où elle agirait sur le budget et la monnaie mais viserait à réduire la demande plutôt que de l’augmenter. Une autre piste consiste à remplacer les monnaies existantes par des monnaies alternatives locales. Les politiques de décroissance réduisent les infrastructures dédiées à la production et à la consommation, par exemple les infrastructures de transport. De manière très concrète, il faut diminuer les incinérateurs, les aéroports, les autoroutes, les lignes haute tension, les infrastructures touristiques, etc. Il s’agit de promouvoir des infrastructures basées sur le local.

Les droits de propriété sont des droits à exploiter. Il faudrait donc réduire les droits de propriété sur le biologique, le sol et les minéraux ainsi que la capacité à exploiter. Par ailleurs les droits de propriété sont des freins à la mutualisation de nombreux biens et donc à la satisfaction individuelle et collective des besoins. L’information sur l’effet rebond doit être diffusée ; cette sensibilisation peut en réduire l’ampleur. Favoriser une prise de conscience impliquerait évidemment d’imposer des restrictions à l’industrie de la publicité. Il s’agit globalement de promouvoir la communication et la compréhension mutuelle et de réduire la dépendance extrême au confort, la peur de la nature, la non-compréhension des conséquences de nos actions. Limiter l’incitation à la production et à la consommation liée aux inégalités nous invite à explorer les solutions telles que le revenu maximal, le revenu minimal inconditionnel, la remise en question du secret bancaire et fiscal. Bien sûr cela passe par l’exploration de toutes les possibilités liées à la réduction de l’échelle des salaires et à la valorisation du travail bénévole. (François Schneider) 

Partagez ...

1 réflexion sur “L’effet débond et la définition du suffisant”

  1. Les «stratégies de rebond» auxquelles on pense spontanément sont celles qui sont élaborées et mises en place au moment des crises, comme celle-ci liée au Covid. Ces stratégies ont pour but la relance, le retour à la situation d’avant, le retour de la croissance etc. Les stratégies de rebond et de débond dont on parle ici sont me semble t-il d’un autre ordre.
    Bien qu’on n’en parle pas assez (certains écolos n’en ont jamais entendu parler) l’effet rebond est bien connu. Etant donné que l’effet rebond se solde toujours par du toujours plus, je pense qu’il existe des stratégies très élaborées qui misent justement sur cet effet pervers. Baisser ou perdre d’un côté pour gagner beaucoup plus ailleurs, ce ne sont pas les exemples qui manquent.
    L’idée de «stratégies de débond» est intéressante, seulement je n’arrive pas à imaginer comment cela pourrait concrètement prendre forme. Du moins dans ce cadre productiviste et croissanciste.
    – «De manière très concrète, il faut diminuer les incinérateurs, les aéroports, les autoroutes, les lignes haute tension, les infrastructures touristiques, etc.»
    Oui il faut. Mais comment ? Ceux qui défendent bec et ongle le Système n’ont toujours pas compris l’intérêt de décroître, je pense d’ailleurs qu’ils ne pourront jamais. Ce ne sont donc pas eux qui vont mettre tout ça en place, ni nous aider à trouver la solution. Je pense même qu’ils sont capables de s’emparer de cette idée de «stratégies de débond» pour la retourner à leur avantage. Et pour ça nous pouvons leur faire confiance.

Les commentaires sont fermés.