Plus ça va, plus je déteste Macron

Le 8 décembre 2020, le chef de l’État a réaffirmé doublement le statut de puissance atomique du pays, son statut de grande puissance reposant, selon lui, sur les secteurs nucléaires civil ET militaire. Allez hop, un petit coup de pouce aux déchets nucléaires ! Histoire d’avoir plus de trucs à enterrer à Bure !

Construction de 6 EPR. « Notre avenir énergétique et écologique passe par le nucléaire… C’est l’énergie non intermittente qui émet le moins de CO2 » .L’exécutif prévoit une contribution financière massive de fonds publics pour la construction de six EPR – dont le coût total serait d’au moins 45 milliards d’euros.

Nouveau porte-avions à propulsion nucléaire. La France va se doter pour 2038 d’un nouveau porte-avions une fois et demie plus imposant que l’actuel Charles-de-Gaulle..Il s’agit d’un projet d’environ 7 milliards d’euros.

A l’heure de l’endettement généralisé suite à la pandémie, à l’heure où la sobriété partagée devait être la ligne politique unique, nous avons la fâcheuse impression d’une fuite en avant afin de préserver la filière atomique d’un autre temps. C’est la ligne Maginot du 21e siècle d’un pays surendetté et incapable de résoudre le problème de ses banlieues. C’est une ânerie militariste histoire de ruiner encore plus le pays. C’est un président de la république qui prend seul des décisions, sans contrôle parlementaire. C’est vouloir la paix en préparant la guerre, une stratégie qui s’est révélée historiquement toujours démentie. C’est dépenser de l’argent public au détriment de dépenses essentielles. C’est passer sous silence le fait que le chômage post-Covid va finir d’assécher les ressources de l’État. C’est ignorer que notre civilisation thermo-industrielle est en train de s’effondrer.

Ce n’est pas digne d’un jeune président qui devrait être mieux au fait des perspectives d’un XXIe siècle qui sera nécessairement écologique, soucieux des limites de la technique et des ressources naturelles, raisonnant en terme de relocalisations et d’interdépendances planétaires. Mais Macron reste enferré dans le passé, toujours porteur de grands projets inutiles et démesurés de type nationalistes. Emmanuel Macron, à remplacer en 2022…

Partagez ...

13 réflexions sur “Plus ça va, plus je déteste Macron”

  1. Désolé, mais Macron à raison de dire que le nucléaire est nécessaire pour satisfaire nos objectifs climatique (-5% de CO2 par an, dès demain), ou où moins s’en approcher. Il est moins demago que les allemands ou les belges, pour ne citer qu’eux.
    L’alternative serait la décroissance et une très forte récession, mais personne n’en veut. Pas même les écologistes.

    1. On connait la musique. «La raison du plus fort est toujours la meilleure».
      N’empêche que ce fumeux «objectif climatique», c’est du flan.
      Déjà parce que même si nous arrêtions dès aujourd’hui toutes nos émissions, ça continuerait à chauffer pendant très longtemps. Ensuite parce que la réduction des émissions de CO2 ne fait que servir cette fumeuse transition énergétique. La sacro-sainte Transition (piège à cons) reste au service de la dite croissance verte, elle même au service du Business, du Système, des intérêts des puissants etc. L’écologie a bon dos (dit et redit), Business as usual (idem) !

    2. Le pétrole touchant à sa fin, le problème du climat tombe à pic.
      Dans notre état de dépendance, de soumission et d’imbécilité aussi, il n’est pas difficile de nous vendre l’idée que pour mener à bien cette «guerre» contre le climat, il nous faut toujours plus d’éoliennes et de panneaux solaires.
      Et d’ EPR aussi. (Les déchets ? No problem ! «On creuse un trou bien profond, on les y fout et on les y oublie» dixit Jancovici !) Bref toujours plus d’énergies «décarbonnées», «renouvelables», «durables», «vertes», «propres» et Jean Passe. Oui oui, le nucléaire c’est propre ! (misère misère). Et les cons de croire que les EPR, les éoliennes, les panneaux, les bagnoles électriques, les trottinettes électriques, les F1 électriques etc. etc. bref que tout ce bazar toujours plus fou fait partie de l’arsenal indispensable pour sauver le climat. Le climat et donc la planète, les éléphants et les petits z’enfants, hi-han hi-han !

  2. Un immonde personnage bien dans la ligne des Mitron, Chirac , Narkozy , Giscard Festin ou Hollande !
    Puisse – t-il terminer comme Ceaucescu , il le mérite largement non pour sa propension à la nucléarisation mais pour sa reptation obscène devant lise lame et sa politique d’ encouragement à l’ invasion muzz : j’ approuve bie entendu sans réserve les commentaires de BGA80

    1. On peut détester quelque chose ou quelqu’un de différentes façons. C’est comme pour aimer : un peu, beaucoup, passionnément, à la folie. La passion brouille l’esprit, et quand la folie frappe c’est trop tard. Bon courage pour ramener un fou à la raison. Personnellement je n’aime pas du tout Macron, et en même temps je ne le déteste pas non plus. Suis-je normal Docteur ?
      – « j’ approuve bien entendu sans réserve les commentaires de BGA80″
      Le contraire eut été surprenant. Misère !

  3. Bah oui il faut des centrales nucléaires, il faut bien chauffer le Q de vos migrants dans leurs logements que vous nous importez ! Puis de la lumière, de la machine à lavée, le lave-vaisselle et bien d’autres robots domestiques, vos migrants les affectionnent aussi ! Et bientôt leurs voitures électriques aussi ! Bah oui, si la France a plus de migrants, alors la France a besoin de plus d’énergie ! Parce que vos migrants manifestent tous les ans avec Mélenchon (tous ensemble tous ensemble, ouais ! ouais !), les socialo-communistes et les verts aussi pour obtenir des hausses de pouvoir d’achat ! Donc il faut plus d’énergie, alors ne venez pas pleurer qu’on construise plus de centrales nucléaires !

    1. Misère misère

      C’est quand même fou ce besoin de toujours TOUT ramener à «vos migrants».
      Juste pour voir jusqu’où tu peux aller, essaie donc de nous expliquer le lien entre «nos» migrants et ce nouveau porte-avions à propulsion nucléaire.

      1. +1 migrant = +1 consommateur
        +1 million de migrants = +1 millions de consommateurs

        Donc il faut plus de logement, de nourriture, d’eau (à épurer), de chauffage, de voitures, autrement dit il faut plus d’énergie donc plus de centrales nucléaires !

        C’est impossible d’avoir plus de migrants à accueillir avec moins d’énergie !

        1. D’ailleurs Michel, en ce moment tes migrants et les gauchistes sont en train de manifester pour obtenir plus de pouvoir d’achat ! On peut encore le lire sur le Figaro aujourd’hui !

          Et j’imagine qu’à nouvel an ou lors de manifestation, ça va continuer de brûler des voitures pour réclamer plus de pouvoir d’achat (et sans travailler puisqu’ils réclament le fric sous formes d’allocs), comme tous les ans….

        2. C’est fou ça ! Et le porte-avions tu l’as oublié ? Avec quoi il va carburer, à la rame peut-être ?

  4. – « Plus ça va, plus je déteste Macron » 🙂
    Si Biosphère a aujourd’hui des problèmes de digestion, il n’a qu’à s’en prendre à lui-même. Ce n’est tout de même pas la faute à Macron s’il existe des gens qui croient à la poupée qui tousse. Aucun menteur fusse t-il professionnel ne force personne à croire à ses salades. Comme n’importe quel politicard, homme d’affaire, chef d’entreprise etc. Macron ne fait qu’exploiter la crédulité des uns ou des autres. Et la connerie aussi.

    1. Voilà ce qui arrive quand on croit qu’il est possible de transformer un jeune percheron en cheval de course. Au début on est gentil avec lui, on le félicite pour sa belle allure etc. Comme on croit en lui, on lui en demande toujours plus, au diable les limites. Malgré les meilleurs coaches, bien sûr il se révèle vite décevant. Et alors on se met à le détester, bien qu’il n’y soit pour rien le malheureux. Et alors on le bastonne, ça défoule, et bien sûr plus on le bastonne et plus il régresse. C’est fou non ?
      Mais comment a t-on pu croire qu’un jeune banquier formaté à la pensée libérale pouvait être «ni-ni» ? Comment a t-on pu croire qu’il était possible de le converdir à l’écologie ? La vraie bien sûr, celle qui transcende les clivages gauche-droite, la bonne blague.

Les commentaires sont fermés.