Ça va être dur

Ça va être dur à Las Vegas (LeMonde du 10.04.2008). La ville du jeu et des filles, de la pacotille et des mariages rapides avait pris l’habitude de dépenser l’eau sans compter. Pourtant Las Vegas s’est construite dans l’Etat le plus sec de l’union, la ville est aujourd’hui rattrapée par son environnement. L’eau manque. La ville est comme une adolescente, elle devrait dorénavant apprendre à vivre avec des contraintes. Mais elle veut pourtant continuer à grandir trop vite : Las Vegas comptait 770 000 habitants en 1990, elle en compte aujourd’hui 2 millions, qui préfèrent une pelouse verdoyante devant la maison plutôt que graviers et plantes grasses. Jusqu’à présent aucune métropole n’a arrêté son développement. Mais comme pour toute adolescente, il y aura une taille maximum, puis une lente dégénérescence vers la mort. Ainsi vont les mécanismes autorégulateurs de la Biosphère. Las Vegas était une anomalie, une pécheresse assoiffée née par accident du désert, elle retournera au désert. Ce qui lui arrive arrivera à toutes les métropoles qui ont grandi plus vite que le niveau des nappes phréatiques et les possibilités d’approvisionnement.

Ça va aussi être dur pour les pauvres en France (LeMonde du 10.04.2008). Le pays est aujourd’hui rattrapé par son environnement. Les ressources fossiles importées viennent à renchérir. Les ministères des finances et de l’écologie proposent une hausse du prix du gaz de 5,5 %, après 4 % en janvier. La gestion politique de ce problème va devenir de plus en plus difficile étant donnés ses répercussions sociales. Déjà, entre 2001 et 20036, la part de l’énergie (fioul, gaz) dans les dépenses des foyers les plus pauvres est passée de 10 % à 15 % entre 2001 et 2006, tandis qu’elle diminuait pour les familles les plus aisées, dont les revenus ont augmenté plus vite que le prix de ces combustibles. Dans le même temps, Sarkozy est acculé par l’absence de possibilités budgétaires. Fini les largesses pour les politiques sociales puisqu’on a déjà tout donné pour les riches : « Transmettre à nos enfants la facture de nos dépenses de santé et de retraite, via la dette, est profondément immoral » a déclaré le président français Sarkozy.

 Pourtant, ce n’est pas aux plus pauvres d’assumer le prix d’une eau ou d’une énergie de plus en plus rare, il en va de la responsabilité de tous. Nous ne pouvons apprendre la frugalité  et le contrôle de nos besoins qui si tout le monde montre l’exemple, et d’abord les plus riches. Les mégalopoles doivent être rayées le plus vite possible de la carte du monde, le chauffage devra être rationné. L’eau aurait du rester dans les nappes phréatiques, le pétrole aurait du rester sous la terre, nous avons fait des erreurs, cela va être très dur de les payer.

Partagez ...