Aveuglement des notables locaux sur notre avenir commun

L’affaire de Notre-Dame-des-Landes pose deux questions fondamentales :

–          Quelle société voulons-nous ?

–          Qui peut en décider ?

Jacques Auxiette, président PS de la région des pays de Loire, véhicule le modèle de société des Trente Glorieuses (1945-1974). Il attend de NDDL des retombées très concrètes pour le développement économique, l’emploi, l’attractivité et le rayonnement de son territoire. Il a une « vision du progrès et de la croissance économique… c’est un choix de société ». Il croit en l’avenir de l’aéronautique. Il croit à la quantité d’hommes, « sa région verra sa population augmenter de 900 000 habitants d’ici 2040 ». Il craint un « nouveau modèle de société symbolisé par des cabanes dans les  bois et des potagers autogérés »*. Il représente l’anti-écolo par excellence. C’est son vice-président Jean-Philippe Magnen, qui lui porte la contradiction : « S’il s’agit d’un symbole, nous ne laisserons pas les promoteurs de l’aéroport le tordre en nous caricaturant comme anti-progrès, anti-avions, anti-aménagement, promoteurs de la bougie et de la charrette à bœufs… Alors que c’est le modèle de développement tout carbone que nous contestons (…) Une question de « vision du monde » est en jeu à NDDL, à l’opposé de ceux pour qui le dogme de la sainte croissance obligent à jeter tous les principes aux oubliettes … La « modernité » officielle, scientiste et aménageuse n’est pas la nôtre… La doxa scientiste et l’impératif productiviste n’ont de résultats qu’immédiats (quand ils en ont !) et détruisent le potentiel d’en avoir à long terme.»**

Quant à la démocratie, elle est pour le président Auxiette uniquement représentative, « ce sont les élections locales qui ont tranché ». Il reprend les éléments de langage façonnés par le bétonneur Vinci : « Les engagements en faveur de NDDL ont été tranchés démocratiquement par les électeurs »***. Pire, Auxiette n’accepte pas que des politiques impliqués dans la gestion de nos collectivités locales, cautionnent d’autres idées que la sienne. Mais pour son vice-président Magnen, Il y a bien longtemps que « des interrogations subsistent malgré les concertations légales et les décisions des collectivités »… « Nous ne serions pas parvenus à l’intensité actuelle du non-dialogue si les procédures et les débats publics avaient été efficaces ».

D’un côté un modèle de croissance indéfinie dans un monde fini, de l’autre une société décarbonée. D’un côté un modèle autoritaire qui donne tout pouvoir à certains élus, de l’autre une pratique décentralisée et autogestionnaire. Le modèle du XXe siècle contre le modèle du XXIe siècle !

* LE MONDE du 7 décembre 2012, Oui, cet aéroport désenclavera nos régions ! par Jacques Auxiette, président PS de la région des pays de Loire

** Le Monde.fr | 06.12.2012 « Nous n’avons pas la même ‘vision du monde’ et du développement », par Jean-Philippe Magnen, vice-président du conseil régional des Pays de la Loire et José Bové, député européen EELV

*** LE MONDE du 7 décembre 2012, Vinci, une entreprise au service d’un projet validé par tous les gouvernements par Nicolas Notebaert, président de Vinci Airports

Partagez ...

2 réflexions sur “Aveuglement des notables locaux sur notre avenir commun”

  1. « D’un côté un modèle de croissance indéfinie dans un monde fini, de l’autre une société décarbonée. »
    On aimerait croire que l’alternative est encore possible. La passivité de la majorité de la population fait plutôt penser le contraire.
    Pessimisme, ou réalisme? Seule une vraie, une grande catastrophe pourrait nous contraindre à changer de cap. Mais elle risque de ne pas survenir et nous suivrons la pente. Quelqu’un est prêt à parier là-dessus?

  2. Quelques commentateurs de la prose de Jacques Auxiette sur lemonde.fr :
    Bruno Lefebvre : Le titre « oui cet aéroport désenclavera nos régions » est une stratégie de communication brillante: investisseurs, décideurs, sachez-le, la région pays de la Loire ou le Grand Ouest sont enclavées ! en 2012 ! Ca va donner envie de venir! De l’art de se tirer une balle dans le pied en dévalorisant les accès à sa propre région…
    Pline : Parce que Nantes est enclavé? avec TGV, Autoroutes aéroport..; De qui se moque-t-on? Il est plus facile d’aller de Nantes à Paris que d’Aurillac à Périgueux
    Ni écolo ni gaucho : « Le projet a été décidé par la population via ses élus. » C’était un autre temps, celui de l’endettement des collectivités locales … ce temps-là est fini.
    Omer : « Visions du progrès conforme aux aspirations des habitants » ? « Développement raisonnable de notre territoire » ? Après le développement durable voici le « développement raisonnable » . Là les partisans de l’ AGO prennent une sacrée hauteur de vue! Quant « à l’ autre modèle de société que l’ on veut nous imposer », l’ auteur semble (ici) le définir par « cabanes et potagers autogérés ». Là l’argument prend une hauteur de vue cosmique.
    Bruno Lefebvre : « nous croyons à l’avenir de l’aéronautique » : dépourvue d’argumentaire technique, une telle formule renvoie au mysticisme,
    Pig : Encore un notable qui veut couper du ruban, et laissera du béton à nos enfants.

Les commentaires sont fermés.