permis d’exploiter

Le libéralisme économique repose sur le libre choix, c’est donc un principe vraiment superbe. Mais quand un code de bonne conduite en matière de pêche « responsable » repose sur l’engagement volontaire des pays, la surexploitation des ressources halieutique continue. Aucun pays ne décroche un score supérieur à 7/10, l’Espagne ou l’Italie seraient recalés par un examinateur car ils n’atteignent pas la moyenne (LeMonde du 12 février). La moitié des stocks mondiaux est aujourd’hui exploitée au maximum de ses  capacités, et 25 % sont surexploités.

Que ce soit en Europe, au Canada ou ailleurs, chaque patron-pêcheur est aujourd’hui individuellement conscient que sa catégorie professionnelle va collectivement à la catastrophe. Mais chaque pêcheur sait également qu’en situation de raréfaction croissante, le poisson qu’il ne prend pas immédiatement sera pris par un autre. Il est donc condamné à pêcher tout ce qu’il peut dans un minimum de temps tout en sachant pertinemment que cela aggrave le processus de catastrophe collective. Alors le code de bonne  conduite comme celui qui a été instauré en 1995 par 170 pays ne suffit plus, la liberté de pêcher étant par la force des choses irresponsable. Alors les Etats côtiers devront instaurer des quotas de pêche, puis subventionner une partie de leurs pêcheurs pour les empêcher de pêcher, enfin interdire un jour ou l’autre complètement la pêche à la morue, aux anchois, au thon rouge… Cela a d’ailleurs commencé.

Il y a bien longtemps que les humains auraient du comprendre que l’ami des pêcheurs et l’ami des poissons fréquentent le même océan et que l’essentiel n’est jamais la dynamique de la croissance, mais la gestion collective de la stabilité. Mais le libéralisme économique a fait le choix de l’irresponsabilité généralisée, croyant que la Biosphère restera toujours une bonne mère, à son service exclusif et durable.

Partagez ...